Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les milliardaires de la Tech et d'autres PDG se séparent du conseil de la Maison-Blanche
Après une énième bourde du Président Trump

Le , par Stéphane le calme

82PARTAGES

9  2 
À son arrivée au pouvoir, le Président Donald Trump a créé le Strategic and Policy Forum, un forum d'affaires dont l’objectif est de donner au président des perspectives des chefs d'entreprise sur la création d’emplois et l'amélioration de la croissance de l'économie américaine. Il se compose de 16 membres présidés par Stephen Schwarzman, cofondateur du cabinet de Private Equity The Blackstone Group, et ils ont commencé à organiser des rassemblements en février 2017.

Parmi les membres, nous retrouvons :
  • Paul Atkins, PDG de Patomak Global Partners
  • Mary Barra, présidente et chef de la direction de General Motors
  • Toby Cosgrove, chef de la direction de Cleveland Clinic
  • Jamie Dimon, président et chef de la direction de JPMorgan Chase
  • Larry Fink, président et chef de la direction de BlackRock
  • Rich Lesser, président et chef de la direction de Boston Consulting Group
  • Doug McMillon, président et chef de la direction de Wal-Mart Stores, Inc.
  • Jim McNerney, ancien président, président et chef de la direction de Boeing
  • Indra Nooyi, présidente et chef de la direction de PepsiCo
  • Adebayo "Bayo" Ogunlesi, président et directeur associé de, Global Infrastructure Partners
  • Ginni Rometty, présidente et chef de la direction d’IBM
  • Kevin Warsh, ancien membre du conseil d'administration de la Réserve fédérale.
  • Mark Weinberger, président et chef de la direction d’EY
  • Jack Welch, ancien président et chef de la direction de General Electric
  • Daniel Yergin, lauréat du prix Pulitzer, vice-président de l'IHS Markit

En parallèle, en janvier, le Président Trump a également annoncé que dans le cadre de son programme global de création d'emplois, il lancera la Manufacturing Jobs Initiative.

Il est allé à la rencontre de certains des chefs d'entreprise les plus prospères et créatifs dans le but de partager leurs expériences et leurs idées. Il a expliqué qu’il envisage de rechercher continuellement de l'information et des perspectives d'un large éventail de chefs d'entreprise sur la meilleure façon de promouvoir la croissance de l'emploi.

La première série de réunions a été organisée par Andrew Liveris, président et chef de la direction de Dow Chemical Company. Voici la liste des chefs d’entreprise qui ont participé à la genèse de ce projet :
  • Andrew Liveris, The Dow Chemical Company
  • Bill Brown, Harris Corporation
  • Michael Dell, Dell Technologies
  • John Ferriola, Nucor Corporation
  • Jeff Fettig, Whirlpool Corporation
  • Mark Fields, Ford Motor Company
  • Ken Frazier, Merck & Co., Inc.
  • Alex Gorsky, Johnson & Johnson
  • Greg Hayes, United Technologies Corp.
  • Marilynn Hewson, Lockheed Martin Corporation
  • Jeff Immelt, General Electric
  • Jim Kamsickas, Dana Inc.
  • Klaus Kleinfeld, Arconic
  • Brian Krzanich, Intel Corporation
  • Rich Kyle, The Timken Company
  • Thea Lee, AFL-CIO
  • Mario Longhi, US Steel
  • Denise Morrison, Campbell Soup Company
  • Dennis Muilenburg, Boeing
  • Elon Musk, Tesla
  • Doug Oberhelman, Caterpillar
  • Scott Paul, Alliance for American Manufacturing
  • Kevin Plank, Under Armour
  • Michael Polk, Newell Brands
  • Mark Sutton, International Paper
  • Inge Thulin, 3M
  • Richard Tumka, AFL-CIO
  • Wendell Weeks, Corning

Quelques mois seulement après le lancement, un groupe consultatif de la Maison-Blanche des principaux PDG a été démantelé mercredi après une tirade du président Donald Trump qui n’aura laissé au panel que peu de choix, selon un membre. Ce dernier a déclaré « Il y avait une telle tempête », ajoutant que « Vous ne savez pas ce qui se passe ensuite, ce qu'il va dire ou faire par la suite. »

La transgression de trop ?

Samedi 12 août, l’extrême droite américaine la plus activiste – suprémacistes blancs, néonazis, antisémites et membres du Ku Klux Klan, nombre d’entre eux lourdement armés – avait décidé, après plusieurs rassemblements ces derniers mois, de faire une démonstration de force à Charlottesville (Virginie). Le prétexte était la défense de la statue de Robert E. Lee, chef militaire des sudistes durant la guerre de Sécession, que la municipalité a décidé de déboulonner.

Après des affrontements violents avec les militants antiracistes, la manifestation s’est terminée de façon dramatique, un jeune manifestant (20 ans) d’extrême droite ayant foncé avec sa voiture dans la foule, tuant une jeune femme (32 ans) et blessant gravement une vingtaine de personnes.

La réaction du Président en a choqué plus d’un : il a déclaré qu’à Charlottesville il y avait « des torts des deux côtés ». Des propos qui ont vite fait d’être salués par l'ex-leader du Ku Klux Klan David Duke, qui a approuvé le fait que le Président condamne ces « terroristes de gauche », tandis que plusieurs responsables des républicains jusqu’au chef des marines, dénonçaient ce nouveau revirement.

La réaction des PDG ?

Plusieurs d’entre eux se sont désolidarisés en abandonnant son initiative. Le président et chef de la direction de 3M, Inge Thulin, a annoncé sa démission du conseil : « Je crois que l'initiative n'est plus un moyen efficace pour que 3M avance ses objectifs (des États-Unis plus forts, plus sains et plus prospères pour toutes les personnes) » , a-t-il déclaré.

« En tant que PDG de Merck et en mon âme et conscience, je me sens responsable de prendre position contre l'extrémisme », a déclaré Kenneth Frazier.

Trump s’en est pris à ceux qui ont quitté le conseil, qui comprenait des poids lourds de la Tech comme Elon Musk et Travis Kalanick, twittant après la démission du chef de Merck : « Pour tous les PDG qui quittent le Manufacturing Council, j'ai beaucoup de remplaçants. »

Suite à la décision de mercredi du conseil consultatif de dissoudre et de condamner les déclarations de Trump, le président a déclaré qu'il mettrait fin au Strategic and Policy Forum et au Manufacturing Council.


« L’idée sous-jacente est qu’il était important de réagir en tant que groupe. En tant que panel, et non en tant qu’individus, car cela aurait un impact plus important », a expliqué un membre du conseil. Les chefs d'entreprise ont choisi de dissoudre le conseil afin de « condamner » les commentaires du président à propos de la violence de Charlottesville, a-t-il expliqué.

Source : CNBN, Maison-Blanche

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Kajiku
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 17/08/2017 à 13:50
Il y avait des gens très bien des deux côtés
Je pense que c'est cette phrase qui est terrible dans ce discours, personnellement, je ne peux pas penser qu'être néonazi ou du kkk et être "quelqu'un de très bien" soit possible.

Ça me fait penser à une chanson de Didier Super : "Y'en a des biens !"
9  2 
Avatar de math_lab
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 17/08/2017 à 11:29
Ce qui est choquant c'est que les gens soient choqués par Trump qui dit qu'il y a eu des excès des deux cotés (ce qui a été confirmé par les reporters et la police) et que la violence c'est pas cool. Trump a quand même ajouté que les suprématistes blancs étaient 'repugnants' (et je suis surpris que 1) il connaisse un mot si compliqué, 2) il crache sur une partie de son électorat), il aurait du faire quoi de plus ? Dire comme les autres que la violence est totalement justifiée face a une manifestation légale ? Pour moi, c'est sa première déclaration qui ne lui donne pas l'air d’être un crétin fini.
11  6 
Avatar de gagaches
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 17/08/2017 à 15:02
Citation Envoyé par Kajiku Voir le message
Je pense que c'est cette phrase qui est terrible dans ce discours, personnellement, je ne peux pas penser qu'être néonazi ou du kkk et être "quelqu'un de très bien" soit possible.

Ça me fait penser à une chanson de Didier Super : "Y'en a des biens !"
Kajiku, garde le reste du propos stp :
« J’ai condamné les néonazis. Mais tous les gens qui étaient là-bas n’étaient pas des néonazis ou des suprémacistes blancs, tant s’en faut, a-t-il poursuivi. Il y avait des gens très bien des deux côtés. »

"Mais tous les gens qui étaient là-bas n’étaient pas des néonazis ou des suprémacistes blancs, tant s’en faut"

=> "Il y avait des gens très bien des deux côtés." ... en plus des néonazi/suprémacistes blancs.
Nuance de son propos.

J'ai l'impression que, comme c'est Trump, on juge immédiatement qu'il ne dit que de la merde ?
(cf d'ailleurs le nombre de downvotes que j'ai à relever cette "bienpensante" pensée)

Je reprends l'explication de texte :
« Je pense qu’il y a des torts des deux côtés », a-t-il lancé, vindicatif.
« J’ai regardé de très près, de beaucoup plus près que la plupart des gens. Vous aviez un groupe d’un côté qui était agressif. Et vous aviez un groupe de l’autre côté qui était aussi très violent.»

=> les deux groupes sont responsables et autant violent l'un que l'autre. oui ...
A juger les actes, les "anti-" alt-right auraient pu faire d'autres choses.
Invoquer la justice pour protéger le monument, faire une autre marche la veille, ... les ignorer ?
plutôt que d'en venir aux mains avec eux.

« Personne ne veut le dire.»
Effectivement, dans la couverture médiatique, tout est de la faute des alt-right.
Alors, je condamne totalement le connard qui roule sur les gens pour imposer sa vue.

Maintenant, on ne peut pas aller "affronter physiquement" une meute stupide, aggressive et armée, sans s'attendre à des conséquences violentes.
On aurait pu faire tellement plus de choses, et surtout les ignorer !!

Et là-dessus, les médias ont, encore une fois, leur rôle à jouer.
Notamment d'arrêter de faire les pute-à-clics pour ramener de l'audience.

Une manifestation, c'est légal.
Détruire un monument, c'est illégal => justice et condamnation.

Faire la couverture médiatique, c'est faire parler des alt-rigths.

Et là, la news était sur le départ des PDG qui "n'approuvent pas".
Mais leur conseil n'est pas là pour parler de ça. Ils n'ont aucun rôle à jouer.

Donc faire la couverture médiatique de leur "départ" car Trump ne leur convient pas pour sa sortie sur charlottesvilles ... osef ?

(et continuez les downvote sans arguments, c'est intelligent comme comportement )
6  1 
Avatar de 23JFK
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 17/08/2017 à 16:39
Quand on constate que la presse applaudit le déboulonnage sauvage d'une statue (qui fait partie de l'histoire américaine) de son piédestal d'un côté et qu'elle s'insurge contre du vandalisme sur un monument communautaire de l'autre, il y a manifestement un problème d'hystérie dans le positionnement des journalistes.
5  0 
Avatar de ParseCoder
Membre averti https://www.developpez.com
Le 17/08/2017 à 17:15
Curieux que l'on ai attendu la présidence Trump pour enlever ces statues ... 150 ans après l'abolition de l'esclavage par Lincoln! Pourquoi ça n'a pas été fait plus tôt? Et même: pourquoi Obama ne l'a pas fait? La réalité de la société civile américaine serait elle un poil plus complexe que les présentations manichéennes des médias? Ce qui me fait me demander: qui veut provoquer une nouvelle guerre civile?
Supprimer les symboles du racisme c'est très bien. Mais s'attaquer au racisme lui-même c'est beaucoup mieux. Trump dit que pour apaiser les tensions raciales il faut redonner du boulot à tout le monde. Non seulement il a raison, mais c'est beacoup plus important que de répéter "le racisme c'est pas bien" uniquement pour se donner bonne conscience et soigner sa réputation.
La quasi totalité des parlementaires américains sont des va-t-en-guerre qui ont voté de nouvelles sanctions contre la russie qui ne servent à rien sauf à nous rapprocher un peu plus d'un conflit militaire qui deviendrait inévitablement nucléaire. Un tel conflit anéantirait toute vie sur Terre. Ces même gens veulent maintenant se faire passer pour des parangons de vertu. Honte à eux car ils sont pire que racistes.
5  0 
Avatar de math_lab
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 17/08/2017 à 13:53
Quid des gens qui voulaient juste garder un monument historique ? Genre tous ceux qui sont contre le révisionnisme (on ne devrait pas effacer l'histoire juste parce qu'elle ne nous plait pas). Tous les gens de la manif n’étaient pas forcement des casseurs et des membres du kkk.
4  0 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 17/08/2017 à 14:07
Citation Envoyé par math_lab Voir le message
Quid des gens qui voulaient juste garder un monument historique ? Genre tous ceux qui sont contre le révisionnisme (on ne devrait pas effacer l'histoire juste parce qu'elle ne nous plait pas). Tous les gens de la manif n’étaient pas forcement des casseurs et des membres du kkk.
Le rassemblement d'origine était organisé par l'ALt-Right pour la suprématie blanche.
Parmi les premiers à alerter de la dérive néo-nazi de ce rassemblement fut Airbnb pour refus de location à des sympathisants d'extrême droite.

Je ne sais pas pour toi, mais quand on est un mec bien, est-ce que l'on se rend à une manif où la plupart des participants ont des croix gammés tatouées sur le bras ?
Que l'on adhère ou non à la cause de façade du rassemblement, on regarde avant tout qui y participe, non ?
4  0 
Avatar de Kajiku
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 17/08/2017 à 14:32
Citation Envoyé par math_lab Voir le message
Ne pas vouloir s'exprimer de peur d’être associé a d'autres personnes, c'est de l'auto censure. J'en suis moi même coupable: je n'aurai pas osé y participer, même si je suis d'accord sur le principe de ne pas détruire des monuments historiques. Ça fait de moi un lâche qui n'a pas le courage de défendre la liberté d'expression et l'Histoire, pas quelqu'un de bien. Le fait que ce soit une manif organisée par l'alt right veut juste dire que c'est les seuls qui ne veulent pas s'en débarrasser, ou que les gauchistes ne voulaient plus de cette statue a cause de ce qu'elle représente. Pour moi, détruire des monuments pour des raisons politiques, c'est dangereux (a quand le prochain autodafé au nom de la tolérance ?).
Si on doit mettre tout le monde dans le même panier, alors tous ceux qui étaient dans la contre-manif sont des antifas anarchistes violents, ce qui, je suis sur, n'est pas du tout le cas.
Il y a d'autres façons de manifester son mécontentement quant à cette action que de participer à une manif organisé par les "alt-right" :
Organiser une autre manif pacifique un autre jour, créer et/ou signer une pétition (en ligne, ou non), écrire une lettre au maire de la ville, etc... Bref tu peux faire cela sans te lier à cette manifestation et en restant droit dans tes bottes.
5  1 
Avatar de math_lab
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 17/08/2017 à 17:44
Enlever la statue de Lee sous prétexte que c'est un méchant raciste en faveur de l'esclavagisme c'est quand même fort:

Citation Envoyé par Wikipedia
The evidence cited in favor of the claim that Lee opposed slavery included his direct statements and his actions before and during the war, including Lee's support of the work by his wife and her mother to liberate slaves and fund their move to Liberia,[69] the success of his wife and daughter in setting up an illegal school for slaves on the Arlington plantation,[70] the freeing of Custis' slaves in 1862, and, as the Confederacy's position in the war became desperate, his petitioning slaveholders in 1864–65 to allow slaves to volunteer for the Army with manumission offered as a reward for outstanding service.[71][72]
En gros, c'est un gars qui avait des esclaves (comme beaucoup de monde, y compris les gentilles idoles américaines), mais qui a participé avec sa famille a la création illégale d'écoles pour les esclaves, ainsi qu'a leur libération et "rapatriement", et tout ça avant et pendant la guerre (donc pas vraiment un retournement de veste après la défaite). Donc bon...

(j'ai quand même vérifié une version antérieure de la page Wikipedia au cas ou ça serait une tentative de manipulation suite a tout cette histoire)
3  0 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 18/08/2017 à 11:01
Citation Envoyé par gagaches Voir le message
Et là, la news était sur le départ des PDG qui "n'approuvent pas".
Mais leur conseil n'est pas là pour parler de ça. Ils n'ont aucun rôle à jouer.
Qui créé les emplois ?
Qui effectue les licenciement massifs ?
Qui investi ?
Qui indexe le web ?
Qui héberge le web ?
Qui investi dans la recherche ?
Qui fait on chier avec la discrimination positive ?
Qui finance les universités (surtout aux USA) ?
etc. etc.

Dans un pays libéral comme les USA où le coût du fonctionnement de l'Etat n'est que de 26% du PIB (contre 53% en France), ce sont bien les entreprises qui font fonctionner la société, pas l'Etat.
Affirmer que les PDG n'ont pas de rôle social ou moral dans la société américaine n'a aucun sens.
2  0