WannaCry : une partie des bitcoins liés aux rançons convertis en Monero
Une cryptomonnaie dont les transactions seraient « non traçables »

Le , par Patrick Ruiz, Chroniqueur Actualités
Le bot_Twitter de suivi des adresses Bitcoin utilisées par les auteurs du ransomware a récemment détecté une activité sur ces derniers. On sait que les cybercriminels ont procédé en multiples retraits pour un montant total en bitcoins équivalent à 140 000 $. De récents développements de Forbes à ce sujet indiquent qu’une partie de ces bitcoins a été convertie en Monero, une autre cryptomonnaie dont les montants des transactions ne seraient pas publiés sur la chaîne de blocs associée.

La communauté de la cybersécurité guette une éventuelle erreur des auteurs du ransomware WannaCry pour les démasquer. Sachant qu’ils sont attendus sur les failles du réseau Bitcoin permettant de remonter à eux, les cybercriminels ont opté pour l’exploitation d’un service de change de cryptomonnaies permettant de convertir les bitcoins en leur possession en Monero. Ils ont cependant agi avec prudence en procédant au change d’une partie seulement du montant en leur possession.

Forbes rapporte que 13,5 bitcoins, soit l’équivalent de 36 922 $, ont été convertis en Monero par le biais de Shapeshift.io, un service de change suisse. « Les transactions sur le réseau Monero sont entièrement anonymisées », a déclaré Giancarlo Russo, CEO de Neutrino, une firme de sécurité italienne. Ce dernier ajoute même qu’« il ne sera plus possible de tracer les futures transactions ». Les cybercriminels seraient donc, comme qui dirait, en train de réussir le pari de s’approprier cet argent sans se faire identifier.

Le service de change de la société suisse permet d’effectuer une transaction sans qu’il ne soit nécessaire de créer un compte. Cet état de choses a dû contribuer à faciliter la tâche des cybercriminels qui, selon la société en question, ont fait un usage frauduleux de son service. « À compter de ce jour, nous avons pris des mesures pour bannir toutes les adresses connues par notre équipe comme étant liées aux auteurs du ransomware WannaCry, ce, conformément à nos termes de service », a déclaré un porte-parole de ladite société.

« De plus, nous nous engageons à collaborer avec les forces de l’ordre impliquées dans ce cas et les assisterons dans leurs moindres requêtes pour appréhender les auteurs de ces actes », a-t-il conclu.

Difficile cependant de dire quelle est la direction que les bitcoins restants ont prise. Le fait que les cybercriminels aient procédé en plusieurs retraits suggère néanmoins qu’ils ont fait usage d'autres services de change pour positionner leurs avoirs sur un réseau plus sûr pour eux.

Source : bot_Twitter, Forbes

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi :

GoldenEye : un ransomware qui se propage à l'aide de demandes d'emploi et cible les services de ressources humaines
Karmen : un ransomware-as-a-service qui permet à tout amateur de mener des attaques de ransomware contre la modique somme de 175 dollars


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de Pierre GIRARD Pierre GIRARD - Expert éminent https://www.developpez.com
le 09/08/2017 à 13:16
Si je comprends bien, les BitCoins deviennent l'arme absolue pour le blanchiment d'argent ?
Avatar de Afaure Afaure - Futur Membre du Club https://www.developpez.com
le 12/08/2017 à 0:59
Oui , les bitcoins sont de plus en plus utilisés .(darknet , ransomware ..l)
Avatar de gadj0dil0 gadj0dil0 - Membre régulier https://www.developpez.com
le 15/08/2017 à 22:40
'On' parle beaucoup de ça en ce moment mais je trouve ça complètement imbitable. Certains article du site blogchaincafe.com sont très technique comme Ethereum vs. Bitcoin: les différences donc je comprend encore moins. J'ai réussi à comprendre qu'il y a un 'capital', plafond de 40M pour Bitcoin et 20 pour Ether .
Effectivement ça à l'air d'être pas mal pour blanchir de l'argent. Bon j'ai pas fait de recherche sur la toile masi comment ils font pour encaisser l'argent ou acheter la crypto. Il faut une banque compatible?
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 19/12/2017 à 9:46
Cyberattaque Wannacry: Washington accuse la Corée du Nord
"Cette vaste attaque a coûté des milliards et la Corée du Nord en est directement responsable", a écrit le conseiller à la sécurité intérieure de Donald Trump, Tom Bossert, dans le Wall Street Journal. Il doit fournir de plus amples détails mardi matin lors d'un point presse. "Nous ne portons pas ces accusations à la légère. Elles reposent sur des preuves", affirme-t-il. En octobre, le gouvernement britannique avait accusé la Corée du Nord d'être à l'origine de cette cyberattaque, qui avait notamment mis à mal le service public de santé britannique (NHS).
Les USA ont tendance à accuser n'importe qui.
Mais peut être que pour une fois ils ont des preuves crédible ^^
Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 19/12/2017 à 20:45
WannaCry : les États-Unis incriminent officiellement la Corée du Nord,
« avec un très haut niveau de certitude »

Cette année, l’un des logiciels malveillants qui a beaucoup fait parler de lui est le ransomware WannaCry. Pour rappel, le ransomware WannaCry a ciblé une vulnérabilité critique de Server Message Block (SMB) que Microsoft a corrigée avec son patch MS17-010 qui a été diffusé le 14 mars 2017 et s’est appuyé sur deux exploits de la NSA diffusés par les Shadow Brokers : EternalBlue, pour infecter les systèmes, et DoublePulsar, comme porte dérobée.

Durant sa campagne, il a infecté des milliers d’entreprises de par le monde, affectant différents secteurs de l’industrie, mais également des particuliers.

Plusieurs experts en sécurité informatique qui avaient examiné le code de WannaCry après l’attaque, avaient repéré des similarités avec celui utilisé pour attaquer Sony Pictures, l’œuvre d’un groupe de pirates très compétents appelé Lazarus, suspecté d’être parrainé par l'agence d’espionnage de la Corée du Nord, le Reconnaissance General Bureau (RGB).

Ayant mené une enquête sur WannaCry, la NSA a également indiqué dans ses résultats en interne en juin 2017 qu’elle pensait, avec une « confiance raisonnable », qu’il s’agit de l’œuvre du groupe Lazarus. La NSA aurait par exemple identifié des adresses IP en Chine, historiquement utilisées par Lazarus pour brouiller ses pistes.

Si cette conclusion n’était que le fruit d’une divulgation d’une source au Washington Post, cette fois-ci l’administration Trump l’a rendue officielle. En effet, ce lundi 18 décembre, les États-Unis ont accusé la Corée du Nord d’être « directement responsable » de la cyberattaque mondiale WannaCry.

Tom Bossert, conseiller à la sécurité intérieure de la Maison-Blanche, affirme « avec un très haut niveau de certitude » que la Maison-Blanche est parvenue à ces conclusions « à la suite d’une enquête minutieuse ».

« Il ne s’agit pas d’une accusation lancée à la légère. Elle est fondée sur des preuves. Nous ne sommes pas non plus les seuls à le penser. D’autres gouvernements et entreprises privées sont d’accord avec nous. Le Royaume-Uni attribue cette attaque à la Corée du Nord et Microsoft est remonté jusqu’à ses auteurs, qui sont affiliés au régime nord-coréen. »

« L'attaque s’est généralisée et a coûté des milliards, et la Corée du Nord est directement responsable », a-t-il insisté.

Et de regretter que « La Corée du Nord a agi particulièrement mal, en grande partie sans contrôle, pendant plus d'une décennie, et son comportement malveillant est de plus en plus flagrant », estimant que « WannaCry était inconsidérément imprudent. »

La condamnation publique de Washington n'inclut aucun acte d'accusation ni de nom de personne en particulier, a ajouté le responsable de l'administration, ajoutant que cette procédure visait à rendre Pyongyang responsable de ses actes et « éroder et réduire leur capacité à lancer des attaques. »

En France, une enquête avait été ouverte par le parquet de Paris et confiée à l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication.

En juin, la Corée du Nord avait démenti, aux Nations unies, être à l’origine de la cyberattaque.

L'accusation des États-Unis intervient dans un contexte où des inquiétudes sont soulevées quant aux capacités de piratage de la Corée du Nord et à son programme d'armement nucléaire.

Source : WSJ, Reuters

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Avatar de alexetgus alexetgus - Membre du Club https://www.developpez.com
le 19/12/2017 à 20:56
"Haut niveau de certitude", "suspectés", "confiance raisonnable", "nous ne sommes pas les seuls à le penser", ...

En voilà un dossier solide, que des doutes !
Les USA devraient se calmer avec leurs accusations à la légère. A moins que ça ne serve leurs intérêts comme en Irak.
Comme par hasard, c'est la Corée du Nord qui est désignée. Ca tombe au bon moment ! A quand les frappes sur ce pays ?
Avatar de koyosama koyosama - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 20/12/2017 à 0:45
Ah je me rappelle quand Sony a lancé la mode. Je ferais la même chose, c'est la faute à la Corée du Nord dès que je fais une bourde.
Avatar de arond arond - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 20/12/2017 à 8:44
@koyosama

Mais non !!! il faut alterner entre la Russie la Chine et la corée du nord. Et de temps en temps les terroristes pour se souvenir que sa existe comme sa tu tapes pas toujours sur les mêmes. Effet Garantie !
Avatar de Pill_S Pill_S - Membre expert https://www.developpez.com
le 20/12/2017 à 13:02
Y'a 6 mois tout le monde se fendait pas la gueule en se disant qu'un tel pays d'arriérés ne pourrait jamais rien pirater?

Ha oui pardon, maintenant qu'on soupçonne la CdN d'être capable de faire péter une bombe H et en plus de l'embarquer sur un missile, on revoit notre copie c'est ça?

A ce rythme-là dans 6 mois on dira qu'ils sont à la pointe dans tous les domaines high-tech?

Arrêtez de faire des plans sur la comète, la vérité c'est que personne n'en sait rien, et ça ça sent surtout l'argument foireux pour justifier (ou aider à justifier) une future attaque... mais pas informatique cette fois
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 20/12/2017 à 13:26
Citation Envoyé par Pill_S Voir le message
et ça ça sent surtout l'argument foireux pour justifier (ou aider à justifier) une future attaque... mais pas informatique cette fois
C'est marrant ça me rappel le discours d'une personne fan de la guerre et de la destruction :
Clinton: US should use 'military response' to fight cyberattacks from Russia and China
"As President, I will make it clear that the United States will treat cyberattacks just like any other attack. We will be ready with serious political, economic, and military responses," she told the attendees, largely made up of veterans and their supporters.
C'est pratique, il suffit que des hackers fassent une attaque sous faux drapeaux (par exemple, des israéliens qui se font passer pour des Russes) et paf ! ça fait une guerre mondiale.
Ben du coup heureusement qu'elle a perdue les élections.
Parce que cette news aurait peut être été un prétexte suffisant pour attaquer militairement.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil