Gmail : Google accepte de changer sa méthode d'analyse des courriels pour des fins publicitaires
Après avoir été accusé d'avoir lu des communications

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
En août 2014, alors que Google avait signalé aux autorités qu’un délinquant sexuel recevait dans sa boîte mail des images pédopornographiques, ce qui a contribué à la perquisition au domicile dudit délinquant et de son arrestation, le débat sur la protection de la vie privée des utilisateurs a été relancé. Au passage, les capacités technologiques dont dispose Google pour scanner les mails des utilisateurs de son service de messagerie ont été dévoilées.

Google avait déjà confirmé que ses systèmes automatisés analysent les courriels des utilisateurs pour fournir des fonctionnalités personnalisées, lutter contre les spams et procéder à la publicité ciblée. Pourtant, à la lumière de ces informations, ces systèmes seraient capables de chercher toutes sortes de contenu, y compris dans les pièces jointes, en dehors des termes clés utilisés pour la publicité.

Face à un procès sur les implications de cette technique sur la protection de la vie privée, Google a accepté de changer ses systèmes de scan même si le changement en question est très faible et que, dans la pratique, il ne fera que très peu, voire aucune différence au niveau des utilisateurs finaux.

Dans un procès intenté contre Google devant le tribunal de district du nord de la Californie, Google a été accusé d'avoir lu des communications des utilisateurs. Plutôt que de se lancer dans une bataille juridique potentiellement longue et onéreuse, après avoir déposé plusieurs fois des requêtes d’annulation qui n’ont pas abouties, le numéro un de la recherche a choisi de proposer une option de règlement volontaire.

L'affaire Matera contre Google a débuté le 4 septembre 2015, alors que les demandeurs alléguaient que le scan de Google avait violé la loi, fédérale et californienne, sur la protection de la vie privée, le décrivant comme étant « l'équivalent des écoutes téléphoniques d’AT&T sur ses clients ou du service postal qui prenait des informations de correspondances privées ».

« Les demandeurs utilisateurs de Gmail ont allégué que Google avait intercepté, lu et acquis le contenu de courriels envoyés ou reçus par un utilisateur de Gmail alors que les courriels étaient en transit. Google aurait intercepté les courriels pour le double but de fournir des publicités ciblées au destinataire ou à l'expéditeur du courriel et de créer des profils d'utilisateur pour améliorer les intérêts de profit de Google. Selon les demandeurs utilisateurs de Gmail, l'interception et l’analyse du courriel de Google étaient effectuées sans le consentement des demandeurs », indique la plainte.

Et de continuer en disant « les demandeurs cherchent à représenter les non utilisateurs de Gmail “qui n'ont jamais créé de compte de messagerie avec Google et qui ont envoyé des courriels ou reçu des courriels de personnes ayant des comptes de messagerie Google” ».

Aussi, Google a décidé de changer la façon dont il analysait les courriels : Google va continuer d'analyser les courriels de manière préventive pour le filtrage des logiciels malveillants et des pourriels, mais toute analyse relative à la publicité ciblée ne sera effectuée qu’une fois que le courriel sera accessible à l’utilisateur et non plus pendant le transit.

Alors que plusieurs personnes se sont montrées mécontentes du fait que leurs courriels étaient scanné, le fait qu’il le soient avant même d’avoir atteint une boîte de réception Gmail est quelque peu préoccupant. La proposition de Google doit encore être acceptée par les juges et l'affaire pourrait voir la société débourser jusqu'à 2,2 millions de dollars en frais d’avocats.

Source : décision au sujet de la motion de rejet de Google (au format PDF), motion d'approbation préliminaire du recours collectif

Voir aussi :

Google s'explique sur l'analyse des photos dans Gmail qui aurait permis l'arrestation d'un pédophile


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de ZOOLIN ZOOLIN - Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
le 09/01/2017 à 15:39
Si Microsoft avait fait dans les années 2000 le quart de ce que fait actuellement Google en matière d’exploitation de données personnelle, Bill Gates serait sous les verrous..
Une seul solution framasoft !
Contacter le responsable de la rubrique Accueil