Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Uber a été forcée de retirer ses voitures sans conducteur des rues de San Francisco
Après que les autorités ont suspendu leurs cartes grises

Le , par Coriolan

21PARTAGES

2  0 
Le programme de test de voitures autonomes lancé par Uber n’aura finalement duré qu’une semaine. Ce mercredi, la startup a mis fin à ce service dans la ville de San Francisco après avoir défié les autorités de Californie. Le bras de fer a commencé lorsque l’entreprise a déployé sa flotte de voitures sans conducteur sans avoir effectué les démarches administratives nécessaires. Face à cette situation, le DMW (Department of Motors Vehicle) californien a suspendu la carte grise des seize véhicules en question, poussant Uber à mettre un terme au programme. « Nous avons arrêté notre programme de test après la révocation de l'immatriculation de nos voitures autonomes. Nous cherchons où nous pouvons les redéployer, mais nous restons 100 % attachés à la Californie et allons redoubler nos efforts pour développer des règles fonctionnelles pour tout l'État.», a précisé l’entreprise.


Depuis sa création, Uber a entrepris maintes fois d’ignorer les lois locales durant son expansion au niveau mondial, ce qui n’a pas manqué de provoquer plusieurs controverses. À vrai dire, ce contretemps en Californie qui concerne les voitures sans conducteur est le dernier d’une série de revers qu’a connus l’entreprise. Cette année, Uber a décidé d’abandonner le marché chinois, en optant pour une stratégie qui vise à investir dans un autre service local, Didi Chuxing. L’entreprise a entrepris également de réduire sa présence dans d’autres marchés y compris quelques villes en Allemagne.

La législation californienne rend obligatoire l’obtention d’un permis pour tester des véhicules autonomes sur la voie publique. Plusieurs entreprises, dont Google, ont déjà reçu cette autorisation. Uber a estimé que sa flotte de véhicules n’était pas concernée par cette législation, puisqu’elles ne sont pas autonomes. En effet, elles nécessitent la présence permanente d’un conducteur. Anthony Levandowski, le responsable du projet a assuré que la technologie employée est similaire à celle implémentée par Tesla pour son pilote automatique, qui n’est pas règlementée.

Les arguments avancés par la société n’ont pas vraiment convaincu les pouvoirs publics qui ont exigé l’arrêt immédiat des essais. « Le procureur général réclamera une injonction et d’autres mesures appropriées », avait menacé vendredi le département de la justice de l’État de Californie. La loi votée l’année dernière n’a pas prévu de sanctions en cas d’infraction, une situation qui a probablement poussé Uber à ignorer la requête des autorités. Néanmoins, une parade a été trouvée, retirer la carte grise des véhicules mis en circulation, facilitant ainsi leur saisie par la police.

Cette attitude d’Uber a été surprenante pour plusieurs, surtout que l’on sait que les démarches administratives pour obtenir le permis ne sont pas compliquées et elles ne coutent que 150 dollars. Mais d’autres ont estimé qu’il s’agit d’un refus stratégique. Les entreprises qui font partie du programme officiel doivent en effet déclarer aux autorités tous les incidents impliquant leurs véhicules dans un délai de dix jours. Le nombre de fois où les opérateurs ont dû reprendre le contrôle du véhicule doit également être communiqué. Ces données sont par la suite rendues publiques. Des contraintes qui n’auraient pas fait l’affaire d’Uber. En effet, il a fallu moins d’une journée à ses SUV Volvo modifiés pour griller des feux rouges et mettre en danger des cyclistes.

Il faudrait savoir que la concurrence s’est intensifiée dernièrement dans ce sens. Google qui a été l’un des pionniers des voitures autonomes vient de créer une nouvelle filiale au nom de Waymo qui aura pour mission de poursuivre le développement de voitures autonomes en coopération avec Fiat Chrysler. Les prototypes du géant de la recherche ont déjà accumulé plus de 2,5 millions de kilomètres d’essai. Selon des rapports, la firme de Mountain View pourrait lancer son propre service de taxis autonomes dès la fin de 2017. D’autres protagonistes comme General Motors, Lyft ou encore Ford ambitionnent également de s’imposer sur ce segment.

Uber est donc livrée à une concurrence féroce et doit bouger plus vite. Pour cette raison, elle a dû mettre sa flotte de véhicules sans conducteur en circulation sans se soumettre à la législation. Il faudrait savoir que l’entreprise a accumulé des retards d’allumage et n’a commencé son programme à proprement parler qu’en 2015. Néanmoins, elle a été la première à utiliser cette technologie à destination des consommateurs, en offrant d’emmener gratuitement des passagers dans la ville de Pittsburgh. Maitriser cette technologie est vital pour la survie d’Uber a conclu Travis Kalanick, fondateur et PDG de l’entreprise. En développant une flotte de taxis autonomes, la société sera en mesure de casser davantage les prix proposés à ses clients et devenir ainsi une option moins couteuse que l’achat et l’entretien d’une voiture.

Source : The New York Times

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Uber aurait enregistré une perte de plus de 800 millions de dollars au 3e trimestre 2016, soit une perte de 2,2 milliards sur trois trimestres

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Alvaten
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 22/12/2016 à 16:45
C'est hallucinant les méthodes de cette "entreprise".

Et c'est quoi ces arguments à deux balles ? Si j'ouvre une pizzeria je vais pas livrer les gens avec un véhicule sans carte grise sous prétexte que la concurrence est rude et que j'ai pas le temps de le faire
3  0 
Avatar de TiranusKBX
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 23/12/2016 à 18:19
La patrons d'UBER sont des cons, c'est un fait mais dans leur recherche de faire un max d'argent le plus rapidement ils sont près à tout y compris tuer de nombreuses personnes pour y parvenir
De plus ils passent leur temps à insulter les gents rien que de changer les pris et leur part de manière unilatérale
2  0 
Avatar de behe
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 22/12/2016 à 15:52
Citation Envoyé par Coriolan Voir le message
Uber est donc livrée à une concurrence féroce et doit bouger plus vite. Pour cette raison, elle a dû mettre sa flotte de véhicules sans conducteur en circulation sans se soumettre à la législation.
Je crois plus cette version
La décision des autorités californiennes n'est pas vraiment surprenante. Elles avaient invité Uber à obtenir le permis nécessaire, qui coûte 150 dollars, comme 20 entreprises (Google, Volkswagen, Mercedes, Tesla, BMW, Ford et Honda, notamment) l'ont déjà fait. Uber a constamment refusé, jouant sur les mots, sans vraiment offrir d'explication satisfaisante.
Certains estiment que ce refus était stratégique: les entreprises qui font partie du programme officiel doivent en effet déclarer aux autorités tous les incidents impliquant leur véhicules. Et alors qu'il a fallu moins d'une journée aux SUV Volvo modifiés par Uber pour griller des feux rouges et mettre en dangers des cyclistes, l'entreprise n'avait pas forcément intérêt à jouer la transparence...
Il n'y avait aucun délai si Uber faisait tout dans les règles donc utiliser la concurrence pour expliquer pourquoi on est hors la loi ...
1  0 
Avatar de TiranusKBX
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 24/12/2016 à 9:21
c'est moi ou ils sont schizophrènes ? annoncer ça après leur
«Nous avons arrêté notre programme de test après la révocation de l'immatriculation de nos voitures autonomes. Nous cherchons où nous pouvons les redéployer, mais nous restons 100% attachés à la Californie et allons redoubler nos efforts pour développer des règles fonctionnelles pour tout l'État.»
L'hypocrisie ça ne semble pas être un défaut chez eux
1  0 
Avatar de tmcuh
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 22/12/2016 à 15:16
moi je pense que capitalisme après avoir privatisé les services public, privatisé la monnaie national, s'attaque maintenant à notre dernière chose, notre propriété.
Il est vrai qu'un véhicule qui reste stationné 95% de son temps sur un parking, qui reste dans une vieille technologie carbone et couteuse, la proximité et la simplicité d'utilisation des voitures autonome est l'avenir.
Mais dans cette même idée, dans un avenir assez loin pour que je ne le connaisse pas, on aura aussi Uberiser nos maisons. Et on choisira un jour d'habiter là ou là suivant ce qu'il y a de disponible, de nos envies, de nos voyages.
On finira que plus rien ne nous appartiendra pour le bénéfice des plus gros qui pourront nous dire "ah non tu monte pas dans la voiture, t'as pas assez de "points de bonheur", tu pourrais détériorer le véhicule"
C'est beau la technologie/simplicité/peu cher, mais au prix de nos libertés : de se mouvoir, de posséder.

Maintenant pour reprendre l'article, les grosses sociétés qui sont en retard technologique sont pas trop regardante sur les lois ou conformité, car quand y'a de l'argent à gagner autant être le premier.
Ils ont lancé Uber Eats et je trouve ça génial je l'attend avec impatiente car on va Uberiser les restaurant aussi et ainsi pouvoir manger là où on se trouve ce qu'on veut. Et s'asseoir à une table de restaurant deviendra bientôt un luxe.

Je serais curieux de savoir si on veut pas passer par une route car on sait qu'elle est plus compliqué qu'un autre raccourci comment on ordonne de passer par un autre chemin si y'a plus personne dedans... on revit "Total recall 1990" avec le taxi avec robot chauffeur.
Mais c'est pour le bien de la communauté ))
3  4