L'erreur 53, qui rendait l'iPhone 6 inutilisable lors d'une MàJ vers iOS 9,
Au centre d'un litige entre Apple et un gendarme des consommateurs

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
L’année dernière, les médias ont rapporté que de nombreux utilisateurs d’iPhone 6 et 6+, qui ont tenté de passer à iOS 9, ont vu leurs dispositifs bloqués à cause d’une erreur portant la numérotation 53. Ce problème semble avoir affecté les utilisateurs qui ont fait réparer le bouton « home » de leur iPhone, situé en bas de l’appareil et équipé d’un capteur d’empreinte digitale. L’erreur 53 se serait déclenchée à la mise à jour d’iOS, si la réparation a été effectuée par un organisme non agréé par Apple, au grand détriment des utilisateurs qui ont regretté le fait qu’il n’y ait pas eu d’avertissement et encore moins de solution.

Certains témoignages concernant l’erreur 53 datent de fin septembre 2014, soit seulement quelques jours après la sortie de l’iPhone 6.

À propos de l’erreur 53, Apple a écrit sur sa page de support « qu’après avoir essayé de mettre à jour ou de restaurer votre appareil iOS dans iTunes sur votre Mac ou votre PC, il se peut que l’erreur 53 s’affiche et que votre appareil reste figé sur l’écran « Se connecter à iTunes ». L’erreur 53 s’affiche lorsqu’un test de sécurité pour un appareil n’est pas concluant. Ce test vise à s’assurer que Touch ID fonctionne correctement avant que l’appareil ne quitte l’usine et ne devrait pas affecter les clients ».

Apple s’est alors excusé et a publié une mise à jour d’iOS 9.3 dont l’objectif était de permettre aux utilisateurs touchés de restaurer correctement leurs appareils à l’aide d’iTunes sur leur Mac ou leur PC.

Mais l’histoire autour de ce dysfonctionnement ne semble pas terminée. En effet, la Commission australienne de la concurrence et des consommateurs (ACCC) a lancé une action en justice contre Apple. L'affaire concerne le processus de réparation et de garantie, mentionnant spécifiquement les problèmes liés à « l'Erreur 53 ».


L'ACCC estime en effet qu'il existe des garanties supplémentaires concernant juridiquement la qualité, la destination et l'usage du bien. Aussi, l’autorité australienne accuse Apple de déclarer à tort aux clients qu'ils n'avaient pas droit à des remplacements gratuits ou à des réparations s'ils avaient donné leur appareil à un réparateur tiers non autorisé.

L’autorité évoque une mention sur le site Web d’Apple qui a déclaré aux utilisateurs qui ont rencontré une erreur 53 que « Si l'écran ou toute autre partie de votre iPhone ou iPad a été remplacé ailleurs, contactez Apple Support pour obtenir des informations sur les prix pour les réparations hors garantie. »

L’un des arguments avancés par le gendarme est « qu’ignorer les droits à la garantie des consommateurs tout simplement parce qu'ils ont choisi un réparateur Apple non officiel n'impacte pas seulement les consommateurs finals, mais peut aussi dissuader les autres consommateurs de faire un choix juste quant aux options de réparations possibles pour leurs appareils, ceci incluant bien entendu, un prix potentiellement plus bas que celui d'une réparation chez le fabricant ».

Bien qu’Apple a choisi de garder le silence sur cette affaire lancée par l’ACCC, le quotidien britannique The Guardian assure que les documents judiciaires obtenus par sa filiale australienne montrent que la société a nié les allégations de l'ACCC, affirmant qu'elle n'a pas induit en erreur ni causé de préjudice à ses clients australiens.

Les documents montrent également comment l'ACCC a utilisé des méthodes sous couverture pour enquêter sur Apple. Les personnes qui étaient chargées des enquêtes se sont présentées comme des utilisateurs d’iPhone et ont appelé tous les 13 détaillants d'Apple en Australie en juin dernier. Ils ont expliqué au personnel d'Apple que leurs haut-parleurs iPhone avaient cessé de fonctionner après que les écrans ont été remplacés par un tiers.

Dans chaque cas, Apple a déclaré à l'appelant « qu'aucune entité Apple ... n'était requise ou ne remédierait au problème du haut-parleur défectueux ... si l'écran de l'iPhone avait été remplacé par quelqu'un d'autre qu’Apple Australie ou un fournisseur de service agréé par Apple. »

Pour Apple, les appels secrets effectués par l'ACCC ne peuvent être considérés comme des manquements parce que le droit du consommateur n'existe pas dans des « circonstances hypothétiques ». La société a déclaré que des clients réels qui auraient appelé le magasin auraient reçu d'autres informations d'Apple, les informant de leurs droits en vertu du droit de la consommation.

Apple a déjà été confronté à une action en justice aux États-Unis concernant l'erreur 53, mais l'affaire a été rejetée l'année dernière.

Source : The Guardian


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Offres d'emploi IT
Chef de projet technique H/F
Safran - Ile de France - Melun (77000)
Responsable de projets - actionneurs H/F
SAFRAN - Ile de France - MASSY / MANTES
Ingénieur moa logiciel H/F
Safran - Ile de France - Villaroche

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil