Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La ville de Munich va décider cette semaine si elle abandonne Linux pour revenir à Windows
La FSF Europe appelle à voter contre cette proposition

Le , par Stéphane le calme

70PARTAGES

11  0 
En 2003, la ville de Munich (Allemagne) a lancé un projet de migration de 14 000 ordinateurs équipés de Windows NT vers LiMux (un système d’exploitation dérivé d’Ubuntu), mais également vers la suite bureautique LibreOffice. Le projet baptisé du même nom (LiMux), qui a été voté en 2003 et devait s’étendre sur 10 ans, a été motivé par les résultats d’une étude qui avançait que la ville aurait ainsi pu économiser des millions d’euros, mais également gagner une indépendance vis-à-vis des éditeurs de solutions propriétaires.

Le format ODF (Open Document Format) a également été adopté par la ville de Munich en tant que norme pour les documents bureautiques (texte, tableurs, présentations, diagrammes, etc.).

Cette migration s’est officiellement achevée en 2013 et les objectifs ont été atteints, voire dépassés puisque la localité avait affirmé avoir migré avec succès 14 800 postes de travail, sur 15 500 PC de l’administration vers Linux.

Cette migration aurait permis à la localité d’économiser près de 11 millions d’euros, dont environ 6,8 millions d’économies ont été enregistrées uniquement sur les licences Microsoft en 2012.

Cependant, en août 2014, les autorités locales ont commencé à s’interroger sur la pertinence de cette stratégie. À cette période, Josef Schmid, l’adjoint au maire, a estimé qu’un examen est nécessaire suite aux nombreuses plaintes d'employés de la mairie qui ont « souffert » de cette transition, notamment pour les échanges de données et l'exécution de logiciels spécifiques développés en interne. Une étude indépendante a alors été commissionnée afin de déterminer la pertinence d'un retour à des produits Microsoft.

Mais Dieter Reiter, le maire de Munich, n’a pas envisagé pour sa part un retour à Windows, estimant que, d’après une analyse des coûts pour un retour à Windows qu’il a commandé, cela reviendrait très cher à la municipalité.

Reiter avait assuré par exemple que le passage à Windows 7 devrait entraîner le remplacement de plus de 14 000 PC de l’administration, ce qui pourrait coûter 3,15 millions d’euros, sans tenir compte des frais de licences et d’infrastructure. L’adoption de Windows 8 serait encore plus coûteuse, selon lui.

Reiter a fait également savoir que le retour aux solutions Microsoft reviendrait en même temps à perdre les 14 millions d’euros qui ont été engagés dans le passage à LiMux, OpenOffice et autres logiciels libres. Un montant qui devrait donc être ajouté au coût du retour à Windows.

Quoi qu’il en soit, mercredi prochain, une proposition visant à mettre fin au projet Limux et à revenir à un système propriétaire (notamment Windows) dans 3 ans, qui a été présentée par les deux partis au pouvoir, les sociaux-démocrates (SPD) et l'Union sociale chrétienne (CSU), sera votée.

« La proposition vise à garantir qu'au plus tard à la fin de 2020, un nouveau client de base Windows sera le client standard de la ville », a déclaré un porte-parole du conseil municipal de Munich.

Cependant, il semble que LiMux et d'autres logiciels open source pourraient encore être utilisés jusqu'à ce que le client Windows soit en place. « Durant la période de transition, les départements et les unités d'affaires pourront utiliser ce nouveau client basé sur Windows avec des produits standard ou continuer à utiliser une architecture client mixte de Windows et Linux selon leur situation individuelle », suggère la proposition.

L'utilisation du client de messagerie libre Thunderbird ainsi que la suite LibreOffice sont également concernées par ces mesures d’abandon pour une utilisation de « produits standards du marché » offrant la « plus grande compatibilité possible » avec les logiciels externes et internes.

Bien entendu, la Free Software Foundation Europe (FSFE) a invité tous les membres du conseil à voter contre la proposition. « La proposition actuelle est une mauvaise plaisanterie. Ils ne savent pas exactement ce qui serait impliqué s’ils abandonnent LiMux », a déclaré Matthias Kirschner, président du FSFE. « Ils ne savent pas combien de temps cela prendrait et combien cela coûterait. Néanmoins l'OB [Oberbürgermeister] Reiter veut passer à Microsoft, quoi qu'il arrive », a-t-il continué.

Un retour vers Windows ? Oui, mais pourquoi ?

La conseillère Anne Hübner, porte-parole du département informatique du SPD, a avancé que « pour le moment, dans de nombreux cas, il faut beaucoup trop de temps et cela coûte beaucoup trop cher pour que la ville implémente un logiciel disponible en standard sur le marché. Cela doit changer pour que la ville reste compétitive dans une société de services de plus en plus numérique  ».

Les premiers jours qui ont suivi la fin de la migration vers LiMux, le conseil a déclaré que la majorité des utilisateurs n'avaient pas de problèmes importants avec le système d’exploitation, mais que certains départements de la ville ont critiqué LiMux lors d’une enquête menée l'année dernière. Le département des ressources humaines de la ville (POR) a déclaré que depuis 2006, lorsque le POR a commencé à utiliser LiMux et OpenOffice, puis est passé à LibreOffice, « l'efficacité et la productivité des lieux de travail soutenus par POR ont sensiblement diminué ».

Pourtant, Kirschner a souligné qu’une étude de consultants a mis l'accent sur les questions organisationnelles comme étant à l'origine des problèmes avec les TIC du conseil et non des problèmes avec les logiciels open source.

Paradoxalement, la proposition indique également que le but ultime devrait être que les logiciels utilisés par la ville fonctionnent « indépendamment du système d'exploitation de la machine de l'utilisateur final », suggérant entre autres l'utilisation d'applications web, de virtualisation, etc.

Source : Europa

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ? Coup dur pour le monde du libre ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Pierre GIRARD
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 13/11/2017 à 11:47
Citation Envoyé par micka132 Voir le message
Si c'est plutot vrai pour un particulier, c'est plus que faux pour une entreprise/administration....
Sauf que c'est pas du tout l'avis de la Gendarmerie Nationale qui affirme avoir fait beaucoup d'économies avec sa migration vers le libre. Cela étant, pour la gendarmerie, c'est un travail de longue alêne et très progressif. L'erreur de Munich est peut-être d'avoir voulu "Tout tout de suite".

En plus, la gendarmerie a gardée une hiérarchie stable et pas soumise régulièrement à des élections. La municipalité qui dénonce LiMux n'est absolument pas celle qui l'avait mis en place (et qui chiffrait les économies réalisées et non des pertes). Mais voila : Nouvelle majorité = Nouvelle politique.

Ce qui est plus que certain, c'est que la bascule Windows -> Linux -> Windows est la pire des solutions. J'en déduis que Munich a largement les moyens de ces bascules et ont vraiment de l'argent à foutre par les fenêtres. D'autant que dans quelques années, ça sera peut-être Windows -> Linux -> Windows -> Linux ... sait-on jamais avec une future majorité
16  0 
Avatar de AndMax
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 25/11/2017 à 10:46
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Qu'en pensez-vous ? Coup dur pour l'open source ?
Je ne pense pas que ce soit un coup dur pour l'open-source. Les logiciels libres, ou les logiciels "à sources ouverts" (ce qui n'est pas du tout la même chose), ont existé bien avant Microsoft, et existeront bien après la fin des logiciels privateurs de Microsoft. C'est plutôt un coup dur pour Munich et ses administrés: une part plus importante de leurs impôts partiront vers l'Irlande puis des paradis fiscaux, et ils n'auront plus de contrôle sur leurs systèmes d'informations.
16  0 
Avatar de Chuck_Norris
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 25/11/2017 à 11:19
Citation Envoyé par lulu7 Voir le message
d accord avec le dernier commentaire. Il faut se tourner vers l'avenir et l'avenir c'est le client léger et les apps déployer dans le cloud.
Mais oui bien sûr. Cela a le vent en poupe, certes, mais de là à laisser penser que c'est la meilleure solution. Cela est une solution, certes, mais ça oblige à confier des données à des prestataires privés, souvent étrangers, et de dépendre d'un fournisseur aussi (de la même manière que retourner à Windows introduit une dépendance à Microsoft). Donc une solution, mais pas LA solution. Il y a aussi d'excellentes raisons de tout gérer in-house.

Pour l'abandon de LiMux, cela me paraissait inévitable. La migration n'a clairement pas été faite correctement, si on a encore 40% de postes sous Windows après tant d'années, tout ça pour exécuter des logiciels métiers (= faits pour Munich, donc qui auraient pu être adaptés pour LiMux si les moyens avaient été mis) qui ne tournent que sur Windows. Et que la virtualisation n'aurait pas été une option (puissance requise ? matériel spécifique ? j'avoue que là-dessus j'ai des doutes quand même).

Un projet inachevé, faute soit de moyens humains, soit de moyens financiers, soit même de volonté, car il est probable qu'il y ait eu de la réticence au changement, voire de la malveillance (personnes étant par définition hostiles aux projets, et bien sûr pression des lobbys). La décision d'aujourd'hui ne surprend donc pas, même si ce n'était pas la seule option.

En tout cas je ne trouve pas que Windows 10 soit un produit adapté pour des postes professionnels, notamment pour son aspect éternellement changeant, ses mises à jour gargantuesques et obligatoires, non sans dommages pour les applications et les réglages, et pour les très nombreux espions intégrés aux systèmes. Ceci dit je suis certain que Microsoft fera le nécessaire pour désactiver tous ces détails énervants pour Munich (et rien que pour eux), cela faisait sûrement aussi partie des conditions pour que la ville accepte de migrer à Windows 10.
15  0 
Avatar de Pierre GIRARD
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 26/11/2017 à 14:14
Pourquoi tant d'agressivité pour un système qui selon toi est nul et très marginal ?

Si Windows te convient : C'est parfait, pour ma part, je n'y vois aucun problème. Par contre, c'est pas parce que LiMux est stoppé que ça change quoi que ce soit, c'est juste un épiphénomène. Et pour le Cloud, si ton vœux le plus cher est de faire une confiance aveugle en quelques fournisseurs stockant tes données ont ne sait pas où ni comment, c'est pas non plus mon problème. Pour ma part, mes données sont à moi et elles le resteront aussi longtemps que je pourrais les garder.
12  0 
Avatar de Pierre GIRARD
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 14/02/2017 à 13:01
Il est clair que pour Microsoft, Munich est une belle aiguille dans le pied (en Europe). Que Microsoft fasse tout pour inciter Munich à faire machine arrière, personne ne peut raisonnablement en douter. Y compris avec quelques pots de vin bien placés et des promesses de tarifs totalement imbattables ... dans un premier temps. C'est pas propre à Microsoft, Boeing et Airbus font exactement la même chose dans le domaine aéronautique.

Il est clair que le libre/OpenSource ne peut pas lutter dans la mesure où ils ne peuvent acheter personne. Par contre, la Chine ou la Russie (mais pour des raisons purement politique) peuvent faire ce qu'une ville seule ??? (même allemande) a des difficultés à imposer.
10  0 
Avatar de Pierre GIRARD
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 17/10/2017 à 4:27
Citation Envoyé par SimonDecoline Voir le message
La gendarmerie nationale, c'est fait depuis longtemps, et même bien avant Munich. Et si Munich n'est pas l'Allemagne, la gendarmerie n'est pas non plus la France. Tant qu'il y aura du Windows dans les collèges, les lycées et les universités, rien ne changera ... même si les éditeurs fournissent systématiquement une solution Linux en plus de leur solution Windows. Les habitudes et les réflexes, ça s'acquière très jeune et plus c'est jeune, plus ça a des chances de devenir pérenne.

Pourquoi croyez-vous que Microsoft propose des licences spéciales pour les étudiants ? Pour leurs faire plaisir ?
10  0 
Avatar de Marco46
Modérateur https://www.developpez.com
Le 16/11/2017 à 16:11
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Oui, enfin, bon. Faut pas non plus rêver. Si Windows reste l'OS principal, que ce soit à la maison ou en entreprise, c'est qu'il n'y a pas d'alternative correcte. A part dans quelques métiers ou Mac est considéré comme plus apte, mais c'est même plus certain aujourd'hui.
C'était vrai il y a quelques années, ça ne l'est plus aujourd'hui. Un Ubuntu fait tout pareil que Windows et probablement même mieux puisque avec une machine moins puissante.

Quand à Mac c'est essentiellement du à la marque. On achète du Mac parce que ça fait classe et témoigne d'un certain niveau de revenu. Mac n'est pas meilleur que les autres quel que soit l'usage. Si les médecins ou les chefs d'entreprise sont majoritairement sous Mac ou IPhone c'est pas parce que les applis de médecins marchent mieux, c'est parce que c'est une sorte de code social. D'ailleurs quand tu leurs pose la question ils sont absolument incapable de donner une réponse argumentée autre que "je préfère Mac".

Android et Windows c'est des OS de grouillot.
Linux c'est un OS de geek.
IPhone et Mac c'est des OS de bourgeois.

Alors qu'en fait, objectivement ils rendent les mêmes services. C'est purement social.

IMHO évidemment
10  0 
Avatar de Aurelien Plazzotta
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 25/11/2017 à 14:48
La décision de remigrer vers Windows est irrationnelle. Il est évident que les lobbies Microsoft ont influencé les décideurs. Et comme dit plus haut, la migration vers LiMux était dès le départ sabotée puisque 13 ans plus tard, 40% des postes ne "devaient" pas être migrés... Début du déploiement de Windows 10 en 2020, soit 5 ans après sa sortie. Fin de la migration en 2023, soit 8 ans après la sortie du système d'exploitation. Microsoft va pouvoir doubler sa facture en maintenance logicielle... D'ailleurs Microsoft a désormais le même coeur de métier que RedHat : ils font leur beurre sur la formation, le support et la maintenance. A croire que l'entreprise développe délibéremment un piètre logiciel pour facturer des prestations liées à l'exploitation du produit.

EDIT: Correction de la date suite au commentaire de gbegreg (faute de saisie).
11  1 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 27/11/2017 à 14:55
Citation Envoyé par lulu7 Voir le message
d accord avec le dernier commentaire. Il faut se tourner vers l'avenir et l'avenir c'est le client léger et les apps déployer dans le cloud.
(.../...)
Bon, alors dis-moi : pour le poste client, si tout est en client léger, qu'est-ce que ça change d'avoir un Linux ou un windows? Parceque bon, les navigateurs, ils tournent un peu partout, hein...

Tant qu'on fait du client lourd, la distinction est importante(d'ou le choix de la gendarmerie de se tourner vers linux, plateforme naturelle pour leurs formats de données libres et donc pérennes). Mais pour du client léger? Que les serveurs soient sous Windows n'empêche pas de garder des clients Linux. C'est certes le contraire du cas habituel(tous nos clients sauf un ont des clients windows et un serveur linux), mais ça n'a rien d'impossible ou de déconnant, sur du client léger.
10  0 
Avatar de SimonDecoline
Membre expert https://www.developpez.com
Le 16/10/2017 à 15:24
Je vote pour celle-ci :
la plupart des problèmes informatiques de la ville de Munich ne provenaient pas des logiciels open source, mais plutôt de l’inefficacité dans la façon dont Munich coordonne les travaux des équipes informatiques réparties dans différents départements
9  0