Microsoft a lancé un simulateur open source d'entrainement de drones
Pour accélérer le développement de gadgets autonomes s'appuyant sur l'IA

Le , par Coriolan, Chroniqueur Actualités
Microsoft a lancé un simulateur de pilotage de drones pour aider les utilisateurs à tester et à entrainer des robots et des drones dans un environnement virtuel avant de les piloter dans le monde réel. Dénommé AirSim, le nouveau simulateur a été développé avec le moteur graphique Unreal Engine, et il est disponible gratuitement en open source sur Github.

Bien que des simulateurs qui aident à tester les drones et à les préparer pour des opérations autonomes existent déjà, Microsoft informe que son outil est largement plus avancé et reflète avec précision les défis de la réalité. Il a été développé après que la firme s’est rendu compte que les chercheurs et développeurs ont besoin d’une manière de générer des données d’entrainement pour les algorithmes d’apprentissage machine qui contrôlent les véhicules autonomes dans un simulateur.

La plateforme a été conçue pour les chercheurs en intelligence artificielle afin d’accumuler les données d’entrainement et mener des expériences avec les algorithmes de deep learning, de la vision par ordinateur et d’apprentissage par renforcement. Bref, les algorithmes nécessaires pour avoir un drone autonome au vrai sens du terme. Microsoft utilise des technologies photoréalistes de pointe pour permettre aux utilisateurs de contrôler les drones dans un environnement réaliste avec les ombres et les réfections.

Les développeurs seront en mesure de générer des environnements aléatoires et crasher des drones comme ils veulent. Cependant, Microsoft a informé que le service ne sera pas réservé uniquement aux véhicules autonomes (la firme compte ajouter le support d’autres véhicules prochainement). Le lancement initial de l’outil qui est toujours en développement sera focalisé sur tout type de véhicules, mais l’éditeur de logiciels veut que la plateforme soit en mesure d’aider à améliorer d’autres technologies comme la vision par ordinateur et les autres systèmes d’apprentissage machine très gourmands en données.

Microsoft considère cet outil comme un générateur de données ; l’accumulation de données est aujourd’hui essentielle pour les chercheurs qui mettent en place les algorithmes requis pour contrôler les véhicules autonomes. Bien évidemment, cette solution ne va pas remplacer les tests réels, mais elle va être utilisée pour faire la réplication de centaines, voire des milliers de tests. Les applications de robotique en temps réel nécessitent un moteur physique tournant en haute fréquence, généralement les chercheurs parlent de 1000 Hz. Microsoft a pu atteindre cette fréquence en déléguant les calculs de vérification de collision au moteur graphique Unreal Engine 4. Toutefois, les utilisateurs seront en mesure d’implémenter leur propre moteur physique.

Microsoft a publié un document titré Aerial Informatics and Robotics Platform, il explique que le simulateur a recours à des calculs et les dernières avancées en matière de graphismes « pour simuler les lois de physique et la perception afin que l’environnement puisse refléter de manière réaliste le monde réel. » Pour mieux simuler la réalité, cet outil s’appuie donc sur une bonne simulation des lois de la physique, des modèles de capteurs et la dynamique des véhicules.

Pour l’équipe de développement, l’aspect majeur de ce projet est de savoir comment utiliser l’IA dans le monde réel. Dans les jeux vidéo, beaucoup d’avancées ont été faites, mais l’IA est encore dans un état embryonnaire lorsqu’il s’agit des applications dans le monde réel. La question qui se pose maintenant est comment entrainer et tester des algorithmes dans un environnement simulé et ensuite les utiliser dans le monde réel ? Il s’agit du problème de transfert d’apprentissage qui constitue un vaste champ de recherche.

Le code de AirSim est multiplateforme et supporte hardware-in-loop avec les contrôleurs de vol comme Pixhawk afin d’interagir directement avec l’environnement simulé. Une build destinée à Linux arrivera dans quelques semaines, le but est de s’assurer que Real Engine marche parfaitement avec le simulateur sur l'OS libre.

Source : blog Microsoft

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Pensez-vous que les données issues de tests virtuels pourront remplacer les données de tests réels ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de hotcryx hotcryx - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 16/02/2017 à 10:38
Je dirais que c'est un projet intéressant mais sachant que les drônes de combat peuvent tuer, à qui cela va profiter? Darpa?
Avatar de poma88 poma88 - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 16/02/2017 à 11:35
Pour infos: il faut installer le moteur => Unreal 4 engine
Avatar de MaximeCh MaximeCh - Membre actif https://www.developpez.com
le 16/02/2017 à 12:06
Citation Envoyé par hotcryx Voir le message
Je dirais que c'est un projet intéressant mais sachant que les drônes de combat peuvent tuer, à qui cela va profiter? Darpa?
C'est sûr que la DARPA se frotte les mains et s'est attelée à des missions d'assassinat, en milieu fermé, uniquement par drone.
Mais il y a aussi d'autres applications des drones redéployant un réseau de communication après un tremblement de terre, des drones cartographiant de façon autonome à basse altitude...
Offres d'emploi IT
Ingénieur développement logiciels temps réel embarqué H/F
Safran - Ile de France - Éragny (95610)
Ingénieur développement électronique H/F
Safran - Ile de France - 100 rue de Paris 91300 MASSY
Architecte systèmes externes TP400 H/F
Safran - Ile de France - Moissy-Cramayel (77550)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil