Mirai : le botnet refuse d'abdiquer face aux chercheurs en sécurité
Tandis que de nombreux zombies sont désactivés, d'autres prennent leurs places

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Les efforts pour arrêter Mirai, le logiciel malveillant qui crée des réseaux de zombies en infectant des milliers d’appareils connectés (IdO), sont devenus comparables au jeu de la taupe (jeu d'arcade dont le but est de taper à l'aide d'un marteau sur des taupes en plastique qui sortent des trous de la console de jeu). À ce propos, à la question de savoir quelle entité fait plus de progrès que l’autre, notamment les pirates et la communauté des chercheurs en sécurité, les opinions divergent.

Mirai se déploie sur des dispositifs vulnérables en analysant en continu internet pour rechercher des systèmes connectés protégés par les identifiants attribués par défaut ou codés directement dans les systèmes. Les dispositifs vulnérables sont alors attaqués par le logiciel qui les transforme en bots, les obligeant à communiquer avec un serveur de contrôle central qui peut être utilisé comme lieu de préparation pour lancer des attaques DDoS puissantes qui peuvent entre autres paralyser un site.

Fin septembre, sur le forum spécialisé Hackforum, un individu qui s’est présenté comme étant l’utilisateur Anna-sempai a expliqué avoir publié le code source de Mirai en réponse à une surveillance accrue de l’industrie de la sécurité. « Quand je me suis lancé dans l’industrie du DDoS, je n’avais pas l’intention d’y rester longtemps », a commencé Anna-sempai. « J’ai fait de l’argent. Il y a beaucoup d’yeux rivés sur l’internet des objets désormais, alors il est temps de se casser », a-t-il continué.

Depuis lors, Mirai ainsi que ses variantes ont été identifiés dans des attaques à portées différentes comme celles qui ont attaqué des routeurs dans une dizaine de pays, y compris des routeurs de la Deutsche Telekom (opération qui a affecté 900 000 de ses clients). En octobre, l’accès à de nombreux sites populaires américains a été perturbé pendant des heures suite à une attaque de Mirai lancée contre Dyn, un fournisseur américain de service DNS.

Toutefois, le mois dernier, la police a arrêté un potentiel hacker suspecté d’être derrière de multiples attaques lancées par Mirai. En outre, Level 3 Communications, la société américaine spécialisée dans les télécommunications et informations, a déclaré avoir fait une percée dans l’arrêt du malware Mirai. Si des traces du logiciel ont été trouvées sur une fourchette comprise entre 500 000 et 600 000 dispositifs connectés, la plupart d’entre eux ne sont plus sous le contrôle des pirates, a déclaré le chef de la sécurité de niveau 3 Dale Drew. La raison ? Les FAI bloquent l’accès à internet aux serveurs utilisés par les pirates pour contrôler les périphériques infectés par Mirai.

« Nous avions déjà récemment fermé les serveurs de C&C Mirai mensuellement, puis une fois par semaine », a déclaré Drew. « Désormais, nous les fermons toutes les quatre heures ».

Bien que cette opération n’a plus laissé que 97 000 périphériques infectés par Mirai sur Internet qui peuvent être contrôlés par des parties malveillantes, Level 3 a précisé que cela ne signifie pas que le logiciel malveillant n'est plus une menace. En effet, pour agrandir le réseau de zombies, les pirates modifient le code source de Mirai. Lundi, le spécialiste en sécurité Malware Must Die a déclaré avoir découvert des preuves que des pirates informatiques chinois adaptaient Mirai pour infecter un lot de produits IdO, dans ce cas précis auprès d'un fournisseur taiwanais.

« Cela pourrait avoir un impact énorme », a expliqué le spécialiste dans un Tweet. « Les pirates chinois qui utilisaient des logiciels malveillants DDoS Linux commencent à adapter le code source Mirai ».

Les pirates chinois semblent avoir modifié le code pour exploiter une vulnérabilité connue dans les produits d'Avtech, un fabricant de numériscope et de caméras Internet. La nouvelle souche de Mirai profite d'un bogue de script web dans les produits, les incitant à visiter une URL qui télécharge les logiciels malveillants des pirates. D’après Malware Must Die, environ 160 000 appareils sur Internet peuvent être vulnérables à l'attaque. Un chercheur en sécurité a communiqué avec Avtech au sujet du problème. Pour le moment, aucune information n’a filtré quant à la disponibilité d’un correctif.

Source : blog Malware Must Die, la police arrête un suspect


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de hotcryx hotcryx - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 15/03/2017 à 15:18
Intéressant
Si le code change et donne naissance à des variantes, c'est un combat sans fin et exponentiel.
Imaginez une maladie qui mute... Quand ils ont "un vaccin", c'est déjà trop tard, il a muté.
Le seul moyen est de couper le moyen de propagation.
La pendémie est proche.
Avatar de nirgal76 nirgal76 - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 15/03/2017 à 15:50
Citation Envoyé par hotcryx Voir le message
Intéressant
Si le code change et donne naissance à des variantes, c'est un combat sans fin et exponentiel.
Imaginez une maladie qui mute... Quand ils ont "un vaccin", c'est déjà trop tard, il a muté.
Le seul moyen est de couper le moyen de propagation.
La pendémie est proche.
Le vrai moyen de le ralentir, ce serait déjà que les gens arrêtent de cliquer sur n'importe quel lien et ne laisse pas les mots de passe par défaut. La faute aussi aux fabricants qui n'obligent pas toujours l'utilisateur à le faire lors de l'installation de leur appareil connecté.
Offres d'emploi IT
Ingénieur analyste programmeur (H/F)
Safran - Auvergne - Montluçon (03100)
Consultant sap finance/controlling H/F
Safran - Ile de France - Vélizy-Villacoublay (78140)
Ingénieur H/F
Safran - Ile de France - Moissy-Cramayel (77550)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil