Quels sont les employeurs les plus attractifs pour les étudiants en ingénierie/informatique en 2017 ?
Le cabinet Universum livre son analyse

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Universum Global, la plateforme qui s’est spécialisée en Employer Branding, a publié l’édition 2017 de son rapport annuel sur les employeurs les plus attrayants du monde. L’univers de cette étude a été constitué par près de 295 000 étudiants dont la moitié était dans un cursus d’ingénierie ou d’informatique. Elle a été portée sur douze pays, notamment : le Brésil, le Canada, la Chine, la France, l’Allemagne, l’Inde, l’Italie, le Japon, la Russie, la Corée du Sud, le Royaume-Uni et les États-Unis.

Universum Global explique que « Chaque année, Universum dévoile la liste des employeurs les plus attractifs du monde (WMAE - World’s Most Attractive Employers), en s’appuyant sur ce que les candidats espèrent voir d’un lieu de travail. Pour être prise en considération, une entreprise doit se classer dans le top 90 % des employeurs dans au moins six des douze plus grandes économies du monde, pondérées par le PIB. Dans l'étude de cette année, l'Australie a été remplacée par la Corée du Sud, qui a atteint la onzième place du monde des plus grandes économies selon CIA Factbook (édition de mi-avril). »

En 2017,
  • 23 % des étudiants ingénieurs/IT se sont intéressés à des entreprises de logiciels, de services informatiques, de développement multimédia et de divertissement numérique ;
  • 21 % ont préféré le secteur de l’ingénierie industrielle et fabrication ;
  • 20 % ont opté pour l’aéronautique et défense ;
  • 17 % ont choisi le secteur de l’automobile ;
  • 16 % se sont intéressés à l’énergie.

Sans surprise, les trois premières entreprises de prédilections des étudiants ingénieurs/IT s’avèrent opérer dans le secteur du logiciel. Il s’agit notamment, et dans l’ordre, de Google, Microsoft et Apple. Il faudra attendre la 15e place pour voir apparaître un Français dans le top 50 des entreprises les plus prisées par les étudiants dans la catégorie citée en sus.


Fait intéressant, l’étude souligne que le secteur des grosses entreprises (disposant de plus de 1000 employés dans le cas de l’étude) n'est pas forcément le meilleur choix d’entreprise selon les étudiants en ingénierie/informatique ainsi que les étudiants en Business. « Bien que ce soit le secteur où réside la moyenne WMAE, il a fait en réalité office de troisième choix pour ces étudiants. Pour les deux industries, près des trois quarts des étudiants interrogés préféreraient travailler au sein d’une organisation plus petite que celle d’une grande entreprise », note l’étude.

Au total, 74 % des étudiants en affaires et 75 % des étudiants en ingénierie/informatique ont choisi de travailler pour une entreprise qui dispose de moins de 1000 employés.


Notons également que la plupart des étudiants ont émis un désir de travailler pour une multinationale (29 % dans le secteur ingénierie/informatique), certains ont exprimé un désir de travailler tout simplement dans le privé (22 %), d’autres ont même indiqué qu’ils souhaitaient poursuivre leurs études une fois leur diplôme en poche (18 %).


Pour tenter d’expliquer ces résultats, Universum suppose « Qu’il y a des chances que les étudiants associent les entreprises plus petites avec une meilleure atmosphère au travail et un environnement convivial. Cela peut aussi être dû au fait que les étudiants y entrevoient un meilleur équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle. Il y a également la prise en compte de l'impact des objectifs personnels. Les étudiants veulent que leur travail puisse servir à quelque chose, puisse avoir une influence sur un éventuel changement, tant dans le domaine social
que dans leur propre carrière. »

Des hypothèses, dont certaines sont vérifiées par la question de savoir quels sont les objectifs de carrière de ces étudiants.


Les étudiants continuent de placer l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle comme équilibre primordial. Cependant, Universum explique qu’il est important de noter que cet équilibre peut avoir des implications variables dans le monde : « Ce que l'on considère comme équilibre entre le travail et la vie personnelle au Royaume-Uni pourrait être très différent au Japon ou en France. »

Concernant la France, le second objectif le plus évoqué est la volonté d’être dédié à une cause et la troisième est de devenir manager.

Source : rapport Universum

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de cryptonym cryptonym - Futur Membre du Club https://www.developpez.com
le 06/07/2017 à 9:41
Ce qui intéresse les petits français ce n'est pas la créativité mais devenir "manager".
C'est triste, on n'en a pas fini avec ces bullshits. Manager c'est vide de sens et ça n'est pas une voie d'épanouissement, c'est du lavage de cerveau. Surtout en sortie d'études ! Il faut libérer les entreprises et la créativité.
Avatar de Lokken Lokken - Membre du Club https://www.developpez.com
le 06/07/2017 à 9:46
D'un autre côté, si tu commences par du dev ou assimilé, à 30 ans tu es bon pour la poubelle parce qu'à cet age, si tu n'est pas manager tu as loupé ta carrière.

Je comprend les plus jeunes qui veulent démarrer par le "plus valorisant en entreprise". Et ne pas s'étonner si on manque d'ingénieurs expérimentés...
Avatar de jopopmk jopopmk - Membre expert https://www.developpez.com
le 06/07/2017 à 10:44
Citation Envoyé par Lokken Voir le message
D'un autre côté, si tu commences par du dev ou assimilé, à 30 ans tu es bon pour la poubelle parce qu'à cet age, si tu n'est pas manager tu as loupé ta carrière.
Une bien triste réalité pour les dev qui veulent le rester et qui prennent de l'age (comme moi).
Du coup je me demande si mon poste actuel ne sera pas le dernier.
A 37 ans peu d'employeurs vondront de moi pour un job de dev (ou alors au prix d'un BTS fraichement sorti de l'école).

Citation Envoyé par Lokken Voir le message
Je comprend les plus jeunes qui veulent démarrer par le "plus valorisant en entreprise". [..]
Le souci de ces jeunes aux dents longues c'est souvent qu'ils ne connaissent pas du tout le métier du dev, et ça se ressent très vite quand ils essaient de prendre en charge une équipe. Dans ma petite expérience je n'ai jamais vu un ingé frais émoulu faire un bon manager sans passer par la case dev.
Avatar de Lokken Lokken - Membre du Club https://www.developpez.com
le 06/07/2017 à 10:52
Citation Envoyé par jopopmk Voir le message
Une bien triste réalité pour les dev qui veulent le rester et qui prennent de l'age (comme moi).
Dans ma petite expérience je n'ai jamais vu un ingé frais émoulu faire un bon manager sans passer par la case dev.
Je vais me faire l'avocat du diable
C'est quoi un bon manager de la part de ceux qui gèrent sa carrière ? Quelqu'un de respecté par ses équipes et qui fait progresser les gens qu'il gère, ou quelqu'un qui planque la misère sous le tapis et accepte de faire livrer n'importe quoi tant que les délais et les budgets sont respectés et que les clients qui peuvent pourrir le manager du manager sont plus ou moins satisfaits ?

Dans la deuxième hypothèse, un ancien dev qui fait de la qualité n'a aucune chance
Avatar de jopopmk jopopmk - Membre expert https://www.developpez.com
le 06/07/2017 à 11:57
Facile : un mauvais manager, y'a un projet qui passe, il lance son team dessus.
Un bon manager, y'a un projet qui passe, il lance son team dessus, mais c'est un bon manager.
(oui, la référence faite et refaite était était trop tentante ^^ ).

On dévie un peu du sujet, mais la question est intéressante : qu'est-ce qui fait un bon manager ?
Ou à l'inverse qu'est-ce qui fait un mauvais manager ?
Avatar de transgohan transgohan - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 06/07/2017 à 12:17
Pour la petite anecdote lors de mon embauche le RH m'a demandé au bout de combien de temps je souhaiterai passer manager.
Ma réponse : Jamais.
Et là j'ai eu le droit à un regard aux yeux de poissons rouge tout larmoyant digne d'un Disney.
La seule réaction non contrôlé de tout l'entretien.

Il a du penser à ce moment : Celui là il a déjà foiré sa vie !
Avatar de Lokken Lokken - Membre du Club https://www.developpez.com
le 06/07/2017 à 12:29
Dans la catégorie anecdotes : Entendu dans une grande banque française à propos d'un nouveau manager "issu de la troupe", qui continuait à donner des avis techniques :
"Il va falloir qu'il arrête : soit tu as une compétence, soit tu es manager", dit par le responsable du pôle...

J'ai l'impression qu'on a retrouvé dans notre branche la vielle séparation "cols bleus/cols blanc" entre ceux qui réalisent et ceux qui dirigent.
Même parmi les "cadres", il serait devenu déshonorant de produire quelque chose....

Et ce n'est pas avec des RH continuant d'appliquer à outrance le principe de Peter (et le corollaire de Dilbert) que ça va changer...
Avatar de spyserver spyserver - Membre averti https://www.developpez.com
le 06/07/2017 à 13:51
On est le seul pays à placer la volonté de devenir manager sur le podium c'est pas étonnant, c'est la conséquence de plusieurs années d'une politique et d'une culture d'entreprise voulue ou imposée par les élites françaises...
Résultat : dans les grosses boites de l'IT on se retrouve avec des organigrammes remplis de pseudos-managers à la pelle pour bien remplir les couches intermédiaires entre les cadres sup. et les ingénieurs qui se révèlent la plupart du temps inutile voire contre productif et ça fait perdre un temps fou !
Avatar de Lokken Lokken - Membre du Club https://www.developpez.com
le 06/07/2017 à 13:54
Citation Envoyé par spyserver Voir le message
On est le seul pays à placer la volonté de devenir manager sur le podium c'est pas étonnant, c'est la conséquence de plusieurs années d'une politique et d'une culture d'entreprise voulue ou imposée par les élites françaises...
Résultat : dans les grosses boites de l'IT on se retrouve avec des organigrammes remplis de pseudos-managers à la pelle pour bien remplir les couches intermédiaires entre les cadres sup. et les ingénieurs qui se révèlent la plupart du temps inutile voire contre productif et ça fait perdre un temps fou !
Et encore, dans la plupart il n'y a pas d'ingénieurs "internes" : il y a les prestas qui bossent et les managers qui ont leur noms dans l'organigramme
Avatar de worm83 worm83 - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 06/07/2017 à 14:11
Vous entendez quoi par manager?

Perso j'ai 35 ans, et je reçoit 10 appels par semaine pour connaitre ma disponibilité, et je peux vous assurer que les salaires proposés sont supérieur au fameux "cap salariale", pour exemple je connais très bien le directeur d'agence d'une ancienne SSII où je suis passé, les salaires auxquels je prétend sont dans les 15/20K plus élevés que le sien.

Alors c'est sûre, le type de poste proposé est soit un poste de Architecte / Lead tech, soit travailler dans une équipe avec des mecs qui sont de mon expérience/level, et dans ce cas là, il n'y a plus vraiment de lead technique, on travail en discutant des besoins et des solutions à apporter, mais ça reste des poste de dev et très techniques..
Offres d'emploi IT
Ingénieur data h/f
MeilleursAgents.com - Ile de France - Paris (75000)
Développeur wpf .net– H/F
Kercia - Rhône Alpes - Meylan (38240)
Lead Developer Ruby On Rails
HighCoBOX - Ile de France - Paris (75009)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil