Apple a décidé de supprimer des applications développées pour le public iranien de son App Store
Au nom de l'embargo américain

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
D’après le New York Times, Apple a entrepris d’éjecter de son App Store les applications développées pour le public iranien. La raison ? Les restrictions commerciales américaines avec ce pays. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle Apple n’a aucune présence dans le pays et n’offre même pas une version iranienne de sa vitrine de téléchargement.

Mais cela n’a pas empêché que les développeurs iraniens proposent des milliers d’applications à leurs compatriotes via des versions d’App Stores d’autres pays, parmi lesquelles la version américaine.

Jeudi, Apple a supprimé Snapp, une application qui propose un service similaire à Uber et qui est populaire en Iran. Une suppression qui a été précédée par d’autres du même ordre durant ces dernières semaines et qui concerne des applications de livraisons de nourriture, d’achats et d’autres services.

Dans un message adressé aux développeurs iraniens dont les applications ont été affectées par le bannissement, Apple a déclaré : « Sous la réglementation sur les sanctions américaines, l'App Store ne peut pas héberger, distribuer ou faire des affaires avec des applications ou des développeurs connectés à certains pays sous embargo américain. »

Mahdi Taghizadeh, cofondateur de DelionFoods, un service de livraison de nourriture en ligne, a déclaré que son application faisait partie de celles qui avaient été retirées. « Nous travaillons si dur et devons nous battre tout le temps, et maintenant ça », a-t-il déclaré lors d'une interview. « Les gens qui disposent d’un iPhone ne peuvent plus télécharger aucune des applications populaires. Imaginez si, aux États-Unis, vous ne pouviez pas obtenir Uber sur votre téléphone. »

Taghizadeh a lancé une campagne en ligne pour dénoncer cette mesure. Il a choisi de commencer par Twitter en lançant le hashtag #StopRemovingIranianApps, pour faire pression sur Apple afin que l’entreprise mette fin à cette situation. Le New York Times rappelle cependant que le gouvernement iranien a bloqué Twitter dans le pays. Aussi, seule l’utilisation de moyens détournés comme un VPN peut permettre aux utilisateurs de se rendre sur le réseau social.

Le mot d’ordre a été suivi par plusieurs personnes et nous pouvons voir des Tweets comme celui qui rappelle que « Bannir les applications pour des gens de certains pays est un acte contre le peuple et non contre le gouvernement », ou un autre qui invite Apple à admettre « Qu’il n’y a rien de plus menaçant pour la sécurité nationale des États-Unis que plus d’Iraniens prenant un taxi. » Un autre a demandé « Pourquoi ne pouvons-nous pas publier nos applications sur l’App Store ? Nous sommes des développeurs, au même titre que les autres. »


Google, qui permet aux développeurs Android de publier des applications en Iran tant qu'elles n'impliquent pas d'achats, ne semble pas avoir pris une action similaire contre les applications iraniennes dans son magasin Play, et les règles de sa vitrine en ligne autorisent la distribution des applications dans le pays.

Apple a demandé aux développeurs iraniens en février de supprimer toutes les options de paiement de leurs applications afin d'empêcher que l’argent iranien n’entre aux États-Unis en violation des sanctions. L'Iran a alors développé son propre système de paiement en ligne interne, baptisé shaparak. Après l'avis d’Apple, presque toutes les applications iraniennes, y compris Snapp, se sont tournées vers d’autres alternatives que les moyens de paiement proposés aux développeurs par Apple comme shaparak, le paiement en espèce ou d’autres moyens de paiement.

« La suppression complète des applications iraniennes par Apple signifie que notre travail sera beaucoup plus compliqué », a déclaré Taghizadeh. Sa société a lancé une campagne en ligne pour attirer plus de clients, mais a décidé de mettre fin à ces efforts pour le moment. « À quoi ça sert si les gens ne peuvent pas télécharger votre application ? »

Le nouveau ministre iranien des Télécommunications, Mohammad Javad Azari Jahromi, s'est plaint sur Twitter de la décision d'Apple de supprimer les applications et a déclaré qu'il envisageait de lancer des poursuites.

En effet, selon lui, « 11 pour cent du marché des téléphones portables en Iran appartient à Apple ». Il a ajouté que « Respecter les droits des clients est un principe aujourd'hui qu'Apple n'a pas honoré. Nous poursuivrons légalement la suppression des applications. »

Source : New York Times

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de eclesia eclesia - Rédacteur https://www.developpez.com
le 25/08/2017 à 21:44
Ha, les USA prepare le terrain leur prochaine guerre au moyen-orient ?
au nom de mettre en place une nouvelle démocratie ... ou plutot d'empecher l'iran de progresser dans la recherche nucléaire.
Avatar de Poulain Poulain - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 25/08/2017 à 23:05
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Le New York Times rappelle cependant que le gouvernement iranien a bloqué Twitter dans le pays. Aussi, seule l’utilisation de moyens détournés comme un VPN peut permettre aux utilisateurs de se rendre sur le réseau social.
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Le nouveau ministre iranien des Télécommunications, Mohammad Javad Azari Jahromi, s'est plaint sur Twitter de la décision d'Apple de supprimer les applications et a déclaré qu'il envisageait de lancer des poursuites.
Il n'y a que moi que ça choque ?
Avatar de RyzenOC RyzenOC - Membre expert https://www.developpez.com
le 26/08/2017 à 8:02
Encore une fois on voit le probleme des stores.
Il n'y a rien à dire si ce n'est que Apple est roi et fait ce qu'il a envie. Comme roi Apple peut accepter ou refuser n'importe quels applications dans son éco-systeme. Ils en ont le droit, si vous n’êtes pas content c'est pareil.

Meme chose du coté du store de MS et de Google, quoique sur android on peut télécharger un apk et l'installer sans avoir besoin de store et sous windows le store n'existe pas (dans le sens ou personne ne l'utilise et c'est une bonne chose).

Je suis très content que cela arrive, sa montre le vrai visage de ces systèmes privateurs.
Avatar de Coeur De Roses Coeur De Roses - Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
le 28/08/2017 à 12:56
Citation Envoyé par Poulain Voir le message
Il n'y a que moi que ça choque ?
Non, je pensais être le seul mais je vois que vous aussi avez remarqué.
Avatar de psychadelic psychadelic - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 28/08/2017 à 13:04
C'est un illustration parfaite des dérives des Etats et des "World compagnies", qui ne peut que plaider pour l'Open source...
Avatar de Saverok Saverok - Expert éminent https://www.developpez.com
le 28/08/2017 à 13:18
Citation Envoyé par psychadelic Voir le message
C'est un illustration parfaite des dérives des Etats et des "World compagnies", qui ne peut que plaider pour l'Open source...
L'open source n'a rien à voir là dedans.
Il existe énormément d'applications open source publiées sur l'app-store.

On aurait le même débat avec un store géré par une fondation.
Le cœur du sujet est la centralisation des app via un store.
Avatar de ddoumeche ddoumeche - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 29/08/2017 à 0:58
Appel n'y est pour rien : c'est la résultante d'une loi passée récemment par le Congrès malgré l'opposition de la maison blanche.
Et cela va plus loin car elle menace de punir des sociétés étrangères (européennes) qui font du commerce avec des pays blacklistés (comme la Russie)
Offres d'emploi IT
Formation Développeur Logiciel
AFPA - Nord Pas-de-Calais - Lomme (59160)
Développeur d'application mobile F/H
Zenika - Ile de France - Paris (75000)
Tech Lead PHP H/F
Smile - Pays de la Loire - Nantes (44000)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil