L'agence des services frontaliers du Canada teste une intelligence artificielle
Pour détecter les mensonges des voyageurs

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Une IA détecteur de mensonges suffisamment fiable pour intégrer des secteurs sensibles ?
L’ASFC, l'agence des services frontaliers du Canada, teste actuellement une machine d'intelligence artificielle baptisée Avatar (Automated Virtual Agent for Truth Assessments in Real Time) qui a pour objectif d’aider les douaniers à déterminer si les voyageurs leur mentent sur les motivations à se rendre sur le territoire.

« Avatar est un guichet, comme on en trouve dans les zones d'enregistrement dans un aéroport ou une caisse automatique dans un supermarché », a expliqué le professeur de management des systèmes d'information à l'université de San Diego Aaron Elkins et accessoirement la personne à l’origine de ce projet. « Cependant, ce guichet possède un écran facial qui pose des questions aux voyageurs et peut détecter des changements physiologiques ou comportementaux pendant l'interrogatoire. Le système peut détecter des changements dans les yeux, la voix, les gestes et la posture pour déterminer des risques potentiels »


Voici comment il fonctionnerait : une fois que les passagers se rendent au kiosque, il leur sera posée une série de questions telles que « avez-vous des fruits ou des légumes dans vos bagages ? » ou « avez-vous des armes avec vous ? ». Avatar dispose de nombreux capteurs qui lui permettent de surveiller les voyageurs, tandis qu’ils répondent aux questions, à la recherche d’un signe physiologique de mensonge ou d’inconfort.

Pour éviter des interprétations erronées ou abusives, par exemple avec les personnes stressées parce qu’elles ont peur de l’avion, Avatar peut d’abord formuler une série de requêtes sans importance avec son interlocuteur pour établir des mesures de base. Une fois qu’Avatar un mensonge, un agent de la douane va prendre le relais afin de poursuivre l’interrogatoire et procéder à des questions plus approfondies.

Elkins a commencé à travailler sur le projet Avatar lorsqu'il il effectuait sa thèse à l'université d'Arizona. Il a poursuivi ces travaux sur l'intelligence artificielle lorsqu'il est devenu professeur assistant à l'université de San Diego récemment. Entre les deux, cette technologie a déjà été testée par l'aéroport de Bucarest en 2014 et à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis. « Nous avons réalisé que cette technologie pouvait être utilisée pour la sécurité aux frontières mais aussi pour le maintien de l'ordre public, les entretiens d'embauche et avoir d’autres applications pour les ressources humaines également », a-t-il expliqué. « Nous continuons à faire des améliorations en analysant les données collectées par des techniques d’analyse de Big Data qui pourrait faire d'Avatar un outil intéressant pour de nombreuses industries ».

Entre temps, Elkins est à la recherche d’un gouvernement désireux d’utiliser cette technologie : «Avatar a été testé en laboratoire, dans les aéroports et dans les postes frontières » a-t-il assuré, précisant que « le système est entièrement prêt pour aider à endiguer les flux de contrebande, poursuivre les criminels en fuite et détecter les potentiels terroristes ».

Néanmoins, l’usage de cette technologie ne fait pas l’unanimité quant à sa potentielle efficacité. Pour Olivier Oullier, professeur de psychologie et neurosciences à l'université d'Aix-Marseille, « le lien entre mensonge et émotions d'une part et entre émotions et variables physiologiques d'autre part n'est pas linéaire et de ce fait difficilement prédictible. Sa fiabilité est remise en question ».

Source : Université de San Diego

Et vous ?

L'usage de technologies à l'instar d'Avatar vous semble-t-il suffisamment fiable pour intégrer des secteurs sensibles ?

Voir aussi :

l'IA pourrait faire disparaitre 47 % des emplois aux États-Unis durant les deux prochaines décennies et accentuer davantage l'inégalité des revenus
Intel annonce la sortie de nouvelles solutions IA basées sur la plateforme Nervana qui permettra d'améliorer les performances des traitements IA
Jason Furman, le conseiller d'Obama, estime que l'IA n'entraînera pas de chômage massif, là où beaucoup pensent le contraire, quel est votre avis ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de MikeRowSoft MikeRowSoft - Provisoirement toléré https://www.developpez.com
le 02/01/2017 à 23:22
Le dépistage sur des pathologies psychologique ou maladies cognitive comme Alzheimer peuvent être décisive.
Avatar de Namica Namica - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 03/01/2017 à 1:47
Hum, il ne s'agit pas de dépister l’Alzheimer ou des pathologies psychologiques, mais des situations délictuelles.

Ceci étant dit, d'autres pathologies peuvent interférer. Imagine le type qui a un problème de prostate.
Plus l'interrogatoire se prolonge, plus il est mal à l'aise, vu son problème et le besoin urgent qu'il entraîne.
Il finira par avoir droit à un toucher en gants de latex...
Avatar de MikeRowSoft MikeRowSoft - Provisoirement toléré https://www.developpez.com
le 03/01/2017 à 21:54
Citation Envoyé par Namica  Voir le message
Hum, il ne s'agit pas de dépister l’Alzheimer ou des pathologies psychologiques, mais des situations délictuelles.

Mentir est un peu comme vouloir oublier. Tu as tous compris. Vivement que amazone vs fbi revienne...
Avatar de clementmarcotte clementmarcotte - Expert éminent https://www.developpez.com
le 04/01/2017 à 1:25
Bonjour,

Il y a déjà un problème avec ce machin-là. Les lois canadiennes interdisent de témoigner sur du ouï-dire. Le douanier qui arriverait en cour et qui dirait que la machine intelligente lui a dit que le répondeur a menti se ferait rabrouer sur le champ. Il serait obligé de découvrir lui-même, ou du moins un autre douanier ou un policier autorisé à agir comme douanier, les objets importés illégalement. D'autant plus qu'il y a maintenant un cas qui fait jurisprudence. Un juge a annulé des infractions de vitesse excessive parce que le policier a signé et émis les constats d'infraction en se basant uniquement sur les seuls rapports de radars automatiques sans avoir lui-même, ou un autre policier constaté les faits. Le juge a établi que de se baser sur le rapport d'une machine sans avoir de vrai policier pour constater les faits de visu représentait du ouï-dire, même avec la date, la vitesse et la photo. Comme les autorités n'avaient aucun témoin pour attester des faits, l'individu a été acquitté faute de preuves. Et cela n'a pas été trop long avant qu'un paquet d'autres avocats prennent connaissance du jugement et en fassent usage devant d'autres juges.

Si bien que les autorités ont demandé de reporter les causes pendantes et suspendues les autres causes en attente. Et ils ont même décidé de ne pas en appeler. Si bien qu'un jugement rendu en première instance fait jurisprudence.
Avatar de MikeRowSoft MikeRowSoft - Provisoirement toléré https://www.developpez.com
le 04/01/2017 à 21:35
Citation Envoyé par clementmarcotte  Voir le message
[...]Comme les autorités n'avaient aucun témoin pour attester des faits, l'individu a été acquitté faute de preuves.[...]

C'est pourtant un équipement de police. Pas juste un accessoire d' assistance personnel. Le côté fiabilité c'est bien se qui donne raison ou non. Même ma proposition peut biologique être défaillante selon MI5.
Avatar de MadScratchy MadScratchy - Membre habitué https://www.developpez.com
le 10/01/2017 à 9:22
<Déconnage>
Tiens, moi je verrai bien ce genre de dispositif pour tester les candidats à la présidentielle

Ah mais j'oubliais : les Russes ont déjà piraté ce système, les élections, les indices du chômage et le montant de la dette française pour que François Hollande ne puisse pas passer ! Ah ces russes quand même !
</Déconnage>
Offres d'emploi IT
Spécialiste systèmes informatiques qualité et référent procédure H/F
Safran - Ile de France - Colombes (92700)
Architecte électronique de puissance expérimenté H/F
Safran - Ile de France - Villaroche - Réau
Ingénieur conception en électronique de puissance H/F
Safran - Ile de France - Moissy-Cramayel (77550)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil