Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

France : le Gouvernement présente les grandes lignes de son grand plan d'investissement
Quels sont les enjeux pour le numérique ?

Le , par Stéphane le calme

297PARTAGES

3  1 
Lundi 25 septembre, le Premier ministre Édouard Philippe a dressé les contours du grand plan d’investissement qui avait été esquissé pendant la campagne électorale du Président Emmanuel Macron. Ce plan va être déployé sur cinq ans (2018 - 2022).

Le Premier ministre a tenu à redire un mot sur la logique d’ensemble dans laquelle ce plan s’inscrit : « Le gouvernement a été missionné pour mener à bien un projet de transformation en profondeur de notre pays. Pour ce faire nous avons décidé de nous appuyer sur deux leviers : d’abord le choix de nous engager dans des réformes économiques, fiscales et sociales pour veiller à la maîtrise de nos finances publiques. Ensuite nous voulons amplifier l’effet de ces réformes en les accompagnant par des investissements massifs. C’est tout l’objet de ce grand plan d’investissement qui va nous permettre d’accélérer l’adaptation de la France au XXIe siècle, de soutenir notre transition vers un nouveau modèle de croissance et de préparer l’avenir des générations futures. »

L’enveloppe globale du plan est de 57 milliards. Le Premier ministre a évoqué les grandes priorités suivantes :
  • accélérer la transition écologique : c’est la continuité du plan climat qui a été présenté par le ministre d’État au début du mois de juillet. Il s’agit notamment d’amplifier le développement des énergies renouvelables, l’émergence d’un modèle de transport durable et l’effort de rénovation technique de bâtiments. À cette priorité seront affectés 20 milliards d’euros ;
  • éditer une société de compétence et d’emploi : La France connaît un chômage de masse, qui touche avant tout les moins qualifiés. Le taux de chômage des Français sans diplôme est ainsi de 18 %, contre 6 % pour les Français ayant un diplôme bac + 2 et équivalent. Pour apporter une réponse concrète au chômage des moins qualifiés, le grand plan d’investissement formera 2 millions de personnes peu qualifiées et les accompagnera vers l’emploi.

    Le ministre estime que cet axe est nécessaire « afin de faire cesser cette réalité vécue quotidiennement dans l’université française qui consiste à sélectionner par l’échec et qui voit un très grand nombre d’étudiants entrer à l’université et en sortir quatre ans après sans aucun diplôme ou aucune formation qualifiante. » Le ministre a évoqué une innovation pédagogique au sein de l’Éducation nationale. À cette priorité seront affectés 15 milliards d’euros ;
  • construire un État adapté à l’ère du numérique : il s’agit entre autres de soutenir la transition numérique du système public, en investissant dans les outils qui vont permettre de faire baisser les frais de fonctionnement. Sera mis en place un fonds de transformation de l’action publique doté de 700 millions d’euros pour financer des projets de modernisation et de transformation des services publics comme la généralisation du paiement électronique. À cette priorité seront affectés 9 milliards d’euros ;
  • fonder le potentiel économique général sur l’innovation : l’innovation dans l’industrie, la culture et les services. Une priorité à laquelle seront affectés 13 milliards.


Concernant le numérique, le gouvernement estime que l’action publique doit se transformer pour intégrer les nouvelles technologies aux services publics et pour maîtriser durablement les dépenses publiques. Le grand plan d’investissement ambitionne de rendre l’État plus agile et d'améliorer la qualité et l’accessibilité des services publics, notamment en accélérant leur transformation numérique, et pour accompagner durablement la baisse des dépenses publiques. Le grand plan d’investissement aura pour objectif 100 % des services publics dématérialisés (hors délivrance des titres d’identité) et il permettra par ailleurs d‘investir pour réduire durablement la dépense publique d’ici 2022.

L’une des priorités de l’État est la médecine. Le gouvernement assure que notre système de santé et de sécurité sociale doit aussi se transformer pour intégrer les nouvelles technologies, répondre aux enjeux du territoire et trouver un équilibre financier. Le grand plan d’investissement mobilisera 4,9 milliards d’euros pour accélérer la numérisation du système de santé et de cohésion sociale, pour développer les maisons de santé dans les territoires en manque de médecins, pour moderniser les équipements hospitaliers et pour soutenir la recherche médicale.

Comme exemple d’action, l’État évoque la numérisation des hôpitaux et de leur environnement. Il s’agit d’accélérer la transformation numérique des établissements de santé pour rapprocher les hôpitaux de leurs patients. Les patients bénéficieront ainsi de services numériques comme la prise de rendez-vous et le paiement en ligne, de services en ligne de préadmission ou d’information sur l’hospitalisation de leurs proches, l’utilisation d’un dossier médical personnel universel, etc. L’ambition est également d’accélérer les liens entre l’hôpital et les professionnels de santé de ville : les services proposés faciliteront le partage d’informations sur leurs patients hospitalisés. Enfin, l’objectif est d’assurer l’harmonisation numérique des hôpitaux sur un même territoire, pour que le patient vive avec plus de facilité le passage d’un établissement à l’autre, par exemple, et bénéficie du même niveau de services. Un programme doté de 420 millions d’euros prendra la suite du programme Hôpital numérique pour mettre en œuvre ces nouvelles ambitions.

L’État parle également de l’accompagnement de la télémédecine. 50 millions d’euros seront destinés à généraliser la télémédecine, afin de renforcer la présence médicale dans les territoires, notamment dans les territoires ruraux et dans les territoires ultramarins, où l’organisation de téléconsultations permettra de faciliter l’accès aux soins. Le grand plan d’investissement soutiendra l’investissement dans les équipements numériques nécessaires, par exemple pour des consultations à distance ou des possibilités de paiement et de lecture de carte Vitale à distance.

Source : discours du Premier ministre, grand plan d'investissement (au format PDF)

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Grogro
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/09/2017 à 11:55
Pour une fois, je serai positif avec ce gouvernement qui souffle le chaud et le froid depuis mai. S'ils sont réellement capables de se projeter au delà de l'année courante (le budget 2018), ce sera une première depuis Pompidou. Difficile toutefois d'être enthousiaste quand le même gouvernement abandonne honteusement les derniers pans de l'industrie française auprès du IVème Reich (j'ai le droit, c'est mercredi, c'est trolldi ).

Et avec tout ces projets de "modernisation", on est pas prêts de manquer de boulot dans nos SSII.

Maintenant, 57 milliards d'investissement c'est bien gentil, mais où compte-il les prendre sachant qu'ils comptent diminuer les dépenses publiques de 50 milliards sur 5 ans, diminuer les prélèvement obligatoires et résorber le déficit public ?

Ils vont tirer une gueule de 10 km de long quand ils réaliseront ce qu'ils ont fait (sans doute sincèrement) avec la loi travail : explosion du chômage, aggravation des comptes publics. Dans un an, l'échec de Macron sera patent, malgré quelques bonnes idées, pour une seule réforme absurde : ses ordonnances.
1  0 
Avatar de r0d
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 27/09/2017 à 19:07
Oui ma foi, un peu de keynésianisme ne ferait pas de mal à nos économies occidentales vacillantes.
Mais je suis également dans le doute. Tout d'abord, comme le dit grogro, je me demande où vont-il trouver l'argent. Vont-ils faire comme Sarkozy et distribuer des bons du trésor (et donc aggraver la dette publique)?
Ensuite parce que je n'ai pas la moindre confiance en ce gouvernement d'arrivistes égoïstes opportunistes, et si l'idée paraît bonne sur le papier, je suis certains qu'ils parviendront, dans les faits, à tout gâcher. Genre en faisant un truc style CICE.
Mais bon, à mon avis, ce qui va se passer c'est que tout ça va être gentiment revu à la baisse quelques fois, revu et modifié, pour finalement finir comme un chèque en blanc au MEDEF ou un truc dans ce goût-là. C'est bien trop keynésien pour que les gens qui tiennent vraiment les leviers ne laissent passer.
1  0 
Avatar de MABROUKI
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 27/09/2017 à 23:39
rebonjour

quand je dis Hôtel du Quai des Orfèvres ,je parle de la vente de cet hotel particulier du PS auquel la dépeche du Sud Ouest a consacre sa UNE intitulé ainsi :

À vendre siège du Parti socialiste, rue de Solférino à Paris
Le PS met en vente son emblématique siège parisien pour assainir ses finances et "préparer l’avenir". Tout un symbole.

Chut ,on vends tout et on plie bagages ,c'est du liquide ,et c'est plus sur ...
1  0 
Avatar de Grogro
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/09/2017 à 12:56
Citation Envoyé par r0d Voir le message
Oui ma foi, un peu de keynésianisme ne ferait pas de mal à nos économies occidentales vacillantes.
Mais je suis également dans le doute. Tout d'abord, comme le dit grogro, je me demande où vont-il trouver l'argent. Vont-ils faire comme Sarkozy et distribuer des bons du trésor (et donc aggraver la dette publique)?
Ensuite parce que je n'ai pas la moindre confiance en ce gouvernement d'arrivistes égoïstes opportunistes, et si l'idée paraît bonne sur le papier, je suis certains qu'ils parviendront, dans les faits, à tout gâcher. Genre en faisant un truc style CICE.
Mais bon, à mon avis, ce qui va se passer c'est que tout ça va être gentiment revu à la baisse quelques fois, revu et modifié, pour finalement finir comme un chèque en blanc au MEDEF ou un truc dans ce goût-là. C'est bien trop keynésien pour que les gens qui tiennent vraiment les leviers ne laissent passer.
Si ce n'est qu'on a un gouvernement quelque peu schizophrène. Qui veut faire à la fois une politique de l'offre (avec la loi travail), et une politique de la demande (en diminuant la taxation des travailleurs). A la fois libéral en avalisant les poncifs les plus éculés des néo-classiques sur le marché du travail (pour qui le chômage structurel n'existe que parce que le marché est distordu) , et socialiste en augmentant l'AAH et la prime d'activité (donc en biaisant un peu plus le marché du travail). Qui compte financer un plan de relance massif et qui espère diminuer les dépenses publiques. A la fois libre-échangiste avec le CETA et protectionniste sur le front des travailleurs détachés.
1  0 
Avatar de evanboissonnot
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 27/09/2017 à 10:26
Bonjour

Et bien ce plan d'investissement est très encourageant !

Le tout numérique des institutions est un but à atteindre. Le plus important : ne pas créer des cercles fermées, où aucune institution ne peut se parler, échanger.
Il faut un pôle commun, global du service public, quelque soit le niveau, les besoins (maires, villes, préfet, ...)

Permettre une agilité plus forte des institutions est très important. Il faudra à mon sens prévoir de grandes formations, et accepter que la transition se fasse doucement, ou alors d'un seul coup : mais bonjour le chaos !

J'ai hâte de voir la concrétisation de ce plan d'investissement !
Relancer la France enfin dans l'économie ... et arrêtons ces grèves inutiles .... penser à nous toutes et tous, à notre futur !
0  0 
Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/09/2017 à 20:10
Sur les 57 milliards, 20 milliards vont être consacrés à la transition énergétique.... donc à l'achat d'éoliennes aux chinois.
Et c'est sans doute bien pour le secteur de l'informatique mais cela ne rapportera rien en termes en devises.

Ce gouvernement n'a peur de rien
0  0 
Avatar de MABROUKI
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 27/09/2017 à 23:05
Bonjour

57 milliards d'euros d'investissements publics en 5 ans ,c'est vraiment peu pour un pays comme la France au vu de sa population ,de ses moyens ,il faudrait au moins 300 milliards d'euros, mais c'est un chiffre qui sera revu certainement à la hausse sur ces 5 à venir ....
Ou le gvt les trouvera-t-il ? voilà une question à laquelle je suis incapable de répondre ,mais la France ne manque pas de ressources !!!
Cependant quelque soit le montant des dépenses et en suivant la logique de ce plan (en arabe suivre le menteur jusqu'au pas de porte ,c.à.d. jusqu'au bout):
1/ Transition écologique ,en fait un changement de paradigme(on sait que le mot transition est une précaution de langage politique ,car 5 ans c'est dans la demi-journée en économie)... ,se fera à marches forces...!!!
La transition écologique en question a 2 objectifs selon ses auteurs implicitement : par l'investissement booster l'emploi et aller vers plus d'écologie...pour atteindre ses 2 lièvres ,il faudrait que les équipements écologiques soit produit par des entreprises françaises et mis en place par elles...
2/Transition à marche forces vers une société de compétence et d’emploi : là également une autre marche forcée qui ne peut se faire que dans la Formation Professionnelle en recyclant les déperditions immenses du cycle secondaire et en tenant compte des besoins des entreprises qui doivent être associes et collaborer aux plans de formation par des stages...
Pour le supérieur dont les résultats n'arrive à maturation qu'au delà d' un horizon dépassant 5 ans, je suis sceptique car il faudrait au bas mot 2 quinquennats...

3/ Transition du numérique de l'Etat : c'est là plutôt une nécessite pour la survie de l'état et pour mettre l'état et ses démembrements en harmonie avec son environnement économique ...Il faut encore une super marche forcée en élaguant à la machette numérique sans ménagement ,abandonner les blesses et les trainards en cours de route sans remords....

Enfin je disais au début ,300 milliards ,parce que il faudra bien produire les équipements écologiques et numériques en France ,sinon les dollars prévus boosteront l'emploi d'autres pays sans compter une dépendance économique future d'autres pays qui nécessitera des ressources supplémentaires ...

evanboissonnot
Permettre une agilité plus forte des institutions est très important. Il faudra à mon sens prévoir de grandes formations, et accepter que la transition se fasse doucement, ou alors d'un seul coup : mais bonjour le chaos !
La transition volontariste tout court quelque soit le domaine est une vue de l'esprit et une politesse politique ,et toutes les transitions volontaristes et connues qui ont réussi c'est du "ca passe ou ca casse" ou des révolutions sociales ou économiques...
Autrement c'est un échec cuisant qu'on baptise de transition douce ,comme un "dégradé artistique" ...!!!
0  0 
Avatar de MABROUKI
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 27/09/2017 à 23:10

ddoumeche
Ce gouvernement n'a peur de rien
On sait que les Téméraires ne reculent devant rien et que la fortune leur sourit !!!
0  0 
Avatar de MABROUKI
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 27/09/2017 à 23:24

Grogro
Maintenant, 57 milliards d'investissement c'est bien gentil, mais où compte-il les prendre sachant qu'ils comptent diminuer les dépenses publiques de 50 milliards sur 5 ans, diminuer les prélèvement obligatoires et résorber le déficit public ?
Ce gvt ayant un vent libéral en poupe , il ne se gênera certainement pas en soldant ses actions en catimini dans le capital des grandes entreprises ou il est actionnaire (je pense c'est le cas d'Alsthom, peut être de la SNCF ,des chantiers navals de saint Nazaire ou c'est déjà consommé)...
Probablement qu'il y a un plan libéral machiavélique comme toujours sous le coude de Philippe ou Macron qui se dévoilera peu à peu !!!
Toutes ces fusions ,regroupements avec des capitalistes européens ou d'ailleurs cachent des ventes pour approvisionner le trésor public et sa sent la recette du vampire FMI comme chez moi en 1990...
Quant je pense que l'hôtel du Quai des Orfèvres a été solde sans que personne le remarque !!!
0  0 
Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/09/2017 à 22:13
Citation Envoyé par MABROUKI Voir le message
On sait que les Téméraires ne reculent devant rien et que la fortune leur sourit !!!
Très joli.

On a deux proverbes, dans l'hexagone: un très vulgaire "les cons cela ose tout et c'est à cela qu'on les reconnait", et l'autre plus positif "qui ose gagne"

Que chacun prenne celui qui lui convient.
0  0