Uber : les autorités européennes de protection des données annoncent avoir formé un groupe de travail
Pour se pencher sur le cas de la société de VTC

Le , par Stéphane le calme

100PARTAGES

13  0 
Uber a déclaré que 57 millions de ses comptes ont été touchés par un piratage dont elle a été la victime en 2016. Cependant, après avoir caché cet épisode pendant un an, l’entreprise n’a toujours pas donné de détails en fonction des pays touchés. Une situation qui n’a pas été du goût de la France. Mounir Mahjoubi, le secrétaire d’État chargé du Numérique, a écrit à Dara Khosrowshahi, le patron d’Uber, pour demander des explications sur ce piratage.

Mais, dans une plus grande mesure, le G29, qui rassemble les gendarmes européens de la vie privée et qui est actuellement présidé par la présidente de la CNIL française Isabelle Falque-Pierrotin, s’est réuni mercredi dernier à ce sujet, afin d’envisager une coordination des enquêtes. Manque de transparence, obligations d’information et de sécurité non respectées, etc. Les régulateurs ont de quoi sanctionner.

Ce jour-là, un groupe de travail a été créé pour se pencher sur le cas Uber : « Ce groupe de travail, dirigé par l'autorité néerlandaise de protection des données, sera composé à ce stade de représentants des autorités française, italienne, espagnole, belge et allemande et coordonnera les enquêtes nationales sur cette question importante », peut-on lire sur la page dédiée.

Bien entendu, le groupe de travail a reçu l’aval de la Commission. Lors d’une conférence de presse, la commissaire à la Justice Vera Jourova a fustigé l’irresponsabilité d’Uber. « Uber a attendu plus d'un an avant d'informer le public et ses consommateurs de cette faille » accuse-t-elle, avant de souligner que le RGPD permettra de mieux répondre à ce type de «comportement. »

Pour Giovanni Buttarelli, contrôleur européen de la protection des données, les législateurs de l'UE gagneraient à créer une nouvelle autorité centralisée pour la protection des données afin de superviser les enquêtes sur les atteintes à la vie privée qui affectent plus d'un État membre :

« Je pense qu'avec Uber, nous avons démontré immédiatement en tant qu'autorités de protection des données dans quelle mesure nous considérons qu'il est essentiel de coopérer. Nous avons établi un groupe de travail et nous synchronisons toutes nos actions. Donc, les enquêtes d'un point de vue formaliste vont être effectuées à l'échelle nationale, mais la substance de tout va maintenant être synchronisée. La même chose s'est produite avec la politique de confidentialité de Google et sur d'autres questions. Ici sur Uber, cela semble plus facile, car nous n'avons à ce stade que des questions de protection des données, de sécurité et de cybersécurité avec d'autres éléments – peut-être aussi du point de vue pénal, chantage et autre chose, qui devront être vérifiés. »

Source : Europa, entretien avec Giovanni Buttarelli

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Superzest 76
Membre actif https://www.developpez.com
Le 20/12/2018 à 15:45
Pour 1,2 million de compte français piraté Uber doit déboursé la somme ridicule de 400 000 €.
Soit la somme incroyable de 0.33C l'utilisateur.
En sachant que
« la CNIL a estimé que cette attaque n’aurait pu aboutir si certaines mesures élémentaires en matière de sécurité avaient été mises en place »
je sais pas un tarif par utilisateur plus élevé aurais peut être enfin fait un exemple pour les autres grandes boites à mieux protéger les données utilisateur...
2  0 
Avatar de Namica
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 02/12/2017 à 7:00
Plus facile dans le cas Uber ?
Hummm...
L'europe impose des contraintes de protection de la vie privé au travers de directives : tout à fait d'accord.
Ensuite les différents pays de l'union doivent mettre cela en œuvre dans leur législations respectives avec la création des organes ad-hoc (CNIL, ...)
Ben oui, mais : les GAFAM (plus UBER) eux, sont internationaux.
  • Et chaque organe de contrôle d'un pays de l'union devrait à son niveau effectuer le contrôle et le cas échéant prononcer une sanction !!!
  • Et gérer dans chaque pays de l'union les recours et frais de justice ?
  • Avec les risques de jurisprudence différentes ?
  • Et le problème des lobbyistes GAFAM dans chaque membre de l'U.E. ?

NON
Au regard du pouvoir international des GAFAM, il ne sert à rien de disperser les efforts de protection de la vie privée dans diverses législations et organes nationaux devant de toute manière répondre à la même directive européenne. C'est une perte d'énergie et un coût.

Le groupe 29 l'a bien compris en se coordonnant pour ce problème.
Cependant, il est temps que cela soit centralisé au niveau de l'union. ce serait plus efficace.

Maintenant, faut-il laisser ce pouvoir dans le bras exécutif de l'union ?
J'en suis moins sur (et même pas du tout).
Dans le pouvoir judiciaire, oui, mais comment ?

Qu'en pensez-vous ?
1  0 
Avatar de tanaka59
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 20/12/2018 à 16:24
Bien fait pour leur tronches. Bon la fuite a eu lieu avant le 25 mai 2018. Donc normal que celle ci soit ridicule. Attendez encore un peu les cas après le 25 mai vont flamber.

Quoi que une amende avec 3 zéro de plus ne ferait pas de mal .
0  0 
Avatar de Eric80
Membre averti https://www.developpez.com
Le 20/12/2018 à 18:17
Les agences européennes font vraiment petit bras face aux américaines!

On a donc 0.4+0.6+0.4 < 1.5 millions d' € pour UK+NL+FR, soit < 140 millions d habitants.

vs 148 millions de USD, soit 130 millions d'€ aux USA pour 350 millions d habitants.

rapport population 350/140 = 2.5

ou pour la France, 350/65 = 5.8 ; 130/5.8 = 24.

Si la Cnil avait un cadre juridique comme aux USA, c est donc 24 millions d'€ qu'elle aurait du réclamer!
0  0 

 
Le code payé par les citoyens devrait être disponible pour les citoyens !
Libra : Facebook renonce à sa vision ambitieuse sur la cryptomonnaie
Rustls, une bibliothèque TLS écrite en Rust, surclasse les performances d'OpenSSL
Apprendre à gérer votre parc de machines virtuelles/conteneurs ou votre Datacenter avec PROXMOX
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web