Jeu de poker : l'IA de l'université Carnegie Mellon terrasse ses quatre adversaires humains
Une victoire historique face à des joueurs de haut niveau

Le , par Michael Guilloux, Chroniqueur Actualités
En 2015, quatre des meilleurs joueurs de poker au monde ont affronté dans un tournoi une IA développée Carnegie Mellon University dans ce jeu de stratégie à information imparfaite. À la fin du tournoi, trois des joueurs humains ont été meilleurs que le programme d'intelligence artificielle. L'université Carnegie Mellon est donc revenue en ce début d'année pour tenter de prendre sa revanche, et cette fois, avec une meilleure IA. Depuis le 11 janvier, la nouvelle IA baptisée Libratus a affronté quatre joueurs de poker de haut niveau. C’est le Texas hold 'em poker –- et dans sa forme no-limit -- qui a été choisi. Le Texas hold 'em poker est la variante de poker la plus jouée. Dans le no-limit, les mises et les relances sont libres, ce qui favorise le bluff.

Les joueurs humains devaient affronter l’IA de Carnegie Mellon simultanément dans un face à face (heads-up) sur 20 jours. Dès le début, Libratus a commencé à dominer ses adversaires, et la fin du tournoi n’a rien changé. Après 20 jours de jeu dans un casino de Pittsburgh, l’intelligence artificielle a battu ces quatre joueurs qui sont parmi les meilleurs au monde. Libratus a dépassé ses adversaires humains de plus de 1,7 million de dollars en jetons.

« La capacité de la meilleure IA à faire des raisonnements stratégiques avec des informations imparfaites a maintenant dépassé celle des meilleurs humains », s’est réjoui Tuomas Sandholm, professeur d’informatique dans ladite université et chef du projet.

Rendant témoignage des capacités de Libratus, Daniel McAulay, l’un des quatre joueurs ayant affronté l’IA explique que le programme est capable de « répartir ses mises en trois, quatre, cinq différentes tailles », ce dont « aucun humain ne serait capable ». Les quatre pros du Poker estiment également que Libratus s’améliorait jour après jour, le soupçonnant donc d’apprendre de ses erreurs et corriger chaque faiblesse qu’ils découvraient dans le programme ; ce qui serait bien le cas d’après les créateurs du programme.

« Après le jeu terminé chaque jour, un méta-algorithme analysait les faiblesses que les pros avaient identifiées et exploitées dans la stratégie de Libratus. Il va ensuite prioriser les faiblesses et patcher les trois premières en utilisant le supercalculateur chaque nuit, » explique Sandholm. « C'est très différent de ce que l'apprentissage a utilisé dans le passé dans le poker. « Typiquement, les chercheurs développent des algorithmes qui tentent d'exploiter les faiblesses de l'adversaire. En revanche, ici l'amélioration quotidienne est sur l'algorithmique de correction des faiblesses dans notre propre stratégie ».

Pour chacun des jeux où l’IA s’est invité ces dernières années, ce n’est pas une simple évidence d’une éventuelle supériorité de la machine sur l’Homme qui est recherchée. Les développeurs de ces programmes ont un objectif bien précis, et dans le cas de Libratus, c’est de « créer une intelligence artificielle qui peut aider les humains à négocier ou à prendre des décisions dans des situations où ils ne peuvent pas connaître tous les faits ».

Le poker s’avère donc être un terrain d’expérimentation assez intéressant, car il pose de grands défis. Il exige en effet qu’une machine prenne des décisions extrêmement compliquées basées sur des informations incomplètes tout en faisant face à des bluffs, entre autres stratagèmes, avait indiqué Sandholm.

La théorie de jeu exposée par Libratus pourrait aider dans beaucoup de choses, comme dans les négociations financières ou politiques, estime Michael Wellman, un professeur de l'Université de Michigan, spécialisée en théorie des jeux. Dans le Texas hold 'em poker no-limit, les joueurs n'essaient pas nécessairement de gagner chaque petite main. Ils cherchent à gagner le plus d'argent, et cela nécessite de développer des stratégies de paris sur des dizaines de mains. Wellman est donc convaincu qu’une machine qui maîtrise le Texas hold 'em no-limit imite le genre d'intuition humaine nécessaire dans ces stratégies.

D’après Frank Pfenning également, chef du département d'informatique à l’université Carnegie Mellon, cette nouvelle étape dans l'intelligence artificielle a des implications pour n'importe quel domaine dans lequel l'information est incomplète et où les opposants sèment la désinformation. Au-delà de la négociation en affaires, il pense que la stratégie militaire, la cybersécurité et bien d'autres domaines pourraient tous bénéficier d'une prise de décision automatisée à l'aide d'une IA de type Libratus.

Sources : Carnegie Mellon University, Wired

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Jeu de Go : les développeurs s'imposent face à Lee Sedol, l'IA de Google terrasse la star du Go par un score de 4-1
Un mystérieux joueur de Go en ligne reste invincible sur 50 matchs face aux champions mondiaux, derrière lui se cache une nouvelle version d'AlphaGo
Des programmes IA pourraient battre les humains au jeu de Doom après avoir appris à jouer en regardant d'autres joueurs


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de GPPro GPPro - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 01/02/2017 à 17:07
Comme je l'avais dit au début de la discussion, ce n'est pas franchement une surprise... Accessoirement ça annonce la fin du poker en ligne.
Avatar de RyzenOC RyzenOC - Membre expert https://www.developpez.com
le 01/02/2017 à 18:14
le gain finale est effectivement favorable à l'IA, mais si on regarde uniquement le nombre de victoire dans les manches, le guerre homme/machine et quasi égale.
La conclusion : l'homme gagne autant que l'ia mais gagnait peu d'argent. Ce qui contraste quand même la conclusion de l'université à mon sens.

Une étape intéressante serait de voir une IA contre des hommes dans des jeux faisant appelle aux émotions+manipulations+fourberie. un jeu comme "Les Loups-garous de Thiercelieux" par exemple sa serait marrant car comment quantifier cela ?
Avatar de sham59 sham59 - Futur Membre du Club https://www.developpez.com
le 10/02/2017 à 16:12
Maintenant qu'ils ont cassé tout les jeux ultra connus, l'IA devrait s'attaquer au vrai jeux...
A Blood Bowl on aimerait bien avoir des bonnes IA par exemple

Pour ceux qui ne connaissent pas, c'est du football américain fantastique:
- Plateau 26*15
- 1 vs 1
- 11 joueurs à jouer par tour
- 20 équipes différentes avec évolution des compétences des joueurs
- des résolutions par jet de dés (donc de la prise de risque mesuré)
- 2 * 8 tours de jeu
- des évènements aléatoires aux coups d'envoi à prendre en compte.
- etc.

1 joueur ayant la possibilité de bouger en moyenne de 6 cases (diagonale incluse), de frapper, passer ou transmettre le ballon.
Il y a environ 50 compétences disponibles. Et en fonction du niveau de l'équipe chaque joueur en possède de 0 à 6 supplémentaires en plus de celle de base du joueur.

On est dans des jeux un peu différents de ce qui est traité en général par les IA. Et de part mon expérience du jeu et l'IA, je penses qu'il y a un vrai challenge dans ces jeux la.
Blood Bowl n'est pas le seul jeu de ce type mais son avantage est qu'il existe des versions plateaux et jeux vidéo et que c'est un jeu qui évolue depuis environ 30 ans grâce à la communauté de joueur car il reste une référence en la matière...
Offres d'emploi IT
Ingénieur(e) développement c++ et java, modeleur ph
Dassault Systèmes SE - Ile de France - Vélizy, DS SE Campus
Concepteur développeur c#/.net
Effektiv-rh - Provence Alpes Côte d'Azur - Aix-en-Provence (13100)
Consultant Expert JAVA J2EE (H/F)
Atos Technology Services - Ile de France - Bezons

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil