Une sous-traitante de la NSA a fait fuiter des documents confidentiels à la presse
Elle a été démasquée grâce à des points jaunes de son imprimante

Le , par Coriolan, Chroniqueur Actualités
Hier, The Intercept, un média américain habitué des fuites, a publié un rapport confidentiel de la NSA qui accuse la Russie de tentatives de piratage des élections. Quelques heures plus tard, la responsable présumée de la fuite a été identifiée puis arrêtée par le FBI . Son nom est Reality Winner, une sous-traitante de la NSA qui est désormais accusée d’avoir « sorti des documents classifiés de bâtiments gouvernementaux, et de les avoir envoyés à un média. »

Il n’a fallu que quelques heures à la NSA pour identifier la source de la fuite, malgré toutes les précautions prises par The Intercept pour protéger la jeune femme de 25 ans. Dans le mandat d’arrêt, on découvre comment l’agence gouvernementale américaine a pu traquer la responsable de la fuite après qu’elle a imprimé les documents et les a envoyés au média. Le document posté par The Intercept n’est pas le fichier PDF original, mais plutôt un fichier PDF contenant les images de la version imprimée qui a été scannée.

Et c’est justement grâce à ces fichiers PDF mis en ligne par le média que la NSA a pu identifier la source. La plupart des nouvelles imprimantes impriment des témoins graphiques cryptés sous forme de minuscules points colorés qui sont presque invisibles. Ces témoins indiquent la date et l’endroit exacts d’impression de tout document. Et puisque la NSA enregistre toutes tâches d’impression sur ses imprimantes, elle peut savoir qui a imprimé les documents.

Ce marquage n’est pas vraiment récent, c’est une vieille technologie qui date de plus d’une décennie maintenant. Elle a été adoptée par les constructeurs afin d’aider à faire face à la contrefaçon de documents officiels. Pour éviter ce marquage, il suffit d’imprimer en noir et blanc uniquement.

Le document original peut être téléchargé ici. Vous pouvez l’ouvrir avec un lecteur PDF comme Evince ou Reader. Zoomez dans la partie sans texte, fond blanc, du document et prenez une capture d’écran. Il y a des points jaunes sur cette image, mais ils sont à peine visibles, surtout si votre écran n’est pas propre.


Il faudra mettre en relief les points, pour cela, lancez un logiciel de traitement d’image matricielle comme Gimp ou Photoshop et recadrez votre capture d’écran pour avoir un rectangle blanc. À ce stade, vous devriez voir les premiers points jaunes. Ensuite, faites inverser les couleurs sur votre image afin d’éclaircir davantage les points jaunes.




Après avoir pivoté de 180 degrés l’image, allez à la page EFF pour déchiffrer le code manuellement. Vous aurez le résultat suivant :


On découvre ainsi que le document publié par The Intercept a été imprimé le 9 mai 2017 à 6:20. Le numéro de série de l’imprimante a été 29535218 et son numéro de modèle est 54. Bien évidemment, la NSA garde un registre de tous ceux qui ont utilisé l’imprimante pendant ce temps.

Reality Winner qui a été inculpée sous l’Espionnage Act, risque jusqu’à dix ans de prison, malgré le fait que la plupart des cas similaires aboutissent à des peines allant d’un an à trois ans de prison. Mais comme il s’agit du premier cas de fuite criminelle sous l’ère de Trump, certains observateurs suggèrent qu’elle pourrait servir d’exemple.

Source : Errata Security - The New York Times

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Vie privée : la NSA aurait recueilli près de 151 millions d'enregistrements d'appels téléphoniques en 2016, selon un rapport publié par l'ODNI
WindsorGreen : les plans de la NSA pour casser les chiffrements auraient été découverts en libre accès sur Internet, par un chercheur en sécurité


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de RyzenOC RyzenOC - Membre averti https://www.developpez.com
le 06/06/2017 à 16:45
il me semblait que ce système à été crée dans le but à l'origine de trouver les faussaires de faux billets ?

dommage pour elle... le marquage de l'impression est pourtant un truc assez connue non ? de toute manière quel idée d'imprimer cela chez son employeur ?! en dehors du pistage de l'imprimante/ordi, y'a aussi les caméras ou aussi les autres salariées qui peuvent nous démasquer. Bref la salle d'impression c'est pas trop le bon endroit pour être discret
Avatar de earhater earhater - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 06/06/2017 à 16:58
il me semblait que ce système à été crée dans le but à l'origine de trouver les faussaires de faux billets ?

dommage pour elle... le marquage de l'impression est pourtant un truc assez connue non ? de toute manière quel idée d'imprimer cela chez son employeur ?! en dehors du pistage de l'imprimante/ordi, y'a aussi les caméras ou aussi les autres salariées qui peuvent nous démasquer. Bref la salle d'impression c'est pas trop le bon endroit pour être discret
J'imagine qu'il y a pas beaucoup de moyens de sortir ces documents : fouille à l'entrée et à la sortie, logs des emails, des fichiers envoyés via le réseau etc. Ceci étant ma première hypothèse tombe peut être à l'eau vu qu'elle a sorti les documents en version papier j'imagine qu'elle aurait pu effectivement utiliser une clef USB bien planquée et imprimer de là où elle le souhaite.
Avatar de Vincent PETIT Vincent PETIT - Modérateur https://www.developpez.com
le 06/06/2017 à 17:26
Citation Envoyé par earhater Voir le message
[...]elle aurait pu effectivement utiliser une clef USB bien planquée et imprimer de là où elle le souhaite.
+1
C'est vrai que c'est pas très malin... D'autant plus que ce genre de marquage est complétement inefficace avec des imprimantes achetées en grande surface (celle que tu prends sous le bras, garantie 1 an avec ticket de caisse et que tu payes avec quelques billets en caisse). Même si il y a un pictogramme, si tu l'as acheté en liquide chez Auchan, Carrefour, Darty etc... ils sont incapables de savoir où est cette imprimante. A moins que ce document nécessitait une impression sur une grosse imprimante laser pro ?
Avatar de AoCannaille AoCannaille - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 06/06/2017 à 17:31
Citation Envoyé par earhater Voir le message
Ceci étant ma première hypothèse tombe peut être à l'eau vu qu'elle a sorti les documents en version papier j'imagine qu'elle aurait pu effectivement utiliser une clef USB bien planquée et imprimer de là où elle le souhaite.
Encore faut-il qu'il y ait des ports usb sur les ordinateurs concernés... Ce qui n'est pas le cas dans nos locaux SD...
Avatar de AllanTK AllanTK - Membre du Club https://www.developpez.com
le 06/06/2017 à 17:33
Cependant, le journal qui a uploadé le PDF aurait pu prendre des précautions aussi, si elle souhaite protéger ses sources.
Avatar de nox1492 nox1492 - Membre du Club https://www.developpez.com
le 06/06/2017 à 18:39
Les yellow dots (points jaunes) ne sont pas nouveaux, ça existait déjà en 2008.
Mark Dice en parlait déjà dans son livre "Big Brother: The Orwellian Nightmare Come True" de 2011.
Cette employée de la NSA ne connaissait pas son boulot.
Avatar de Excellion Excellion - Membre actif https://www.developpez.com
le 07/06/2017 à 8:13
J'en pense, j'en pense... que je vais essayer de dégoter une bonne vieille polycopieuse, un minitel et un téléphone à manivelle...
Pour la transmission des données, je vais tenter d'élever les pigeons de la cours.

Après, tout ne sera pas forcément rapide.
Mais en terme de sécurité, là je serai au top!
Avatar de NahMean NahMean - Membre averti https://www.developpez.com
le 07/06/2017 à 9:47
Citation Envoyé par Excellion Voir le message
J'en pense, j'en pense... que je vais essayer de dégoter une bonne vieille polycopieuse, un minitel et un téléphone à manivelle...
Pour la transmission des données, je vais tenter d'élever les pigeons de la cours.

Après, tout ne sera pas forcément rapide.
Mais en terme de sécurité, là je serai au top!
Pas si ton pigeon lâche des points jaunes sur son trajet ...

Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 08/06/2017 à 9:28
L'EFF publie une liste d'imprimantes qui pourraient présenter des témoins graphiques cryptés,
comme celle qui a servi à déterminer une dénonciatrice de la NSA

Il y a quelques jours, The Intercept a publié un rapport confidentiel de la NSA qui accuse la Russie de tentatives de piratage des élections. Quelques heures plus tard, la responsable présumée de la fuite a été identifiée puis arrêtée par le FBI . Son nom est Reality Winner, une sous-traitante de la NSA qui est désormais accusée d’avoir « sorti des documents classifiés de bâtiments gouvernementaux, et de les avoir envoyés à un média. »

Comment la source a-t-elle été identifiée ? Grâce aux documents imprimés qu’elle a transmis à Intercept qui comporte des témoins graphiques cryptés sous forme de minuscules points colorés presque invisibles. Ces témoins indiquent la date et l’endroit exacts d’impression de tout document ainsi que le numéro de série de l’imprimante. Et, puisque la NSA enregistre toutes tâches d’impression sur ses imprimantes, elle peut savoir qui a imprimé les documents.

« En zoomant sur le document, ils étaient plutôt évidents », explique Ted Han sur la plateforme de catalogage Document Cloud, qui a été l'un des premiers à les remarquer. « Il est intéressant et remarquable que ce soit là-bas. »

Le chercheur en sécurité Rob Graham a lui aussi observé ces témoins. Il a d’ailleurs publié un article de blog expliquant comment identifier et décoder les points. Sur la base de leur position lorsqu'ils sont tracés sur une grille, ils désignent des heures, des minutes, des dates et des chiffres spécifiques. Plusieurs experts en sécurité qui ont décodé les points ont obtenu la même date et heure de publication.

Ces témoins existent depuis de nombreuses années. D’ailleurs, l’Electronic Frontier Foundation (EFF), le défenseur des droits numériques, a compilé une liste d'imprimantes couleur connues pour les utiliser en croisant trois sources. L’image ci-dessous, capturée par l'EFF, indique comment les décoder:


La liste potentielle de ces «  imprimantes-espionnes » est impressionnante. Elle répertorie les constructeurs et les modèles, allant de Brother (notamment avec ses HL-2700CN et HL-4200CN) à Xerox en passant par Samsung.

En guise de légende, l’EFF explique que dans son tableau elle s’est servie du :
  • « non » pour indiquer qu’elle n’a pas pu voir des points jaunes ; cela ne prouve pas qu'il n'y a pas de témoin graphique (par exemple, la série HP Color LaserJET 8500 n'inclut pas de points de suivi jaune que l'on puisse voir, mais elle peut encore inclure un certain type de marquage forensique, puisque la plupart des autres modèles Color LaserJET le font. D'autres techniques de marquage forensique ont été inventées , et nous ne savons pas encore comment déterminer si ces techniques sont utilisées par une imprimante particulière) ;
  • « Oui » pour signifier simplement qu’elle (ou une autre source, comme indiquée) a vu des points jaunes qui leur semblaient anormaux. Jusqu'à ce qu’elle déchiffre les schémas de marquage ou qu’elle reçoive une autre confirmation, cela ne constitue pas une preuve qu'un type particulier d'information est représenté par ces points. Dans très peu de cas, par exemple, ils pourraient être le résultat d'une technique de tramage, plutôt que d'un témoin graphique, ou alors ils pourraient être le résultat d'une imprimante mal calibrée. Dans la plupart des cas, nous sommes convaincus que l'arrangement des points est intentionnel et est destiné à suivre les utilisateurs.

Voici un aperçu de la liste (pour voir la liste en entier, il faut se rendre sur la page en question)


En plus d'être intéressants pour l’espionnage, ces témoins ont d'autres utilisations potentielles, a expliqué Tim Bennett, analyste de données chez le consultant en logiciels Vector 5, qui a également examiné le document prétendument divulgué de la NSA.

« Les gens pourraient les utiliser pour vérifier les faux », a-t-il assuré. « S'ils obtiennent un document et quelqu'un dit qu’il a été fait en 2005 [les témoins pourraient révéler] qu’il a été fait en réalité ces derniers mois ».

Si vous rencontrez ces témoins sur un document à un moment donné, l'EFF dispose d'un outil en ligne qui devrait révéler les informations encodées par le modèle.

Source : EFF (liste des imprimantes), BBC
Avatar de rambc rambc - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 08/06/2017 à 14:45
Bonjour.

Il serait bien d'ajouter la source de l'article expliquant comment "décoder les points jaunes".
Contacter le responsable de la rubrique Accueil