Un service Wikipedia pour le Dark Web a été lancé par un ingénieur en sécurité
Afin de contourner la censure dans certains pays

Le , par Victor Vincent, Chroniqueur Actualités
Dans certaines régions du monde, l’encyclopédie libre du Web est sous le coup de censure privant ainsi les internautes de ces pays d’accéder au site de Wikipedia. C’est le cas par exemple de la Turquie qui a bloqué l’accès au site de Wikipedia lors d'une répression contre des éléments dissidents après un coup d'État manqué. Dans certains pays il reste même dangereux parfois d’utiliser la plateforme. En Syrie, le rédacteur en chef de Wikipedia et activiste syro-palestinien aurait été exécuté par le gouvernement du pays. C’est autant de faits qui ont poussé des utilisateurs à penser qu’il faut créer un service Dark Web pour le site afin de rendre l’accès de Wikipedia plus sûr.

Un ancien ingénieur en sécurité chez Facebook Alec Muffet a ainsi décidé de lancer un service expérimental de l’encyclopédie libre qui pourra être accédé depuis le Dark Web notamment par les utilisateurs qui vivent dans des pays avec des régimes réputés pour leur censure. Si le projet n’est pas encore officiel et n’a pas encore l’implication de Wikipedia, il promet néanmoins un accès plus sûr et une protection de la vie privée des utilisateurs considérés comme des utilisateurs à risque sur la version officielle du site.

Il faut rappeler que la version officielle du site ne peut être accédé via Tor par exemple sans avoir au préalable quitté le mode « navigation privé ». Ce qui, dès lors, expose l’utilisateur à être pisté et éventuellement le met en danger. Le service lancé par l’ancien ingénieur en sécurité de Facebook est accessible depuis le navigateur Tor et permet de cacher la position de l’utilisateur grâce à une connexion sécurisée qui utilise plusieurs nœuds de manière aléatoire dans le monde. Avec ce service, l’utilisateur est assuré de ne jamais quitter les limites cryptées et sécurisé du réseau Tor.

Le créateur du service déclare que son code est libre et gratuit et ajoute avoir créé le service parce qu’il estime que « ça en vaut le coup ». Le fait de mettre son code pour la création de ce service en open source pourrait pousser d’autres personnes à rejoindre le projet et peut-être Wikipedia pourrait officiellement le rejoindre. Pour rappel, Alec Muffet avait été à l’origine d’un service similaire en 2014 pour les utilisateurs de Facebook et son initiative a été par la suite suivie par d’autres. Le New York Times avait lancé la même année son propre service pour le Dark Web en utilisant l’outil open source de l’ingénieur en sécurité appelé Enterprise Onion Toolkit (EOTK). Cependant, le service Wikipedia d’Alec est encore non officiel et utilise des certificats personnels qui peuvent déclencher un avertissement de sécurité dans Tor. L’utilisateur doit donc pour le moment créer une liste des adresses des sites auxquels il fait confiance et y ajouter le lien du service Dark Web de Wikipedia.

Alec Muffet écrit que son objectif est de montrer aux gens que cela est bien possible de créer un tel service et sortir de l’abstrait. Il ajoute qu’il « serait ravi si Wikipedia l’utilise ou lance son propre service ». Pour lui, ce qui importe c’est de montrer le concept et de mettre la balle dans le camp de Wikipedia qui est libre d’utiliser l’outil EOTK de l’ingénieur en sécurité pour créer un tel service à l’image de ce qu’avait fait le New York Times en 2014. Un tel service a longtemps été à l’ordre du jour des discussions dans la communauté Wikipedia. Cependant, Alec Muffet semble être la première personne à le réaliser. L’ancien ingénieur en sécurité chez Facebook s’est engagé sur Twitter à le faire fonctionner pendant quelques jours. S’il obtient le soutien de suffisamment d’utilisateurs de Wikipedia, le service de l’encyclopédie libre sur Tor pourrait devenir permanent.

Source : Twitter

Et vous ?

Que pensez-vous de cette initiative ?

Voir aussi

L'encyclopédie en ligne Wikipédia bloquée en Turquie par le gouvernement, pour des raisons qui ne sont pas claires pour les médias

La Chine serait en train de recruter 20 000 personnes pour créer sa propre version de Wikipédia, la mise en ligne serait prévue pour 2018


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de ilapasle25 ilapasle25 - Inactif https://www.developpez.com
le 26/11/2017 à 20:56
dans des pays avec des régimes réputés pour leur censure.
Comme pays on peut citer L’Australie ou...La France.
Beaucoup d'oeuvre artistique ont été interdites dans les pays que je viens de citer. Postal2, Philosophy of a Knife... et j'en passe.

Je dirais que ces outils sont utile dans tous les pays meme ceux qui ne sont pas réputés peur leur censure.

Mon proverbe : On ne deviens pas un nazi en lisant Mein Kampf (oeuvre artistique qui a aussi fait débat en France, mais heureusement la liberté l'a emporté sur l'obscurantisme)
Avatar de Chauve souris Chauve souris - Membre émérite https://www.developpez.com
le 27/11/2017 à 12:06
Citation Envoyé par ilapasle25 Voir le message
Comme pays on peut citer L’Australie ou...La France.
Beaucoup d'oeuvre artistique ont été interdites dans les pays que je viens de citer. Postal2, Philosophy of a Knife... et j'en passe.

Je dirais que ces outils sont utile dans tous les pays meme ceux qui ne sont pas réputés peur leur censure.

Mon proverbe : On ne deviens pas un nazi en lisant Mein Kampf (oeuvre artistique qui a aussi fait débat en France, mais heureusement la liberté l'a emporté sur l'obscurantisme)
Effectivement j'ai eu du mal à trouver Mein Kampf en français. D'ailleurs Hitler lui-même ne voulait pas de cette traduction car il trouvait que les français n'étaient pas dignes (racialement parlant) de cet ouvrage.
J'ai bien récupéré le Coran et les haddiths de Boukari (pas encore lu) qui sont traduits en français et je ne suis pas devenu musulman pour autant. Ça n'a fait plutôt que renforcer mon envie de combattre ce ramassis de haine.

Mais c'est dans l'air du temps que d'infantiliser les masses et les "protéger" de vilaines lectures, vidéos ou tout simplement pensées. Une autre technique consiste à enrober de sucre ce qui a un sale goût pour le faire accepter sans, bien sûr, qu'il soit étudié. Technique bobo.
Avatar de deathman8683 deathman8683 - Membre actif https://www.developpez.com
le 02/12/2017 à 18:50
Pour quelle raison faut-il sortir de la navigation privée si on accède à Wikipédia via TOR ? Pour éviter une partie des abus au niveau des éditions, j'imagine ? Un dark-Wikipédia pourra donc aisément être saboté par n'importe quelle organisation pour censurer.

Je me demande si interdire l'usage des bots (et autres moyens de modif rapides à grande échelle) uniquement aux utilisateurs passant par TOR en mode privée ne réglerai pas le problème ? Une personne malveillante désirant, par exemple, vider le contenu de nombreux articles en continu (pour parer au rétablissement des articles par les "modos") devra y aller à la main et ne pourrai le faire que toutes les, disons, 10sec alors que le modo aura accès à des automatismes. Restera le soucis des utilisateurs discrets qui auront moins de droits mais ils pourraient éditer.

Si les deux encyclopédies devait être synchronisées c'est la même chose qu'autoriser la navigation privée avec TOR sur l'Internet ou alors la "vue darknet" ne sera pas éditable, ce qui ferait perdre son sens au projet, vu qu'avant de lire un article il faut déjà le créer. En plus il est impossible de faire communiquer directement une base de données entre Internet et le darknet en même temps, il me semble.
Avatar de oudjira oudjira - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 04/12/2017 à 14:56
Je trouve génial, c'est une bonne idéé. La question ce pourqoui les gouvernement bloc les sites éducatives et laissent les sites nuisifs comme les sites pronographiqueset autres?
Avatar de Chauve souris Chauve souris - Membre émérite https://www.developpez.com
le 04/12/2017 à 15:11
Citation Envoyé par oudjira Voir le message
Je trouve génial, c'est une bonne idéé. La question ce pourqoui les gouvernement bloc les sites éducatives et laissent les sites nuisifs comme les sites pronographiqueset autres?
Parce que "la liberté est le crime qui contient tous les crimes ! C'est notre arme absolue". Encore que je doute que ce graffiti dialectique soit le fond de la pensée de ceux qui nous gouvernent.
Avatar de Chauve souris Chauve souris - Membre émérite https://www.developpez.com
le 04/12/2017 à 15:29
Citation Envoyé par ilapasle25 Voir le message
Comme pays on peut citer L’Australie ou...La France.
Beaucoup d'oeuvre artistique ont été interdites dans les pays que je viens de citer. Postal2, Philosophy of a Knife... et j'en passe.
Il y a plus marrant avec les australiens, vieille souche puritaine qui détestent, entre autres les français parce que trop émancipés. Ils ont une école à Adelaide, chrétienne bien évidemment, au nom d'un saint qui donnait à béqueter aux petits miséreux. Il a sa statue dans la cour de l'école. Et bien ils ont recouvert d'un drapeau noir cette malheureuse statue qui n'a pas posé problème pendant presque un siècle.


Car des esprits retords ont trouvé obscène le petit bout de pain que ce bon père donne à un chiard.

Moi je propose, pour illustrer le mur d'une salle de classe de musique en Australie, la leçon de flute d'Apollon. Chiche ! Remarquez que tous les protagonistes sont très attentifs à ce que joue le petit flutiste.


Le peintre est un certain Ivanov mais je ne sais pas dans quel musée se trouve cette peinture
Avatar de Grogro Grogro - Membre expert https://www.developpez.com
le 04/12/2017 à 15:43
Citation Envoyé par oudjira Voir le message
Je trouve génial, c'est une bonne idéé. La question ce pourqoui les gouvernement bloc les sites éducatives et laissent les sites nuisifs comme les sites pronographiqueset autres?
Parce que l'ignorance, c'est la force !
Contacter le responsable de la rubrique Accueil