Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La Commission européenne autorise avec réserve le rachat de LinkedIn
Microsoft devra respecter certains engagements pour préserver la concurrence

Le , par Michael Guilloux

121PARTAGES

3  1 
Six mois après l’annonce du rachat de LinkedIn, Microsoft peut tranquillement finaliser l’opération. La Commission européenne a en effet autorisé l’accord de 26 milliards de dollars, mais sous certaines conditions. À l’instar de Salesforce, Bruxelles a exprimé certaines craintes au sujet de cet accord. La Commission a donc mené une enquête pour voir s’il est possible qu’après l'opération, Microsoft puisse utiliser sa position de force sur le marché des systèmes d'exploitation de bureau et des logiciels de productivité pour renforcer la position de LinkedIn sur le marché des réseaux sociaux professionnels.

Plus précisément, la Commission craignait non seulement que Microsoft installe d’office LinkedIn sur les ordinateurs Windows, mais également que le géant du logiciel intègre LinkedIn à Microsoft Office et combine la plateforme et les bases de données d'utilisateurs de Microsoft. Bruxelles craignait encore que Microsoft empêche les concurrents de LinkedIn d'avoir accès à ses API dont ces derniers ont besoin pour assurer une interopérabilité avec les produits de Microsoft.

L’enquête de la Commission portait également sur le marché des logiciels de gestion de relation client (CRM) et les services de publicité en ligne. Pour la publicité, Bruxelles estime que la combinaison des activités de Microsoft et LinkedIn n’est pas susceptible de créer des problèmes de concurrence vu que les deux entreprises auront une très faible part cumulée dans l’espace économique européen, sur un marché qui est en plus fragmenté.

En ce qui concerne les logiciels CRM, la Commission estime encore que « Microsoft est un acteur relativement faible sur le marché de la gestion de la relation client, où il est confronté à des concurrents puissants, tels que Salesforce, le numéro un incontesté du marché, Oracle et SAP », est-il indiqué dans un communiqué de presse de l’autorité européenne de la concurrence. « En conséquence, la Commission a estimé qu'il était peu probable que l'opération permette à Microsoft d'évincer ces acteurs et d'éliminer la concurrence sur ce marché », a-t-elle conclu.


Le seul problème était donc au niveau des services de réseaux sociaux professionnels. Comme nous l’avons rapporté le mois dernier, pour remédier aux problèmes de concurrence relevés par la Commission sur ce marché, Microsoft a proposé une série d'engagements. Le géant du logiciel a promis :

  • de veiller à ce que les fabricants et les distributeurs de PC soient libres de ne pas installer LinkedIn sous Windows et de permettre aux utilisateurs de PC de désinstaller LinkedIn sous Windows si les fabricants et les distributeurs décident de l'installer d'office ;
  • de permettre aux prestataires de services de réseaux sociaux professionnels concurrents de maintenir les niveaux actuels d'interopérabilité avec la gamme de produits de Microsoft Office grâce au complément d'Office et aux interfaces de programmation d'applications Office ;
  • d'accorder aux fournisseurs de services de réseaux sociaux professionnels l'accès à l’API Microsoft Graph destinée aux concepteurs de logiciels. Cet outil est utilisé pour concevoir des applications et des services qui peuvent accéder aux données stockées dans le cloud de Microsoft, telles que les contacts, les informations relatives au calendrier, les courriels, etc.


Estimant que ces concessions vont permettre de résoudre les problèmes de concurrence évoqués, la Commission a donc approuvé le rachat de LinkedIn par Microsoft. La firme de Redmond devrait donc veiller à respecter ses engagements dont la mise en œuvre sera contrôlée par un mandataire de Bruxelles. Il faut également préciser que ces engagements s’appliqueront dans l’espace économique européen pendant une période de cinq ans.

Dans un billet de blog, Brad Smith, le directeur des affaires juridiques de Microsoft, se réjouit de cette décision expliquant que la firme a « désormais obtenu toutes les autorisations légales nécessaires pour finaliser l’acquisition et l’opération sera finalisée dans quelques jours ». Il faut également préciser que les régulateurs du Brésil, des États-Unis, du Canada et de l’Afrique du Sud ont approuvé le rachat de LinkedIn sans concession.

Sources : Microsoft, Commission européenne

Et vous ?

Que pensez-vous du terrain d’entente entre Microsoft et la Commission européenne ?

Voir aussi :

LinkedIn officiellement banni en Russie, les fournisseurs de services internet ont reçu l'ordre de bloquer l'accès au réseau social professionnel
Les États-Unis s'insurgent contre le blocage de LinkedIn en Russie, d'autres entreprises de technologie pourraient également subir le même sort
LinkedIn va-t-il faire disparaître Viadeo ? Le réseau social professionnel français a demandé la suspension de son cours en Bourse

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de
https://www.developpez.com
Le 10/12/2016 à 13:38
Juste parler la langue anglaise.

Après l'obtention reste plus que "doINg".
0  0