De nouveaux chiffres publiés par Twitter révèlent que plus de 600 000 comptes ont été exposés à l'influence russe pendant la présidentielle aux USA

Le , par Victor Vincent

80PARTAGES

7  0 
Twitter a publié de nouvelles statistiques relatives à son enquête sur l’influence de la propagande de la Russie sur l'élection présidentielle américaine de 2016. Ces nouveaux chiffres mettent en évidence notamment que 677 775 personnes ont été exposées sur les réseaux sociaux à l’influence de plus de 50 000 comptes automatisés. Beaucoup des nouveaux comptes découverts ont été attribués à une organisation appelée Internet Research Agency, ou IRA, qui a des liens connus avec le Kremlin.

Une partie des données en question ont d'abord été présentées au Comité sénatorial du renseignement en novembre dernier, qui a tenu des audiences pour questionner Facebook, Google et Twitter sur le rôle joué par leurs plates-formes et produits respectifs dans l'élection du président Donald Trump. Twitter déclare avoir découvert depuis lors d’autres comptes et de nouvelles informations sur la vaste campagne russe pour influencer la présidentielle Américaine.

« Conformément à notre engagement en ce qui concerne la transparence, nous avons envoyé des notifications par e-mail à 677 775 personnes aux États-Unis qui ont suivi l'un de ces comptes ou retweeté ou aimé un tweet de ces comptes pendant la période électorale », écrit la division des politiques publiques de Twitter. La société explique que les contenus en question ne sont plus accessibles sur sa plate-forme étant donné que les comptes liés à la propagande ont été désactivés.

Twitter indique qu'il améliore ses méthodes de détection automatisées pour éliminer les comptes suspects. En outre, la société déclare qu’elle a renforcé ses mesures de sécurité en vue d’empêcher les applications tierces de contrôler un grand nombre de robots. Twitter annonce également avoir identifié plus de 6,4 millions de ces comptes au cours du mois de décembre 2017 en utilisant uniquement ces nouvelles méthodes, une augmentation de 60 % par rapport aux deux derniers mois avant l’utilisation de ces nouvelles règles. La société affirme également que plus de 220 000 applications tierces responsables de millions de tweets suspects ont été supprimées de l'accès à son interface de programmation d'applications pour automatiser les tweets et autres comportements sur la plate-forme.

Source : Twitter

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Twitter a supprimé une centaine de comptes qui auraient tenté de manipuler la présidentielle américaine de 2016, certains d'entre eux sont liés à des campagnes similaires sur Facebook

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Mat.M
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 21/01/2018 à 13:34
Citation Envoyé par LSMetag Voir le message
Les visions ne sont pas forcément les mêmes. Je pense qu'à 70 ans, on n'a pas le même vécu ni la même culture qu'à 20 ans.
bien d'accord et regardez à plus de 70 ans on devient sénile ( euh Alain Delon ? )
Avatar de RyzenOC
Inactif https://www.developpez.com
Le 21/01/2018 à 13:58
(600000 / 323 millions américains)*100 = (600 000 / 323 000 000)*100 = 0.18% de la population

Finalement l'influence russe est très marginal.
Avatar de micka132
Membre expert https://www.developpez.com
Le 21/01/2018 à 14:38
Citation Envoyé par RyzenOC Voir le message
(600000 / 323 millions américains)*100 = (600 000 / 323 000 000)*100 = 0.18% de la population

Finalement l'influence russe est très marginal.
Surtout que les abonnés en question n'était vraisemblablement pas des personnes lambda. C''est très certainement des gens en recherche d'alternative...
Avatar de Mat.M
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 21/01/2018 à 20:42
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message

Dans son combat contre les fausses actualités, Facebook va bannir des sites rapportant de fausses actualités de ses réseaux publicitaires
encore faudrait-il discerner le vrai du faux...
d'une part de René Descartes à Bertrand Russell en passant par Hegel cela fait des siècles que l'humanité se colle à cette tâche.

Ensuite supposons qu'une information / actualité soit considérée comme vraie, elle peut très bien être biaisée c'est-à-dire ayant une propension à prendre pour argent comptant certaine(s) vérité(s).

Ou alors c'est le problème de l'instantanéité , on est dans la civilisation de l'instantanéité , l'actualité n'a aucune profondeur...
Et toute actualité peut-être considérée comme "brute de décoffrage" elle n'appelle à aucun commentaire
Avatar de byrautor
Membre averti https://www.developpez.com
Le 22/01/2018 à 11:08
Citation Envoyé par Mat.M Voir le message
bien d'accord et regardez à plus de 70 ans on devient sénile ( euh Alain Delon ? )
à 85 ans je suis super sénile !
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 23/01/2018 à 9:45
Fake news : Facebook veut laisser à ses utilisateurs le soin de déterminer quelles sont les sources de confiance,
une mesure qui inquiète les éditeurs

Facebook a annoncé vendredi qu'il prévoyait de donner la priorité aux actualités de bonne qualité sur sa plateforme en permettant à ses utilisateurs de classer les sources d'information qu'ils considèrent comme les plus crédibles et dignes de confiance.

L'initiative, qui fait suite à une refonte que Facebook a annoncée la semaine dernière pour mettre en avant les posts, vidéos et photos partagés par les amis et la famille, n'est pas censée faire augmenter le volume des actualités qui sont diffusées sur le réseau social. En fait, elle aura principalement des répercussions sur les actualités consommées sur Facebook, favorisant potentiellement les noms les plus familiers dans les médias qui sont considérés comme les plus crédibles, tout en tenant à l’écart des noms moins connus et moins fiables.

« Il y a trop de sensationnalisme, de désinformation et de polarisation dans le monde aujourd'hui », a expliqué Mark Zuckerberg, directeur général de Facebook, dans un article vendredi. « Nous avons décidé que le fait de permettre à la communauté de déterminer quelles sources sont généralement fiables serait le plus objectif. »

Facebook compte donc bien mettre à profit son énorme base de données utilisateur (plus de deux milliards) à contribution pour participer à cette décision.

Bien entendu, cette initiative n’a pas été accueillie avec joie par de nombreux éditeurs ; il faut dire que bon nombre d’entre eux comptaient sur Facebook pour pouvoir atteindre un certain public, si les données changent et que le public peut désormais participer à décider si leur voix était crédible, cela peut avoir un impact sur leur trafic.

Pour les éditeurs, le nouveau système de classement de Facebook a soulevé des préoccupations immédiates, notamment si le fait que les opinions des utilisateurs sur la crédibilité d’une source étaient susceptibles d’être manipulées.

« Il est absolument positif de commencer à essayer de séparer le bon grain de l’ivraie en termes de réputation et d'utiliser les marques comme valeurs de confiance », a reconnu Jason Kint, directeur général de Digital Content Next, un groupe de commerce qui représente le divertissement et les organisations de presse. « Mais le diable se cache dans les détails sur la façon dont ils vont l'exécuter. »


Jason Kint, PDG Digital Content Next

Et de continuer en disant « Comment cela peut-il être déjoué ? Pourquoi devons-nous faire confiance à un tel système de classement ? Il y a beaucoup de questions à ce stade. »

Le nouveau système pourrait également favoriser les éditeurs partisans. Les utilisateurs de Facebook, invités à classer les informations auxquelles ils font le plus confiance, pourraient choisir les sites qui parlent le plus clairement de leurs croyances personnelles, réduisant ainsi la prédominance des éditeurs qui tentent de garder un ton objectif.

David Kaye, le rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté d'expression, a déclaré que Facebook se heurterait probablement à des questions plus difficiles en déployant le nouveau programme de classement mondial.

« Que se passera-t-il dans les situations où une communauté détermine qu'une source d’actualités est digne de confiance, mais cette source est censurée ou illégale dans ce pays ? », a-t-il demandé, notant que, dans de nombreuses régions du monde, les gouvernements contrôlent toutes les chaînes officielles d'informations tandis que les sources indépendantes d'information sont interdites ou forcées de publier de façon pseudo-anonyme.


David Kaye, rapporteur spécial sur la promotion et la protection du droit à la liberté d'opinion et d'expression

Dans le passé, a-t-il ajouté, Facebook s'est conformé aux règles locales lorsqu'il opérait à l'étranger : « Que va faire Mark Zuckerberg lorsque les besoins de la communauté, dans ce qu'elle juge être des actualités fiables, sont différents de ce que le gouvernement a déterminé. Avec qui Facebook sera-t-il ? »

Dans son message vendredi, Zuckerberg a déclaré que le nouveau changement « ne fera que déplacer l'équilibre des actualités que vous voyez vers des sources qui sont déterminées à faire confiance à la communauté. »

Facebook a déclaré que les actualités seraient priorisées selon le nouveau système de classement à partir de lundi, avant de s'étendre globalement. Certains utilisateurs de Facebook ont déjà été invités à classer la fiabilité des sites d'information qui apparaissent sur le réseau social. Dans un sondage, il a été demandé à ce panel restreint s'il a reconnu un certain nombre de sites Web, puis « Dans quelle mesure faites-vous confiance à chacun de ces domaines ? » Le panel a pu choisir parmi une gamme de réponses, notamment « entièrement, beaucoup, à peine et pas du tout. »

« Dans le cadre de nos enquêtes de qualité en cours, nous avons demandé à un échantillon diversifié et représentatif d'utilisateurs de Facebook à travers les États-Unis de mesurer leur connaissance des sources d'information et leur confiance », a déclaré Todd Breasseale, un porte-parole de Facebook. « Nous renforçons les liens des sources avec des scores de confiance élevés et rétrogradons les liens des sources avec des scores de confiance faibles. »

Cette stratégie adoptée par Facebook intervient alors que les critiques l’accusaient de ne pas en faire assez pour éradiquer les fausses actualités et la désinformation sur sa plateforme. Critiques qui lui ont été portées fin 2016 après l'élection présidentielle. Il lui était reproché notamment d’avoir laissé circuler trop de fausses actualités sur Hillary Clinton, ce qui aurait affecté les résultats de l'élection. L'année dernière, Facebook a également reconnu que les agents russes avaient utilisé le site pour diffuser des publicités et des posts afin de manipuler l’opinion publique.

Source : communiqué de Mark Zuckerberg, NYT

Et vous ?

Partagez-vous les craintes des éditeurs ou êtes-vous d'accord avec le système de crowdsourcing que Facebook veut mettre en place ?
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 23/01/2018 à 10:00
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
« Nous avons décidé que le fait de permettre à la communauté de déterminer quelles sources sont généralement fiables serait le plus objectif.»
Tu bluffes Martoni !

Le gars soutient le parti démocrate :
A Lot of Billionaires Are Giving To Democrats. Here's A Data-Driven Look At Their Agenda.
This election cycle, as in past elections, the tech elite are almost exclusively backing liberals: Tesla's Elon Musk donated to Hillary Clinton, Facebook's Mark Zuckerberg gave handsomely to the San Francisco Democratic Party organization, and Microsoft's Bill Gates gave to three Democratic congressmen. Though often seen as a libertarian stronghold, no household Silicon Valley names publicly donated to the small government torchbearers, Rand Paul or Ted Cruz.
Il en a même embauché un :
Mark Zuckerberg has hired a Democratic pollster
The pollster, Joel Benenson, is a former top adviser for Barack Obama and was chief strategist for Hillary Clinton's 2016 presidential campaign.
Facebook luttait contre Trump pendant la campagne présidentielle.
Facebook c'est pas le genre à laisser le pouvoir aux utilisateurs.
Facebook c'est pour vous prendre des informations personnes et faire en sorte que les annonceurs soient content.

Si Trump se représente la prochaine fois, les articles pro Trump seront considéré comme des fakes news.
Avatar de laerne
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 23/01/2018 à 10:14
Bien loin le printemps arabe où Facebook se ventait de d'aider la communication des faibles et opprimés des méchants gouvernement oppresseurs.

On va remplacer des fake news par des fake news. Je pensais pas que les discours de Trump quand il était candidat aurait un tel impact, soutenu le plus fortement par ses “opposants”.

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Système politique américain de corruption légale. Tout les grand noms “supporte” les deux partis pour avoir des faveurs qui l'un où l'autre gagne. Et ils osent appeler ça une démocratie.
Facebook donated $1 million, most of it in July, despite Mark Zuckerberg's negative remarks about Trump
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 23/01/2018 à 10:29
Citation Envoyé par laerne Voir le message
Système politique américain de corruption légale. Tout les grand noms “supporte” les deux partis pour avoir des faveurs qui l'un où l'autre gagne. Et ils osent appeler ça une démocratie.
Là en l’occurrence Trump a refusé l'argent des donateurs pour sa campagne.
D'habitude le vainqueur de la présidentielle US est le candidat soutenu par l'AIPAC parce que c'est le lobby qui donne le plus d'argent.
Pour être élu, en principe il faut la campagne la plus chère et le soutient des médias (mais Trump a prouvé qu'on pouvait le faire sans l'un ni l'autre).
C'est pour ça que le système est en panique, la victoire de Trump c'est la défaite du système.
Les médias, le show-biz et les politiciens étaient contre Trump et il a quand même gagné.

Le Système cherche donc à retrouver du pouvoir d'influence, parce que ça propagande perd de l’efficacité.

Aujourd'hui Trump et l'AIPAC doivent être les meilleurs amis du monde (quand t'es président US t'as pas le choix) :
Etats-Unis - Israël. À Jérusalem, la visite de Mike Pence divise un peu plus le Proche-Orient
Mike Pence au Proche-Orient : héros des Israéliens, boudé par les Palestiniens
Israël parmi les 4 pays qui préfèrent Trump à Obama, selon un sondage
L’ambassade américaine de Jérusalem ouvrira avant 2020, assure Mike Pence en Israël

===
Bon par contre en France ça marche un peu pareille.
Les campagnes présidentielles coûtent extremement chère et il faut bien trouver de l'argent quelque part.
Il parait qu'en 2007 Sarkozy et Royale on reçu de l'argent de la part de Kadhafi (il attendait un service en retour en cas de victoire).
Au final Kadhafi s'est fait trahir.
Financement de la campagne de Sarkozy par Kadhafi: les révélations d'un livre-enquête
Au terme de 6 ans d’enquête sur le financement de la première campagne de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi, des journalistes de Mediapart ont publié ce 18 octobre le livre Avec les compliments du guide. Dans cet ouvrage, ils font la lumière sur les liens qui unissaient Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi.
Avatar de Cpt Anderson
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 23/01/2018 à 10:39
Info a recouper avec celle 4 lignes plus bas : la France va former une armée de trolls pour que les "bonnes infos" soient suivis et likés et que les "mauvaises" soient éliminées.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web