Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le ministère américain de la Sécurité intérieure souhaite collecter les données de médias sociaux des immigrants
Dès le 18 octobre 2017

Le , par Stéphane le calme

28PARTAGES

7  0 
Le ministère américain de la Sécurité intérieure (DHS) propose d'élargir les dossiers qu'il recueille sur les immigrants, ainsi que certains citoyens, en incluant davantage de données en ligne, notamment les résultats de recherche et les informations sur les médias sociaux, sur chaque individu.

Le plan, qui couvre des données comme les publications de Facebook ou les résultats de Google, figure dans le registre fédéral, où le gouvernement publie les règlements à venir. Une version finale devrait entrer en vigueur le 18 octobre.

Cet élargissement des dossiers que le DHS voudrait être en mesure de recueillir est notable en partie parce qu'il permet au gouvernement d'accumuler des informations non seulement sur les immigrants récents, mais aussi sur les détenteurs de cartes vertes et les Américains naturalisés.

La proposition de collecte de données sur les réseaux sociaux est énoncée dans une partie du projet de règlement qui décrit l'expansion du contenu des « Fichiers Alien », qui servent à dresser des profils détaillés individuels d'immigrants et sont utilisés par tous, des agents aux frontières aux juges.

Le DHS indique notamment que « Le ministère de la Sécurité intérieure, par conséquent, met à jour le [processus du dossier] pour ... (5) élargir les catégories d'enregistrements pour inclure ce qui suit : pays de nationalité ; pays de résidence ; le numéro de compte en ligne USCIS ; les médias sociaux, les alias, les informations identifiables associées et les résultats de recherche. »

La proposition est la conséquence de nouvelles règles émises par l'administration Trump qui imposent aux visiteurs de certains pays de divulguer des informations relatives aux médias sociaux qu’ils utilisent et de permettre aux agents aux frontières d'afficher leur liste de contacts téléphoniques.

Ces mesures antérieures ont alarmé les défenseurs des droits civiques qui se demandent si elles contribuent réellement à améliorer la sécurité et craignent que d'autres pays ne suivent l’exemple américain. En réponse aux derniers efforts pour recueillir des données sur les réseaux sociaux, l'Union américaine des libertés civiles a mis en garde contre un « effet de refroidissement ».

« Cet avis de la Loi sur la protection des renseignements personnels indique clairement que le gouvernement a l'intention de conserver les informations sur les médias sociaux des personnes qui ont immigré dans ce pays et conserver des fichiers sur ce qu'ils disent. Cela aurait sans doute un effet de refroidissement sur la liberté d'expression qui s'exprime quotidiennement sur les réseaux sociaux », a déclaré le groupe dans un communiqué.

Les nouvelles règles sont actuellement dans une phase dans laquelle le public peut laisser des commentaires. Cette phase va durer jusqu'au 18 octobre. Cependant, dès qu’elles vont entrer en vigueur, elles vont ajouter encore plus de données aux « Alien Files » qui peuvent déjà contenir des informations telles que les empreintes digitales, les historiques de voyage et de santé ainsi que les dossiers relatifs à l'éducation. Tous ces dépôts fournissent de puissants outils de collecte de renseignements, mais s’accompagnent également de violations potentielles de la vie privée telles que la surveillance gouvernementale ou des cyberattaques pour récupérer ces fichiers.

Source : registre fédéral

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de captaindidou
Inactif https://www.developpez.com
Le 28/09/2017 à 22:50
Nous réclamions la statut de la Liberté aux États-Unis puisque la liberté individuelle n'y a pas cours ?
😤

Acte d'autant moins anodin et d'autant plus symbolique que ceux qui à présent réclament cette entrave à la liberté aux migrants sont eux-mêmes les descendants de migrants. Et à ce titre, la première chose qu'ils voyaient, fuyant l'ancien monde, en arrivant au port de New York, à partir de la fin du XIXe siècle, c'était la statue de la Liberté qui se dressait en promesse.
0  0