IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Pegasus, l'un des logiciels espions les plus sophistiqués a été détecté sur Android,
Google recommande cinq conseils de base pour s'en prémunir

Le , par Olivier Famien

504PARTAGES

19  0 
Depuis les révélations de Snowden sur les campagnes d’espionnage menées par les gouvernements américains, les entreprises se tournent de plus en plus vers les outils de chiffrement pour renforcer la sécurité de leurs équipements et éviter ainsi des fuites de données. Depuis l’adoption de plus en plus généralisée de ces outils, deux groupes s’affrontent ouvertement avec les défenseurs qui mettent en avant la sécurité et la vie privée des utilisateurs et les détracteurs qui soulignent que ceux-ci peuvent être utilisés par des acteurs malveillants pour échapper à la surveillance des forces de l’ordre.

Conscient qu’il y a un créneau à exploiter auprès des entités qui souhaitent accéder aux informations des utilisateurs en dépit des mécanismes de chiffrement et autres outils de sécurité utilisés, un autre marché se développe en marge de ces outils afin de répondre à la demande de ces derniers (gouvernements et autres acteurs dotés de ressources financières importantes) qui souhaitent surveiller des personnes en toute discrétion en contournant les systèmes de sécurité comme le chiffrement des données.

L’an dernier, Ahmed Mansoor, un défenseur des droits de l’Homme vivant aux Émirats arabes unis (EAU), a reçu un SMS sur son iPhone qui lui suggérait de cliquer sur un lien pour avoir des informations sur des prisonniers torturés dans des prisons des Émirats arabes unis. Après avoir transféré le message à Citizen Lab, les chercheurs en sécurité de l’organisme ainsi que ceux de Lookout, l’éditeur de solutions de sécurité pour les entreprises et les particuliers, ont découvert que derrière ce message se cachait Pegasus, un des spywares les plus sophistiqués jamais rencontrés qui a été utilisé pour espionner des utilisateurs d’iPhone pendant plusieurs années. Pour ce faire, Pegasus exploitait trois failles (le trident) de type zero day afin de jailbreaker l’appareil ciblé et de récupérer des données de toutes sortes sur l’iPhone infecté. Depuis lors, Apple a sorti un correctif pour corriger les exploits utilisés par Pegasus pour infecter son système mobile.

Mais cette découverte assez bénéfique pour les utilisateurs d’iPhone dont l’épisode avec Pegasus semblait achever après la sortie du correctif a donné lieu à la découverte de signaux d’applications anormales à partir des données analysées par les chercheurs de Lookout. Intrigués, ces chercheurs ont alerté Google et depuis, une traque a été entreprise des deux côtés des entreprises qui n’ont pas hésité à partager les informations acquises. Cela a abouti à la découverte de la présence d’un logiciel espion (spyware) considéré par Lookout comme une variante de Pegasus pour Android et baptisé Chrysaor par Google.

Depuis quelques heures, Lookout et Google ont concomitamment publié des communiqués pour alerter les utilisateurs sur cette nouvelle menace découverte qui met en danger la confidentialité des informations des utilisateurs d’Android. Selon les deux entreprises, ce spyware a été développé par NSO Group Technologies, une entreprise basée en Israël et créée en 2010 avec pour objectif de développer et vendre des cyberarmes aux gouvernements afin de les aider à combattre le terrorisme et le crime. En 2013, le chiffre d’affaires de l’entreprise était de 40 millions. Deux années plus tard, c’est-à-dire en 2015, ce chiffre d’affaires a plus que triplé en passant à 150 millions de dollars. En se basant sur ces chiffres, c’est peu dire que d’affirmer que ce marché est en plein essor avec des clients qui ont de plus en plus recours à des entreprises tierces pour espionner les utilisateurs.

Pour ce qui concerne Pegasus version Android, une des choses qui rassurent est que ce spyware a été découvert en activité sur moins de trois douzaines d’appareils dans certains pays comme Israël, la Géorgie, le Mexique, la Turquie, les EAU, le Kenya, le Nigéria, l’Ukraine et plusieurs autres pays. Immédiatement, Google a contacté les utilisateurs des appareils infectés par cette variante de Pegasus après avoir recensé le nombre total de ces appareils.


Pour s’installer sur les appareils Android, Google estime que les attaquants auraient certainement persuadé les utilisateurs d’une manière ou d’une autre afin de les amener à télécharger le logiciel malveillant sur leurs appareils. Et une fois installé, le spyware utilise la technique Framaroot pour « ;rooter ;» l’appareil ciblé et avoir le contrôle total de celui-ci. Cette version de Pegasus n’utilise donc pas de failles zero day pour rooter les appareils Android comme ce fut le cas avec la version iOS. Par ailleurs, sur iOS, lorsque le spyware ne parvient pas à jailbreaker l’appareil ciblé, l’infection ne peut avoir lieu. Mais pour le cas d’Android, si le spyware ne parvient pas à rooter l’appareil avec l’exploit Framaroot, il utilise un binaire de super-utilisateur sur le système Android pour élever ses privilèges afin d’avoir accès aux données et de les exporter vers les serveurs distants des attaquants.

Que ce soit en rootant le téléphone ou en utilisant des privilèges élevés, lorsque le spyware parvient à infecter la cible, les attaquants peuvent l'utiliser pour réaliser les opérations suivantes :

  • enregistrer les frappes du clavier ;
  • effectuer des captures d’écran ;
  • effectuer des captures audio en direct ;
  • contrôler à distance le spyware par SMS ;;
  • exfiltrer des données de messagerie à partir d’applications courantes, y compris WhatsApp, Skype, Facebook, Twitter, Viber, Kakao ;;
  • extraire les données de l’historique du navigateur ;
  • exporter les données des courriers électroniques du client de messagerie natif d’Android ;
  • accéder aux contacts et messages textes.


Enfin, il faut savoir que cette variante de Pegasus n’est pas un malware comme tous les autres. Là où de nombreux logiciels malicieux chercheraient à rester à tout prix sur l’appareil infecté, Pegasus lui se détruit automatiquement s’il analyse et conclut que sa position sur l’appareil est à risque. En outre, plusieurs autres scénarios ont été détectés où cette variante de Pegasus se supprime d’elle-même. Nous avons par exemple le cas où le code du pays sur le mobile associé à la carte SIM est invalide. Lorsqu’également il détecte un antidote à l’emplacement /sdcard/MemosNoteNotes, il se détruit. Quand Pegasus pour Android n’a pas réussi à se connecter aux serveurs après 60 jours ou encore lorsqu’il reçoit une commande spécifique du serveur de commande et de contrôle, il se supprime automatiquement.

Pour s’en prémunir, Google explique que l’installation d’aucune application supplémentaire n’est nécessaire. Pour rester protégé, il suffit de suivre les consignes de base telles qu’installer les applications uniquement à partir de sources connues comme Google Play, activer le verrouillage de l’appareil avec un code PIN, un mot de passe ou un schéma, mettre à jour son appareil, s’assurer que l’outil Verify Apps de Google est activé sur l’appareil et renseigner son appareil dans le Gestionnaire d’appareils Android afin de sécuriser ses données en cas de perte ou vol de son appareil.

Source : Lookout, Google

Et vous ?

Que pensez-vous de la découverte de cette faille ?

Les utilisateurs Android devraient-ils se sentir rassurés ou plutôt être inquiets ?

Voir aussi

Apple corrige en urgence trois vulnérabilités zero day sur iOS qui ont permis à un logiciel espion de passer sous les radars pendant des années
Des documents du NSO Group indiquent comment l'entreprise choisit les clients à qui elle vend son spyware, mais aussi le montant de la facture

La Rubrique Android, Forum Android, Cours et tutoriels Android, FAQ Android

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de nucle
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 22/07/2021 à 13:26
Pendant que je lisais l'article sur mon smartphone, j'ai reçu une notification : "Votre smartphone n'est pas espionné par Pegasus. Pas besoin de faire le test. Bonne journée. NSO." et puis une 2ieme : "Si si, il est touché par Pegasus. Bonne journée. NSA". Je ne sais plus quoi croire du coup.
8  0 
Avatar de Jules34
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 22/07/2021 à 13:38
Citation Envoyé par mouhsinium Voir le message
les juges auront leur dernier mot dans les prochains jours pour confirmer ce qui a annoncé Forbidden Stories.
La confiance en la justice y'a que ça de vrai !

/s
6  0 
Avatar de Cpt Anderson
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 30/07/2021 à 10:34
C'est un peu comme si la DGSE se fait prendre la main dans le sac avec un de ses logiciels espions et que la France déclare qu'elle va enquêter.

C'est assez ridicule tout ça !
4  0 
Avatar de Cpt Anderson
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 19/07/2021 à 17:54
Rien de neuf sous le soleil, si ?
Mise à part quelques illuminés adeptes de "la paix dans le monde", sinon tout le monde sait parfaitement que les états s'espionnent allégrement. Même ceux qui sont supposément "alliés".
5  2 
Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/07/2021 à 8:51
Spoiler alert, votre téléphone n'est point infesté par Lespiogiciel Pegasus
3  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/07/2021 à 10:54
Désolé, je ne voudrai pas gâcher la haute estime qu'ont d'eux-mêmes certains lecteurs de ce forum, mais je doute qu'ils soient suffisamment importants pour être la cible de Pegasus
3  0 
Avatar de 23JFK
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 22/07/2021 à 17:30
Moi je suis protégé, j'utilise le firewall libreoffice
3  0 
Avatar de pierre-y
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 23/07/2021 à 9:14
Il y a a peine quelque mois, c'était les américain qui se faisait prendre a avoir espionner l'Allemagne, Macron et bien d'autre. Personne n'avait trouvé a y redire.
3  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/07/2021 à 11:03
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message

NSO Group est sous le contrôle direct du ministère israélien de la défense, qui approuve chaque vente. Donc pour le gouvernement israélien, mener une enquête sur NSO ne sera pas facile, car c’est lui qui autorise les exportations du logiciel Pegasus en fonction de ses relations diplomatiques avec les différents états clients. Indirectement, la responsabilité du gouvernement israélien est donc également engagée dans cette affaire.
Bon, je crois que quand on a lu ceci, on comprend rapidement de quoi il en retourne... De qui se moque-t-on?
3  0 
Avatar de Francois_C
Membre averti https://www.developpez.com
Le 07/04/2017 à 12:01
les petites juridictions noyautées par la franc-maçonnerie
Et aussi les juifs, peut-être Triste période que ces élections : on voit des forums aussi peu suspects de bêtise que celui-ci trollés par des complotistes « noyautés » eux-mêmes par quelque candidat marron (je crois deviner lequel). On a donc oublié les leçons de l'histoire ? on est nostalgique des années quarante ?

Un « nouveau membre du club », évidemment.
2  0