Developpez.com

Plus de 2 000 forums
et jusqu'à 5 000 nouveaux messages par jour

IFLA, une association américaine de bibliothécaires, appelle à son tour le W3C
à reconsidérer l'adoption des DRM sur le Web

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
La Fédération internationale des associations et institutions de bibliothèques (IFLA) a demandé au World Wide Web Consortium (W3C) de reconsidérer sa décision d'intégrer les verrous numériques aux normes HTML officielles. La semaine dernière, W3C a annoncé sa décision de publier des extensions multimédias cryptées (EME) – une norme pour appliquer des verrous à la vidéo sur le Web – dans ses spécifications HTML.

L'IFLA demande instamment au W3C d'examiner l'impact que EME aura sur le travail des bibliothèques et des archives : « Tout en reconnaissant à la fois le potentiel de mesures de protection technologique pour entraver les utilisations contrefaites, ainsi que la simplicité supplémentaire offerte par cette solution, l'IFLA est préoccupée par le fait qu'il sera plus facile d'appliquer de telles mesures au contenu numérique sans pour autant faciliter aux bibliothèques et leurs utilisateurs la possibilité de supprimer les mesures qui empêchent les utilisations légitimes des travaux. »

Et de poursuivre en affirmant que « Les mesures de protection technologique [...] ne s'arrêtent pas toujours à prévenir les activités illicites et peuvent souvent empêcher les bibliothèques et leurs utilisateurs de faire des utilisations équitables des œuvres. Cela peut affecter des activités telles que la conservation ou l'approvisionnement en documents entre bibliothèques. Faciliter l'application des TPM, indépendamment de la nature des activités qu'ils empêchent, c'est risquer de déséquilibrer le droit d'auteur lui-même. »

L’EFF estime que les préoccupations de l'IFLA sont un excellent exemple des dangers des verrous numériques que sont les DRM : en vertu du Digital Millenium Copyright Act des États-Unis (DMCA) et des lois de droit d'auteur similaires dans de nombreux autres pays, il est illégal de contourner ces verrous numériques ou de fournir aux autres les moyens de le faire. Cette disposition met les bibliothécaires face à un danger légal lorsqu'ils rencontrent des DRM dans le cadre de leur travail, sans oublier les éducateurs, les historiens, les chercheurs en sécurité, les journalistes et tout autre nombre de personnes qui travaillent avec du matériel protégé par des droits d'auteur.

Bien sûr, comme l'indique la déclaration de l'IFLA, le W3C n'a pas le pouvoir de modifier la loi sur le droit d'auteur, mais il devrait tenir compte des implications du droit d'auteur dans ses décisions politiques : « Bien qu'il soit évident qu'il ne soit pas du ressort du W3C de changer les lois et règlements régissant le droit d'auteur dans le monde entier, ils doivent tenir compte des implications de leurs décisions sur les droits des utilisateurs des œuvres protégées par le droit d'auteur. »


L’EFF a fait appel de la décision de Tim Berners-Lee qui a approuvé la spécification Encrypted Media Extensions. L’EFF a fait valoir les points suivants.

1. La protection améliorée de la vie privée d'un bac à sable est seulement aussi bonne que le bac à sable lui-même, nous devons donc pouvoir auditer le bac à sable.

Les contraintes de protection de la vie privée que le sandbox impose au code ne fonctionnent que si les contraintes ne peuvent pas être contournées par des logiciels malveillants ou défectueux. Étant donné que la sécurité est un processus, pas un produit et parce qu'il n'y a pas de sécurité par obscurantisme, les avantages revendiqués du bac à sable d'EME nécessitent une vérification continue et indépendante sous la forme d'un examen par les pairs qui ne doivent en aucun cas être tenus pour responsables lorsqu'ils révèlent des failles dans les produits.

2. Les considérations d'accessibilité d'EME omettent toute considération de la génération automatisée de métadonnées d'accessibilité, et sans cela, les avantages d'accessibilité d'EME sont au détriment des personnes handicapées.

L’EFF rappelle qu’il est vrai que EME va plus loin que les autres systèmes DRM dans la mesure où elle rend de l'espace disponible pour l'ajout de métadonnées qui aident les personnes handicapées à utiliser des vidéos. « Cependant, comme EME est destiné à restreindre l'utilisation et la lecture de la vidéo à l'échelle du Web, nous devons également nous demander comment les métadonnées qui remplissent cet espace disponible seront générées. »

Par exemple, les canaux de métadonnées d'EME pourraient être utilisés pour intégrer des avertissements sur les effets stroboscopiques à venir (qui pourraient déclencher des convulsions épileptiques photosensibles). Appliquer un tel filtre par exemple sur tout le corpus de vidéos disponibles pour les abonnés de Netflix qui intègrent EME va permettre de protéger les personnes à risque.

3. Les avantages de l'interopérabilité ne peuvent être réalisés que si les responsables d'exécution sont protégés contre toute responsabilité pour des activités légitimes.

L’EFF explique que EME ne fonctionne que pour rendre la vidéo avec l'ajout d'un composant exclusif, propriétaire, appelé module de décryptage de contenu (CDM - Content Decryption Module). Les licences du CDM ne sont disponibles que pour ceux qui promettent de ne pas se livrer à une conduite légitime que les titulaires du marché n'aiment pas.

Source : EFF

Et vous ?

Que pensez-vous des raisons évoquées ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de MikeRowSoft MikeRowSoft - Provisoirement toléré https://www.developpez.com
le 22/07/2017 à 11:45
Citation Envoyé par Battant Voir le message
Et vous avez-vous vécu des expériences avec le DRM positive ou négative ?
J'ai eu que des expériences positives. Principalement lié avec des contenus multimédia. Et cela simplement parce que j'ai pu utiliser les fichiers.
Si besoin d'amélioration, je proposerais un service proche de celui proposé par www.yesitis.fr tout en restant dématérialisé.

Le côté négatif serait une trop forte liaison avec des techno comme HDMI HDCP et des signaux qu'il n'est pas toujours possible de "copie" ou du contenus par toujours accessible en fonction du matériel utilisé. Je crois que beaucoup de forum en parle...

Alors que chaque circuit tend à trouver une spécialité, l'annonce de se type de rapprochement de techno en HW libre serait suffisant pour que par défaut le HW grand public soit limité et respect le copyright. Je vois bien les musiques avec un signal non audible pour animaux et humains et dans le même genre pour la vidéo. Pour peu qu'une erreur de "filtre matériel" soit impossible. Ce serait bien la première fois, qu'un système HW/SW serait d'abords pensé sécurisé pour le copyright sachant que les fichiers perso n'en ont pas forcément et que les fichiers de firmware "retouchés" pour toutes sortes d'équipements, il y en a un peu partout sur Internet...

Citation Envoyé par Battant Voir le message
Êtes-vous pour ou contre l'introduction des DRM dans HTML ?
Neutre, tant que je peux encore utiliser mon vieux système et que si je dois changer, que cela ne coûte pas trop chère. ("On n'arrête pas le progrès.")
Offres d'emploi IT
Développeur android h/f
SOPHIE LEAC RECRUTEMENT - Ile de France - Paris (75000)
Expert PYTHON
non renseigné - Provence Alpes Côte d'Azur - Montpellier
DESSINATEUR INDUSTRIEL (H/F)
AGENCE SUPPLAY - Poitou Charentes - Châtellerault (86100)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil