Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Dara Khosrowshahi, le patron d'Expedia, va prendre les rênes d'Uber
Et devra redorer le blason du service de VTC

Le , par Stéphane le calme

0PARTAGES

9  0 
Plusieurs médias américains ont affirmé que le patron du site de voyage en ligne Expedia, Dara Khosrowshahi, va succéder à Travis Kalanick à la tête d'Uber. Entre autres, Dara aura pour mission de redorer le blason de l’entreprise, qui a fait face à de nombreuses critiques de par le monde, mais aussi de lui permettre d’entrer enfin dans la rentabilité.

Cet homme d'affaires américain de 48 ans dirige Expedia, depuis 2005 et a largement contribué depuis à son expansion notamment grâce à des acquisitions.. Pour rappel, Expedia est l'un des plus gros voyagistes en ligne au monde, avec toute une série de sites proposant de réserver des chambres d'hôtel, des billets d'avion ou des voitures de location. Parmi les sites qui figurent dans son catalogue, nous pouvons citer hotels.com, homeaway.com ou encore trivago.com.

S’il ne partait pas pour favori parmi les trois finalistes pour le poste face à Meg Whitman (PDG d'Hewlett Packard) et Jeff Immelt (patron de General Electric), il était considéré comme le candidat du compromis pour le conseil d'administration qui a été divisé par des luttes intestines entre l'ancien PDG Travis Kalanick et l'un de ses principaux investisseurs, Benchmark. Benchmark avait soutenu Whitman, tandis que Kalanick avait soutenu Immelt.

Selon des sources du New York Times, après que Immelt a décidé de se retirer quand il lui est apparu qu'il n'aurait pas le poste, Whitman s'est automatiquement placé en favori. Toutefois, elle voulait un certain nombre de choses (parmi lesquelles moins d'implication de l'ancien PDG d'Uber, Travis Kalanick et plus de contrôle du conseil d'administration) qui devenaient trop problématiques pour le conseil, ont expliqué ces mêmes sources.

Aussi, étant donné que les deux favoris n'ont pas réussi à satisfaire les deux clans, Dara Khosrowshahi a été pris par défaut.

Contrairement à Immelt et Whitman, Khosrowshahi n'est pas une figure connue du monde des affaires aux États-Unis. D’ailleurs, il était relativement peu connu jusqu’à l’arrivée de Donald Trump à la présidence. Après l'adoption, en janvier 2017, d'un décret interdisant l'arrivée sur le sol américain de ressortissants de sept pays musulmans (dont l'Iran, pays d’origine de Dara), Dara Khosrowshahi avait rappelé que lui-même avait été un réfugié lorsque sa famille avait fui son pays d'origine en 1978, peu après le début de la révolution iranienne. Il avait alors jugé que la décision de Donald Trump faisait des États-Unis un « plus petit pays. »

Uber a connu un développement rapide en bousculant dans de nombreux pays les marchés très réglementés des taxis. L'entreprise n'est toutefois toujours pas rentable et ses méthodes sont parfois décriées et lui ont valu des ennuis juridiques en matière de respect des réglementations locales et de traitement de ses chauffeurs.

Source : France 24

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !