Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Petya/NotPetya : erreur des experts d'ESET et Microsoft sur la cible initiale du wiper ?
La compagnie ukrainienne Intellect Service se dédouane

Le , par Patrick Ruiz

62PARTAGES

7  0 
« Microsoft a maintenant des preuves que les infections par le ransomware sont dues au processus de mise à jour du logiciel MEDoc », peut-on lire sur le bulletin de sécurité de Microsoft – daté du 27 juin dernier – relatif au wiper Petya/NotPetya.

Du côté de la firme sécurité ESET, même son de cloche avec une déclaration similaire : « des attaquants ont compromis avec succès le logiciel comptable M.E.Doc populaire dans plusieurs industries en Ukraine dont celle du domaine des finances. »

« Plusieurs d’entre elles ont exécuté une mise à jour de M.E.Doc corrompue par un cheval de Troie, ce qui a permis aux attaquants de lancer cette campagne globale », ont ajouté les experts de la firme de sécurité ESET dans leur bulletin de sécurité daté du 27 juin.

La société ukrainienne Intellect Service développe le logiciel comptable M.E.Doc. Si l’on s’en tient aux chiffres dont Reuters s’est fait le relais, ce dernier fait partie du quotidien de 80 % d’entreprises ukrainiennes qui comptent pour 400 000 opérateurs sur ce logiciel, des chiffres qui, de l’avis des enquêteurs dont la police ukrainienne, font du logiciel comptable, la cible de choix pour atteindre le plus de victimes en une fois.

Ainsi, depuis le 27 juin, jour où le wiper a commencé à sévir, Sergei et Olesya Sinnik, fondateurs de l’entreprise familiale Intellect Service, qui développe le logiciel comptable, sont accusés d’être à l’origine de la propagation du wiper. Désormais des poursuites judiciaires les guettent d’après ce que rapporte Reuters lundi.

Serhiy Demeduyk, chef de la cyberpolice ukrainienne a en effet déclaré que « nous avons un souci avec l’équipe dirigeante de cette entreprise parce qu’elle était informée de l’infection du logiciel, mais n’a pris aucune disposition. En cas de confirmation des informations initiales en notre possession, des poursuites suivront. »

Au lendemain des attaques initiales du wiper, les fondateurs d’Intellect, déjà pilonnés de toutes parts, avaient déjà eu à réfuter toutes les allégations selon lesquelles leur logiciel est à l’origine de la propagation du wiper. Faisant suite aux toutes récentes menaces de poursuites judiciaires lancées par la cyberpolice ukrainienne, ils se sont à nouveau exprimés.

« Nous avons analysé notre produit et n’y avons découvert aucune trace d’infection. Les mises à jour, transmises bien avant que les cas d’infection ne soient signalés, ont été analysées et ne sont pas infectées », a déclaré Olesya Linnik, qui a ajouté que « la cyberpolice investigue actuellement sur les logs de nos serveurs et, jusqu’ici, rien n’indique que nos systèmes sont à l’origine de la propagation du malware. »

Si des doutes subsistent encore quant au vecteur initial de propagation – l’une des difficultés récurrentes en matière de cyberattaques – les dégâts du wiper pour leur part sont plus palpables. À ce jour, un minimum de 80 institutions – dont des institutions gouvernementales et des banques – a été touché.

Source : Reuters

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi :

Petya/NotPetya serait un wiper déguisé en ransomware, son objectif serait de supprimer irrévocablement les données de ses victimes

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 04/02/2019 à 8:55
Quelle bande d'escrocs ces assureurs !
2  0 
Avatar de spawntux
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 04/08/2017 à 17:31
Bonjour,

En résumé on a un cabinet d'avocat qui tente de se faire du fric à droite et a gauche .

Tip top tout ca
1  0 
Avatar de Madmac
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 03/02/2019 à 20:21
Il faut-être culotté pour présumer des motifs des auteur, sans les connaître. Mais pour éviter de devoir payer 100 millions, j'essayerais aussi de vendre ce type de pommade.
1  0 
Avatar de pik_0fr
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 04/07/2017 à 9:27
Citation Envoyé par philou44300
Merci pour vos retours et effectivement Jipété je ne comprend pas aussi en quoi cela empêche de démarrer à partir d'un live cd. Je pense également que cela empêche de récupérer les données à partir d'un live cd car, comme expliqué par Grimly, cela doit chiffrer ce qui contient les emplacements des fichiers sur le disque dûr (mais je ne m'y connais pas assez dans ce domaine).
crypté la table NTFS c'est comme crypté le sommaire d'un livre et de dire où est le paragraphe sur tel chose. A part scanner le disque en entier c'est la galère. Il existe des outils pour reconstruire des tables mais le temps d'action est démentiel.

Et pour moi aussi, le cryptage de la table ne peut pas empêcher le boot sur liveCD ou USB (qui est géré par le Bios de la Carte Mère), mais la récupération. J'ai lu par contre que c'est un cryptage de la MBR qui oblige le reboot sur Petya donc si on est suffisamment rapide en réaction, lorsqu'il reboot la première fois on doit pouvoir sauver les données elles même, mais il faudra reconstitué la table NTFS. Au delà du premier reboot il crypte aussi les données.
0  0 
Avatar de walloon
Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 22/07/2017 à 9:54
https://ransomfree.cybereason.com/

A+
Remy
0  0 
Avatar de gangsoleil
Modérateur https://www.developpez.com
Le 05/02/2019 à 12:27
L'attitude de l'assureur ne m'étonne pas : pour le moment, ce genre de risques n'est pas directement pris en compte dans les barêmes des assurances, et il est donc assez logique qu'ils refusent de payer en se disant que s'ils payent ici, c'est la porte ouverte à d'autres règlements.

Il est probable qu'on voit les primes d'assurance augmenter si ce risque doit être couvert.
0  0 
Avatar de CoderInTheDark
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 06/02/2019 à 15:29
Il me vient une pensée d'un grand penseur, qui aimait les français

Al Bundy (Maried with children)
"
* Insurance is like marriage.
You pay and pay but you never get anything back."
0  1 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web