Primaire de la gauche : ce que proposent les différents candidats
Pour le numérique et le secteur de la technologie

Le , par Michael Guilloux

20PARTAGES

8  0 
Quel est le candidat qui a le meilleur plan pour le numérique et le secteur de la technologie ?
Après la primaire de la droite et du centre, ce sera aux candidats de la gauche de s’affronter. Sur les sept candidats, quatre ont déjà formulé leurs propositions pour la France. Il s’agit de Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon et Vincent Peillon. Mais que proposent-ils pour le numérique et le secteur de la technologie ?

Benoît Hamon

Benoît Hamon veut s’assurer que les géants américains de la technologie comme Google, Amazon, Facebook et Apple (les GAFA) n’échappent pas aux impôts en France. Pour cela, il envisage de « mettre en place un reporting public pays par pays pour toutes les entreprises afin d’identifier les activités de leur filiale et repérer les sociétés ‘boîtes aux lettres’ », c’est-à-dire, les sociétés créées dans le but de contourner les obligations conventionnelles et légales telles que les impôts, la sécurité sociale, la TVA et les salaires. Ces entreprises n’ont donc pas de réelle activité sociale ou économique. Toutes les activités sociales et économiques sont purement fictives. « Je renforcerai les moyens et les effectifs de la direction générale des finances publiques pour pouvoir identifier et poursuivre les fraudeurs », poursuit le candidat à la primaire de la gauche. « J’adapterai notre fiscalité pour que les GAFA (Google, Amazon, Facebook et Apple) n’y échappent plus alors qu’ils ont un établissement stable en France. »

Une autre proposition de Benoît Hamon concerne la protection des lanceurs d’alerte. Il envisage de renforcer « le statut des lanceurs d’alerte créé par la loi Sapin II qui va dans le bon sens, mais qui reste insuffisant » selon lui. Pour ce faire, il définit comme priorité la mise en place d’un « soutien financier réel et la prise en charge des frais de procédure des lanceurs d’alerte ». Il envisage également de « supprimer le ‘parcours par étapes’ (alerte interne auprès du déontologue ou de son supérieur obligatoire) qui peut s’avérer une course d’obstacles ». Il compte aussi se battre pour qu’une législation protectrice existe également au niveau européen.

La taxe sur les machines, c’est l’une des propositions faites par Benoît Hamon. Elle consiste à « asseoir les cotisations patronales sur la valeur ajoutée et non plus sur le travail ». Pour lui, « c’est une manière directe de faire payer les robots, les machines, les algorithmes, c’est-à-dire tout ce qui contribue à la création de richesse. » Benoît Hamon rappelle en effet que les cotisations patronales payées par les entreprises sont basées sur le nombre de salariés. Avec l’avènement des robots, les entreprises peuvent donc maintenir leur valeur ajoutée et réduire leurs cotisations, en remplaçant les salariés par des machines.

Pour financer ce manque à gagner pour les cotisations sociales, il pense donc qu’on pourrait « créer des registres de robots dans les entreprises à partir desquels on pourra fixer un salaire fictif sur lequel on pourrait prélever une cotisation bien réelle ». L’idée est que « chaque fois qu'une machine crée des richesses à la place des hommes, cette richesse créée doit être mise à contribution au service des hommes », dit-il.

Benoît Hamon veut également s’attaquer à l’utilisation des données personnelles détenues par les géants de l’internet. Il estime en effet que « la vente de nos données personnelles constitue un danger potentiel, voire majeur pour la démocratie ».

Arnaud Montebourg

Résumant ses propositions pour le numérique, Arnaud Montebourg affirme vouloir « libérer les Français de la domination numérique que 4 entreprises californiennes exercent sur le pays et le continent ». D’après lui, cela fait de la France « une colonie numérique des États-Unis d’Amérique ». Il est facile de voir que Montebourg fait allusion aux GAFA. Il poursuit en affirmant que « les abus d’optimisation fiscale réalisés par ces opérateurs transnationaux doivent être combattus par une politique européenne concertée. »

Déclinant ses principales propositions pour le numérique, Montebourg envisage de rendre les données financières publiques, mais aussi de relocaliser les datacenters en Europe. « La capture de l’or numérique part à l’étranger et y est exploité », dit-il, estimant donc qu’il faut « relocaliser les data centers en France. » Il compte également développer le numérique à l’école, mais aussi le réseau fibre optique sur l’ensemble du territoire français.

Vincent Peillon

Dans ses propositions, Vincent Peillon attire l’attention sur des problèmes découlant du numérique et des nouvelles technologies. Vincent rappelle qu’avec les nouvelles technologies, de « nouvelles formes d’emploi se développent à grande vitesse ». Il fait par exemple allusion au travail sur les plateformes numériques. Pour lui, ces nouvelles formes d’emploi nécessitent de bâtir un cadre protecteur adapté. À titre d’exemple, il explique qu’« en ce qui concerne les travailleurs qui, comme les chauffeurs de VTC, exercent leur profession par l’intermédiaire de plateformes numériques, les contrôles des conditions de travail seront étendus et le juge pourra requalifier la relation en salariat lorsque le lien de subordination est manifeste. » Il compte également approfondir le droit à la déconnexion sans toutefois donner de détails sur son plan.

Vincent Peillon envisage aussi de « poursuivre le passage à l’école numérique ». Pour cela, il prévoit, entre autres, de mettre en place un plan « Universités numériques » qui devrait permettre « la numérisation de tous les campus, la création de ‘learning centers’ et un renforcement de l’aide aux MOOCS. »

S’il ne cite pas les géants américains de la technologie, le candidat à la primaire de la gauche veut lui aussi lutter contre l’évasion fiscale, et favoriser les PME qui « continuent de souffrir d’une concurrence déloyale de la part des grands groupes en matière d’impôt sur les sociétés », dit-il. « Par les mécanismes d’optimisation fiscale agressive, les grandes entreprises payent un taux effectif de 10 %, tandis que les PME acquittent un taux de 33 % », explique-t-il. Peillon veut en outre protéger les lanceurs d’alerte.

Manuel Valls

Manuel Valls ne décline pas de plan explicite pour le numérique, mais il en aborde certains points dans ses propositions. Comme les autres candidats, Valls propose un plan pour lutter contre l’évasion fiscale. « Au plan fiscal, je propose une mesure spécifique pour taxer l’activité des multinationales du numérique, là où leur chiffre d’affaires est réalisé », dit-il. L’ex-Premier ministre français veut également soutenir des projets numériques d’envergure européenne comme la création d’un moteur de recherche européen.

Sources : Benoît Hamon (Vidéo), Benoît Hamon (propositions par thématique), Arnaud Montebourg, Vincent Peillon (pdf), Manuel Valls (pdf)

Et vous ?

Que pensez-vous des propositions des différents candidats ?
Quel est selon vous le candidat qui a le meilleur plan pour le numérique et le secteur de la technologie ?
Que pensez-vous de ces propositions par rapport à celles des candidats de la droite et du centre ?

Voir aussi :

Primaire de la droite et du centre : ce que proposent Alain Juppé et François Fillon pour le numérique, l'informatique et la cybersécurité

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Zirak
Inactif https://www.developpez.com
Le 30/01/2017 à 16:03
Citation Envoyé par SushiGreGs Voir le message
en une semaine il a plus fait que l'autre en 8 ans
J'avoue qu'il a fait un sacré nombre de conneries en seulement une semaine...

Il vaut mieux faire moins mais intelligemment pour une fois, que faire de la merde en quantité astronomique. ^^

Alors oui, on peut trouver que cela n'est pas suffisant, mais au moins, il a le mérite de plutôt aller dans le bon sens, c'est déjà un début.
10  0 
Avatar de Zirak
Inactif https://www.developpez.com
Le 05/01/2017 à 13:36
Citation Envoyé par TallyHo Voir le message

Exemple : il se passe quoi si tu voulais voter Juppé ? C'est ça la démocratie ?
Bah en fait oui, puisque la majorité des votants n'a pas voulu que cela soit lui le candidat.

C'est le problème de la démocratie, la majorité ne choisit pas forcément ce qui te convient à toi...
8  0 
Avatar de blbird
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 04/01/2017 à 17:18
L’idée est que « chaque fois qu'une machine crée des richesses à la place des hommes, cette richesse créée doit être mise à contribution au service des hommes », dit-il.
Très bonne idée, on sera obligé de passer par là. Il va falloir comprendre que le plein-emploi c'est fini, et que ca fait déjà un siècle que les progrès technologiques permettent de produire plus avec moins d'humains : ca ne va qu'en s’accélérant.

Il faut à un moment ou un autre dire stop à la finance qui a accaparé la plus grande partie de ces gains de productivité, en accumulant les richesses sur une toute petite partie de la population.
6  1 
Avatar de ManusDei
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 31/01/2017 à 11:56
Citation Envoyé par NSKis Voir le message
Si j'ai bien compris, on va tous finir à la plage à se dorer les cuisses au soleil en profitant du "revenu universel"... Le numérique et la techno, on s'en fout!!!
Tu n'as pas compris
Le "revenu universel" n'est pas sensé être suffisant pour se dorer les cuisses au soleil, c'est plus plus proche d'une fusion entre les différents minima-sociaux et les aides à la famille.
Tu te vois vivre avec 750€ par mois ? Moi non.
5  0 
Avatar de athlon64
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 04/01/2017 à 22:50
Le système politique et de gouvernance actuel a atteint ses limites, il faut le reformer. On peut faire le parallèle avec la sécurité en informatique. C'est pas nouveau sous le soleil, un système se met en place, au bout de quelques temps des individus trouvent des failles pour profiter du système, il faut soit corriger le système ou si les failles sont trop lourdes le changer. Ce qui revient, c'est qu'un système a une durée limitée au bout duquel son efficacité devient désuète.

Le système actuel est devenu si bizarre au point que ce sont les meilleurs menteurs qui ont le plus de chance d'être élus.
Les candidats demandent qu'on vote pour eux, pour qu'ils fassent passer une telle ou autre loi, mais rien ne garantit qu'ils le feront. Avec l'initiative populaire les citoyens peuvent eux mêmes directement voter l'application d'une loi, cela existe déjà dans certains pays.

Les citoyens ne doivent plus accepter de se faire traiter comme des gamins. Prenons Valls qui après avoir usé du 49-3 propose quelques mois après "s'il est élu" de le supprimer, vous ne trouvez pas que c'est une insulte à notre intelligence ?
4  0 
Avatar de athlon64
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 05/01/2017 à 22:44
Le vote Blanc: vous êtes 100 à voter (=100%), supposons qu'on vous donne 2 candidats dont personne ne veut, sauf 1 personne (1%), vous êtes 99 à voter "blanc" c-à-d vous ne voulez ni de l'un ni de l'autre.
Ben le candidat qui a été choisi/voté par une personne, va remporter l’élection alors que 99% on voté contre lui, démocratie = majorité ? Le plus marrant c'est qu'on annoncera qu'il remporte l’élection avec 100% de voix alors qu'en réalité il a eu 1% de tous les votants .

Donc pour éviter ce genre de situation où la minorité peut imposer son candidat, les gens se forcent donc à voter pour le candidat qu'ils considèrent comme le moins pire des deux.
A l'heure actuelle sur le sondage de l'article, on est plus 53% à voter pour aucun des candidats, si c’était une élection, c'est quand même l'un d'eux qui gagnera

J'ai entendu parler d'un projet de candidat "du vote blanc", en fait au lieu de voter blanc, ce qui en gros ne sera pas pris en compte, ben un candidat physique représente le vote blanc du coup
ses bulletins seront comptabilisés. L'idée est astucieuse et oblige à comptabiliser le vote blanc, à voir ce que ça va donner...

Pour ceux qui veulent aller plus loin, il y a une vidéo récente du cercle des volontaires, 1H43, on y voit Chouard discuter sur le système électoral avec un député, et surtout Philippe Pascot, ancien adjoint de Valls quand ce dernier était maire à Evry. Vous tapez son nom sur youtube vous allez vous marrer quand il raconte ses anecdotes.
5  1 
Avatar de Grogro
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/01/2017 à 18:00
Citation Envoyé par TallyHo Voir le message
Elles le sont de toute façon si on prend en compte les votes blancs et abstentions comme le disait athlon64 au-dessus
Simple, l'exemple de la présidentielle de 2007 avec Sarkozy le candidat de 99% des médias (tous sauf Marianne, le Canard et l'Huma). 11 448 663 voix au premier tour, 18 983 138 au second. Sur un pays de 65 millions d'habitants. Les chiffres parlent d'eux-même.
4  0 
Avatar de Zirak
Inactif https://www.developpez.com
Le 31/01/2017 à 14:54
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message

- tu peux vérifier ce que tu vas dire avant de le dire


Ne changes pas, t'es le meilleur !
5  1 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 05/01/2017 à 13:52
Citation Envoyé par TallyHo Voir le message
Par ailleurs, l'excuse du coût ne tient pas pour moi. J'ose espérer que tu ne réduis pas la "démocratie" à une histoire de pognon...
Je ne réduis absolument pas la démocratie à cela mais ce n'est pas pour autant qu'il faut le négliger ou le minorer.
En France, les bornes sont à 16 millions € si le candidat passe le premier tour et 21,5 millions € pour le second.
Faut pouvoir les sortir
Si tu n'as pas de parti ni de banque qui te suis, tu fais comment ?

Sans vouloir réduire une élection aux frais de campagne, entre un candidats avec un budget de 10 000€ et un autre de 16 000 000€, qui a le plus de chance à ton avis ?

Rien que faire un tour de France pour faire des meetings, ça coûte un bras (coût de location de la salle, hôtel, transport, tracts, etc.)
Sans parler de la campagne de séduction auprès des maires pour récolter les 500 signatures.
3  0 
Avatar de ManusDei
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 12/01/2017 à 8:57
Citation Envoyé par Grogro Voir le message
Pour l'instant, les médias n'ont d'yeux que pour Macron. Macron, le poulain de Drahi. Ca commence à se voir d'ailleurs.
Si peu, si peu. Ce qui est magique quand même, le gars il bosse pendant 4 ans sur le projet économique de Hollande, il se casse un an avant la présidentielle pour pas avoir à défendre son bilan et personne ne le lui fait remarquer.
3  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web