Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Avoir un « mauvais » emploi pourrait être pire pour votre santé que ne pas avoir un emploi
D'après les résultats d'une étude

Le , par Stéphane le calme

22PARTAGES

20  0 
Dans une nouvelle étude, des chercheurs ont suivi 1116 adultes britanniques sans emploi entre 2009 et 2010. Ceux qui ont trouvé de bons emplois ont bénéficié d'une amélioration des résultats en matière de santé mentale, alors que ceux qui ont trouvé des emplois stressants, mal payés ou instables ne voyaient aucune amélioration. En fait, les indicateurs physiques du stress chronique étaient encore plus élevés chez les personnes qui travaillaient dans de mauvais emplois que chez ceux qui restaient au chômage.

Aussi, ResearchGate s’est entretenu avec l'auteur de l'étude, Tarani Chandola, sociologue médical à l'Université de Manchester, pour avoir son commentaire.

ResearchGate. Quel était le but de cette recherche ?

Tarani Chandola. J'essayais de tester l'hypothèse commune selon laquelle avoir n’importe quel emploi est meilleur que n’avoir aucun emploi. Je me suis penché sur le travail, le stress et la santé pendant un certain nombre d'années, et les gens acceptent que le fait d'avoir un emploi stressant ne soit pas bon pour votre santé physique et mentale. Toutefois, la plupart des gens disent « mais au moins vous avez un emploi », en supposant implicitement que le chômage est bien pire pour votre santé que d'avoir un travail stressant et de mauvaise qualité.

Qu’est-ce qui différencie les « bons » emplois des « mauvais » ?

J'ai utilisé les définitions de l'OCDE sur les emplois de mauvaise qualité en fonction d'une faible rémunération (environ ou juste en dessous du salaire minimum), d'une faible sécurité d'emploi, d'une faible satisfaction au travail et d'une forte anxiété professionnelle. Ceux qui travaillaient dans le cadre de l'absence de ces caractéristiques défavorables de l'emploi étaient dans de bons emplois et ceux qui avaient deux ou plusieurs de ces caractéristiques étaient dans des emplois de mauvaise qualité.

Comment exercer un « bon » travail affecte-t-il la santé des anciens chômeurs ?

Il y a une amélioration marquée de la santé mentale des adultes qui ont commencé à travailler dans de bons emplois, en particulier par rapport à tout changement de santé mentale pour leurs pairs qui sont restés au chômage.

Qu'en est-il du moment où les chômeurs commencent à travailler dans de mauvais emplois ?

Il n'y avait pas eu d'amélioration dans la santé mentale des adultes qui ont commencé à travailler dans de mauvais emplois : leur niveau de santé mentale était très semblable à celui de ceux qui restaient au chômage. Mais les niveaux de biomarqueurs liés au stress chronique parmi ceux qui ont commencé à travailler dans de mauvais emplois étaient beaucoup plus élevés que leurs pairs qui sont restés au chômage. Ces biomarqueurs liés au stress sont très différents de l'autoperception du stress et sont basés sur des taux élevés d'hormones, de niveaux inflammatoires, métaboliques et cardiovasculaires tels que la pression artérielle et le cholestérol.

Votre étude porte sur les adultes britanniques. Pensez-vous que les résultats seraient similaires dans d'autres pays ?

Oui, quelques autres études dans des pays comme l'Australie ont également constaté que les adultes sans emploi qui sont réemployés dans de mauvais emplois ont une santé plus pauvre que ceux qui sont restés au chômage.

Recommanderiez-vous que les chômeurs refusent des emplois de mauvaise qualité ?

Non, mais si les travailleurs soupçonnent que leur travail les rend malades, ils doivent faire quelque chose à ce sujet. Cela ne signifie pas pour autant qu’ils doivent laisser leur mauvais travail, mais plutôt informer leur docteur à ce sujet, en informant leurs gestionnaires sur la façon dont leur travail les diminue. Les employeurs ont le devoir de protéger la santé de leurs travailleurs et doivent faire des ajustements raisonnables s'ils ont un handicap. Des méthodes de travail flexibles, telles que la réduction des heures de travail, sont l'une des façons dont les personnes avec des conditions de santé limitées peuvent gérer le travail et leur santé.

Source : Research Gate

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ? Partagez-vous les conclusions de l'auteur ?
Ces résultats peuvent-ils s'appliquer dans le domaine de l'IT ? Pourquoi ?
Que pouvez-vous conseiller à ceux qui se retrouvent dans la situation du « mauvais » emploi ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Chauve souris
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 21/08/2017 à 7:53
Je me souviens de mon époque où j'étais chômeur chronique puisque ayant plus de 40 ans. Quand je racontais ma situation à certains ils faisaient une sombre mine comme si j'avais attrapé le SIDA. je les rassurais en leur disant que, hormis la trésorerie, ça avait des bons côtés, on pouvait faire ce qu'on avait envie ou... ne rien faire du tout.

J'ai toutefois eu une exception de la part d'un notaire qui me disait que j'étais un heureux homme parce que j'avais du temps pour vivre et c'était là l'essentiel. Du coup je lui tenais une réflexion inverse en rappelant, quand même, qu'au niveau de la trésorerie ce n'était pas optimal.
7  0 
Avatar de Inikaam
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 22/08/2017 à 9:45
Qu'être chômeur soit moins mauvais pour la santé qu'avoir un mauvais boulot, je pense que c'est vrai, par contre l'expression "au moins t'as un boulot" n'est en rien lié à la santé, mais intimement lié au portefeuille. Je pense qu'il y a interprétation sur la base même de la recherche, dommage. Mais bon, dans les deux cas, le moral prend une méchante claque, et je ne parle de pas de l'estime personnelle et la confiance en soi.
2  0 
Avatar de champsy_dev
Membre averti https://www.developpez.com
Le 18/08/2017 à 20:41
J'essayais de tester l'hypothèse commune selon laquelle avoir n’importe quel emploi est meilleur que n’avoir aucun emploi. Je me suis penché sur le travail, le stress et la santé pendant un certain nombre d'années, et les gens acceptent que le fait d'avoir un emploi stressant ne soit pas bon pour votre santé physique et mentale. Toutefois, la plupart des gens disent « mais au moins vous avez un emploi », en supposant implicitement que le chômage est bien pire pour votre santé que d'avoir un travail stressant et de mauvaise qualité.
Des méthodes de travail flexibles, telles que la réduction des heures de travail, sont l'une des façons dont les personnes avec des conditions de santé limitées peuvent gérer le travail et leur santé.
Implicitement "Personne mécontente de son emploi" = "Personnes avec des conditions de santé limitées"

Mais la solution est la "Des méthodes de travail flexibles"

Macron sort de ce corps !!!!!
1  0 
Avatar de mister3957
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 18/08/2017 à 21:16
Les employeurs ont le devoir de protéger la santé de leurs travailleurs
Ils ont surtout l'intérêt ! Malheureusement il est indirect, pas d'bol !
1  0 
Avatar de shenron666
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 04/09/2017 à 16:52
Je n'ai pas attendu une étude pour arriver à la même conclusion il y a bien des années de cela.
Dès lors que l'on comprend que la santé physique est influencée par le moral...
Si on est pas heureux dans son travail, on change
0  0 
Avatar de champsy_dev
Membre averti https://www.developpez.com
Le 06/09/2017 à 23:03
Ou on travail moins pour vivre plus. La sobriété heureuse 😁
0  0