Le gouvernement français lance un AppStore
Et Proxima Mobile, un portail pour "favoriser le développement" de l'internet nomade

Le , par Gordon Fowler, Expert éminent sénior
Le gouvernement français lance un AppStore certifié
Proxima Mobile veut "favoriser le développement de l’écosystème" du Net mobile

Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’État chargée Développement de l’économie numérique, vient de lancer Proxima Mobile, un portail de services qualifié « d’intérêt général », accessibles depuis les téléphones mobiles.

Concrètement, il s'agit d'une galerie pour smartphones d'APIs labellisées par l'Etat.

Àujourd'hui, seules 24 applications sont effectivement disponibles "dans des domaines aussi divers que le droit, la culture, l’éducation, l’emploi, la consommation, le handicap, la santé, les seniors, la vie locale, le tourisme, le développement durable, et les services à la personne", précise le communiqué. Ce nombre devrait monter à 68 dans le courant de l’année 2010. Précision : elles sont toutes gratuites.

"Proxima Mobile a trois principaux objectifs", estime Nathalie Kosciusko-Morizet, "susciter la création de nouveaux services qui facilitent le quotidien de tous les citoyens, favoriser le développement de l’écosystème des services sur mobiles, et enfin rassembler des communautés d’utilisateurs pour leur permettre d’exprimer leurs attentes".

Pour les développeurs, une campagne de labellisation a été ouverte pour sélectionner les meilleures applications gratuites. Une attention particulière sera portée aux services à fort impact social et en particulier ceux qui s’adresseront aux personnes fragiles ou en difficulté (personnes âgées, handicapées, demandeurs d’emploi...). Ces applications seront intégrées dans le portail et pourront afficher la marque Proxima Mobile.

Ce label permettra aussi aux PME créatrices des APIs choisies de bénéficier d’une plus grande visibilité.

Le mélange privée-publique à la française ne va-t-il pas introduire des distorsions concurrentielles ?

Quoi qu'il en soit Proxima Mobile se présente sous la forme d'un catalogue d’applications multiplateformes. Cette "véritable bibliothèque" (sic) est consultable directement sur le net ou, prochainement, via une application développée sur les principales plateformes de téléphones mobiles (iPhone puis Android, Windows Mobile, Symbian, Blackberry).

Cerise sur le gâteau, le portail se veut également un "lieu d’information et d’échanges". Expression vague qui veut tout dire et son contraire. Mais qui fait très Web 2.0.

Qu'en est-il exactement ? Ces contributions sur l'Innovation, la Vie Locale, le Mobile et le Développement durable et l'Accessibilité et le Handicap "permettront de faire l’état de l’art dans le domaine des services sur mobiles utiles aux citoyens en France et en Europe. Ils constitueront une véritable mine d’informations sur les évolutions de ce secteur pour les citoyens et les acteurs de l’Internet mobile".

Très contents de leur initiative, les responsables du projet entendent l'exporter à nos amis européens "l'objectif de ce portail (NDR : qui en a décidément beaucoup) est aussi d’aider les entreprises françaises à tisser des liens avec leurs homologues européens afin de créer les nouveaux services transeuropéens qui seront utiles dans le domaine du transport, de la culture, du tourisme, ou encore de la protection de environnement".

On leur souhaite bonne chance pour promouvoir Proxima Mobile en Grande-Bretagne, par exemple. La perfide Albion n'étant pas particulièrement friande de ce genre d'interventionnisme.

Il n'en reste pas moins que le portail en lui-même est très bien fait, et mérite objectivement qu'on s'y attarde.

Mais ne lui donne-t-on pas trop d'objectifs contradictoires ?

Source : Proxima Mobile

Lire aussi :

Orange et 23 opérateurs s'allient pour lancer un concurrent à l'AppStore, le Wholesale Applications Community peut-il inquiéter Apple ?
Le gouvernement prévoit la fin des mots de passe sur le net et lance son projet de certificat électronique : IdéNum
L'Etat annonce des forfaits ADSL à "tarif social", et la prise en charge d'une partie des travaux du réseau optique national

La rubrique Mobiles

Et vous ?

D'après vous, est-ce le rôle de l'Etat de s'occuper des applications pour l'Internet mobile ? Et de « favoriser le développement de l’écosystème des services sur mobiles » ?

Et pour cet objectif, un portail est-il suffisant ou un bon début ?

La labellisation ne va-t-elle pas introduire des distorsions concurrentielles ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de FailMan FailMan - Membre expert https://www.developpez.com
le 19/02/2010 à 14:10
68 applications, ça me semble pas énorme, pour une bibliothèque.

Citation Envoyé par Gordon Fowler  Voir le message
« favoriser le développement de l’écosystème des services sur mobiles »

Je me demande ce que vient faire le mot écosystème là-dedans, si c'est pas un mot pour aguicher les pseudos-écolos et ceux qui se soucient de l'environnement (et surtout les nigauds) ...
Avatar de ferber ferber - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 19/02/2010 à 15:07
Citation Envoyé par Gordon Fowler  Voir le message
Et vous ?

D'après vous, est-ce le rôle de l'Etat de s'occuper des applications pour l'Internet mobile ? Et de « favoriser le développement de l’écosystème des services sur mobiles » ?

D'un coté je me dit que quasiment personne n'as confiance en nos gouvernants, de ce fait installer un logiciel fournit par notre gouvernement risque de faire grincer bien des dents. Du coup si ce sont des logiciels tiers conseillées par l'administration c'est toute suite moins "big brother"

Ensuite il est évident que l'idée de faire développer des logiciels utile à notre société, sans que cela coute un centime a du leur traverser l'esprit.
Si certains de ces logiciels peuvent concurrencer des services payant d'assistance au personne ( kit d'appel d'urgence, suivre ces enfants par gps ) ça serra une bonne chose d'un certain point de vue.
Sauf que je pense pour ma pars que l'état doit faire en sorte de créer des emploies. Or la il invite certains à travailler gratuitement pour tenter d'obtenir un label. Reste a savoir si ce label aura une incidence positive sur leur activité ?

Personnellement si je rencontre un développer ayant ce label, je lui demanderais si il ne veut pas travailler bénévolement pour moi, après tout, si l'état le fait... pourquoi s'en priver. (attention une tentative de trollage est cachée dans la phrase précédente )

Hormis ça, l'initiative et bien...
Mais j'aurais plus apprécié, une sorte de bourses à l'innovation pour les soft utile à tous. Pour "favoriser le développement de l’écosystème des services sur mobiles". Avec genre 30000€ à gagner pour les 5 meilleurs soft.
Offres d'emploi IT
Consultant sap finance/controlling H/F
Safran - Ile de France - Vélizy-Villacoublay (78140)
Ingénieur développement fpga (traitement vidéo) H/F
Safran - Ile de France - 100 rue de Paris 91300 MASSY
Spécialiste systèmes informatiques qualité et référent procédure H/F
Safran - Ile de France - Colombes (92700)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil