Un sénateur indique les systèmes électoraux qui auraient été ciblés par les Russes
Sont plus nombreux que n'ont laissé paraître les documents fuités

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
En début de semaine, l’éditeur en ligne The Intercept a publié un document top-secret de la NSA qui aurait été divulgué par Reality Winner, une sous-traitante de la NSA désormais accusée d’avoir « sorti des documents classifiés de bâtiments gouvernementaux, et de les avoir envoyés à un média ».

Ce rapport suggère que, la direction générale des renseignements de l’état-major des forces armées de la Fédération de Russie (GRU), a réussi à pénétrer les systèmes d’un fournisseur américain lié au processus de vote de la dernière élection présidentielle américaine. Le GRU se serait ensuite servi des informations glanées dans le cadre de cette opération pour mettre sur pied des campagnes d’hameçonnage dirigées contre des fonctionnaires américains impliqués dans le processus des élections.

Cependant, dans un entretien avec USA Today, le sénateur de la Virginie, Mark Warner, a déclaré que « l'ampleur des attaques est beaucoup plus large que ce qui a été signalé jusqu'à présent ». Il assure que « plusieurs » systèmes de gestion des élections des États américains étaient ciblés par les intérêts russes, mais que tous n’en ont pas eu connaissance. « Aucune de ces actions russes ne s’est arrêtée le jour de l’élection ».

Et pour ceux qui ont essayé de mettre le vote du président Trump sur le compte des attaques, il a répondu « Nous ne pensons pas qu'il y ait eu une ingérence dans les machines de vote réelles ou le compte final ». Et de poursuivre en disant « Je ne crois pas qu'ils ont changé les résultats réels du vote ».

Il a assuré qu’il fait pression sur les agences de renseignement afin qu’elles déclassifient les noms et le nombre d'États frappés pour aider à mettre en évidence les systèmes électoraux avant le vote à mi-parcours en 2018. « Nous devons déclassifier plus de ce type d’information afin que les citoyens américains puissent comprendre l'ampleur des attaques ». Le Sénateur a également estimé que cela permettrait de mieux se préparer face aux attaques.

Quant à la présumée dénonciatrice qui aurait transmis les informations top secrètes de la NSA au quotidien The Intercept, il a déclaré « Quiconque est le responsable doit être poursuivi dans toute la mesure de la loi ».

Le sénateur, qui en est déjà à son second mandat et est également ancien gouverneur de la Virginie, a déclaré que la plupart des États impliqués étaient conscients qu'ils avaient été ciblés par les cyberattaques russes.

« Certaines personnes disent que les États sont des victimes, alors ils doivent accepter de publier cette information », a-t-il déclaré. « Je veux vraiment faire pression sur l'affaire. Ce n'est pas une tentative pour embarrasser un État. Il s'agit d'un cas pour s'assurer que le public américain se rende compte que si nous n’en tenons pas compte, ce même type d'intervention pourrait avoir lieu en 2018 et aura certainement lieu en 2020 ».

« J'espère qu'ils ne vont pas essayer de se cacher derrière les privilèges de l'exécutif ou d'essayer de dire "c'est une information classifiée” », a déclaré le sénateur en faisant allusion aux directeurs des services de renseignements. « Le public américain mérite de savoir si ce président a essayé d'interférer ou d'essayer d'affecter leur point de vue sur cette enquête sur la Russie, et d'une manière ou d'une autre, nous allons voir le bout du tunnel ».

Source : USA Today


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Offres d'emploi IT
Ingénieur produit (FADEC militaire) H/F
Safran - Ile de France - 100 rue de Paris 91300 MASSY
Ingénieur produit (Landing gear) H/F
Safran - Ile de France - MASSY Hussenot
Responsable de projet (calculateur moteur) H/F
Safran - Ile de France - Massy (91300)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil