Cybercriminalité : les outils gratuits de piratage sont une porte d'entrée pour les adolescents,
61 % des pirates auraient commencé avant 16 ans

Le , par Malick, Community Manager
L'organe principal de lutte contre les crimes organisés au Royaume-Uni en l'occurrence la National Crime Agency (NCA) a publié son rapport intitulé Pathways into Cybercrime et dans lequel il met en évidence la montée en puissance des adolescents dans le domaine de la cybercriminalité. Dans son rapport, la National Crime Agency tire la sonnette d'alarme sur le fait que les nombreux outils gratuits de piratage (les services de DDOS, les chevaux de Troie, etc.) qui sont disponibles sur Internet constituent une véritable porte d'entrée pour les adolescents dans la cybercriminalité. Cette situation est également accentuée par le fait que beaucoup de ces outils sont disponibles sur des forums de modding ou de jeux avec souvent des liens qui pointent vers des tutoriels qui facilitent leur prise en main. L'utilisation de ces outils de piratage ne demande pas souvent des compétences techniques très pointues.

« La barrière des compétences pour intégrer le domaine de la cybercriminalité est aujourd'hui très faible. Les outils de piratage, qui pour être utilisés ne nécessitent pas une expertise technique assez avancée, sont disponibles soit gratuitement, soit à faible coût pour les utilisateurs. Beaucoup de ces outils illégaux sont annoncés ouvertement sur des forums de piratage ou de jeux, et les tutoriels vidéo ou bien didacticiels sur la façon de les utiliser étape par étape sont facilement accessibles sur la toile », a déclaré la National Crime Agency.

Selon la National Crime Agency, au Royaume-Uni, près de 61 % des pirates informatiques ont commencé à commettre des forfaits à l'âge de 16 ans. Il ajoute que durant l'année 2015, les résultats des enquêtes menées par l'unité spéciale de lutte contre la cybercriminalité au Royaume-Uni à savoir la National Cyber Crime Unit (NCCU) ont montré que la moyenne d'âge des suspects et des pirates informatiques qui ont été mis aux arrêts est de 17 ans. Au même moment, l'âge moyen des pirates arrêtés dans des affaires de trafics de médicaments est de 37 ans, alors que celui des pirates impliqués dans des affaires relatives à la cybercriminalité économique est de 39 ans.

La NCA soutient également dans son rapport que le gain financier n'est pas nécessairement l'élément qui motive les jeunes pirates. Ces derniers seraient également motivés par le besoin de renforcer leur réputation au sein de la communauté dans laquelle ils évoluent ; à cela s'ajoute l'anonymat sur Internet que les outils de piratage sont censés leur garantir.

Le rapport fait également état de l'absence d'une application de la loi au Royaume-Uni et que la plupart des jeunes qui sont impliqués dans des actes relatifs à la cybercriminalité ignorent que ce qu'ils font rentre dans le cadre de l'illégalité. « Un membre d'un groupe de pirate qui a vendu des outils DDoS et des services de botnet a déclaré à la police qu'un avertissement de l'application de la loi l'aurait empêché d'exercer cette activité », a affirmé la National Crime Agency. Cette dernière précise que son rapport est basé sur des entretiens avec des jeunes cybercriminels afin de connaître le pourquoi ils sont entrés dans la cybercriminalité.

La NCA conclut en affirmant que l'objectif visé à travers cette enquête était de comprendre les voies que les délinquants prennent et d'identifier les points d'intervention les plus efficaces pour les détourner vers le droit chemin.

Source : National Crime Agency

Et vous ?

Que pensez-vous de l'implication des jeunes dans la cybercriminalité ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de marsupial marsupial - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 22/04/2017 à 5:07
Ouep. J'ai lu cette news sur un autre site à l'instant. Ca interpelle un peu même si on savait que les ados faisaient partis de la cybercriminalité, voir la moyenne d'âge est assez ahurissant. Associé à une autre information comme quoi la cybercriminalité s'industrialise avec la même hiérarchisation qu'une entreprise, on peut légitimement déduire qu'une part de ces ados va se retrouver dans cette industrie lucrative comme le ransomware. Ransomware en plein essor puisqu'on ne revend pas des données mais rend l'accès à des données vitales pour l'activité de l'entreprise ce qui rend potentiellement toute entreprise une cible.Superbe potentiel de proies

Après le rang au dessus devient l'entrée dans une APT subventionnée par un Etat. Brillant avenir en perspective.
Avatar de BufferBob BufferBob - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 22/04/2017 à 11:43
ce serait intéressant de voir sur l'ensemble des ados qui "entrent" par le biais du piratage quelle proportion à l'age adulte finissent pirates professionnels, combien finissent par arrêter leurs conneries et deviennent pentesteurs, chercheurs, ou hackers d'état et participent ainsi à sécuriser le monde des données

pirate pro n'est pas un choix de carrière, que cela découle de mauvaises habitudes prises à l'adolescence ou non, c'est une solution de dernier recours pour des informaticiens compétents dans des régions où il n'y a pas assez de boulot

c'est bien joli de vouloir lutter contre les pirates mais ce n'est que le revers normal d'une médaille désormais très bien exploitée, vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi -à part l'Allemagne- aucun pays n'a jamais cherché à lutter contre les tutos qui expliquent comment exploiter tel ou tel type de faille, qui recensent les sploits en tout genre etc. ?

pas même les USA, et ce depuis que le piratage existe, étrange non ? pourtant c'est bien ce savoir là qui permet aux jeunes de mettre un pied dedans, se pourrait-il que les pouvoirs publics y voient une utilité ?
Avatar de koyosama koyosama - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 22/04/2017 à 14:00
Citation Envoyé par BufferBob  Voir le message
c'est bien joli de vouloir lutter contre les pirates mais ce n'est que le revers normal d'une médaille désormais très bien exploitée, vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi -à part l'Allemagne- aucun pays n'a jamais cherché à lutter contre les tutos qui expliquent comment exploiter tel ou tel type de faille, qui recensent les sploits en tout genre etc. ?


Cela marche vraiment ?
Avatar de BufferBob BufferBob - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 22/04/2017 à 15:04
Citation Envoyé par koyosama  Voir le message
Cela marche vraiment ?

aucune idée, mais à l'époque où la loi est passée en Allemagne, le chercheur Stefan Esser avait par exemple interrompu puis déménagé son site web qui décortiquait des vulnérabilités du moteur PHP, donc j'imagine qu'une certaine partie de la population a tout de même pris ça assez sérieusement, est-ce que dans les faits des sanctions on été appliquées je sais pas...
Avatar de marsupial marsupial - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 23/04/2017 à 0:19
Pour moi, je pense qu'il s'agit d'un mauvais calcul comme méthode de chercher à encourager le hack pour former à la sécurité. Les personnalités constituant les bataillons de Black Hat, Grey Hat et White Hat ont un esprit retors qui se détecte lors de la scolarité par d'incessantes questions sur ce qu'on leur enseigne. Ils sont souvent rejetés par l'enseignement, catalogués comme rebelle/réfractaire à l'éducation, et subissent harcèlement et brimades de leurs camarades. Cela les condamne au côté obscur de la force bien souvent. Il suffit de voir le mal des autorités à recruter ces personnalités, ces esprits à la pensée différente de ceux qui acceptent sans se poser de question que 1 + 1 sera toujours égal à 2.

J'ai découvert cela lors d'un reportage sur les hackers où je me suis partiellement reconnu dans leur façon de réfléchir à la réponse à apporter à une question. Si j'avais été un pur autodidacte, comme ils le sont souvent, peut être aurai je mal tourné. Mais mon premier code de 8 lignes en C a purement et simplement down le serveur me laissant interloqué par le manque de rembardes. Je crois que cela a déterminé mon choix de carrière et fait découvrir la notion de parsing. Au delà du fait que j'ai une tendance naturelle à penser à contre courant hors des sentiers battus sans pour autant oublier le bon sens et rejeter le bon côté. Comme c'est le cas pour les hackers et pirates.

Avatar de koyosama koyosama - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 23/04/2017 à 15:25
Citation Envoyé par BufferBob  Voir le message
aucune idée, mais à l'époque où la loi est passée en Allemagne, le chercheur Stefan Esser avait par exemple interrompu puis déménagé son site web qui décortiquait des vulnérabilités du moteur PHP, donc j'imagine qu'une certaine partie de la population a tout de même pris ça assez sérieusement, est-ce que dans les faits des sanctions on été appliquées je sais pas...

De toute facon les founrisseurs internet vont bientot vendre nos information personnels comme font les ricains. Etre anonyme et deconnecte sera dur. On cree une dystopie petit a petit et personne ne voit. Je ne vois pas qui ce qui est pire, etre vu par le gouvernement ou des teenagers. Et bonus sur le gateau, tu as des gars non qui ont jamais travaille de leur vie et qui bite rien de l'informatique qui cree des lois pour detruire la cryptographie.
Offres d'emploi IT
Développeur Windev H/F
Page Personnel - Centre - Tours (37000)
Consultant ERP/WMS H/F
Page Personnel - Bretagne - Rennes (35000)
Urbaniste des systèmes d'information H/F
Safran - Ile de France - Évry (89140)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil