L'Union européenne augmente le budget alloué à sa sécurité informatique
Et met en place un programme de chasse aux bogues

Le , par Coriolan

104PARTAGES

6  0 
De nos jours, la question de la cybersécurité est devenue l’une des préoccupations clés des États et gouvernements partout dans le monde. En Europe notamment, les administrations ont été la cible de cyberattaques intensives, ce qui a poussé l’Union européenne à multiplier les efforts pour garder son autonomie et améliorer la sécurité informatique. Le parlement européen prévoit d’allouer plus de fonds à la sécurisation de son infrastructure IT, il compte également mettre en place un programme de chasse aux bogues (bug bounty) pour récompenser les hackers qui se chargeront de déceler les failles de sécurité et les bogues qui pourraient être exploités par des cybercriminels.


Ce programme fort ambitieux a été proposé par la députée néerlandaise Marietje Schaake (ALDE, centre droit), il prévoit de faire passer le budget alloué à l’amélioration de l’infrastructure IT de l’UE d’un million à 1,9 million d’euros. Il y’aura également une extension du programme Free Audit Software Program (FOSSA) destiné à réunir des développeurs pour améliorer les logiciels utilisés par les institutions européennes. Enfin, un programme de chasse aux bogues sera mis en place pour attirer les hackers éthiques et rémunérer la découverte de failles et de bogues dans les logiciels. « Les institutions de l’UE doivent faire ce qui est en leur pouvoir pour avoir la sécurité [informatique] la plus solide possible. Un programme de bug bounty encourage la découverte de bugs logiciels grâce à des récompenses financières pour chaque chercheur à l’origine d’une telle découverte », a dit la députée Marietje Schaake.

Le recours aux programmes de bug bounty est très en vogue chez de nombreux sites web et développeurs de logiciel. Même les géants de la technologie comme Facebook, Google et Microsoft y ont recours. Ils permettent à des personnes de recevoir reconnaissance et compensation après avoir reporté des bogues, surtout ceux concernant des exploits et des vulnérabilités ce qui permet de les corriger avant que le grand public en soit informé, évitant ainsi des abus. « Nous espérons que ce programme contribuera au soutien des logiciels libres dans les administrations publiques, qui sont encore trop lourdement équipées en solutions propriétaires », a dit Max Andersson, un député écologiste. Si les institutions de l’Union ont fourni beaucoup d’efforts pour adopter des logiciels libres et assurer la sécurité des administrations, de nombreux États membres n’ont pas suivi la même voie.

Source : Marietje Schaake

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web