Affaire VPN et Apple en Chine : les Nations Unies envoient une demande d'éclaircissement à Tim Cook
Pour mieux comprendre le geste de son entreprise

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Il y a quelques jours, Apple a suscité l’indignation des éditeurs de solutions VPN en retirant leurs applications de sa vitrine chinoise de téléchargements. ExpressVPN, l’une des sociétés qui ont été touchées par ce « nettoyage » d’Apple, a dit être « Déçu de ce développement, car il représente la mesure la plus drastique que le gouvernement chinois a prise pour bloquer l'utilisation des VPN à ce jour et nous sommes troublés de voir Apple aider les efforts de censure de la Chine. ExpressVPN condamne fermement ces mesures qui menacent la liberté d'expression et les libertés civiles. » Un discours d’amertume qui a été repris par plusieurs acteurs dans le milieu.

Face à cette situation, le PDG d’Apple s’est senti obligé d’intervenir pour clarifier les choses. Selon Tim Cook, il est évident qu’Apple ne préfère pas la suppression de ces applications, mais l’entreprise doit quand même suivre les lois des pays où elle fait des affaires : « Nous préférerions évidemment ne pas supprimer les applications, mais comme nous le faisons dans d'autres pays, nous suivons la loi partout où nous faisons des affaires. » Tim Cook trouve également qu’il faut s'aligner avec les décisions des gouvernements des pays, même en cas de désaccord : « Nous croyons [au respect des décisions] des gouvernements même lorsque nous ne sommes pas d'accord. »

Des explications qui sont loin de satisfaire tout le monde. En effet, un des principaux spécialistes des droits de l'homme des Nations Unies a envoyé une lettre à Apple pour demander la raison qui a motivé Apple à supprimer de nombreux fournisseurs de VPN de la déclinaison chinoise de son App Store.

Plusieurs pourraient penser que le gouvernement chinois est très regardant sur les informations qui peuvent circuler, notamment avec un événement majeur comme un remaniement du leadership qui est prévu plus tard cette année. Cependant, les fournisseurs de VPN ne facilitent pas cette mission de contrôle étant donné qu’ils sont souvent utilisés pour contourner la censure chinoise.

David Kaye, rapporteur spécial sur l'opinion et l'expression, a envoyé plusieurs questions au directeur général de l'entreprise, Tim Cook, pour demander entre autres si Apple a reçu des demandes formelles ou informelles de Pékin pour supprimer les applications et si la société a formulé des objections.

« Je suis conscient des défis auxquels font face votre entreprise et les autres entreprises de technologie et de médias en élargissant l'accès à vos produits en Chine, produits qui élargissent souvent la communication et l'accès à l'information», a déclaré Kaye.

« Au cours des dernières années, la Chine a élargi la portée de ses outils et efforts de censure, au détriment des droits individuels à la liberté d'expression, à l'accès à l'information, à la liberté d'association et à d'autres droits fondamentaux de l'homme. Les restrictions chinoises vous ont placé au poste – inintéressant et probablement à contrecœur – d'avoir à faire la médiation entre vos clients, les citoyens chinois et la loi chinoise », a-t-il ajouté.

Les nouvelles des suppressions d'applications de l’App Store arrivent quelques mois après qu’Apple a accepté le prix Newseum pour la liberté d’expression en avril, dans lequel la société a réaffirmé son engagement de « permettre aux personnes du monde entier de parler » et « de parler nous-mêmes », un point que Kaye n’a pas manqué de souligner dans sa lettre.

« Je pose ces questions, non pas en tant que juge des choix d'Apple dans cette situation, mais dans le cadre de mes efforts pour comprendre. Je rendrai compte par la suite aux organes de l'ONU, l'état de la liberté d'expression dans le monde entier », a déclaré Kaye.

Source : lettre en PJ

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Offres d'emploi IT
Ingénieur .Net / Sharepoint - Projets innovants web & mobile
Altercursus - Ile de France - Paris ouest
Expert biztalk H/F
BSPP - Ile de France - Paris (75000)
Responsable site reliability engineering (H/F)
Cdiscount - Aquitaine - Bordeaux (33000)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil