Chine : le pays lance un programme pilote de CNI numérique sur le réseau social WeChat
Qui pourra aussi servir de plateforme pour porter plainte

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
WeChat, l'application mobile populaire de Tencent Holdings, va devenir de plus en plus indispensable dans la vie quotidienne de nombreux consommateurs chinois dans le cadre d'un projet qui en fait un système d'identification électronique électronique officiel.

Le gouvernement de Guangzhou, capitale de la province côtière du sud du Guangdong, a lancé lundi un programme pilote qui crée une carte d'identité virtuelle, qui sert les mêmes objectifs que les cartes d'identité traditionnelles délivrées par l'État, via les comptes WeChat des utilisateurs enregistrés dans le district de Nansha, selon un rapport de l'agence de presse officielle Xinhua.

Selon le même rapport, ce programme pilote va bientôt couvrir la province tout entière et va s'étendre à travers le pays à partir de janvier de l'année prochaine.

Le succès du programme va marquer l'une des étapes les plus importantes pour WeChat après son déploiement initial par Tencent en tant que service de messagerie mobile en 2011, avant de devenir le plus grand réseau social du pays et une plateforme en ligne populaire pour les paiements et transferts d'argent.

Selon les statistiques fournies par Tencent, sa plateforme WeChat, commercialisée sous le nom de Weixin sur le continent, a enregistré 980 millions d'utilisateurs actifs par mois au cours du trimestre de l’année en cours qui s’est achevée le 30 septembre 2017.

Le programme WeChat ID a été codéveloppé par l'institut de recherche du ministère de la Sécurité publique et l'équipe WeChat de Tencent, et soutenu par diverses banques et plusieurs autres départements gouvernementaux.

Ce projet ambitionne également de décourager le vol d'identité en ligne, car la technologie de reconnaissance faciale est utilisée pour vérifier l’identité des demandeurs avant que leur carte d'identité virtuelle ne soit autorisée.

Ainsi, ceux dont l’identité a été vérifiée seront en mesure d'utiliser leur identifiant WeChat pour s'enregistrer dans les hôtels et postuler pour des services gouvernementaux sans avoir à apporter leur carte d'identité physique.

Il faut noter que le programme WeChat de Guangzhou n'est pas la première expérience de la Chine visant à développer des cartes d'identité électroniques à l'aide d'une application pour smartphone. En effet, en juin 2016, la branche du Bureau de la sécurité publique de la ville de Wuhan, capitale de la province chinoise centrale du Hubei, s'est associée à Alipay pour lancer un service de carte d'identité électronique.

Ce projet avec Alipay, le plus grand opérateur de plateforme de paiement de Chine et une unité d'Ant Financial Services Group, visait également à promouvoir l'utilisation de cartes d'identité électroniques dans des scénarios tels que les enregistrements dans les hôtels et les contrôles de sécurité dans les gares et aéroports.

Le programme de carte d'identité électronique de Wuhan comptait plus de 400 000 résidents de la ville qui utilisaient le service lié à leurs comptes Alipay.

Outre les cartes d'identité, WeChat et Alipay ont lancé séparément des services numérisés pour les cartes de sécurité sociale et les permis de conduire de leurs utilisateurs sur le continent.

Notons que le lendemain de cette annonce, WeChat a été utilisée par la Cour de Beijing comme un moyen pour faciliter aux utilisateurs le dépôt de plaintes par voie électronique. Les parties dans une affaire juridique peuvent soumettre des documents, faire vérifier leur identité et payer des frais juridiques via la plateforme de service de poursuites WeChat exploitée par le tribunal de Beijing Haidian, selon un rapport de l'agence de presse officielle Xinhua.

« Cela permet aux parties de gagner du temps lors de la remise des documents et de ne pas faire la queue dans les banques pour effectuer les paiements. Les parties recevront un avis via WeChat après que les documents requis auront été déposés avec succès », a déclaré Dai Guo, directeur du bureau politique de Beijing Court, cité par Xinhua.

Bien que le dépôt électronique de documents judiciaires ne soit pas nouveau, la décision de la Chine de permettre que des poursuites soient intentées sur les réseaux sociaux est une nouveauté et serait semblable à la possibilité pour les Américains de lancer des poursuites en utilisant Twitter ou Facebook.

Source : CNI numérique via WeChat, possibilité de lancer des poursuites judiciaires via WeChat

Et vous ?

Que pensez-vous de l'idée de passer par un réseau social pour identifier un citoyen ?
Que pensez-vous de l'idée de passer par un réseau social pour intenter une action en justice ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Voïvode Voïvode - Membre émérite https://www.developpez.com
le 27/12/2017 à 13:42
Rien n’est bon dans WeChat : ça bouffe la batterie, c’est lent, moche, dépourvu d'accusé de réception, censuré, surveillé à outrance, gavé de spam et bourré d’arnaqueurs. Je plains les Chinois de devoir dépendre d'un truc pareil.

Tant que la Chine bloque les autres messageries sur son territoire, cette saleté de logiciel devrait être bloquée chez nous. (Au lieu de s’acharner sur The Pirate Bay et T411.)

[Edit]
Il faudrait aussi rappeler que le gouvernement chinois a l’intention de mettre en place un système de crédit social (wikipédia en anglais). Rien de concret pour l’heure, mais il existe des bouts de projet pilote çà-et-là.

Le crédit social devrait être un ensemble de notes sanctionnant l’intégrité et l’exemplarité des entreprises et des individus chinois. Ces notes permettraient de sélectivement offrir des avantages (poste de fonctionnaire, emprunts à taux préférentiels, etc). Les sociétés Alibaba et Tencent participent à ce projet, le premier analysant les achats, l’autre analysant ce que est dit et partagé.

Substituer les CNI par des identifiants numériques est évidemment un pas de plus vers un tel système.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil