Marché des antivirus : l'accusation de Kaspersky contre Microsoft est-elle fondée
Ou juste de la paranoïa ?

Le , par Michael Guilloux

21PARTAGES

8  0 
À la fin de la semaine dernière, l’agence internationale de presse AP (Associated Press) a relayé un communiqué selon lequel le Federal Anti-Monopoly Service (FAS), le régulateur russe de la concurrence, a ouvert une enquête antitrust sur Microsoft. À l’origine se trouve une plainte déposée par Eugène Kaspersky et son entreprise de logiciels antivirus. L’éditeur russe accuse Microsoft d’abus de position dominante pour éliminer les éditeurs indépendants d’antivirus sous Windows 10, au profit de Windows Defender ; une surprise pour ceux qui connaissent Microsoft comme une entreprise qui ne s’est jamais positionnée comme éditeur de logiciels antivirus, mais qui par contre essaie de garantir la sécurité de ses différents produits et services.

L’accusation de Kaspersky est-elle fondée ? Ou s’agit-il d’un coup de paranoïa de la firme russe de sécurité, dans un contexte où la Russie semble être décidée à se débarrasser de Microsoft ? Avant de vous laisser vous faire votre propre opinion, il est important de savoir ce que Kaspersky reproche à Microsoft et le rôle que joue Windows Defender sous Windows 10.

Ce qu’il faut savoir à propos des logiciels de sécurité que Microsoft intègre dans chaque version de Windows, c’est qu’ils permettent aux utilisateurs de son système de disposer de fonctionnalités de protection de base sans avoir besoin d’acheter ou d’installer des logiciels tiers. Depuis Windows 8 par exemple, le logiciel de sécurité de Microsoft intégré dans Windows se désactive automatiquement lorsqu’il détecte qu'un produit tiers est installé et à jour. Par contre, si le produit tiers expire, l’utilisateur en sera notifié par Windows et s’il ne réagit pas après un certain temps, Microsoft désactive le produit expiré et réactive Windows Defender.

Avec le nouveau processus de développement adopté par Microsoft avec Windows 10, lorsqu’une nouvelle build est prête, Microsoft la fait tester via le programme Insider avant de la publier pour les utilisateurs. De nombreux développeurs de logiciels et de pilotes de périphériques utilisent donc les préversions Insider pour adapter leurs produits avant qu’une version majeure de Windows 10 soit livrée. Mais d’après Kaspersky, le nouveau délai d’une semaine accordé par Microsoft n’est pas suffisant pour permettre aux éditeurs de logiciels de sécurité d’adapter leurs produits.

Pour le fondateur de la firme de sécurité russe, il s’agit là d’une tentative de Microsoft d’éliminer la concurrence, étant donné que lors de la migration vers une nouvelle version de Windows 10, toutes les applications non compatibles sont supprimées. Dans le cas d’un logiciel antivirus non compatible, la conséquence immédiate sera donc l’activation de Windows Defender, ce que Kaspersky décrie : « Lorsque vous effectuez une mise à niveau vers Windows 10, Microsoft désactive automatiquement et sans avertissement tous les logiciels de sécurité "incompatibles" et en lieu et place installe ...Defender », a-t-il écrit dans un billet de blog dans lequel il accuse Microsoft.

D’après Eugène Kaspersky, « Microsoft a introduit une limite au nombre d'antivirus que vous pouvez avoir sur un PC : un (ou deux, si l'un d'eux est Defender) », dit-il. Pourtant, en 2013, la firme de sécurité a expliqué qu’il était mauvais d’utiliser plusieurs programmes antivirus, en évoquant, entre autres, le fait que chaque programme va chercher à bloquer les autres, les considérant comme des virus ou encore que les programmes antivirus utilisent beaucoup de mémoire pour réaliser certaines opérations. Autrement dit, la chose que recommandait Kaspersky est désormais perçue comme mesquine par la firme. La confusion vient encore du fait que suite au billet de Kaspersky, certains utilisateurs de Windows 10 ont déclaré avoir utilisé au moins deux programmes antivirus différents sur leur machine sans interférence avec Windows Defender. Est-ce donc un problème lié à Kaspersky ?

Une chose est certaine, c’est que si les logiciels antivirus intégrés de Microsoft offrent des fonctionnalités de protection basique, pour de nombreux utilisateurs, c’est probablement la seule protection qu’ils ont, et d’autres en sont peut-être satisfaits. Pourquoi la firme de Redmond essaierait-elle encore d’éliminer les autres produits si Windows Defender n’est pas vraiment un produit commercial ? S’interroge un utilisateur en réponse au billet de Kaspersky.

Kaspersky a décidé de porter l'affaire devant le régulateur européen de la concurrence. Il demande que Microsoft soit contraint de fournir plus de temps aux développeurs indépendants de logiciels antivirus pour adapter leurs produits pour Windows 10. Il demande également que les utilisateurs soient explicitement informés de la présence de logiciels incompatibles sur leur PC avant la mise à niveau de Windows et qu’il leur soit recommandé d'installer une version compatible du logiciel après la mise à niveau. Et enfin, Eugène Kaspersky suggère que Microsoft demande explicitement à l'utilisateur son approbation pour activer Windows Defender.

Source : Eugène Kaspersky

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
L’accusation de Kaspersky contre Microsoft est-elle fondée ou juste de la paranoïa ? Pourquoi ?

Voir aussi :

La Russie veut bannir LinkedIn pour refus de stocker ses données dans le pays, et ouvre une enquête sur Microsoft sur le marché des antivirus
Poutine veut éradiquer les logiciels de Microsoft de la Russie de peur qu'ils soient utilisés par les États-Unis pour infiltrer les systèmes russes

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Etre_Libre
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 14/11/2016 à 20:10
Avec le nouveau processus de développement adopté par Microsoft avec Windows 10, lorsqu’une nouvelle build est prête, Microsoft la fait tester via le programme Insider avant de la publier pour les utilisateurs. De nombreux développeurs de logiciels et de pilotes de périphériques utilisent donc les préversions Insider pour adapter leurs produits avant qu’une version majeure de Windows 10 soit livrée. Mais d’après Kaspersky, le nouveau délai d’une semaine accordé par Microsoft n’est pas suffisant pour permettre aux éditeurs de logiciels de sécurité d’adapter leurs produits.
Les builds Insider sont pour les testeurs, soit une minorité de personnes, donc Kaspersky n'a pas à s'en faire... du bruit pour rien.

Kaspersky aura bien le temps de se préparer avant qu'une build passe en release pour tout le monde, la prochaine est Redstone 2 pour 2017.
1  0 
Avatar de CoderInTheDark
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 14/11/2016 à 21:32
Microsoft avait employé un stratagème similaire avec windwos 95, pour pousser Ms Office en avant.
Les concurrents n'avaient pas eu le temps de proposer un produit compatible.
10 ans de procès pour rien

Dans ce cas ça me semble plausible.
C'est plutôt leur genre
Mais Microsoft n'a pas vraiment de produit à vendre alors je suis un peu dubitatif
2  0 
Avatar de fenkys
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 15/11/2016 à 8:58
Ça ne serait pas la première fois. Pour les plus anciens d'entre vous, souvenez vous de doublespace/drivespace par exemple, a l'époque du DOS. Ou Internet Explorer qui a réussi à éliminer Netscape. Ces vingt cinq dernières années, des dizaines de société ont été acculée à la faillite parce MS développait un outil standard qui remplaçait le logiciel, payant, qui les faisait vivre.
5  0 
Avatar de Michael Guilloux
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 06/06/2017 à 21:34
Antivirus : Kaspersky porte plainte contre Microsoft auprès du régulateur européen et en Allemagne
pour abus de position de dominante sous Windows 10

En novembre dernier, alors que la Russie annonçait le blocage de LinkedIn, le régulateur antitrust local ouvrait une enquête sur Microsoft. Le service fédéral anti-monopole (FAS) a été saisi par Kaspersky qui accuse le géant du logiciel d'essayer de faire sortir les éditeurs de logiciels antivirus du marché de Windows 10, au profit de Windows Defender. Cette plainte a été accueillie avec surprise pour ceux qui connaissent Microsoft comme une entreprise qui ne s’est jamais positionnée comme éditeur de logiciels antivirus, mais qui essaie plutôt de garantir la sécurité de ses différents produits et services.

Dans un long billet rédigé par Eugène Kaspersky, le patron de la firme de sécurité russe accuse Microsoft de ne plus accorder suffisamment de temps aux éditeurs d’antivirus pour adapter leurs produits aux nouvelles versions de Windows 10. Il faut en effet noter que dans le nouveau processus de développement adopté par Microsoft avec Windows 10, lorsqu’une nouvelle build est prête, Microsoft la fait tester via le programme Insider avant de la déployer. De nombreux développeurs de logiciels et de pilotes de périphériques utilisent donc les préversions Insider pour adapter leurs produits avant qu’une version majeure de Windows 10 soit livrée. Mais d’après Kaspersky, le nouveau délai d’une semaine accordé par Microsoft n’est pas suffisant pour permettre aux éditeurs de logiciels de sécurité d’adapter leurs produits.

Pour le fondateur de la firme de sécurité russe, il s’agit là d’une tentative de Microsoft d’éliminer la concurrence, étant donné que lors de la migration vers une nouvelle version de Windows 10, toutes les applications non compatibles sont supprimées. Dans le cas d’un logiciel antivirus non compatible, la conséquence immédiate sera donc l’activation de Windows Defender. En effet, le système ne détectant pas d’antivirus activé, il va installer Windows Defender, un produit que Microsoft offre aux utilisateurs de son système afin de leur permettre de disposer de fonctionnalités de protection de base. Kaspersky dénonce toutefois le fait que les choses se déroulent ainsi : « Lorsque vous effectuez une mise à niveau vers Windows 10, Microsoft désactive automatiquement et sans avertissement tous les logiciels de sécurité "incompatibles" et en lieu et place installe ...Defender », a-t-il écrit dans un billet de blog dans lequel il accuse Microsoft.

En saisissant le FAS, le patron de Kaspersky a demandé à ce que Microsoft soit contrainte de fournir plus de temps aux développeurs indépendants de logiciels antivirus pour adapter leurs produits pour Windows 10. Il demande également que les utilisateurs soient explicitement informés de la présence de logiciels incompatibles sur leur PC avant la mise à niveau de Windows et qu’il leur soit recommandé d'installer une version compatible du logiciel après la mise à niveau. Et enfin, Eugène Kaspersky suggère que Microsoft demande explicitement à l'utilisateur son approbation pour activer Windows Defender.

Kaspersky avait également décidé de porter l'affaire devant le régulateur européen de la concurrence, ce qui vient d’être fait maintenant. D’après Bloomberg, Kaspersky a déposé une plainte formelle devant l’autorité antitrust européenne et en Allemagne, estimant que Microsoft crée des « obstacles » qui limitent le choix des consommateurs et augmentent le coût des logiciels de sécurité. « Avec la sortie de Windows 10, Microsoft a commencé à créer des obstacles pour les fabricants de solutions de sécurité concurrentes et introduire différentes façons de pousser les utilisateurs à renoncer à des logiciels tiers en faveur de son propre [logiciel] Windows Defender », a déclaré Kaspersky dans un communiqué. Kaspersky a donc demandé aux autorités européennes d'enquêter sur le fait que Microsoft entraverait la possibilité de télécharger des logiciels tiers, en réduisant le niveau de protection des utilisateurs et en donnant peu de temps aux fournisseurs pour adapter les produits aux mises à jour de Windows.

Du côté de Microsoft, la firme est prête à répondre aux préoccupations des régulateurs sur la plainte de Kaspersky. « L'objectif principal de la société est de protéger les clients », a déclaré Microsoft dans un communiqué. La firme dit être « confiante que les fonctionnalités de sécurité de Windows 10 sont conformes aux lois sur la concurrence ». Microsoft explique également avoir « contacté directement Kaspersky il y a quelques mois pour une rencontre à un niveau exécutif afin de mieux comprendre leurs préoccupations, mais cette réunion n'a pas encore eu lieu ».

Source : Bloomberg

Et vous ?

Que pensez-vous de la plainte de Kaspersky ?

Voir aussi :

La Russie veut bannir LinkedIn pour refus de stocker ses données dans le pays et ouvre une enquête sur Microsoft sur le marché des antivirus
8  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 07/06/2017 à 11:13
C'est comme une pétition demandant le retour du pack de Windows Essentials...
1  0 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 21/06/2017 à 13:13
Microsoft répond aux allégations de Kaspersky qui l'accuse d'abus de position dominante avec Windows Defender
sur Windows 10

En novembre dernier, le Federal Anti-Monopoly Service (FAS), le régulateur russe de la concurrence, a ouvert une enquête antitrust sur Microsoft. À l’origine se trouve une plainte déposée par Eugène Kaspersky et son entreprise de logiciels antivirus. L’éditeur russe accuse Microsoft d’abus de position dominante pour éliminer les éditeurs indépendants d’antivirus sous Windows 10, au profit de Windows Defender.

Pour être plus précis, Eugène Kaspersky a accusé Microsoft de ne plus accorder suffisamment de temps aux éditeurs d’antivirus afin qu’ils puissent adapter leurs produits aux nouvelles versions de Windows 10. Il faut en effet noter que, dans le nouveau processus de développement adopté par Microsoft avec Windows 10, lorsqu’une nouvelle build est prête, Microsoft la fait tester via le programme Insider avant de la déployer. De nombreux développeurs de logiciels et de pilotes de périphériques utilisent donc les préversions Insider pour adapter leurs produits avant qu’une version majeure de Windows 10 soit livrée. Mais d’après Kaspersky, le nouveau délai d’une semaine accordé par Microsoft n’est pas suffisant pour permettre aux éditeurs de logiciels de sécurité d’adapter leurs produits.

Pour le fondateur de la firme de sécurité russe, il s’agit là d’une tentative de Microsoft d’éliminer la concurrence, étant donné que lors de la migration vers une nouvelle version de Windows 10, toutes les applications non compatibles sont supprimées. Dans le cas d’un logiciel antivirus non compatible, la conséquence immédiate sera donc l’activation de Windows Defender.

Au début de ce mois, Kaspersky a décidé de porter l’affaire devant l’autorité antitrust européenne et en Allemagne, estimant que Microsoft crée des « obstacles » qui limitent le choix des consommateurs et augmentent le coût des logiciels de sécurité. « Avec la sortie de Windows 10, Microsoft a commencé à créer des obstacles pour les fabricants de solutions de sécurité concurrentes et à introduire différentes façons de pousser les utilisateurs à renoncer à des logiciels tiers en faveur de son propre [logiciel] Windows Defender », a déclaré Kaspersky dans un communiqué. Kaspersky a donc demandé aux autorités européennes d'enquêter sur le fait que Microsoft entraverait la possibilité de télécharger des logiciels tiers, en réduisant le niveau de protection des utilisateurs et en donnant peu de temps aux fournisseurs pour adapter les produits aux mises à jour de Windows.

Microsoft a finalement émis une réponse à la plainte déposée par Kaspersky en UE. Dans une longue prose explicative dans laquelle il n’a pas manqué de rappeler comment Microsoft travaille avec les fournisseurs de sécurité pour rendre le système d'exploitation agréable avec des solutions tierces, Rob Lefferts, Directeur de la section partenariat Windows & Devices Group, Security & Enterprise, a expliqué que Windows Defender est actuellement l'une des meilleures solutions sur le marché.

« Nous avons conçu Windows Defender Antivirus pour faire une promesse à nos clients que chaque périphérique Windows 10 dispose TOUJOURS d'une protection contre les virus et les logiciels malveillants. Grâce à nos investissements continus, nos résultats d'essais figurent parmi les meilleurs dans l'industrie de la sécurité », a-t-il déclaré.

Lefferts poursuit en soulignant que Microsoft collabore avec près de 80 fournisseurs de logiciels indépendants dans le cadre du programme appelé Microsoft Virus Initiative (MVI), ce qui permet aux fournisseurs d'antivirus de se préparer à la publication de nouvelles versions de Windows et d'optimiser leurs solutions pour éviter tout problème de compatibilité qui pourrait être rencontré.

En outre, Microsoft affirme que les sociétés antivirus peuvent également tester la compatibilité avec les nouvelles versions de Windows grâce au programme Windows Insider.

Par ailleurs, Lefferts a assuré que 95 % des produits antivirus populaires sur le marché sont actuellement compatibles avec la dernière mise à jour de Windows 10 : Creators Update.

« Pour le petit nombre d'applications qui nécessitaient encore une mise à jour, nous avons conçu une fonctionnalité uniquement pour les applications AV qui inciteraient le client à installer une nouvelle version de son application AV juste après la mise à jour. Pour ce faire, nous avons d'abord désactivé temporairement certaines parties du logiciel AV lorsque la mise à jour a commencé. Nous avons travaillé en partenariat avec nos partenaires éditeurs d’AV afin de spécifier les versions de leurs logiciels compatibles et où diriger les utilisateurs après la mise à jour », a avancé Lefferts.

En fin de compte, Lefferts souligne que Microsoft travaille toujours en étroite collaboration avec les fournisseurs d'antivirus pour s'assurer non seulement qu'aucun problème de compatibilité n'a été rencontré lors de la mise à jour de Windows, mais aussi que les utilisateurs restent protégés tout le temps. C'est la raison pour laquelle Windows Defender se déclenche lorsque l'antivirus tiers est supprimé ou expire, assure Lefferts, qui a répondu à l’allégation de Kaspersky selon laquelle Windows 10 bloque les notifications d'abonnement qui expirent.

Source : Microsoft
13  0 
Avatar de abriotde
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 21/06/2017 à 13:51
La réponse n'est pas du tout satisfaisante car elle élude totalement la question du délai. En outre il est très inapproprié et vantard (voire anti-concurentiel dans une tel situation de monopole) de dire en réponse que la solution Microsoft est la meilleure du marché, surtout connaissant l'efficacité de Kaspersky et la variété et la complexité des protections nécessaires. En fait dans un marché aussi concurrentiel et évolutif, cela ne veux rien dire car quand bien même la solution de Microsoft serait meilleure sur un point aujourd'hui, cela peux changer demain.
5  1 
Avatar de Christian Olivier
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 21/06/2017 à 15:27
C'est à quel moment exactement dans leur berceuse qu'il donne une répose à Kaspersky par rapport au timing trop court ?
0  0 
Avatar de Elepole
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 22/06/2017 à 6:23
Citation Envoyé par abriotde Voir le message
La réponse n'est pas du tout satisfaisante car elle élude totalement la question du délai. En outre il est très inapproprié et vantard (voire anti-concurentiel dans une tel situation de monopole) de dire en réponse que la solution Microsoft est la meilleure du marché, surtout connaissant l'efficacité de Kaspersky et la variété et la complexité des protections nécessaires. En fait dans un marché aussi concurrentiel et évolutif, cela ne veux rien dire car quand bien même la solution de Microsoft serait meilleure sur un point aujourd'hui, cela peux changer demain.
Citation Envoyé par Christian Olivier Voir le message
C'est à quel moment exactement dans leur berceuse qu'il donne une répose à Kaspersky par rapport au timing trop court ?
Donc je suis aller voir le blog original, et voici ce qu'il dit mot pour mot:

Citation Envoyé par Rob Lefferts
We’ve worked closely with AV partners to identify changes, provide early builds through the Windows Insider Program and other testing environments, and provide technical guidance through our MVI program.
Citation Envoyé par Rob Lefferts
Months before a semi-annual update is delivered to customers, interested parties can get easy access to fully running and deployable versions of the release, stay current with updates as the release progresses and becomes feature complete, and provide timely feedback on issues and bugs.
En gros, Microsoft donnent au minimum 2 mois pour les éditeurs d'AV pour se mettre a jour. Et ça c'est avec une interprétation littérale de "Months", si on considère comment les build insider sont publier, il est clair que les éditeurs d'AV ont plus que 2 mois pour étudier les futur version de Windows.
2  0 
Avatar de Shepard
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 22/06/2017 à 8:07
D'après moi, c'est aux éditeurs d'anti-virus de se plier aux règles de l'OS sur lequel ils travaillent, pas l'inverse

Par ailleurs, ce n'est pas de l'abus de position dominante, Microsoft Windows n'est plus du tout l'OS le plus répandu, Linux -- en particulier Android -- l'a dépassé depuis au moins 5 ans. Rien ne les empêche de faire des anti-virus pour ce système

Au fait, c'est quoi le rôle d'un anti-virus ? Ouvrir une fenêtre d'avertissement chaque fois qu'on exécute un programme ? Parce que de mémoire MS Windows le fait déjà
6  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web