Reporty : la ville de Nice teste une application polémique qui contient des trackers
Le but étant de renforcer la sécurité

Le , par Coriolan, Chroniqueur Actualités
Nice est la ville la plus surveillée de France, mais elle veut aller plus loin et faire contribuer les citoyens afin d’accentuer cette surveillance. Pour cette raison, rien de mieux que d’exploiter leurs smartphones pour devenir témoins. C’est l’idée de l’application Reporty que Nice a commencé de tester à partir de ce lundi, cette application a été développée en Israël par une startup dirigée par l’ancien Premier ministre Ehud Barack. L’application permet d’alerter la police en cas d'incivilité, de filmer l’incident en temps réel et le transmettre en direct à la police. Autrement dit, il s’agit d’une sorte de Facetime combinée avec la géolocalisation et le tout repose sur le protocole VoiP.


Cette application a été présentée par Christian Estrosi, le maire de Nice, qui l’a qualifiée de révolutionnaire et a promis de la déployer « à grande échelle ». Le maire LR a insisté : chaque citoyen « doit devenir un citoyen engagé acteur de sa propre sécurité, et donc de la sécurité collective. »

Actuellement, l’application est testée auprès de 2000 Niçois, qui sont pour la plupart des agents de la ville de Nice, des comités de quartier ou encore, des membres du réseau « ;Voisins vigilants ;».

« ;La personne qui appelle tombe directement sur le centre de supervision urbaine (CSU) et peut transmettre en direct des images de bonne qualité, ce qui permet de la géolocaliser, de cibler les caméras sur la zone et de dépêcher une patrouille ;», a-t-on précisé à la mairie.

Le bilan du test devra être fait dans deux mois, mais déjà plusieurs parties contestent son utilisation. C’est notamment le cas de l’opposition municipale socialiste qui a dénoncé « ;une démarche contestable sur le fond et inadmissible sur la forme […] qui ressemble à l’organisation d’un processus de délation généralisée. ;»

De son côté, Banjamin Sonntag, cofondateur de la Quadrature du Net, s’est interrogé si la solution déployée par la ville de Nice est libre, sachant qu’elle a été développée par une société privée. Il a également remis en cause l’utilisation de trackers dans l’application qui pourraient être non conformes aux directives européennes concernant la vie privée.

« Idéalement, cette application devrait être sous logiciel libre, parce que c'est le seul système qui permet d'avoir confiance aujourd'hui. Si ça a été développé par une société privée, il est peu probable que ce soit un logiciel libre. Nous allons d'ailleurs voir s'il n'y a pas des systèmes qui poseraient problème en termes de légalité sur les données utilisées, » explique-t-il lors d’une interview avec France Info.

Exodus Privacy a relevé pour sa part l’utilisation de plusieurs trackers (AppsFlyer, Google Ads, Crashlytics et Firebase), ainsi que plusieurs autorisations exigées par l’application sur le système Android. Ceci dit, l’application va permettre de récolter énormément de données et se sert de trackers dont l’utilité reste encore floue pour une solution destinée pour le grand public.

En tout cas, cette application ne plait pas au Syndicat de défense des policiers municipaux. Son président Cédrix Michel craint que les citoyens ne se sentent « investis d’une mission ». « Quelle va être la part d'utilisateurs qui vont découvrir des incivilités de manière inopinée et la part de ceux qui, au contraire, vont se sentir investis d'une mission, traquer le délit ou l'incident et donc s'exposer de façon dangereuse ? », s'inquiète-t-il. « Il n'est jamais bon de déléguer un service public de sécurité à des citoyens. Nous estimons que la constatation des infractions doit uniquement relever de la police et que la sécurité doit rester entre les mains de professionnels. »

Source : Ouest-France - Nice-Matin

Et vous ?

Pensez-vous que l'utilisation de cette application aura un impact positif ?
Et estimez-vous qu'elle est dans la légalité d'utiliser les trackers cités dans l'article ?

Voir aussi :

Des failles dans un client BitTorrent permettraient à un attaquant de prendre le contrôle de votre ordinateur, d'après un chercheur
Selon ce développeur, la fausse alerte de missile à Hawaii est due à la conception logicielle, elle est de la faute des développeurs !


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de Volgaan Volgaan - Membre averti https://www.developpez.com
le 17/01/2018 à 13:55
Bienvenue dans la délation 2.0

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil