Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Axelle Lemaire annonce le French Tech Visa qui ambitionne d'attirer entrepreneurs
Talents mais également investisseurs dans l'Hexagone

Le , par Stéphane le calme

72PARTAGES

8  0 
Le Demo Day est un programme de 12 mois, avec un soutien financier pouvant atteindre 25 000 euros qui a su attirer 22 entreprises, dont 18 ont continué leur activité dans l'Hexagone. À l’occasion du Demo Day des start-ups internationales du French Tech Ticket dont l’objectif est d’attirer des entrepreneurs étrangers en France, Axelle Lemaire a annoncé la création du « French Tech Visa ». Ce dernier va faire partie intégrante du « passeport talent » qui a été lancé en automne 2016. Pour rappel, cette carte de séjour disposant d’une procédure simplifiée d’une durée maximale de 4 ans, renouvelables et avec accueil possible du conjoint, a pour objectif de rendre plus lisible le droit au séjour des talents que la France veut accueillir en plus grand nombre. Elle concerne 10 catégories qui correspondent aux réalités économiques actuelles :
  • les jeunes diplômés qualifiés salariés ou salariés d’une jeune entreprise innovante ;
  • les travailleurs hautement qualifiés (carte bleue européenne) ;
  • les salariés en mission ;
  • les chercheurs ;
  • les créateurs d’entreprise ;
  • les porteurs d’un projet économique innovant ;
  • les investisseurs économiques ;
  • les mandataires sociaux ;
  • les artistes interprètes ;
  • les étrangers ayant une renommée nationale ou internationale (domaine scientifique, littéraire, artistique, intellectuel, éducatif ou sportif).

« Dans ce contexte tendu en matière d’immigration, en matière de sécurité, il y a une nécessité politique à affirmer un message pas facile à faire entendre : la France veut attirer des créateurs. Nous avons lancé le French Tech Ticket, nous avons lancé en octobre dernier le passeport talent, et bien aujourd’hui les deux programmes vont se marier en quelque sorte », a déclaré la ministre. Elle explique que le French Tech Ticket va entrer dans un programme plus large qui s’appelle le French Tech Visas qui va concerner également les artistes, les designers, les architectes, des salariés d’entreprises privées qui veulent venir en France avec un projet créatif et qui sont considérés comme talentueux dans leur domaine.

La ministre n’a pas manqué de souligner le caractère flexible du nombre de places disponibles : « c’est plus de 100 personnes que nous pourrions accueillir avec le French Tech Visa, mais ce pourrait être 1000, ce pourrait être 2000. En fait le nombre n’est pas décidé à l’avance » a-t-elle expliqué, promettant un « accès premium à notre pays » si les talents venaient à opter pour aller en France.

Axelle Lemaire a rappelé que la French Tech est une politique d’accompagnement étant donné que l’outil est décentralisé et qu’il s’agit plus d’une manière de dire aux entrepreneurs « vous avez les clés de la maison, dites-nous ce dont vous avez besoin ».Elle a rappelé que la première promotion (2014 - 2015) disposait de 48 startups, la seconde disposait de 66 et les candidatures de la promo 2016 - 2017 continue d’être déposées. Pour souligner l’impact de la French Tech, elle a rappelé que « depuis cette promotion (2015 - 2016), 1123 emplois nets ont été créés. Parmi ces entreprises, 5 d’entre elles ont levé chacune plus de 15 millions d’euros et en moyenne chacune de ces entreprises a connu une croissance du chiffre d’affaires de 186 % ».


Parlant de la French Tech, le président François Hollande n’a pas manqué de donner quelques statistiques : « l’année dernière, nous avions fixé le nombre de places à 50 et nous avons reçu 1400 candidats, un véritable concours. Et cette année, nous avons voulu aller plus loin et avons multiplié par 4 le nombre de visas et de bourses. Il y a donc 200 lauréats qui ont été retenus pour 2700 candidats issus de 90 pays, notamment d’Inde, des États-Unis, du Brésil, de Russie, du Royaume-Uni ». Le chef de l’État a assuré que la French Tech est un signe d'ouverture sur le monde, une manifestation d’une France ouverte qui considère que le monde peut lui apporter beaucoup comme elle peut également contribuer à l’avenir du monde.

site dédié French Tech Visa

Source : Vidéo des allocutions

Et vous ?

Que pensez-vous de cette initiative ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !