Epic a lancé des poursuites contre un adolescent de 14 ans pour avoir triché sur « Fortnite : Battle Royal »
Sa mère est montée au créneau

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Il y a quelques semaines, Epic Games a sorti « Fortnite : Battle Royal », un mode de jeu du titre éponyme disponible gratuitement sur PC, PS4 et Xbox One. Le but est de survivre le plus longtemps possible sur une carte, seul ou en escouade. Le mode est extrêmement populaire et compte plus de 10 millions de joueurs.

Comme pour de nombreux jeux populaires, le mode Fortnite a tôt fait d’attirer les tricheurs : « Pour commencer, travailler sur le problème de tricherie sur Fortnite a la plus haute priorité pour Epic Games. Nous nous battons constamment contre les tricheurs eux-mêmes et les fournisseurs de triche. Nous explorons toutes les mesures pour nous assurer que ces tricheurs sont retirés et restent éloignés de Fortnite Battle Royale et de l'écosystème Epic. Nous ne voulons pas donner trop d'indices sur ce que nous faisons, mais nous déployons des outils et continuerons à le faire. Des milliers ont été bannis et nous n'avons aucune intention d'arrêter », a déclaré le coordonnateur communautaire Nathan Mooney.

En outre, Epic Games est allé encore plus loin en décidant d’emmener des tricheurs devant les tribunaux : le 13 octobre dernier, une lettre de mise en demeure a été remise à deux récidivistes, accusés d’avoir enfreint le copyright du jeu en modifiant son code source et leur faisant valoir qu’ils risquaient jusqu’à 150 000 $ de dommages statutaires.

L'un des accusés est un mineur qui a été banni au moins 14 fois depuis qu'il a commencé à jouer. Chaque fois qu'Epic prenait des mesures, il créait simplement un nouveau compte sous un faux nom et continuait à jouer et à tricher sur Fortnite.

Au lieu de répondre à la plainte par l'intermédiaire d'un avocat, c'est la mère de l'enfant qui est sortie pour sa défense. Dans une plainte rédigée à l’intention du juge Malcom J. Howard, elle a déclaré que « Cette société est en train d'essayer de poursuivre un enfant de 14 ans ».

En outre, elle souligne qu'Epic n'a aucune preuve que son fils a modifié le jeu et violé la loi sur le droit d'auteur dans le processus : « Caleb a obtenu ces cheats sur un site Web public, qui n’est pas affilié à Epic Games, et a utilisé ces cheats pendant une session de jeu en live stream sur YouTube. Je rappelle qu’il y a une multitude d’individus qui ont fait, et continuent de faire, la même chose tandis que je rédige ces lignes. »


Plus important peut-être, elle souligne que l’accord EULA, sur lequel l'éditeur du jeu s'appuie fortement dans la plainte, n'est pas juridiquement contraignant, et ce pour deux raisons :
  • la première, l’accord EULA est signé entre une entité qui accorde une licence et un acheteur, établissant le droit de l’acheteur à utiliser le logiciel. Ceci étant dit, le jeu en lui-même étant gratuit, aucun achat dudit jeu n’a été fait ;
  • la seconde, l’accord EULA stipule que les mineurs ont besoin de la permission d'un parent ou d'un tuteur légal, ce qui n'est pas le cas ici.

« Veuillez noter que le consentement parental n'a pas été donné à [mon fils] pour jouer à ce jeu gratuit produit par Epic Games, INC », a insisté la mère dans sa lettre, rappelant que Caleb n’a pas été émancipé juridiquement parlant.

Epic a affirmé que les tricheurs lui font perdre de l'argent, mais la mère n'a pas été d’accord avec cet argument : « Ce n’est techniquement pas possible. Ce que je pense c’est que, à cause de leur incapacité à empêcher les cheats codes d’interagir avec leur logiciel, ils utilisent un adolescent de 14 ans comme bouc émissaire pour en faire un exemple. »

Pour la mère Epic devrait s’en prendre aux sites qui partagent les codes de tricherie plutôt qu’aux individus qui les utilisent.

Elle précise que l’éditeur a révélé le nom et le prénom de son fils au public. Cela constitue une infraction à la loi sur la protection de la vie privée des mineurs.

Et elle s’étonne également de voir Epic réclamer de l’argent à son fils qui n’a pas obtenu de revenus suite au streaming de sa session de jeu sur YouTube.

Une plainte qui a obligé l’éditeur à réagir. Epic assure avoir en réalité envoyé la mise en demeure suite à la diffusion par le fils de la vidéo YouTube promouvant le logiciel de triche. Epic a donc signalé une infraction du copyright.

Le jeune utilisateur aurait alors effectué une contre-demande afin de maintenir sa vidéo en ligne. La seule solution conforme au DMCA pour retirer la vidéo était donc d’envoyer cette lettre de mise en demeure à l’intéressé.

Source : Epic Games, plainte de la mère (en PJ)


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de intelligide intelligide - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 04/12/2017 à 12:44
Perso, je soutiens Epic. Les cheaters sont des personnes qui sont réellement malveillantes à l'égard d'un jeu multijoueur. Epic marque un grand coup en punissant séverement les cheaters.

« Veuillez noter que le consentement parental n'a pas été donné à [mon fils] pour jouer à ce jeu gratuit produit par Epic Games, INC », a insisté la mère dans sa lettre, rappelant que Caleb n’a pas été émancipé juridiquement parlant.
Mais s'il joue au jeu, cela veut dire qu'il a eu l'autorisation, non ? Parce que ça ressemble à la faille suprême des EULA.

Epic a affirmé que les tricheurs lui font perdre de l'argent, mais la mère n'a pas été d’accord avec cet argument : « Ce n’est techniquement pas possible. Ce que je pense c’est que, à cause de leur incapacité à empêcher les cheats codes d’interagir avec leur logiciel, ils utilisent un adolescent de 14 ans comme bouc émissaire pour en faire un exemple. »
Donc, en clair, la prochaine fois qu'un hacker se fait prendre, il pourra se défendre que c'est à cause de l'incapacité à la victime à se défendre. (On pourrait aussi prendre le cas d'une agression dans la rue). Empêcher les cheats n'est pas le boulot des développeurs, ils le font parce que les crétins existent.
Avatar de VivienD VivienD - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 04/12/2017 à 12:50
Outre le fait que je trouve qu'il y a peut-être exagération de la part d'Epic Games, je tiens à revenir sur un point.
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
[...]
« Veuillez noter que le consentement parental n'a pas été donné à [mon fils] pour jouer à ce jeu gratuit produit par Epic Games, INC », a insisté la mère dans sa lettre, rappelant que Caleb n’a pas été émancipé juridiquement parlant.

[...]
C'est ce genre de remarque/comportement qui me fait penser qu'il faudrait instaurer un permis parental qui serait obligatoire pour quiconque souhaite avoir des enfants, aussi bien par procréation que par adoption.
Comment diable votre gamin a-t-il pu avoir accès à ce jeu alors que vous ne lui avez pas donné votre consentement pour y jouer, madame/mademoiselle (veuillez rayer la mention inutile)? Avez-vous sérieusement cru ne serait-ce qu'une seule seconde que cet argument vous donnerait quelque crédibilité que ce soit?
Avatar de arond arond - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 04/12/2017 à 13:40
(oui il faudrait un permis parental mais c'est pas le débat ici)

Et bien je penses que cela pourrait ajouter à sa crédibilité en effet, Epic si il met en avant que le joueur doit avoir l'accord parental devrait vérifier que cet accord est présent. Car l'enfant étant mineur c'est le parent qui trinque (mineur au niveau de la loi si je ne me trompe pas la responsabilité pénale est à partir de 15 ou 16 ans).

Du coup pas de preuve de l'accord parentale pas de possibilité pour Epic de demander des dommages et intérêts à la mère si je comprend bien
Avatar de yoyo3d yoyo3d - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 04/12/2017 à 13:55
Caleb a obtenu ces cheats sur un site Web public, qui n’est pas affilié à Epic Games, et a utilisé ces cheats pendant une session de jeu en live stream sur YouTube.
le juge:
hum, alors madame, je récapitule, votre fils n'à pas enfreint la loi, mais il a diffusé sa séance de triche sur youtube.... je vous repose la question: il à triché ou pas???

la charmante maman: vilan caleb! vilan!!

mais effectivement: comment peuvent ils s'assurer que le client qui accepte les conditions générales, lors de l'enregistrement en ligne, est bien majeur...

quand je vois autour de moi tous les gamins qui se baladent avec le code de carte bleu des parents pour faire des emplettes en lignes.... il faut être honnête... il n'y à aucun contrôle
Avatar de zhebulonn zhebulonn - Membre régulier https://www.developpez.com
le 04/12/2017 à 14:35
Epic a lancé des poursuites envers une personne qui s'avère être mineure. Est ce que ce n'est pas, du coup, les parents qui sont poursuivis ?
Avatar de blbird blbird - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 04/12/2017 à 14:43
Quelle famille!

Un fiston qui triche, em*** des milliers d'autres joueurs tous les jours depuis des semaines, fait le malin en postant une vidéo sur youtube pour expliquer comment contourner le règles du jeu et em*** encore plus la majorité de joueurs honnêtes, se plaint que sa vidéo soit enlevée et persiste à vouloir la laisser.

Et sa mère qui le défend bec et ongle, je trouve juste ces 2 comportements lamentables.

J'espère qu'Epic ira aussi loin qu'ils le peuvent contre cette famille. Quelques soit les sujets, c'est toujours une ultra-minorité qui ennui le reste du monde, et qui en plus est souvent ultra-motivée : on en a encore un bel exemple ici...
Avatar de VivienD VivienD - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 04/12/2017 à 14:47
Je vois que nous nous sommes pris une petite volée de bois vert pouces rouges, mais les commentaires qui auraient dû accompagner la dite appréciation semblent être aux abonnés absents. Une éclatante preuve de vaillance et de critique constructive qui ne manque pas de faire avancer le débat.

Citation Envoyé par arond Voir le message
(oui il faudrait un permis parental mais c'est pas le débat ici)

Et bien je penses que cela pourrait ajouter à sa crédibilité en effet, Epic si il met en avant que le joueur doit avoir l'accord parental devrait vérifier que cet accord est présent. Car l'enfant étant mineur c'est le parent qui trinque (mineur au niveau de la loi si je ne me trompe pas la responsabilité pénale est à partir de 15 ou 16 ans).

Du coup pas de preuve de l'accord parentale pas de possibilité pour Epic de demander des dommages et intérêts à la mère si je comprend bien
Détrompe-toi: le gamin étant sous la responsabilité de ses parents, si le gosse est jugé coupable et donc que des dommages et intérêts doivent être versés à Epic Games, alors les parents devront passer à la caisse (ou faire appel), que leur môme ait bénéficié de leur accord ou non.

Citation Envoyé par yoyo3d Voir le message
[...]

quand je vois autour de moi tous les gamins qui se baladent avec le code de carte bleu des parents pour faire des emplettes en lignes.... il faut être honnête... il n'y à aucun contrôle
Beaucoup ont vraisemblablement oublié que le contrôle parental est une notion qui existe depuis bien plus longtemps que certains logiciels aisément contournables.
Avatar de SofEvans SofEvans - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 04/12/2017 à 14:49
Ce que j'adore, c'est le mélange entre "je cite des textes de loi, style je m'y connais très bien" et "je raconte n'importe quoi".

Caleb obtained existing cheats from a website with public view, not affiliated with Epic Games, INC, and used those cheats during a game with live stream via VouTube.
-->> elle reconnaît officiellement que son enfant à triché.

I may add a multitude of other individuals have and currently are doing this as this letter is being typed.
-->> Les autres le font, alors pourquoi pas mon fils ? (Oui madame, mais ça reste illégal).

Caleb is a minor, he is legally incapable of agreeing to terms and conditions, furthermore, they were not read.
-->> J'ai pas lu les termes du contrat quand j'ai cliqué sur "j'ai lu les termes du contrat et je suis d'accord", donc les termes du contrat sont invalides.

Mais cette femme est sous l'effet constant de puissant psychotrope ou quoi ?
Je sais qu'il existe des différences entre la loi US et FR, mais tout de même, ce passage est clair :

Use of Software Applications is available only to persons who can enter in to legally binding contracts
under applicable law. If you are a minor, i.e. under the age of 18 years, not competent or otherwise do
not have the capacity to enter into a legally binding contract without the consent or assistance of another
person, you may use website only under the supervision of a parent or legal guardian, as applicable, who
agrees to be bound by this EULA.
Mon niveau d'anglais n'est certes pas astronomique, mais c'est clairement dit que l'utilisation du logiciel n'est possible que si tu peux être "lié" au contrat d'utilisation.
Et tu ne peux pas être "lié" au contrat d'utilisation si tu es mineur.
J'ai loupé une subtilité ?

Parce que Madame MereCaleb, elle cite ce passage en gras en disant que son fils n'étant pas majeur et son gardien (donc, sa mère, c'est-à-dire elle) n'ayant pas approuvé, alors Caleb junior n'est pas en infraction.
Avatar de arond arond - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 04/12/2017 à 14:56
Citation Envoyé par VivienD Voir le message
Je vois que nous nous sommes pris une petite volée de bois vert pouces rouges, mais les commentaires qui auraient dû accompagner la dite appréciation semblent être aux abonnés absents. Une éclatante preuve de vaillance et de critique constructive qui ne manque pas de faire avancer le débat.

Détrompe-toi: le gamin étant sous la responsabilité de ses parents, si le gosse est jugé coupable et donc que des dommages et intérêts doivent être versés à Epic Games, alors les parents devront passer à la caisse (ou faire appel), que leur môme ait bénéficié de leur accord ou non.

Beaucoup ont vraisemblablement oublié que le contrôle parental est une notion qui existe depuis bien plus longtemps que certains logiciels aisément contournables.
J'en ai pris un aussi de pouce rouge avant que tu répondes sont énervant ces feignants a pas écrire

'Beaucoup ont vraisemblablement oublié que le contrôle parental est une notion qui existe depuis bien plus longtemps que certains logiciels aisément contournables.' pitié tout mais pas ce truc casse pied qui t'empêche de faire ce que tu veux. Le vrai truc qui manque c'est une bonne éducation

"Détrompe-toi: le gamin étant sous la responsabilité de ses parents, si le gosse est jugé coupable et donc que des dommages et intérêts doivent être versés à Epic Games, alors les parents devront passer à la caisse (ou faire appel), que leur môme ait bénéficié de leur accord ou non."

J'entend bien que c'est la mère qui dois payer et je suis d'accord mais ne peux t'on pas contre argumenter en disant qu'Epic aurait du vérifier que le gosse avait l'accord parentale avant d'autoriser l'accès à son service ?
On peu totalement leur rétorquer que le joueur n'avait rien a faire sur fortnite puisqu'il ne remplissait pas les conditions de la EULA non ?
Avatar de VivienD VivienD - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 04/12/2017 à 15:14
Citation Envoyé par arond Voir le message
[...] pitié tout mais pas ce truc casse pied qui t'empêche de faire ce que tu veux. Le vrai truc qui manque c'est une bonne éducation

[...]
C'est ce que j'entendais par "version 'ancestrale' du contrôle parental".

Citation Envoyé par arond Voir le message
[...]

J'entend bien que c'est la mère qui dois payer et je suis d'accord mais ne peux t'on pas contre argumenter en disant qu'Epic aurait du vérifier que le gosse avait l'accord parentale avant d'autoriser l'accès à son service ?
On peu totalement leur rétorquer que le joueur n'avait rien a faire sur fortnite puisqu'il ne remplissait pas les conditions de la EULA non ?
Comme a dit SofEvans, les conditions d'utilisation ont été acceptées (étape nécessaire pour l'installation du jeu comme pour la création de chaque compte lié) et ça suffit pour mettre la responsabilité parentale en cause.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil