Chine : les fausses actualités donnent une raison de plus de renforcer le contrôle de l'internet
Pékin suggère une cyber gouvernance plus rigide

Le , par Michael Guilloux, Chroniqueur Actualités
Du 16 au 18 novembre, la ville de Wuzhen a abrité la troisième édition de la conférence mondiale sur Internet (WIC) en Chine, qui a vu la participation des autorités chinoises et des entreprises comme Facebook, IBM Corp ou encore Qualcomm Inc.

La Chine a réaffirmé sa position en tant que leader du contrôle de l’internet et a appelé les entreprises de technologie et autres pays à respecter sa position. Dans un court discours vidéo lors de la conférence, le président chinois Xi Jinping a appelé au respect de la « souveraineté cybernétique », c’est-à-dire l'imposition de contrôles gouvernementaux sur le cyberespace à l'intérieur des frontières chinoises.

Les responsables chinois et des dirigeants d'entreprises locales ont également pris la parole pour appeler à une cyber gouvernance plus rigide, estimant que le cyberespace est devenu dangereux et plus difficile à gérer. Et à titre d’exemple, ils ont tous indexé le phénomène de fausses actualités qui a explosé pendant les campagnes présidentielles des États-Unis.

Pour Ren Xianling, le numéro deux du Cyberspace Administration of China (CAC), l'autorité suprême de l'internet en Chine, le contrôle de l’internet est une mesure efficace pour prévenir les dangers liés au cyberespace. C’est comme « installer des freins dans une voiture avant de conduire sur la route », dit-il. Si Facebook réfléchit encore aux voies et moyens de lutter contre les fausses actualités, Ren Xianling recommande d'utiliser des systèmes d'identification des internautes afin que ceux qui publient de fausses nouvelles et des rumeurs puissent être identifiés et punis.

Les grandes entreprises chinoises de technologie semblent également s’aligner sur la position de Pékin vis-à-vis de l’internet. C’est le cas par exemple du géant chinois de Tencent Holdings Ltd, qui a développé l'application de réseau social la plus populaire en Chine, WeChat. Ma Huateng, le fondateur de l’entreprise met également en avant le rôle des médias sociaux dans l'élection de Donald Trump en affirmant que cela envoie un « signal » à la communauté mondiale sur les dangers des fausses nouvelles. Ce qui donne une raison de plus pour limiter la liberté de l’utilisation de l’internet en renforçant les contrôles gouvernementaux.

Source : Reuters


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de JackJnr JackJnr - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 22/11/2016 à 18:17
[cynisme]
C'te blague, c'est un article en avant première du Gorafi bande de rigolos
Avatar de Fleur en plastique Fleur en plastique - Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
le 22/11/2016 à 20:51
Ah, enfin on y vient. Il est nécessaire que les puissances mondiales enfin fassent le ménage d'Internet. Il y a trop de rigolos et petits plaisantins qui s'amusent, en publiant des fausses actualités, des sites complotistes, virus, logiciels libres, films pirates en streaming et autres crimes odieux en toute impunité. Leur place est derrière les barreaux ou dans la guillotine !

Il me semble normal que les puissances les plus soucieuses de l'intérêt du citoyen, c'est-à-dire la Chine, la Russie, les Etats-Unis et la Corée du Nord fassent un gouvernement à quatre. Et les réformes qui me paraissent tout à fait nécessaire sont les suivantes :
- Plus d'anonymat ou de pseudo. Chaque membre d'un forum ou réseau social devra apparaître avec son nom, prénom, téléphone, adresse et pays de résidence visible par tous.
- Adresse IP attribuée à vie à chaque citoyen afin de faciliter l'identification et reconnaître les usurpations.
- Chaque site devra avoir été explicitement autorisé par le gouvernement avant d'être visible par l'honnête citoyen.
- Chaque message posté sur un forum devra avoir été validé par l'équipe du gouvernement ; si le message contient une désinformation, une illégalité ou une méthode de pensée contraire aux bonnes mœurs, le message ne sera pas du tout publié et l'auteur du message poursuivi en justice.

Grâce à ses simples mesures, Internet redeviendra sain. On pourra passer notre temps à mettre à jour Windows 10 et en même temps rechercher la recette de l’œuf à la coque, payer puis visionner en streaming le dernier film à la mode, savoir pour qui voter à la présidentielle 2017, ou acheter sur les sites des commerçants honnêtes.
Avatar de Marco46 Marco46 - Modérateur https://www.developpez.com
le 23/11/2016 à 9:52
Citation Envoyé par Fleur en plastique Voir le message

- Chaque site devra avoir été explicitement autorisé par le gouvernement avant d'être visible par l'honnête citoyen.
Ce qui est marrant c'est que tu crois troller mais c'était réellement une proposition de ce cher François Fillon aux débuts d'internet
Avatar de Zirak Zirak - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 23/11/2016 à 10:27
Citation Envoyé par Marco46 Voir le message
Ce qui est marrant c'est que tu crois troller mais c'était réellement une proposition de ce cher François Fillon aux débuts d'internet
Et puis c'est surtout déjà en cours ou partiellement en cours dans plusieurs pays. ^^

Mais j'avoue que c'est un des rares trolls de Fleur en plastique où j'ai mis +1, tellement c'est proche de la vérité.
Avatar de Grogro Grogro - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 23/11/2016 à 11:34
Il me semble justement que Fillon, qui avait consacré ses 5 années de premier ministre à exciter la phobie d'internet auprès de la ménagère de plus de 50 ans intoxiquée à TF1, voulait étendre le rôle du CSA (politiquement contrôlé comme chacun sait, encore plus depuis que Sarko est passé par là) au web. Et qu'il rêvait d'un organisme pour "approuver" un site web. Une certification qu'il imaginait facultative, mais il n'était pas difficile d'extrapoler ensuite (prise en charge par les logiciels de contrôle parental, pressions auprès des FAI).

Enfin depuis, Valls a fait depuis bien pire que la Hadopi ou la Loppsi.

Maman État, protège-moi de ce méchant web que je ne saurais voir !
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 23/11/2016 à 11:42
La Neutralité du Net risque d'en prendre un coup dans les années à venir.
C'est dommage.

Des lois vont être mis en place pour pouvoir facilement censurer des sites.
Avatar de negstek negstek - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 23/11/2016 à 11:48
Citation Envoyé par TheLastShot Voir le message
Je sais que je risque de me faire plein d'ennemies avec ce que je vais dire mais...
Est-ce que ce n'est pas dangereux de donner un pouvoir aussi important (choisir qui va diriger le pays) à des gens qui pourraient être influencés par les opinions personnalités qui n'ont rien à voir avec la politique, et notamment lorsque ces opinions sont relatés dans de faux articles (et donc donner du pouvoir à des personnes qui se contentent des "on dit" sans prendre le temps de vérifier la véracité des informations qu'on leur présente).
C'est aussi pertinent que de donner les commandes des armes nucléaires à Gad Elmaleh juste parce qu'on s'est bien marré à son dernier spectacle...

Enfin, c'est en supposant que ces articles ont réellement eu une influence (et malheureusement je crains que ce soit possible, même si Facebook n'est pas forcément en tort (c'est avant tout ceux qui diffusent ces fausses informations qui sont à blâmer, et à mon sens cela devrait être pénalisé (et c'est aussi valable pour les "vrais" journalistes qui diffusent des informations sans les vérifier (bon, là, on perd 90% des gros média... mais après je ne serais pas contre))).
Moi ça m'intéresse de lire l'avis de Mr Stallman que je trouve plein de bon sens. Il met en avant des arguments dont je n'avais pas connaissance à propos d'uber et contribue ainsi à améliorer ma vision du numérique et de sa portée dans notre monde contemporain. Après si tu t'en tamponne comme tu l'as si bien signalé dans ton premier post, passe ton chemin et évite nous les posts inutiles.
Avatar de NSKis NSKis - En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
le 23/11/2016 à 13:03
Je suis même sûr que le gouvernement chinois a de vrais idées novatrices pour la sécurité du "web" comme une puce d'identification avec localisation GPS et micro intégré à installer dans les fesses de chaque citoyen, histoire de mieux vérifier ses faits et gestes, qui plus est avec une fonction permettant de gérer son programme de rééducation au sein d'un sympathique camp de vacance... La sonde servant à lire les pensées "subversives" du citoyen rebelle sera disponible dans un 2ème temps et sera implantée de manière prioritaire sur les individus critiquant le régime.
Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 06/12/2016 à 16:29
Quand Facebook bloque le lien menant à l'extension « détecteur de foutaises »,
aveu d'impuissance ou erreur manifeste face aux fausses actualités ?

Depuis quelques semaines déjà, Facebook, Google et Twitter entre autres sont sur le banc des accusés quant au fait que leurs plateformes ont contribué à répandre de fausses actualités. Si le phénomène de diffusion de fausses actualités en lui-même n’est pas nouveau, les entreprises technologiques se sont vues obligées de prendre très vite des mesures à cause du fait que les voix les accusant d’avoir contribué à l’élection de Donald Trump se faisaient de plus en plus nombreuses.

Même si Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, avait d’abord affirmé qu’il trouvait ridicule l’idée même de voir Facebook avoir influencé le cours de l’élection à cause de cela, très vite, son entreprise a dévoilé ses plans pour lutter contre ce fléau, ne manquant pas de dire combien elle prend ce problème au sérieux.

Dans l’optique de prouver à Mark Zuckerberg combien il se trompait lorsqu’il a expliqué que le problème des fausses actualités est « plus complexe, à la fois techniquement et philosophiquement ». Daniel Sieradski, un journaliste indépendant de 37 ans, a proposé une extension de navigateur permettant de vérifier la véracité d’une actualité sur le réseau social. Comme l’explique le descriptif, B.S. Detector (détecteur de foutaises) est « une réplique suite aux affirmations douteuses de Mark Zuckerberg selon lesquelles Facebook est incapable de s'attaquer substantiellement à la prolifération des fausses nouvelles sur sa plateforme. Extension à la fois disponible sur les navigateurs Chrome et Mozilla, B.S. Detector parcourt tous les liens d’une page web donnée pour chercher des références à des sources non fiables en se basant sur une liste manuellement compilée de domaines. Il fournit ensuite des avertissements visuels sur la présence de liens douteux ou d’une navigation sur des sites Web douteux ».

Une fois installé, B. S. Detector range par catégories les sites pour éviter la polémique. Parmi les catégories figure « Fake News » dont les sources montent de toutes pièces des histoires dans l’intention de piéger le public, « Satire » dont les sources fournissent un contenu à caractère humoristique sous forme de Fake News, « Hate Group » dont les sources font activement des propagandes discriminatoires (racistes, homophobes, etc.), Clickbait dont les sources ont pour objectif de générer des revenus marketing en suscitant les clics massifs par des titres sensationnels. Bien entendu, il ne s’agit là que d’une partie des catégories.

Lorsque B. S. Detector tombe sur un article, il va donc parcourir les liens et le comparer à sa compilation de sites d’actualité d’une fiabilité douteuse. Cette liste est régulièrement mise à jour et les utilisateurs sont invités à participer en signalant des sites sur lesquels ils tombent qui figurent dans l’une de ces catégories. Lorsqu’un utilisateur tombe sur un article qui figure dans l’une de ces catégories, l’extension va lui donner un avertissement explicite (par exemple « ce site n’est pas une source fiable d’actualité ») accompagné d’une précision à l’intention de l’utilisateur (comme « motif : théorie du complot »).

Pour Daniel Sieradski, « la prolifération de la désinformation a sérieusement réduit la capacité des gens à faire des choix en connaissance de cause quand il s’agit de politique » À ses yeux, il est donc fondamental de rétablir des filtres et des avertissements.

Facebook, qui avait d’abord bloqué sur sa plateforme le lien menant au dépôt GitHub de l’extension pour « des raisons de sécurité », a fini par débloquer le lien en prétendant avoir fait une erreur, exactement comme s’y attendait Sieradski qui laisse supposer une certaine méfiance de la presse technologique sur la volonté de Facebook l’idée de régler le problème de la désinformation.

Le créateur de l’extension a expliqué au Guardian que selon lui « ce n’est évidemment pas pour des raisons de sécurité, car l’extension n’affecte aucun paramètre de sécurité. Cela n’affecte pas l’intégrité de Facebook, l’extension ajoute seulement des éléments HTML sur une page. Elle ne fait rien de malveillant… Je pense que [Facebook] n’a pas du tout aimé l’article de TechCrunch ». Pour rappel, l'article de TechCrunch parlait d'un déploiement d'un nouvel outil par Facebook pour permettre de vite repérer les actualités factices avant de mettre à jour son article après avoir été contacté par Sieradski et d'indiquer qu'il avait simplement oublié qu'il avait téléchargé l'outil B. S. Detector.

Quoiqu’il en soit, Facebook pourrait avoir emprunté le même chemin ; certains utilisateurs ont commencé à voir Facebook leur demander leur avis sur la pertinence.des titres.


Le contexte actuel semble inviter les plateformes de réseautage social a prendre rapidement des mesures. En effet, le New York Times rapporte que les partisans du « Pizzagate » sont convaincus qu'Hillary Clinton utilise une pizzeria de Washington (le Comet Ping Pong) comme quartier général pour gérer un réseau pédophile. Une théorie du complot qui a vite fait d’être répandue sur internet, qui a poussé un homme à ouvrir le feu dans l'établissement ce dimanche sans blesser personne.

Pour James Alefantis, propriétaire du Comet Ping Pong, « ce qui s’est passé aujourd’hui prouve que la propagation de théories du complot aussi fausses que dangereuses n’est pas sans conséquence. J’espère que ceux qui attisent ces flammes vont réfléchir à ce qui s’est passé et cesser de promouvoir de tels mensonges ».

dépôt GitHub de B. S. Detector

Source : New York Times, B. S. Detector, The Guardian
Avatar de micka132 micka132 - Membre expert https://www.developpez.com
le 06/12/2016 à 19:30
Citation Envoyé par La nouvelle

Pour James Alefantis, propriétaire du Comet Ping Pong, « ce qui s’est passé aujourd’hui prouve que la propagation de théories du complot aussi fausses que dangereuses n’est pas sans conséquence. J’espère que ceux qui attisent ces flammes vont réfléchir à ce qui s’est passé et cesser de promouvoir de tels mensonges ».
C'est pas faux. D'ailleurs les américains en ont eu une belle de théorie du complot de la part du gouvernement Bush sur le gouvernement irakien et les armes de destruction massives.
Bilan, 500 000 morts ?
J’espère que ceux qui attisent les flammes vont réfléchir...
Contacter le responsable de la rubrique Accueil