LiMux : le directeur de la FSFE revient sur les problèmes du passage de Munich vers Linux
Et les leçons à en tirer pour les migrations à venir

Le , par Michael Guilloux, Chroniqueur Actualités
Au début des années 2000, alors que Windows NT 4.0 était sur le point d'atteindre sa fin de vie, des administrations publiques (villes et autres organisations gouvernementales) ont commencé à étudier la possibilité de passer à Linux et abandonner les logiciels et systèmes propriétaires. L'une de ces administrations était la ville de Munich. Elle a décidé de lancer LiMux, son projet pour passer à Linux, en dépit d'une tentative de dissuasion de Steve Ballmer, en 2003. Après avoir bravé de nombreux obstacles, en 2013, 15 000 ordinateurs ont migré vers LiMux, un pas qui faisait de la ville un pionnier de l’open source. Mais aujourd'hui, il est presque certain que Munich va revenir à Windows et aux logiciels de Microsoft. Qu'est-ce qui n'a pas marché et quelles leçons faut-il en tirer ? C'est sur ces points qu'est revenu le président de la Free Software Foundation Europe (FSFE), Matthias Kirschner, lors d'une conférence à l'Open Source Summit Europe à Prague.

LiMux : les problèmes, les incertitudes et la chute

Matthias Kirschner explique que quelques semaines après son lancement, le projet LiMux a dû s'arrêter parce que la ville s'inquiétait des licences. Ce problème a donc été étudié et Munich est arrivée à la conclusion selon laquelle le risque de licence n'était pas pire pour le logiciel libre que pour le logiciel propriétaire. Mais avant d'aller de l'avant, Munich voulait surtout savoir si le passage à Linux allait lui permettre d'économiser de l'argent, un avantage qui est très souvent attribué aux logiciels libres et open source. Un comité informatique a estimé que la ville allait économiser 20 millions d'euros en utilisant Linux sur ses PC. Il y avait cependant d'autres études qui laissaient croire que les coûts avaient été sous-estimés. C'est le cas par exemple d'une étude de HP financée par Microsoft qui affirmait que cela coûterait 43 millions d'euros de plus. Qui avait donc raison ? Il est difficile de le dire, mais les rumeurs sur l'abandon de LiMux citaient souvent le coût comme l'une des principales raisons.

En cours de route, il a été rapporté que 20 % des utilisateurs de LiMux n'étaient pas heureux ou satisfaits du nouveau système, alors que d'autres rapports parlaient plutôt de 40 %. On ne sait toutefois pas si leur satisfaction était liée directement à LiMux ou autre chose. S'interrogeant sur les causes possibles, le directeur de la FSFE indique qu'il a été souvent rapporté qu'il était difficile d'échanger des documents avec d'autres administrations en Allemagne. Selon une politique allemande, les documents étaient censés être fournis dans un format ouvert, mais Munich recevait régulièrement des documents dans des formats propriétaires.

Un autre problème qui aurait pu causer l'échec de LiMux est qu'avec la migration, le support a également été centralisé, au lieu d'être géré par « le gars dans la pièce voisine », d’après Matthias Kirschner. Il se demandait donc si cela aurait pu avoir un impact sur la satisfaction des utilisateurs avec leurs ordinateurs LiMux.

Au bout d'un certain moment, LiMux était également désigné comme « la cause de tous les maux à Munich ». Par exemple, les iPhone ne fonctionnaient pas avec l'infrastructure de la ville, et cela était imputé à LiMux même si cela n'avait rien à voir avec le client desktop, explique Kirschner. Une panne de serveur de messagerie aurait également été injustement imputée à LiMux.

Le nouveau maire de la ville, accusé d’être un fan de Microsoft, faisait donc beaucoup de bruit à ce sujet. Le gouvernement de la ville a alors payé pour une étude en vue d’examiner les problèmes informatiques de la ville. L'étude a identifié plusieurs problèmes, y compris le fait qu'une ancienne version de Windows était encore utilisée, mais les plus gros problèmes seraient d'ordre organisationnel plutôt que technique, d’après le patron de la FSFE. Il s'est avéré qu'il y avait quinze versions de système d'exploitation différentes utilisées dans toute l'administration de la ville, et que les mises à niveau pourraient être bloquées par les départements s'ils ne les aimaient pas ou n'avaient pas le temps de les faire.

Le conseil municipal de Munich a donc décidé de réorganiser le service informatique, mais surtout de voter pour passer à un client propriétaire. Lors d'une réunion, le nouveau maire a déclaré qu'il ne s'agissait pas de prendre une décision, mais plutôt d’examiner les options. Il a été convenu, qu’avant qu'une décision puisse être prise, ils allaient clarifier les coûts, les interruptions de service et ainsi de suite. Mais il s'est avéré que beaucoup de partis s'étaient déjà décidés. Sans attendre une décision du conseil municipal, certains services ont été arrêtés et le courrier électronique a commencé à être migré vers Microsoft Exchange. D'après le directeur de la FSFE, on dit au public que la ville examine toujours les options, alors que tout est déjà scellé : « LiMux sera remplacé par les clients Microsoft ». C'est « nuire non seulement au logiciel libre, mais aussi à la démocratie », a-t-il déclaré.


Matthias Kirschner

Quelles leçons faut-il tirer de l’échec de LiMux ?

Le directeur de la FSFE pense que l'échec de LiMux est une chose qu'il faut comprendre et dont il faudra tirer des leçons pour les autres migrations qui pourraient se produire dans le futur. Il s'est demandé si tout cela était vraiment la faute de Munich ou si la communauté du logiciel libre avait aussi involontairement contribué à l'échec de LiMux.

Pour lui, il y a des questions auxquelles la communauté devrait réfléchir. Il se demande d'abord si la communauté s'intéresse vraiment au marché des OS de bureaux. Il rappelle en effet que Linux est dominant dans tous les domaines, des superordinateurs à l'embarqué, mais n'a jamais pu percer le domaine du desktop. Il s'indigne également du fait que beaucoup dans la communauté de l'open source utilisent d'autres systèmes d'exploitation comme principal OS de bureau. « Notre OS de bureau est-il mauvais ou est-ce que des applications sont nécessaires, en particulier pour les administrations publiques ? », s'interroge-t-il. Il pense qu’il serait préférable de se concentrer sur les applications plutôt que sur le système d'exploitation. Les administrations publiques ont des applications pour toutes sortes de tâches différentes, et celles-ci doivent fonctionner immédiatement après une migration ; sinon un retour à Windows serait inévitable.

Ou « l'accent est-il trop mis sur les économies de coûts ? », poursuit-il. Les défenseurs du projet LiMux ont en effet promis que Munich économiserait de l'argent. D'après le directeur de la FSFE, c'est sûr qu'à long terme c'est vrai, mais un changement a toujours des coûts. Il estime que si le budget est serré, passer à Linux pour économiser de l'argent peut ne pas être le bon plan.

Il estime aussi nécessaire de s’interroger sur le bénévolat dans les projets open source. La réalité, c’est que les projets libres et open source reposent trop souvent sur des contributions volontaires, et ce serait un sérieux problème. Le patron de la FSFE explique en effet que les migrations vers les logiciels libres sont généralement dirigées par des individus. Ces personnes commencent à apporter du logiciel libre et font beaucoup de travail (gratuitement) pour que tout fonctionne. Mais des problèmes surgissent et il n'y a pas de budget pour poursuivre le projet, alors ils s'épuisent et tout échoue. Il pense donc qu'il serait plus logique d'essayer d'obtenir le budget nécessaire pour les projets de logiciel libre, plutôt que de compter sur le bénévolat.

Source : LWN.Net

Et vous ?

Que pensez-vous des problèmes indexés par Matthias Kirschner ?
Qu’est-ce qui selon vous est plus susceptible de faire échouer la migration d’une administration publique vers Linux ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de Vulcania Vulcania - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 13/11/2017 à 9:37
Il y avait cependant d'autres études qui laissaient croire que les coûts avaient été sous-estimés. C'est le cas par exemple d'une étude de HP financée par Microsoft qui affirmait que cela coûterait 43 millions d'euros de plus. Qui avait donc raison ?
C'est pas une étude ça (du moins, pas une vraie étude objective) => poubelle.
Avatar de Placide Avorton Placide Avorton - Membre averti https://www.developpez.com
le 13/11/2017 à 10:28
Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message

Que pensez-vous des problèmes indexés par Matthias Kirschner ?
Qu’est-ce qui selon vous est plus susceptible de faire échouer la migration d’une administration publique vers Linux ?
Comme suggéré dans l'article une migration vers Linux, Libre Office, Thunderbird, etc soulève forcement des problématiques en terme de support à l'utilisateur final.

Des techniciens helpdesk et proxi bien formés aux solutions propriétaires ne vont pas pouvoir du jour au lendemain délivrer une qualité de service équivalente sur des solutions qui ne leur sont pas familières.
C'est un aspect d'autant plus problématique qu'une migration augmente forcement le volume de sollicitations des utilisateurs vers leur support.

Quant à externaliser le support cela ne change pas grand chose au fait qu'il reste difficile de dénicher des experts Libreoffice Calc ou Thunderbird disposés à faire du support utilisateur avec les budgets alloués par les principales ESN...
Avatar de micka132 micka132 - Membre expert https://www.developpez.com
le 13/11/2017 à 10:45
Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
Ou « l'accent est-il trop mis sur les économies de coûts ? », poursuit-il. Les défenseurs du projet LiMux ont en effet promis que Munich économiserait de l'argent. D'après le directeur de la FSFE, c'est sûr qu'à long terme c'est vrai, mais un changement a toujours des coûts. Il estime que si le budget est serré, passer à Linux pour économiser de l'argent peut ne pas être le bon plan.
Si c'est plutot vrai pour un particulier, c'est plus que faux pour une entreprise/administration.
La vrai utilité du libre c'est d'etre justement libre, or utiliser une distribution que l'on ne maitrise pas n'est pas une liberté, on sera toujours lié à quelqu'un quelque part dont on ne sait pas les intentions. Je vois déjà les fanboy débarquer avec leurs pseudo possibilité de pouvoir lire le code...
Je leurs répondrais que l'on parle pas de helloworld et qu'un tel niveau de lecture est extremement compliqué, il faudrait à minima un expert spécialement dédié à vérifier chacun des comits effectués (cout ~ 80k- 100k € / an), et chose plus difficile, voire carrément impossible, à trouver d'éventuelle faille intégrée micro bout par micro bout... Et pour les plus sceptiques sur l'utilité d'une telle personne je le renvoie aux récentes "ingérances" de le NSA dans certains projet open source (seulement ce dont on a eu vent).
Pour les moins parano, ils peuvent rester sur les distributions qui sont le plus susceptible de perdurer dans le temps : celles à vocation commerciale, qui ne vivent pas par bonheur de faire faire des éconmies à leurs clients.
Et puis pour finir je ramenne sur mon experience perso, je suis sur du Mint depuis 3mois au boulot.
J'ai calculé avoir faire perdre environ 2000 € sur des problèmes ( 2x ecran noir à la suite de mise à jour, probleème nodeJS et python, reformatage/reinstall bugué ), calculé entre mon temp perdu ainsi qu'à 2 autres personnes que j'ai appellé en aide (des utilisateurs linux). Bon il est évident que je suis pas un expert linux, mais un tout petit plus que madame Michu (ok elle s'en fout de nodeJS et python, mais elle aurait déjà jetté l'ordi aux écrans noirs après login).

Bref la vrai utilité de linux c'est la liberté, et la liberté ca à un cout bien plus élévé que le propriétaire. C'est exactement comme dans la vie...
Avatar de archqt archqt - Membre actif https://www.developpez.com
le 13/11/2017 à 10:50
Bonjour,
peux être que si les administrations obligeaient les éditeurs à faire le soft pour linux cela marcherait bien. Sauf erreur Photoshop utilise Qt comme framework et donc, si tout va bien, une simple recompilation pour la nouvelle cible suffit (bien que le logiciel n'existe pas sous linux).
Sinon il aurait peut être fallut une meilleurs organisation, il y a trop de distributions, cela nuit au final à la visibilité. Et surtout, un logiciel d'une distribution A ne pourra pas s'exécuter sur la distribution B (je sais il existe des méthodes pour fournir un paquet "complet" pour cela).
Le gros point, est aussi que Windows est déjà installé sur les machines, les logiciels sont fournis quasi-gratuitement aux écoles du coup toutes les personnes sont habituées à Windows.
Par expérience, il y a des fois des soucis Audio, de clé USB, de drivers graphiques qui font que les personnes à qui ont a mis linux reviennent vers Windows.
Bonne journée
Avatar de - https://www.developpez.com
le 13/11/2017 à 10:57
Citation Envoyé par micka132 Voir le message
Si c'est plutot vrai pour un particulier, c'est plus que faux pour une entreprise/administration.
La vrai utilité du libre c'est d'etre justement libre, or utiliser une distribution que l'on ne maitrise pas n'est pas une liberté, on sera toujours lié à quelqu'un quelque part dont on ne sait pas les intentions. Je vois déjà les fanboy débarquer avec leurs pseudo possibilité de pouvoir lire le code...
Je leurs répondrais que l'on parle pas de helloworld et qu'un tel niveau de lecture est extremement compliqué, il faudrait à minima un expert spécialement dédié à vérifier chacun des comits effectués (cout ~ 80k- 100k € / an), et chose plus difficile, voire carrément impossible, à trouver d'éventuelle faille intégrée micro bout par micro bout... Et pour les plus sceptiques sur l'utilité d'une telle personne je le renvoie aux récentes "ingérances" de le NSA dans certains projet open source (seulement ce dont on a eu vent).
Pour les moins parano, ils peuvent rester sur les distributions qui sont le plus susceptible de perdurer dans le temps : celles à vocation commerciale, qui ne vivent pas par bonheur de faire faire des éconmies à leurs clients.
Et puis pour finir je ramenne sur mon experience perso, je suis sur du Mint depuis 3mois au boulot.
J'ai calculé avoir faire perdre environ 2000 € sur des problèmes ( 2x ecran noir à la suite de mise à jour, probleème nodeJS et python, reformatage/reinstall bugué ), calculé entre mon temp perdu ainsi qu'à 2 autres personnes que j'ai appellé en aide (des utilisateurs linux). Bon il est évident que je suis pas un expert linux, mais un tout petit plus que madame Michu (ok elle s'en fout de nodeJS et python, mais elle aurait déjà jetté l'ordi aux écrans noirs après login).

Bref la vrai utilité de linux c'est la liberté, et la liberté ca à un cout bien plus élévé que le propriétaire. C'est exactement comme dans la vie...
Mais pourquoi utiliser Mint ?
Y'a pas des distributions Linux un peu plus sérieuse pour le professionnel justement ?
Avatar de micka132 micka132 - Membre expert https://www.developpez.com
le 13/11/2017 à 11:03
Citation Envoyé par orygynz Voir le message
Mais pourquoi utiliser Mint ?
Y'a pas des distributions Linux un peu plus sérieuse pour le professionnel justement ?

Franchement? Aucune idée j'ai débarqué sur une nouvelle mission y a ça sur mon poste. Je suis absolument certain qu'il s'y est pas installé tout seul, et quelque chose me dit que c'est un "connaisseur" qui l'a mis . Il a normalement déjà du faire le super mega loisir de testeur en chaine de distribution pour savoir laquelle était la mieux.
Je vois bien la tronche des précheurs de telle distrib jouer les rabats joies si dans une boite il y a un précheur concurrent qui a réussi à imposer "sa" distrib . Remarque ca changerai un peu les discussions à la machine à café.
Avatar de transgohan transgohan - Expert éminent https://www.developpez.com
le 13/11/2017 à 11:13
L'échec est avant tout dû au changement trop conséquent je pense.
Si les utilisateurs sont très habitués à windows et peu enclin à changer leurs habitudes vous aurez beau leur mettre la meilleure distribution linux et les meilleurs logiciels dessus que cela ne changera rien...

Je l'ai expérimenté avec ma mère, passé de windows à linux pour redonner une seconde jeunesse au PC.
Au fil du temps, même si elle ne s'en plaignait jamais, elle a fini par de moins en moins utiliser le PC.
Dernièrement suite à un changement de PC on lui a mis un windows 10 et de nouveau elle utilise en permanence son PC.
J'en ai largement discuté et elle avoue à demi-mot que certaines choses qu'elles faisaient facilement sous windows ne l'étaient plus sous linux, ou bien devaient être fait différents même si tout aussi facile, et que ça la perturbait et qu'elle n'avait pas envie de chercher.
En gros à demi-mot, changer ses habitudes.
Avatar de archqt archqt - Membre actif https://www.developpez.com
le 13/11/2017 à 11:26
Citation Envoyé par transgohan Voir le message
L'échec est avant tout dû au changement trop conséquent je pense.
Si les utilisateurs sont très habitués à windows et peu enclin à changer leurs habitudes vous aurez beau leur mettre la meilleure distribution linux et les meilleurs logiciels dessus que cela ne changera rien...

Je l'ai expérimenté avec ma mère, passé de windows à linux pour redonner une seconde jeunesse au PC.
Au fil du temps, même si elle ne s'en plaignait jamais, elle a fini par de moins en moins utiliser le PC.
Dernièrement suite à un changement de PC on lui a mis un windows 10 et de nouveau elle utilise en permanence son PC.
J'en ai largement discuté et elle avoue à demi-mot que certaines choses qu'elles faisaient facilement sous windows ne l'étaient plus sous linux, ou bien devaient être fait différents même si tout aussi facile, et que ça la perturbait et qu'elle n'avait pas envie de chercher.
En gros à demi-mot, changer ses habitudes.
Exact, moi idem avec mon père, SAUF qu'il y avait en plus des soucis de driver graphique et bien sûr l'arborescence des fichiers qui gène aussi.
Après je suis d'accord il aurait fallu faire des "lecteurs virtuels" donc des dossiers portant la même lettre et pointant vers veux de windows.
Autre soucis, il fut un temps ou firefox n'avait pas les mêmes menus sous linux et windows et c'est un peu embêtant aussi.
Sans parler des clés USB qui se montaient dans un répertoire pas forcément facile à trouver.
OpenOffice qui ne voulait pas bosser avec la clé USB...
Bref pleins de petits trucs qui font que dès fois on abandonne.

MOI actuellement j'ai des soucis avec les vidéo-projecteurs, windows nickel mais linux ne trouve que 640x400 comme résolution et je n'ai pas réussi à modifier cela (même par le fichier xorg).
Des trucs simples mais qui pourrissent la vie.
Avatar de - https://www.developpez.com
le 13/11/2017 à 11:36
Citation Envoyé par micka132 Voir le message

Franchement? Aucune idée j'ai débarqué sur une nouvelle mission y a ça sur mon poste. Je suis absolument certain qu'il s'y est pas installé tout seul, et quelque chose me dit que c'est un "connaisseur" qui l'a mis . Il a normalement déjà du faire le super mega loisir de testeur en chaine de distribution pour savoir laquelle était la mieux.
Je vois bien la tronche des précheurs de telle distrib jouer les rabats joies si dans une boite il y a un précheur concurrent qui a réussi à imposer "sa" distrib . Remarque ca changerai un peu les discussions à la machine à café.
Il a dû vouloir quelque chose de beau Sinon, prendre des dérivés d'Ubuntu, Debian, etc... Jamais trop compris, surtout en usage professionnel.

C'est pas être un prêcheur d'une ou l'autre distribution, c'est juste de partir sur une distribution de "base", après n'importe laquelle...
Avatar de Pierre GIRARD Pierre GIRARD - Expert éminent https://www.developpez.com
le 13/11/2017 à 11:47
Citation Envoyé par micka132 Voir le message
Si c'est plutot vrai pour un particulier, c'est plus que faux pour une entreprise/administration....
Sauf que c'est pas du tout l'avis de la Gendarmerie Nationale qui affirme avoir fait beaucoup d'économies avec sa migration vers le libre. Cela étant, pour la gendarmerie, c'est un travail de longue alêne et très progressif. L'erreur de Munich est peut-être d'avoir voulu "Tout tout de suite".

En plus, la gendarmerie a gardée une hiérarchie stable et pas soumise régulièrement à des élections. La municipalité qui dénonce LiMux n'est absolument pas celle qui l'avait mis en place (et qui chiffrait les économies réalisées et non des pertes). Mais voila : Nouvelle majorité = Nouvelle politique.

Ce qui est plus que certain, c'est que la bascule Windows -> Linux -> Windows est la pire des solutions. J'en déduis que Munich a largement les moyens de ces bascules et ont vraiment de l'argent à foutre par les fenêtres. D'autant que dans quelques années, ça sera peut-être Windows -> Linux -> Windows -> Linux ... sait-on jamais avec une future majorité
Contacter le responsable de la rubrique Accueil