L'université Jagiellonian où enseigne le professeur qui a introduit l'Asymetrical Numerical Systems (ANS)
S'oppose au dépôt de brevet de Google

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
L’Asymetrical Numerical Systems (ANS) est une famille des méthodes de codage entropique qui est en train de prendre le dessus actuellement sur le codage de Huffman et le codage arithmétique dans les compresseurs de données utilisés notamment par les géants comme Apple, Facebook et Google.

La particularité de ce codage est sa vitesse époustouflante, il combine des caractéristiques du codage arithmétique et le codage de Huffman pour être 30 fois plus rapide. En raison de cela, ANS est utilisé dans le compresseur Zstandard de Facebook, le compresseur LZFSE d’Apple et le compresseur Draco 3D de Google.

Les tests de Benchmark montrent que le codage arithmétique le plus rapide a une vitesse de décodage de l'ordre de 50 Mo/s contre 1500 Mo/s pour l’ANS. L’ANS bat également le codage de Huffman, dont l’implémentation standard zlibh de gzip a une vitesse de 300 Mo/s.

L’ANS a été introduit par Jarosław (Jarek) Duda, un professeur à la faculté de mathématiques et d'informatique de l'Université Jagiellonian à Cracovie (Pologne), en tant que méthode ouverte, le but étant d’éviter le même sort que le codage arithmétique, dont l’adoption a été bloquée pendant plusieurs années à cause des brevets. Cependant, certains acteurs essaient désormais de breveter des applications basiques de l’ANS, y compris Google pour le compresseur vidéo AV1.

« Une belle façon de remercier un pauvre académique de la part d’une firme de plusieurs milliards de dollars qui prône le "Don't be evil", qui exploite son [Jarek] travail gratuitement et qui les a aidés [Jarek] durant les trois dernières années » a écrit Jarek dans un forum. « À un moment donné, ils m’ont donné l’espoir d’une collaboration avec mon université, puis silence radio… probablement en raison de cette démarche de brevet. »

Selon Jarek, si jamais ce brevet général est donné à Google, les gens auront peur d’utiliser ANS pour la compression image et vidéo durant les 20 prochaines années, ce qui va la paralyser comme il a été le cas avec le codage arithmétique.

Bien que l’inventeur d’ANS soit furieux de la décision de Google, certains pensent que l’entreprise cherche surtout à se prémunir contre les patents trolls, surtout que le géant de la recherche est connu pour avoir largement contribué à AV1

De son côté, l'Université Jagiellonian a l’intention d’exiger le retrait de la demande de brevet déposée par Google aux États-Unis : « Nous comprenons l'intention originale et idéaliste de notre employé (...) qui voulait que la méthode de codage ANS reste accessible au public gratuitement. Par conséquent, le dépôt de la demande de brevet auprès du bureau américain des brevets sans le consentement préalable du Dr Duda peut être considéré comme controversé à la fois en termes commerciaux et éthiques », a fait valoir Adrian Ochalik, porte-parole de l’université. « Nous demanderons le retrait de la demande de brevet par Google, tout comme l'auteur du code, nous n'aimerons pas que l'accès soit limité par tous les moyens. »

L’EPO (European Patent Office, l’office européen des brevets) a donné son avis en tant qu’ISA (Internal Searching Authority) sur le sujet. Dans son avis provisionnel, l’office a déclaré que « L'objet de la revendication ne comporte pas d'activité inventive au sens de l’article 33(1) et (3) PCT. »

En 2016, une tentative pour breveter de la solution de Duda a également été faite en Grande-Bretagne, mais le tribunal britannique a statué qu'un contenu en ligne gratuit ne pouvait pas faire l'objet d'une procédure de brevet.

Source : Office européen des brevets, annonce de l'université en Pologne

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de jgdaprem jgdaprem - Futur Membre du Club https://www.developpez.com
le 21/08/2017 à 20:16
Citation Envoyé par Axel Mattauch Voir le message

GOOGLE a déposé une demande de brevet en 2016.
En première lecture le brevet prétend à une amélioration de l'ANS, ce qui signifierait que seules ces améliorations seraient couvertes par le brevet?
Je ne pense pas ... ce n'est pas parce que vous améliorez une chose que vous détiendrez systématiquement un brevet sur cette chose ou ses améliorations (ajoutez une aile à un avion... ça reste un avion ...)

Comme dit plus loin, l'OEB a bien fait son job en détectant qu'il n'y avait pas de nouveauté puisque déjà publié avant la demande de brevet ... bravo !

Le mieux, pour garder libre de droits une invention, c'est de la rendre publique ... sur divers magazines scientifiques, ou par l'intermédiaire de prestataires
par exemple http://www.researchdisclosure.com/
Contacter le responsable de la rubrique Accueil