Comment Microsoft Word a dominé le marché des logiciels de traitement de texte
Et a écrasé toute concurrence durant les années 90

Le , par Coriolan, Chroniqueur Actualités
Les premiers éditeurs de texte n’ont été inventés qu’à partir de la deuxième moitié du 20e siècle, le terme lui-même n'a été utilisé par IBM que vers la fin des années 60. Mais ce n’est qu’à partir des années 80 qu’on va assister réellement à une explosion de l’usage des logiciels de traitement de texte. Durant cette période, WordPerfect qui était basé sur DOS dominait le marché et se hissait bien loin de Microsoft Word pour DOS. La situation a commencé à changer brusquement avec l’introduction de Microsoft Word pour Windows en 1989. En quelques années, ce dernier a écrasé la concurrence en accaparant 90 % des parts de marché des logiciels de traitement texte.


Évolution des parts de marché des logiciels de traitement de texte de 1986 à 1997

Ce succès phénoménal de Word pour Windows peut être expliqué par diverses raisons de différents ordres. Surement, le génie du markéting de Microsoft y a largement contribué, mais il ne faut pas négliger l’innovation technique que la firme a apportée. En effet, Word pour Windows était capable de tourner sur des machines ordinaires, popularisant auprès du grand public les interfaces graphiques de traitement de texte. Il faut se rappeler que durant cette époque, un ordinateur avait un processeur de 8 MHz, un mégabyte de RAM, 20 mégabytes de stockage et un lecteur de disquettes. Avec cette configuration minime, difficile de comprendre cette prouesse de Word durant ses débuts sans jeter un coup d'œil sur le code source.


La Version 1.1a de Word a été lancée en 1990, soit un an après la première version

Arrivée de Microsoft Word

Les premiers programmes de traitement de texte étaient totalement différents de ceux qui existent aujourd’hui. Pour simplifier, ce que l’utilisateur tapait et pouvait voir sur écran (s’il en avait un) était composé de commandes de mise en forme incluses avec le texte.

Code : Sélectionner tout
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
.nf
.ll 4.0i
.in 2.0i
101 Main Street
Morristown, NJ  07960
15 March, 1997
.sp 1i
.in 0
Dear Sir,
.fi
.ti 0.25i
I just wanted to drop you a note to thank you…

Après la compilation et l’impression de ce texte, l’utilisateur pouvait voir le résultat qui était presque toujours non conforme aux attentes et il fallait revenir changer les commandes.

L’émergence du WYSIWYG (What You See Is What You Get) a radicalement révolutionné le traitement du texte. L’utilisateur avait enfin la possibilité de visualiser le résultat final directement sur écran. Les commandes clavier sont devenues le moyen favori pour changer la mise en forme du texte, et il n’était plus nécessaire de recourir à un script encombrant pour mener à bien cette tâche.

L’un des premiers programmes en date à mettre en avant ces avancées a été BRAVO, créé en 1974 par Butler Lampson, Charles Simonyi et bien d’autres dans le XEROX PARC, the Palo Alto Research Center. « Il était clair qu’un éditeur attrayant pouvait être conçu pour Alto. Rappelez-vous qu’Alto avait un écran bitmap noir et blanc. Ils avaient une souris et un clavier non décodé. Ils avaient tous les ingrédients qui sont nécessaires pour le WYSIWYG. Et bien sûr, le réseau était là, l’arrivée de l’imprimante laser était proche. Alors tous ces composants étaient là, mais sans le logiciel … nous nous sommes décidés de développer un éditeur et nous l’avons finalisé en trois mois. »

Comme d’autres innovations logicielles et matérielles d’Alto, BRAVO n’a jamais été commercialisé. Après neuf années, Simonyi a été frustré par l’incapacité de Xerox à transformer ses innovations en de véritables produits. En 1981, il a quitté la firme pour aller rejoindre Microsoft et diriger une équipe chargée du développement de programmes d’applications. La première application sur laquelle il a travaillé a été le tableur Multiplan, un concurrent direct de VisiCalc à l’époque.

Simonyi fort de son expérience acquise chez Xerox n’a pas trouvé beaucoup de mal à mener à bien sa mission au sein de Microsoft. Afin de renverser la dominance de WordStar, il a recruté Richard Brodie, un programmeur brillant qu’il avait déjà recruté en 1979 à PARC. Brodie n’avait pas reçu de formation universitaire et n’avait donc pas de diplôme, mais cela n’a pas empêché Simonyi de lui faire confiance. Brodie a par la suite informé qu’il avait juste répondu à quelques questions sur la programmation et que Simonyi a aimé sa façon de répondre.

Durant l’été de 1982, Brodie a commencé à travailler au sein de Microsoft sur un logiciel de traitement de texte contrôlé par la souris. Il a été finalisé un an après en octobre 1983. « J’avais les mains libres, c’était un petit programme et j’étais familiarisé avec le traitement de texte après mon travail chez Xerox PARC avec Charles. »

C’était un petit programme certes, mais il était doté de fonctionnalités sophistiquées, incluant le support de feuilles de style, plusieurs fenêtres, les notes, la fusion avec mail, la fonction annuler et l’arrivée de fonts que les nouvelles imprimantes lasers du marché pouvaient utiliser. Le fondateur et PDG de Microsoft à l’époque Bill Gates a été ébloui par le nouveau programme. « Une chose qui a impressionné Bill est une optimisation liée à la vitesse d’affichage sur écran. La mise en forme était en temps réel, à chaque fois que vous insérez un caractère, le contenu de l’écran se met à jour pour montrer exactement ce qui va être imprimé. »

En 1983, des copies gratuites de Microsoft Word ont été livrées avec le magazine PC World et les réponses du public ont été mitigées. Cela était dû en grande partie à l’évolution radicale du logiciel qui était différent de tous les autres programmes utilisés par les gens à l’époque. Après avoir testé le logiciel en 1984, le magazine BYTE a conclu qu’il était « intelligent, permet de réaliser des exploits extraordinaires, », mais il était « extrêmement difficile à maitriser et à utiliser avec efficience. Il apparait que les développeurs de Word veulent réinventer le traitement de texte. »

Et c’est exactement ce qu’ils voulaient faire ; Microsoft Word a permis de populariser le concept du WYSIWYG aux masses. Durant les prochaines années qui suivent son lancement, Word a été régulièrement amélioré. La première version a été lancée en 1989 et coutait 495 dollars pour un seul utilisateur. Ce prix n’a pas empêché le logiciel à commencer son ascension et écraser la concurrence durant les années qui suivent et contrôler 90% des parts du marché.

Source : Computer History Museum

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de RyzenOC RyzenOC - Membre expert https://www.developpez.com
le 04/01/2017 à 20:24
Je suis impressionné que l'IHM n'a pas tant évolué que sa finalement en 30ans.
globalement l'ihm à la même structure :


Sinon les puristes sont resté sous Latex le concept de la ligne de commande existe toujours en 2017
Avatar de Placide Avorton Placide Avorton - Membre habitué https://www.developpez.com
le 04/01/2017 à 20:49
Article intéressant, merci!

Il me semble qu'un des points forts de Word est qu'il donne envie de bosser.

Gamin j’aimais rédiger de petites histoires sous Word 6 pour ensuite mettre en forme textes et dessins croqués sous Paint, déterminer les polices les plus adéquates à un type de texte, etc...

Le fameux WYSIWYG avait de "magique" qu'une mise en page n’était plus figée comme dans les livres ou la maquette maison d'un fanzine.

Aujourd'hui encore je reste impressionné par les fonctionnalités de ce soft (publipostage, macros, etc...) même si cela est sans comparaisons avec d'autres produits de la suite Office .

D'ailleurs le point faible de Word est peut être son apparente convivialité (au contraire d'Excel ou d'Access).

Par exemple j'ai vraiment le boules lorsqu'un utilisateur m'appelle après avoir saisi 30 pages de texte et qu'il ne parvient pas à concevoir une table des matières; faute d'avoir défini des styles de titres en premier lieu...

Pour revenir au titre de l'article, je ne vois pas comment un traitement de texte pourrait être meilleur. Même si cela doit être possible.

Sinon, une petite coquine a du se glisser ici (VisiCalc et non VisiCac):

Citation Envoyé par Coriolan Voir le message
La première application sur laquelle il a travaillé a été le tableur Multiplan, un concurrent direct de VisiCac à l’époque
Avatar de Placide Avorton Placide Avorton - Membre habitué https://www.developpez.com
le 04/01/2017 à 20:55
Citation Envoyé par RyzenOC Voir le message
Je suis impressionné que l'IHM n'a pas tant évolué que sa finalement en 30ans.
globalement l'ihm à la même structure :
Effectivement

Le ruban de la version 2007 a tout de même rendu le tout plus convivial, même si beaucoup d'utilisateurs des débuts l’exècre et le réduise.
Avatar de RyzenOC RyzenOC - Membre expert https://www.developpez.com
le 04/01/2017 à 20:58
Citation Envoyé par Placide Avorton Voir le message
Effectivement

Le ruban de la version 2007 a tout de même rendu le tout plus convivial, même si beaucoup d'utilisateurs des débuts l’exècre et le réduise.
perso je trouvait le ruban de office 2007 assez mal fait (trop brouillons à mon gout) et était peu personnalisable. J'ai pu accepter le ruban qu'a partir de office 2010.
Avatar de TiranusKBX TiranusKBX - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 04/01/2017 à 21:00
Ceux qui on un problème avec le ruban ferait bien d'apprendre les raccourcis claviers
Avatar de clementmarcotte clementmarcotte - Expert éminent https://www.developpez.com
le 04/01/2017 à 21:04
Ouais. Mais Word Perfect se sont plantés eux-mêmes. Ils ont mis en marché une version non prête et extrêmement boguée (la 5, si mes souvenirs sont exacts). Ils ont corrigé avec la 5.2, en disant qu'ils avaient compris la leçon. Leur première version pour Windows, la 6 était aussi boguée à mort. (C'est cette version 6 de WP qui a, ou aurait, incité Microsoft à passer d'un coup de Word 2 à Word 6.) Puis Novell, le spécialiste des réseaux a mis la main sur la compagnie Word Perfect, mais le mariage a royalement échoué. Le programme lui-même déjà éprouvé à été revendu à Corel.

La progression de Word, et possiblement aussi du logiciel libre, ont probablement causé son coup de mort.

Il faut dire qu'à l'époque, la presse spécialisée américaine n'a pas aidé non plus. Et on en subit probablement encore les résultats. La grande mode de l'époque, et le nombre de publications, faisaient que les articles comparatifs sortaient en quantité quasi industrielle, avec des tableaux comparatifs à n'en plus finir. Quand le gagnant de la comparaison était celui qui avait le plus de oui, même si cela aurait été de coiffer l'utilisateur, mettait une pression énorme sur les concurrents pour ajouter ce qui avait fait gagner l'autre. Le fait que le machin manquant n'était utile qu'à un infime minorité des utilisateurs, ou dix minutes par année n'entrait pas en ligne de compte. Et, bien sûr, il fallait aussi ajouter quelque chose que les autres n'avaient pas. Et là, un autre magazine faisait son comparatif...

Une histoire a déjà circulée sur l'invention du ruban. Microsoft aurait demandé à des utilisateurs ce qu'ils désiraient sur les produits d'Office. Mais, les demandes d'ajout portaient sur des choses qui étaient déjà là, mais les gens l'ignoraient. Donc, Microsoft serait retourné à la planche à dessin, en faisant des recherches en ergonomie et en créant le Ruban.
Avatar de RafCorDel RafCorDel - Membre du Club https://www.developpez.com
le 04/01/2017 à 22:46
Je me souviens qu'à ses débuts, et encore durant un long moment, il était très facile de copier les plus de 40 disquettes de la suite Microsoft Office... certes il manquait les énormes manuels, mais il n'y avait aucun système de protection.
Et je me rappelle m'être demandé à l'époque si ce n'était pas, justement, fait à dessein en essayant ainsi de populariser les logiciels Microsoft face à la concurrence afin qu'un maximum de monde les utilise pour finalement arriver au but: que plus personne ne puisse s'en passer...
Une fois les ennemis réduits à néant, ce n'est qu'à ce moment que la protection contre la copie est réellement apparue dans la suite Office.
Peut-être n'est-ce qu'une vue de l'esprit très personnelle?
Avatar de Zefling Zefling - Membre émérite https://www.developpez.com
le 04/01/2017 à 23:56
Citation Envoyé par RafCorDel Voir le message
Je me souviens qu'à ses débuts, et encore durant un long moment, il était très facile de copier les plus de 40 disquettes de la suite Microsoft Office... certes il manquait les énormes manuels, mais il n'y avait aucun système de protection.
Et je me rappelle m'être demandé à l'époque si ce n'était pas, justement, fait à dessein en essayant ainsi de populariser les logiciels Microsoft face à la concurrence afin qu'un maximum de monde les utilise pour finalement arriver au but: que plus personne ne puisse s'en passer...
Une fois les ennemis réduits à néant, ce n'est qu'à ce moment que la protection contre la copie est réellement apparue dans la suite Office.
Peut-être n'est-ce qu'une vue de l'esprit très personnelle?
J'ai même pas souvenir qu'il y avait des protections. Je repérais des disquettes et je pouvais les copier sans rien faire de spécial côté Ms (Dos ou Office... en 22 disquettes). À côté de ça, j'avais des jeux dont les copies refusait catégoriquement de se lancer (du coup, j'ai jamais pu sauver mes jeux quand j'avais un disque dur assez gros pour tout mettre dessus ).
Avatar de Placide Avorton Placide Avorton - Membre habitué https://www.developpez.com
le 04/01/2017 à 23:58
Citation Envoyé par RafCorDel Voir le message
Je me souviens qu'à ses débuts, et encore durant un long moment, il était très facile de copier les plus de 40 disquettes de la suite Microsoft Office... certes il manquait les énormes manuels, mais il n'y avait aucun système de protection.
Et je me rappelle m'être demandé à l'époque si ce n'était pas, justement, fait à dessein en essayant ainsi de populariser les logiciels Microsoft face à la concurrence afin qu'un maximum de monde les utilise pour finalement arriver au but: que plus personne ne puisse s'en passer...
Une fois les ennemis réduits à néant, ce n'est qu'à ce moment que la protection contre la copie est réellement apparue dans la suite Office.
Peut-être n'est-ce qu'une vue de l'esprit très personnelle?
De mémoire il n'existait pas de réelle protection logicielle face à la copie, peu importe le soft piraté.

De minis algorithmes exécutés au lancement d'un soft (Dune, LHX, etc...) réclamaient des clefs de déchiffrement imprimées dans le manuel utilisateur, qui par définition était photocopiable.

Une licence W95 pouvait être déployée sur autant de postes que souhaité.
Avatar de Placide Avorton Placide Avorton - Membre habitué https://www.developpez.com
le 05/01/2017 à 0:09
Citation Envoyé par Zefling Voir le message
J'ai même pas souvenir qu'il y avait des protections.
Les "grands esprits" se rencontrent à deux minutes d’intervalle.
Offres d'emploi IT
Consultant Fonctionnel Junior H/F
Atos Technology Services - Auvergne - Clermont-Ferrand
Chef de projet (h/f)
Kacileo - Rhône Alpes - Lyon (69000)
Développeur backend H/F
Multiposting - Ile de France - Paris (75000)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil