Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

E-commerce : plus de 16 milliards d'euros en volume brut de marchandises vendues en 24 heures
Durant le Global Shopping Festival d'Alibaba

Le , par Stéphane le calme

47PARTAGES

5  0 
Le 11 novembre marque le lancement du « 11 / 11 Global Shopping Festival », un évènement orchestré par le poids lourd chinois du commerce en ligne Alibaba auparavant appelé « Singles Day » et qui a été inauguré en 2009 avec la participation de 27 commerçants. Le principe est le même que celui du Black Friday : sur une période de 24 heures, ses clients, dont le nombre a franchi la barre des 450 millions sur toutes ses plateformes, ont droit à des promotions en ligne.

Si cet évènement avait déjà généré plus de ventes que le Black Friday et le Cyber Monday combinés l’année dernière, Alibaba a une fois de plus explosé tous les compteurs. Cette fois-ci, le Chinois a déclaré avoir écoulé pour 17,79 milliards de dollars (soit 16,51 milliards d’euros) en volume brut de marchandises (VBM). Une performance qui surpasse de 32 % celle que le Chinois a réalisé en 2015. 917 millions d’euros ont été dépensés au cours des 5 premières minutes sur les deux principaux sites marchands d’Alibaba que sont Taobao et Tmall. Autre record, le Festival a vu 13,55 milliards d’euros en VBM générés depuis des dispositifs mobiles (soit 82 % du VBM total) et 657 millions de bons de livraison : l’année dernière, Ali Baba comptait « seulement » 9,1 milliards d’euros en VBM générés depuis des dispositifs mobiles et 467 millions de bons de livraison. Le Chinois a également souligné qu’il y a eu 1,04 milliard de transactions de paiement effectuées contre 710 millions en 2015.

Pour Daniel Zhang, PDG du groupe, « cette année, 11/11 offre un aperçu du futur de la vente au détail, où le divertissement, le commerce et l'engagement interactif se croisent parfaitement ». Et d’ajouter que « nous avons vu un engagement sans précédent entre les consommateurs et les commerçants. 11/11 a montré comment le commerce de détail en ligne et hors ligne peut être réinventé pour offrir de nouvelles expériences d'achat à nos centaines de millions d’utilisateurs actifs sur mobiles ».

Mais ce Festival n’est pas uniquement une affaire chinoise, comme l’explique Ali Baba qui parle de la présence de 235 pays et régions qui ont participé. Il évoque aussi la présence de marques internationales comme Adidas, Apple, Nike, Pampers, Phillips, Siemens et Uniqlo.

D’ailleurs, comme l’a expliqué dans un communiqué Sébastien Badault, directeur général d’Alibaba France, « le Global Shopping Festival est un moment très attendu en Chine, c’est un véritable exploit commercial : tout l’écosystème de l’e-commerce chinois est bouleversé pendant ces 24 heures ». Il a ajouté que « c’est également une opportunité formidable pour l’e-commerce transfrontalier. Pour les marques françaises participantes, c’est l’occasion de faire valoir le “Made in France” et de toucher les acheteurs chinois, friands de produits français ».

Les pays qui ont le plus vendus durant cette période sont respectivement le Japon, les États-Unis, la Corée du Sud, l’Australie et l’Allemagne. Les 5 marques européennes qui ont réalisé le plus gros volume de vente sont respectivement Siemens, Philips, Adidas, Jack Jones et Only. Cette année, près de 100 000 marchands ont participé à ce festival, bien loin donc des 27 marchands de départ.



Source : Alibaba

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Des milliers de e-commerces compromis permettent le vol de cartes de crédit, des marchands estiment néanmoins qu'ils sont protégés par HTTPS

Des attaquants se servent d'un faux correctif sur les sites e-commerce Magento pour pirater des boutiques en ligne

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !