Après l'Europe, le Missouri lance une enquête antitrust à l'endroit de Google
Pour déterminer si l'entreprise abuse de sa position dominante

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Le procureur général du Missouri a déclaré lundi que son bureau va ouvrir une enquête pour savoir si Google a violé les lois sur la protection des consommateurs et antitrust de l'État. Plus précisément, l'enquête va viser à déterminer si Google a enfreint la Merchandising Practices Act du Missouri, la principale loi de protection des consommateurs du Missouri, ainsi que ses lois antitrust.

Les pratiques commerciales en question concernent la collecte, l'utilisation et la divulgation par Google des informations sur les utilisateurs de Google ainsi que de leurs activités en ligne.

Josh Hawley, un républicain qui cherche à renverser le sénateur démocrate américain Claire McCaskill lors des élections de l'année prochaine, a annoncé lors d'une conférence de presse qu'il avait émis une assignation à comparaître à Google. Il a exprimé sa préoccupation quant à l'exactitude de la politique de confidentialité de l'entreprise, des allégations selon lesquelles Google détourne le contenu de ses rivaux et des affirmations qui prétendent que Google rétrograde les sites Web de ses concurrents dans les résultats de recherche.

« Il y a de fortes raisons de croire que Google n'a pas agi dans le meilleur intérêt des Missouriens », a déclaré Hawley. « Mon bureau ne restera pas les bras ballants tandis que les informations confidentielles sur les consommateurs sont mises en péril par les géants de l'industrie, en particulier pour protéger leurs profits. »

Au niveau de l'État, le procureur général Hawley ouvre la voie, en rendant les entreprises technologiques telles que Google responsables de leurs actions. Cependant, ce n'est pas la première fois que les pratiques commerciales de Google sont remises en question. En effet, Google fait l'objet d'un examen de plus en plus poussé à l'échelle mondiale, car il est devenu l'un des principaux fournisseurs de technologies de recherche en ligne, de logiciels mobiles et de publicité. Mais les enquêtes officielles ont atteint des résultats variables au cours des sept dernières années.

Les procureurs généraux de 37 États ont atteint un règlement de 7 millions de dollars en 2013 en raison de la collecte non autorisée de données Wi-Fi par Google au moyen de ses voitures de cartographie numérique Street View. Des États tels que l'Ohio, le Mississippi et le Texas ont vu leurs enquêtes s'essouffler sans conséquences importantes.

En juin, l'Union européenne a imposé à Google une amende antitrust record de 2,7 milliards de dollars. Puis, en juillet, le Centre d'information sur la confidentialité électronique a déposé une plainte auprès de la Federal Trade Commission concernant un programme Google qui suit le comportement des consommateurs. La FTC a alors lancé une enquête au terme de laquelle elle a incité Google à accepter cette année de fournir des conditions plus flexibles aux annonceurs et aux détenteurs de brevets.

En plus de l'emplacement des utilisateurs en ligne, des informations sur les appareils, des données de cookies, des requêtes en ligne et de l'historique du site Web, le bureau du procureur avance que Google a accès à 70 % des transactions par carte aux États-Unis.

« Quand une entreprise a accès à autant d'informations sur les consommateurs que Google, il est de mon devoir de m'assurer qu'elle les utilise de manière appropriée », a déclaré Hawley. « Je ne laisserai pas les consommateurs et les entreprises du Missouri être exploités par des géants de l'industrie. »

Si Google assure ne pas encore avoir reçu la citation à comparaître, son porte-parole Andrea Faville a indiqué dans un communiqué « Cependant, nous avons mis en place de solides protections de la vie privée pour nos utilisateurs et continuons d’opérer dans un environnement hautement compétitif et dynamique. »

Source : blog du bureau du procureur


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Contacter le responsable de la rubrique Accueil