Le Président de Microsoft rappelle devant les Nations Unies la nécessité de créer une Croix-Rouge technologique
Et une Convention numérique de Genève

Le , par Christian Olivier, Chroniqueur Actualités
Genève abrite un grand nombre d’organisations internationales, dont plus de 40 entités des Nations Unies qui sont censées œuvrer pour la paix, les droits et le bien-être de tous les Hommes. La Semaine de Genève pour la Paix donne l’opportunité à ces différents acteurs de se rencontrer, d’interagir et d’élargir l’espace de dialogue sur la construction de la paix et la résolution des conflits. L’édition 2017 des Rendez-vous Mondiaux de Genève a été organisée dans le cadre de la Semaine de Genève pour la Paix qui se tenait du 6 au 10 novembre dans la capitale suisse.

Ce rendez-vous était quelque peu particulier puisqu’il a débuté par un discours du Directeur général de l’Office des Nations Unies à Genève, Michael Møller, et s’est poursuivi par une allocution de Brad Smith, l’actuel président de l’entreprise technologique américaine Microsoft. Pendant son intervention, Brad Smith a notamment fait part de ses inquiétudes vis-à-vis de l’augmentation des cyberattaques dirigées contre les États-nations. Il a aussi rappelé le besoin urgent d’impliquer tous les acteurs potentiels qui pourraient permettre au monde de faire face à cette menace grandissante.


Au cours de cet évènement, le président de Microsoft s’est entretenu avec des responsables du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) et du Comité International de la Croix-Rouge (CICR) sur les différents aspects de la gouvernance d’Internet. Il a notamment rappelé à l’assemblée présente ce jour-là la nécessité d’établir dans les meilleurs délais une Convention de Genève sur le numérique. D’après lui, il est impératif de mettre en place une « convention de Genève sur le numérique », un traité international interdisant ou limitant la prolifération des armes cybernétiques, pour lutter efficacement contre la cybercriminalité à l’échelle mondiale.

Il a évoqué une « nouvelle course aux armements » sur Internet, une course dans laquelle les États et les entreprises seraient les cibles « d’armes invisibles ». Pour illustrer ses propos, il a rappelé le cas et les détails de la cyberattaque menée par l’intermédiaire du rançongiciel « WannaCry » qui, en mai dernier, a endommagé plus de 200 000 ordinateurs dans plus 150 pays. Il estime, d’ailleurs, que cette attaque devrait être considérée comme le premier pas vers un éveil de conscience qui devrait déboucher sur l’instauration d’un « accord technologique sectoriel », en plus de la création d’une Convention de Genève sur le numérique.

Cet accord permettra aux entreprises du secteur de l’IT de « travailler ensemble, au sein d’une sorte de Suisse numérique neutre, afin de protéger les personnes dans le monde entier ». Cet accord pourrait aussi servir de garde-fou afin d’empêcher les signataires de pactiser avec un gouvernement qui envisage de mener des cyberattaques.

Le Président de Microsoft a donc suggéré aux différentes forces en présence de procéder à la mise en place d’une « Croix-Rouge technologique ». Cette entité neutre et reconnue par tous devra jouir d’un statut comparable à celui de l’actuel CICR. Elle ne devrait pas être inquiétée sur le terrain pendant les combats sur un champ de bataille virtuel et pourra venir en aide à tous les acteurs impliqués dans un cyberconflit.

Cette dixième édition des Rendez-vous Mondiaux de Genève a été organisée par l’Institut des Nations Unies pour la Formation et la Recherche (UNITAR) et les Nations Unies Genève, en collaboration avec l’Institut de hautes études internationales et du développement et la Geneva Internet Platform.


Source : UNOG, Blog Microsoft

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Contacter le responsable de la rubrique Accueil