Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Corée du Sud : Google réfute les accusations d'évasion fiscale
Et assure être créateur d'emplois dans le pays

Le , par Stéphane le calme

61PARTAGES

7  0 
Naver est le plus important portail web en Corée du Sud géré par la société NHN. Naver a été lancé en juin 1999, c'était alors le premier portail en Corée à utiliser sa propre technologie de recherche. Parmi les innovations de Naver figure la « recherche intégrale » qui fournit des résultats de plusieurs catégories sur une seule page. D’ailleurs, Naver détient plus de 70 % des parts de marché des recherches effectuées sur les moteurs en Corée du Sud. En clair, il s’agit là du Google de la Corée du Sud.

Google, qui a longtemps fait l'objet de critiques pour ne pas avoir révélé combien il gagne en Corée du Sud, a riposté aux accusations publiques de son rival local Naver.

Plus tôt cette semaine, lors d’un audit parlementaire, le fondateur de Naver Lee Hae-jin (qui est maintenant responsable des investissements mondiaux) a été interrogé sur les dernières découvertes montrant que le portail de recherche avait manipulé ses actualités pour faire sortir des histoires controversées à la demande des personnes concernées. Il a également été interrogé au sujet du monopole de son entreprise dans les marchés locaux de recherche sur Internet et de publicité en ligne.

D’après les médias locaux, c’est par le site Web de Naver que la plupart des Coréens accèdent aux actualités de centaines de médias coréens. Aussi, la controverse de manipulations d’actualités qui apparaissent sur le portail a été jaugée suffisamment importante pour provoquer cet audit. L’un des cas dénoncés met en scène Naver qui aurait prétendument fait disparaître un article défavorable envers la ligue de football coréenne après qu'un responsable des sports a fait un appel sur le site Web.

En réponse aux critiques acerbes des politiciens à l'encontre de Naver Lee Hae-jin a déclaré qu'il était « personnellement d'accord » avec l'idée de publier l'algorithme du fil d'actualités du site, lundi lors d’une audience législative ordinaire.

« C'est une question socialement cruciale », a-t-il déclaré aux législateurs. « Si la possibilité que l'algorithme soit abusé par une force externe est exclue, fournir l'algorithme au public et le faire évaluer objectivement serait une bonne idée à long terme. »

Mais il en a profité pour tacler les Américains Google et Facebook au passage : « Facebook et Google réalisent d'énormes profits en Corée, mais personne ne sait combien d'argent ils gagnent. Ils ne paient pas d'impôts, ne créent pas d'emplois ou ne paient pas les coûts du trafic Web ». Il a continué en disant que « Google semble relativement plus propre parce que sa part de marché est plus petite ici. »

Ses remarques sont venues dans le contexte de la mise en évidence que les fournisseurs de services Internet, à la fois mondiaux et locaux, devraient être en concurrence sur un pied d'égalité et être soumis à une réglementation égale.

Google Corée a alors publié une déclaration réfutant les allégations de son rival. La société a déclaré qu'elle payait des impôts en conformité avec le code fiscal et le traité entre la Corée du Sud et les États-Unis, qu’elle a embauché des centaines d'employés, y compris des ingénieurs, du personnel de vente et de marketing.

« Google, qui accorde la priorité à ses utilisateurs, contribue à l'économie coréenne en aidant ses partenaires à se lancer sur les marchés mondiaux et à innover grâce aux différents services et plateformes de Google », a alors déclaré la société américaine. Cependant, l’entreprise s’est bien gardée de révéler le montant des taxes qu'elle a payées.

La plupart des entreprises étrangères, y compris Google, opèrent actuellement en Corée sous la forme d'une société à responsabilité limitée, qui ne sont pas tenues de divulguer publiquement les informations fiscales, notamment les revenus annuels et les bénéfices d'exploitation réalisés en Corée.

Il y a eu des appels répétés en Corée pour obliger les sociétés à responsabilité limitée étrangères à faire des divulgations afin d'accroître la transparence des entreprises et de prévenir toute évasion fiscale potentielle. La Fair Trade Commission s'est également engagée à revoir ces changements.

Google Corée a réitéré que la question clé était de savoir si l'entreprise payait ses taxes conformément aux exigences de la Corée, ce qu'elle a fait sans problème.

Naver a qualifié les explications de Google d'insuffisantes : « cette controverse peut être mise de côté pour de bon si Google Corée publiait simplement son chiffre d'affaires, celui de son bénéfice d'exploitation ainsi que l'impôt sur les sociétés payé au gouvernement. »

Après que ces chiffres auront été révélés, Google pourra donc être évalué objectivement afin de déterminer si le nombre de personnes qu'il emploie en Corée est proportionnel aux ventes qu'il génère, a continué Naver.

Source : Korea Herald, koreajoongangdaily

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Zefling
Membre expert https://www.developpez.com
Le 02/11/2017 à 11:43
J'aime bien l'argument « je crée de l’emploi », par contre je ne veux pas payer pour les services d'états (école, route, etc.)
Bref, c'est eux qui éduquent et forment leurs employés dès l’enfance, et vivent dans un monde parallèle ?
6  0 
Avatar de JawDrool
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 02/11/2017 à 12:01
Le chantage à l'emploi©, excuse préférée des multinationales depuis 1906.
5  0 
Avatar de JawDrool
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 02/11/2017 à 14:39
Effectivement désolé j'ai pas du tout été objectif sur ce coup, j'ai juste l'impression qu'à chaque "affaire" c'est la même excuse qui est ressortie, comme si créer de l'emploi donnait une légitimité à toutes les dérives possibles, que ça serait une sorte de passe droit. Mais j'ai du regarder un peu trop de "cash investigations" dernièrement, je suis pas sûr que google soit les pires à ce niveau et j'ai du être influencé par mes griefs envers google en matière de vie privée, d'où la réponse un peu rapide et beaucoup foireuse.
My bad.
2  0 
Avatar de Kariz58
Inactif https://www.developpez.com
Le 02/11/2017 à 13:17
Citation Envoyé par Zefling Voir le message
J'aime bien l'argument « je crée de l’emploi », par contre je ne veux pas payer pour les services d'états (école, route, etc.)
Bref, c'est eux qui éduquent et forment leurs employés dès l’enfance, et vivent dans un monde parallèle ?
Pour l'instant il n'est pas prouvé que Google n'a pas payé d'impôts, ce n'est que la parole d'un concurrent voulant lui-même sortir de la lumière des projecteurs des accusations à son encontre.

Citation Envoyé par JawDrool Voir le message
Le chantage à l'emploi©, excuse préférée des multinationales depuis 1906.
Quel chantage ? Rien ne permet d'affirmer cela à la lecture de cet article.

Edit : que le/les moinsseur ai(en)t au moins le courage de dire pourquoi, je ne fais que me baser sur les faits indiqués dans l'article. J'ai beau ne pas être moi-même un fan des GAFA, ce n'est pas une raison pour raconter n'importe quoi sans la moindre preuve. L'objectivité qu'ils disaient...
2  2 

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web