Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Facebook s'apprêterait à abandonner ses outils utilisés pour cibler les groupes selon leur affinité ethnique
Dans les annonces sur sa plateforme

Le , par Olivier Famien

162PARTAGES

6  0 
Facebook serait en train de faire marche arrière dans l’affaire concernant la catégorisation des utilisateurs américains selon leurs affinités ethniques. C’est le quotidien américain USA Today qui s’est fait le relais des propos du réseau social Facebook à ce sujet.

Pour ceux qui n’ont pas suivi de bout en bout les différents épisodes de cette affaire, il faut savoir que le mois dernier, l’organisation à but non lucratif Pro Publica a publié une analyse montrant que Facebook a intégré sur sa plateforme des fonctionnalités qui permettent aux annonceurs de définir les personnes qui sont en mesure de consulter leurs annonces selon leur affinité ethnique (Hispanique, Afro-Américain, Américains d’origine asiatique) ou d’exclure certains selon ces mêmes critères. Un des faits étranges dans ces fonctionnalités est qu’il n’existe aucune option les « ;Américains blancs ou caucasiens ;» de la cible de l’audience.


En plus d’avoir attiré l’attention des utilisateurs sur ce fait, l’action de Pro Publica a incité un groupe d’utilisateurs à former un recours collectif contre Facebook, estimant que le réseau social violerait la loi fédérale anti-discrimination pour le logement et l’emploi. Cette loi dénommée Fair Housing Act stipule qu’il est « ;illégal… de faire, imprimer, publier ou faire faire, imprimer ou publier un avis, un énoncé ou une publicité concernant la vente ou la location d’un logement qui indique une préférence, une limitation ou une discrimination fondée sur la race, la couleur, la religion, le sexe, etc... le statut familial ou l’origine nationale, ou l’intention de faire une telle préférence, limitation ou discrimination ;».

La firme s’en défend et souligne que « ;ce que nous entendons dans ces groupes d’affinité n’est pas leur composition génétique, mais leur affinité avec les cultures qui les intéressent ;». Cela sous-entend que la firme ne catégorise pas réellement de fait les utilisateurs selon leur origine ethnique, mais plutôt selon leurs liens avec ces groupes. Toutefois, ces raisons n’ont pas suffi à calmer les utilisateurs de la plateforme qui ne voient pas autre chose que de la discrimination en utilisant ces fonctionnalités d’exclusion ou d’intégration de groupes ethniques.

Aussi, vu la vague de mécontentement et les risques auxquels le réseau social s’expose, l’entreprise s’apprêterait par la voix d’Erin Egan, le vice-président de Facebook pour la politique publique américaine, à faire volte-face dans cette affaire et aurait confié ceci au quotidien USA Today : « ;nous allons désactiver, en fait interdire, l’utilisation du marketing d’affinité ethnique pour les annonces que nous identifions comme offrant le logement, l’emploi et le crédit ;».

En plus de cette annonce, précise le quotidien USA Today, le vice-président aurait ajouté que Facebook exigera également que les annonceurs affirment qu’ils ne placeront pas d’annonces discriminatoires sur Facebook et offrira du matériel pédagogique pour aider les annonceurs à comprendre leurs obligations.

Les plaintes des minorités raciales de la plateforme Facebook ainsi que celles des autres utilisateurs auraient donc eu raison des nouvelles fonctionnalités mises en œuvre par le réseau pour cibler une audience particulière en fonction de ses liens avec un groupe ethnique particulier.

Source : USA Today

Et vous ?

Que pensez-vous de cette nouvelle décision ;?

Voir aussi

Belgique : Facebook remporte le Big Brother Award 2016, un prix visant à attirer l'attention des gens sur les violations de la vie privée

Forum Actualités, Wiki Developpez.com, Débats Best of, FAQ Developpez.com

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de yann2
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 15/11/2016 à 13:38
Bonjour

Heureusement, en France ils ne peuvent pas faire ça ! Enfin, pas légalement en tout cas : https://www.cnil.fr/fr/statistiques-...el-cadre-legal
3  0 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 15/11/2016 à 14:24
Citation Envoyé par Bousk Voir le message
Si l'on ne veut pas que Facebook aie cette information, il convient de ne pas la lui donner.
C'est plus vicieux que ça.
Il y a tout un tas d'information que Facebook peut déduire sans pour autant que l'on lui donne, consciemment en tout cas.

Il suffit d'avoir un nom et/ou prénom à consonance.
Ou encore être en relation avec d'autres qui ont un nom et/ou prénom à consonance.
De même que d'écouter massivement de la musique attribué (à tord ou à raison) à tel ou tel groupe.
De même que vivre dans un quartier dont la population fait massivement partie de telle groupe ethnique (information légale et publique aux US où le référencement ethnique est autorisé).

Bref, une seule de ces données isolée n'est pas fiable mais cumulées, c'est autre chose.

C'est d'autant plus vrai que Facebook parle d'affinité envers un groupe ethnique et non nécessairement l'appartenance.
3  0 
Avatar de Conan Lord
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 15/11/2016 à 13:26
Citation Envoyé par Bousk Voir le message
Si l'on ne veut pas que Facebook aie cette information, il convient de ne pas la lui donner.
Indiquer dans son profil une origine hispanique puis se plaindre que Facebook aie l'information et puisse l'utiliser euh..
Ou alors il aurait fallu se plaindre dès le début que ce genre d'information puisse être donné et stocké sur leurs serveurs plutôt.
Je ne suis pas d'accord. Si les gens ne voient pas de problème à donner cette information à Facebook, c'est leur droit. Si Facebook utilise cette information de façon illégale (ce qui est apparemment le cas), ils ont tout à fait le droit de se plaindre également. Je ne comprend vraiment pas pourquoi défendre Facebook ici. Ce n'est pas parce qu'ils ont les informations qu'ils ont d'office le droit d'en faire ce qu'ils veulent
3  2 
Avatar de Bousk
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 15/11/2016 à 12:41
Si l'on ne veut pas que Facebook aie cette information, il convient de ne pas la lui donner.
Indiquer dans son profil une origine hispanique puis se plaindre que Facebook aie l'information et puisse l'utiliser euh..
Ou alors il aurait fallu se plaindre dès le début que ce genre d'information puisse être donné et stocké sur leurs serveurs plutôt.
2  2