Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Libertés sur internet : la France a encore rétrogradé en 2016
Même si elle occupe la huitième place dans le baromètre Freedom House

Le , par Stéphane le calme

143PARTAGES

9  0 
Freedom House a rendu disponible l’édition 2016 de son rapport en matière de liberté sur internet. L’ONG y explique notamment que, globalement, la liberté sur internet a diminué pour la sixième année consécutive. Les gouvernements ciblent de plus en plus les applications de messagerie comme WhatsApp et Telegram qui permettent de diffuser des messages dans un canal sécurisé grâce au chiffrement de bout en bout par exemple, ce qui rend la tâche difficile aux États qui souhaitent contrôler les informations diffusées ou surveiller des individus.

Elle affirme également que les utilisateurs des médias sociaux sont confrontés à des sanctions sans précédent étant donné que les autorités de 38 pays ont procédé à des arrestations basées sur les diffusions sur des médias sociaux au cours de la dernière année. « Les utilisateurs dans certains pays ont été mis derrière les barreaux simplement pour avoir "aimé" un contenu offensant sur Facebook ou alors pour ne pas avoir dénoncé les messages critiques qui leur ont été envoyés par d'autres. Les infractions qui ont conduit à des arrestations vont de la moquerie du chien de compagnie du roi en Thaïlande à la “propagation de l'athéisme” en Arabie saoudite ».

À l'échelle mondiale, 27 % de tous les utilisateurs d'Internet vivent dans des pays où des personnes ont été arrêtées pour avoir publié, partagé ou simplement aimé le contenu sur Facebook


« L'augmentation des contrôles montre l'importance des médias sociaux et de la communication en ligne pour faire progresser la liberté politique et la justice sociale. Ce n'est pas un hasard si les outils au centre de la répression actuelle ont été largement utilisés pour responsabiliser les gouvernements et faciliter les conversations non censurées. Dans plusieurs pays, les autorités ont même recouru à la fermeture de tout accès à Internet à des moments politiquement controversés, uniquement pour empêcher les utilisateurs de diffuser des informations via les médias sociaux et les applications de communication, avec des conséquences sociales, commerciales et humanitaires incalculables », a noté le rapport.

Les gouvernements ont élargi la censure qui couvre une diversité croissante de sujets et d'activités en ligne. Les sites et les pages via lesquels des pétitions ou des appels à manifestation ont été censurés dans plus de pays qu'auparavant. Il en va de même pour ceux qui font la promotion des opinions des groupes d'opposition politique. « De plus en plus de contenus et sites web traitant des questions LGBTI (lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexuelles) ont été bloqués ou dévalorisés sur le plan moral. La censure des images - contrairement à l'écrit - s'est intensifiée, probablement en raison de la facilité avec laquelle les utilisateurs peuvent maintenant les partager, et du fait qu'elles servent souvent de preuves irréfutables d'actes répréhensibles officiels ».


Au nom de la sécurité nationale, certains gouvernements ont voté des lois qui limitent la vie privée et autorisent la surveillance de masse. « Cette tendance a été observée aussi bien en pays démocratique qu’en pays non démocratique et a souvent conduit à des débats relatifs à la mesure dans laquelle les gouvernements devraient avoir accès aux communications chiffrées via des portes dérobées ».

Les notes données aux pays vont de 0 à 100, 0 représentant une plus grande liberté et 100 le contraire. Sur les 65 pays étudiés (sur les 193 dans le monde qui sont reconnus par l’ONU), l’Estonie et l’Islande s’en sortent avec 6 points chacun, prenant ainsi la tête du classement. La France s’empare de la huitième place avec 25 points, derrière le Royaume-Unis (23 points), le Japon (22 points) et l’Australie (21 points).


Même si l’Hexagone figure toujours parmi les pays qui offrent aux habitants une liberté sur internet, le rapport note que la liberté a reculé puisqu’en 2014 la France avait 20 points et en 2015 elle en avait 24, soit un recul de 5 points en deux ans. Le rapport évoque entre autre l’état d’urgence décrété par le président de la république suite aux attentats qui a agrandit de façon significative les pouvoirs des autorités en matière de perquisition électronique sans consultation préalable d’un juge. De nouvelles lois ont également conduit à cette note.

La Chine est bonne dernière du classement avec 88 points. Avant elle figurent la Syrie (87 points), l’Iran (87 points) et l’Ethiopie (83 points). Au total, 17 pays permettent de jouir d’une bonne liberté sur Internet, 28 autorisent un exercice partiel des libertés et les 20 derniers sont considérés comme liberticides sur internet.

Source : Freedom House

Voir aussi :

France : la transmission des données biométriques dans le fichier TES ne sera plus automatique, elle va nécessiter le consentement de l'individu

France : les sénateurs réduisent la définition de lanceurs d'alerte, qui ne pourraient être protégés qu'en cas de préjudices graves

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de derderder
Membre averti https://www.developpez.com
Le 16/11/2016 à 20:21
8ème place alors que la Suisse, la Belgique, les pays scandinaves ( mais l'Islande si alors qu'il y a 250000 habitants grand max, l'avantage d'être à la mode... ) ne sont pas comptabilisés, c'est dire ce que ça vaut...
7  0 
Avatar de TallyHo
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 17/11/2016 à 12:42
Citation Envoyé par Traroth2 Voir le message
Les Etats-Unis espionnent toute la population mondiale, y compris les Etasuniens, mais l'accès à Internet dans ce pays est "libre" selon ce classement.
Libre = pouvoir regarder des vidéos de chats, des sites pornos, les sites des mass-médias qui imposent prédisent qui va gagner les élections, tweeter qu'on a mangé des raviolis ce midi... Tout le reste est complotiste / raciste / déviant / mettre le mot stigmatisant qui t'arrange
8  1 
Avatar de yann2
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 17/11/2016 à 12:58
Citation Envoyé par benoit1024 Voir le message
et moi qui pensait que dans une démocratie on pouvait échanger sans être espionné
Ben non, une démocratie c'est le pouvoir au peuple. Si le peuple dit "surveillez nous" ça reste une démocratie.
5  0 
Avatar de Traroth2
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 17/11/2016 à 11:34
Les Etats-Unis espionnent toute la population mondiale, y compris les Etasuniens, mais l'accès à Internet dans ce pays est "libre" selon ce classement.

'Nuf said...
3  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 17/11/2016 à 10:26
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
ce qui rend la tâche difficile aux États qui souhaitent contrôler les informations diffusées ou surveiller des individus.
et moi qui pensait que dans une démocratie on pouvait échanger sans être espionné
2  0 
Avatar de NSKis
En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
Le 17/11/2016 à 12:13
Un classement "bidon" comme les centaines d'autres dont on nous abreuve!!!

Une seule question à ce genre d'idiotie: Comment une ONG (3 guignols derrière leur écran) peut bien être en mesure de savoir ce qui se passe à travers le monde en matière de "liberté sur internet"??? La NSA et autres services secrets chinois, iraniens et officines diverse plus ou moins troubles font un rapport exhaustif de leurs activités à destination de ces comiques???
2  0 
Avatar de Grogro
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 18/11/2016 à 18:12
Pour info : https://en.wikipedia.org/wiki/Freedom_House

Ce classement est donc complètement bidon.

Premier réflexe : toujours chercher à savoir "qui" parle.
2  0 
Avatar de joublie
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 17/11/2016 à 0:19
Oui, c'est assez amusant, d'autant qu'on peut lire sur le site web de cette organisation (https://freedomhouse.org/report-types/freedom-net) que le ministère néerlandais des affaires étrangères a contribué à rendre ce rapport possible (avec Google, Facebook et d'autres). Or, si on regarde la carte on voit que les Pays-Bas ne sont pas classés, comme en 2015 et 2014... C'est pas très sérieux.
1  0