Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Twitter renforce sa politique relative au contenu violent
Pour endiguer les comportements haineux de sa plateforme

Le , par Stéphane le calme

125PARTAGES

7  0 
Twitter a commencé à appliquer des politiques plus strictes sur le contenu violent et abusif comme des images ou des symboles haineux, y compris ceux attachés aux profils d'utilisateurs.

Les nouvelles lignes directrices, qui ont été annoncées il y a un mois, ont été mises en place ce lundi. Les modérateurs du réseau social vont assimiler les images haineuses à la même catégorie que la violence graphique et le contenu pour adultes. Si un utilisateur souhaite publier des symboles ou des images qui pourraient être considérés comme haineux, le message doit être marqué comme étant un « média sensible ». Les autres utilisateurs verront alors un avertissement leur permettant de décider s'ils souhaitent voir ledit message.

Twitter interdit également aux utilisateurs d'abuser ou de menacer les autres à travers leur profil ou nom d'utilisateur. La société interdit également les comptes affiliés aux « organisations qui utilisent ou encouragent la violence contre les civils pour faire avancer leurs causes ».

Dans le détail, le réseau a expliqué que, concernant les violences et méfaits physiques, les nouveaux changements comprennent plus de types de contenu connexe, y compris :
  • les comptes qui s'affilient à des organisations qui utilisent ou encouragent la violence contre les civils pour faire avancer leurs causes. Les groupes inclus dans cette politique seront ceux qui s'identifient comme tels ou qui s'engagent dans une activité – à la fois sur et hors de la plateforme – qui favorise la violence. Cette politique ne s'applique pas aux entités militaires ou gouvernementales et Twitter envisage des exceptions pour les groupes qui s'engagent actuellement (ou se sont engagés) dans un règlement pacifique ;
  • le contenu qui glorifie la violence ou les auteurs d'un acte violent. Cela inclut la célébration de tout acte de violence d'une manière qui pourrait inspirer les autres à le reproduire ou toute violence où des personnes ont été ciblées en raison de leur appartenance à un groupe protégé. Twitter exige désormais que les Tweets contrevenants soient supprimés et prévient que les violations répétées vont entraîner une suspension permanente.

Mais Twitter n’en reste pas là. Le réseau a décidé d’étendre sa politique pour inclure ce qu’il appelle le « contenu lié ».

« Notre politique sur la conduite haineuse et nos règles contre les comportements abusifs interdisent de promouvoir la violence contre ou directement attaquer ou menacer d'autres personnes sur la base de leurs caractéristiques de groupe, ainsi que d'adopter un comportement abusif qui harcèle, intimide ou utilise la peur pour faire taire la voix d'une autre personne. Nous élargissons ces politiques pour inclure d'autres types de contenu et de conduite connexes, y compris :
  • tout compte qui abuse ou menace les autres via leurs informations de profil, y compris leur nom d'utilisateur, leur nom d'affichage ou leur profil. Si les informations de profil d'un compte incluent une menace violente ou des insultes multiples, des épithètes, des tropes racistes ou sexistes, incitent à la peur, ou réduisent quelqu'un à moins qu’être humain, elles seront définitivement suspendues. Nous prévoyons de développer des outils internes pour nous aider à identifier les comptes violés afin de compléter les rapports des utilisateurs ;
  • les images haineuses seront désormais considérées comme des médias sensibles dans le cadre de notre politique médiatique. Nous considérons les images haineuses comme des logos, des symboles ou des images dont le but est de promouvoir l'hostilité et la malveillance envers autrui en fonction de leur race, religion, handicap, orientation sexuelle ou origine ethnique/nationale. Si ce type de contenu apparaît dans des images d'en-tête ou de profil, nous acceptons désormais les rapports au niveau du profil et demandons aux propriétaires de compte de supprimer tout contenu violent.

Alors que les nouvelles directives sont devenues officielles lundi, la société indique qu’elle continue de mettre au point ses outils de contrôle interne et de réorganiser le processus d'appel pour les comptes interdits ou suspendus.

Jonathan Greenblatt, PDG de l'Anti-Defamation League, a félicité Twitter pour « avoir pris ces mesures importantes pour s'attaquer à la haine sur leur plateforme ». Le groupe Muslim Advocates, qui avait publiquement demandé la suppression du compte de Britain First sous lequel étaient régulièrement publiées des vidéos incendiaires visant à montrer des musulmans engagés dans des actes de violence, a félicité Twitter pour avoir pris ces mesures.

Source : Twitter, AP

Et vous ?

Que pensez-vous des nouvelles règles de Twitter ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Neckara
Inactif https://www.developpez.com
Le 20/12/2017 à 9:58
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
des images qui pourraient être considérés comme haineux
Alors :
  • viande: considéré comme haineux envers les animaux par les végétariens ?
  • saucisse/jambon/bonbons/porc: considérés comme haineux envers les musulmans ?
  • choux de Bruxelles/épinard: considérés comme haineux envers les enfants ?
  • USA/Israël/autre: considérés comme haineux ?
  • police/militaire/manifestations: considérés comme haineux ?
  • ANPE: considéré comme haineux envers les chômeurs ?
  • etc.


"qui pourraient être considérés comme haineux" veut tout et rien dire, surtout avec l'usage d'un triple "conditionnel" ("peut", conjugaison au conditionnel, "considérer comme". On trouvera toujours une personne ou une excuse pour considérer quelque chose comme "haineux". En gros, ils se réservent juste le droit de censurer selon leur bon vouloir, considérant "haineux" ce qu'ils aiment pas et "non-haineux", ce qui les arrange.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
les comptes qui s'affilient à des organisations qui utilisent ou encouragent la violence contre les civils pour faire avancer leurs causes. Les groupes inclus dans cette politique seront ceux qui s'identifient comme tels ou qui s'engagent dans une activité – à la fois sur et hors de la plateforme – qui favorise la violence. Cette politique ne s'applique pas aux entités militaires ou gouvernementales et Twitter envisage des exceptions pour les groupes qui s'engagent actuellement (ou se sont engagés) dans un règlement pacifique
Bref, une organisation qui "prône" le pacifisme, mais tabasse les autres pourra passer outre ?
Par contre, une organisation qui est dans l'opposition... est-ce qu'elle "favorise la violence" ?

Bref, Twitter se réserve juste le droit de censurer arbitrairement et politiquement du contenu sous prétexte de "lutter contre la haine". Puis, bon, en amérique, on sait exactement ce qu'est la "haine" : c'est le parti politique adverse. Suffit d'un peu de mauvaise foi, d'homme de pailles, de méthode Cauet, et ça passe crème.

Le groupe Muslim Advocates, qui avait publiquement demandé la suppression du compte de Britain First sous lequel étaient régulièrement publiées des vidéos incendiaires visant à montrer des musulmans engagés dans des actes de violence, a félicité Twitter pour avoir pris ces mesures.
Bravo, c'est EXACTEMENT ce qu'il ne faut PAS FAIRE dans ce genre de situation...

Plutôt que de s'offenser de la violence comise par certains de leurs pairs, et déclarer haut et fort que ce n'est ni normal ni acceptable, de s'en dissocier de toutes leurs forces, ils s'attaquent aux diffuseurs du message, se plaçant d'une certaine manière "du côté"/"en protecteur" des auteurs de ces actes de violence, parfois même en tournant le dos aux victimes.

Je sais bien que ce n'est pas leur intention, mais c'est la manière dont c'est perçu. Ce qui renforce aussi le sentiment d'être face à un groupe qu'on ne peut critiquer, avec une certaine complaisance envers des actes violents et innomables, se cachant derrière du "vrai écossais", sans jamais se remettre en cause. Cela fait plus de mals que de biens à leur cause.
3  1 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/12/2017 à 11:46
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Twitter se réserve juste le droit de censurer arbitrairement et politiquement du contenu sous prétexte de "lutter contre la haine".
Encore une fois on réduit la liberté d'expression en faisant passer ça pour quelque chose de positif.

Si c'était fait correctement et si c'était vraiment neutre, ce serait bien, on pourrait bloquer ce qui ne respecte pas la loi.
Mais là dans la pratique ça va censurer ce qui ne plait pas à Twitter.
Il y aura toujours plein de haines chez les copains de Twitter.
2  0 
Avatar de Neckara
Inactif https://www.developpez.com
Le 20/12/2017 à 15:45
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
C'est pas encore prêt l’intelligence artificielle qui maîtrise toutes les lois de tous les pays ?
Ce serait cool de pouvoir remplacer les avocats par ça, ce serait surement plus économique et plus efficace.
Ce serait surtout illégal, et heureusement.

Il faut que l'humain, le peuple, garde le contrôle, et surtout ne pas centraliser ce pouvoir dans les mains de groupes privés produisant cette IA. Notamment car des biais peuvent exister, et sont difficiles à détecter, ce qui peut devenir problématique si ces biais sont voulus...

Cela permet aussi de désobéir, ce qui n'est pas anodin. Certaines lois sont encore en vigueur, mais plus appliquées, une IA ne peut pas être capable de faire la différence, à moins de décider quelles lois devront être appliquées ou non.

De plus, se pose aussi la question de savoir sur quelle base l'IA fera son apprentissage. Car la justice, ce n'est pas uniquement connaître la loi, mais aussi décider de la peine à appliquer.

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Tex s'est fait virer pour une blague sexiste nul à chier, que personne ne trouve drôle...
En Amérique, un informaticien s'est d'ailleurs fait viré pour une blague sexiste qu'il a raconté pendant un séminaire à un de ses amis, ce qui n'a pas plus à une autre personne présente sur place qui écoutait d'une oreille indiscrète leur discussion.
Pareil, un musicien (?) s'est fait viré pour avoir fait une blague "raciste" à un ami noir, qui était en fait une de leur private joke, ce qui n'a pas plus, encore une fois, à une personne qui écoutait la discussion d'une oreille indiscrète.

Le problème, c'est que Tex, semble avoir une bonne réputation, ainsi que des amis dans le domaine. Mais que se serait-il passé s'il était un peu moins aimé ? S'il faisait déjà contre-verse ? Aurait-il été soutenu, ou est-ce qu'on l'aurait enfoncé davantage ?

Un peu comme "balance ton porc". Certains affirment qu'il faut croire sur parole ces dénonciations diffamatoires, et parfois calomnieuses. Et le jour où un de leur ami est visé, ils retournent leur vestes et déclarent qu'il ne faut pas croire toutes ces dénonciations sur paroles. Il faut donc aussi se méfier de cette sorte de deux poids, deux mesures.
1  0 
Avatar de Madmac
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 20/12/2017 à 4:39
Et 24 heures après, le compte de génération identitaire disparait. Question impartialité, on repassera.
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/12/2017 à 13:00
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Après, c'est compliqué, car Twitter n'a pas compétence en matière juridique, ils ne sont pas juges.
C'est pas encore prêt l’intelligence artificielle qui maîtrise toutes les lois de tous les pays ?
Ce serait cool de pouvoir remplacer les avocats par ça, ce serait surement plus économique et plus efficace.

Bon à la limite on pourrait mettre des règles simple, par exemple on interdit les menaces de violences et ce genre de choses...

Bref, on entre dans une ère de politiquement correct, on perd de plus en plus de liberté d’expression.
Tex s'est fait virer pour une blague sexiste nul à chier, que personne ne trouve drôle...
Heureusement il a des soutiens, mais c'est pas bon signe.

Tex évincé de France 2 : les humoristes prennent sa défense contre la «censure»
Sur Twitter, Stéphane Guillon a également dénoncé ce qu’il appelle le «retour de la censure». L’humoriste, qui voit en notre époque une «période effrayante mais idéale pour la transgression», ironise: «Brûlons aussi le sketch de Coluche: “Monique, je l’ai violée, je ne porte pas plainte”».
0  0 
Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/12/2017 à 8:13
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
Et 24 heures après, le compte de génération identitaire disparait. Question impartialité, on repassera.
twitter est modéré par des marocains et a compte parmi ses investisseurs un milliardaire saoudien impliqué dans le terrorisme (et écarté du pouvoir récemment). Ce n'est nullement une plateforme neutre
0  0 
Avatar de Neckara
Inactif https://www.developpez.com
Le 20/12/2017 à 12:30
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Si c'était fait correctement et si c'était vraiment neutre, ce serait bien, on pourrait bloquer ce qui ne respecte pas la loi.
Après, c'est compliqué, car Twitter n'a pas compétence en matière juridique, ils ne sont pas juges.

Une solution qui avait été proposé était de proposer un signalement des contenus. L'auteur du contenu signalé avait alors un certain temps, soit pour retirer son contenu, soit pour changer le statu du contenu (-18, privé, etc.), soit pour "refuser" le signalement. En cas de conflits (i.e. le signalement est "refusé", l'affaire passerait alors par les voix juridiques, et bien évidemment, en cas de signalement abusif, des sanctions seraient alors prises.

Les systèmes actuels (de ce que j'en ai entendu) sont scandaleux. Il y a des processus automatiques qui censurent le contenu, ce qui génèrent de lourdes pertes pour l'auteur, sans aucun dédommagements en cas de faux-positifs. La censure peut être liée à du signalement en masse, ou à des mots clés particuliers (voir un atome à l’œil nu). Certains ayants-droits peuvent aussi abuser du système, et censurer des vidéos. Le problème est que la contestation n'est pas toujours simple et transparente, pire nécessite parfois de donner des informations à caractère personnel (e.g. adresse) aux personnes qui nous ont censurés, ce qui n'est pas toujours une bonne idée en soit. Et même en obtenant gain de cause, ne pas avoir pu, e.g., monétiser une vidéo pendant ses premières heures, engendre une perte importante sur les revenus. Notamment parce que le "pic d'impact" d'une vidéo ou d'un message est très proche de sa mise en ligne. Et le tout, sans aucune conséquence pour celui qui signale abusivement et malicieusement des contenus.

Bref, un bon coup de pied dans la gueule au principe de présomption d'innocence.

Il faut aussi préciser le statu du fournisseur de service, est-il hébergeur ou éditeur de contenu ?
Peut-il être éditeur de contenu s'il ne fournit d'une modération après publication, et uniquement sur signalement ?
0  1