Edward Snowden : l'élection de Trump n'est pas notre premier souci
C'est la surveillance de masse qu'il faudrait remettre en cause

Le , par Coriolan

21PARTAGES

10  0 
Edward Snowden, le lanceur d’alerte réfugié en Russie depuis 2013 s’est exprimé jeudi soir dans une vidéoconférence organisée par le moteur de recherche néerlandais StartPage. Durant la conférence, il s’est montré particulièrement tranquille surtout que l’on sait que c’est sa première sortie depuis la victoire de Donald Trump élu président des États-Unis face à sa rivale démocrate Hillary Clinton. Pour Snowden, cette élection est « un moment sombre dans l'histoire de la nation » américaine, mais « ce n'est pas la fin de l'histoire ». « Si nous travaillons ensemble, nous pouvons construire quelque chose de meilleur, et profiter d'une société plus libre au bénéfice de tous ». Il faut rappeler qu’en 2013, il avait déclaré qu’une société dystopique était « à une élection » des États-Unis.


Edward Snowden

L’ancien sous-traitant de la NSA a rappelé que le président Barack Obama n’a pas tenu ses promesses sur la fin de la surveillance massive, la fermeture de Guantánamo, les frappes de drones et les exécutions extrajudiciaires. « C'était un moment où nous avons tous cru, moi y compris, que l'arrivée de la bonne personne au pouvoir allait tout changer, mais cela n'a pas été le cas », a-t-il regretté. C’est pourquoi le lanceur d’alerte ne semblait pas trop perturbé par la victoire de Trump, bien que son élection soit venue à sa grande surprise. « Nous ne pouvons rien espérer d'un Obama, et nous ne devrions pas craindre un Donald Trump : nous devrions plutôt construire par nous-mêmes. »

Snowden a rappelé que les administrations Bush et Obama ont été derrière la mise en place d’un système de surveillance généralisée extrêmement performant et dont va hériter Trump durant son prochain mandat. Snowden est particulièrement familier avec ce système puisqu’il avait révélé en 2013 des informations classées top-secrètes de la NSA concernant la captation des métadonnées des appels téléphoniques aux États-Unis, ainsi que les systèmes d’écoute sur internet des programmes de surveillance PRISM, XKeyscore, Boundless Informant et Bullrun du gouvernement américain et les programmes de surveillance Tempora, Muscular et Optic Nerve du gouvernement britannique. Pour justifier ses révélations, il a indiqué que son « seul objectif est de dire au public ce qui est fait en son nom et ce qui est fait contre lui. » De tels programmes pourraient permettre au prochain président de rester éternellement au pouvoir. En France également, les attaques terroristes récentes ont été suivies par l’accord de nouveaux pouvoirs de surveillance aux forces de sécurité, ce qui fait qu’elles pourraient être utilisées abusivement dans le futur. « La surveillance massive n'a jamais apporté de résultat concret dans le contre-terrorisme », a dit Snowden. « La surveillance massive n'a rien à voir avec l'antiterrorisme, c'est plutôt une question de pouvoir », a-t-il expliqué.

Snowden a jugé que l’importance excessive accordée à ces élections est une erreur grave, pour lui, le véritable pouvoir réside dans le pouvoir social et civique qui peuvent être exploités pour introduire des changements importants. L’ancien sous-traitant de la NSA a cité plusieurs cas où de nouvelles lois de surveillance de masse ont été imposées au Royaume-Uni et en Chine, sans oublier le récent scandale de Yahoo. Snowden propose de mettre en place des dispositifs qui permettent une surveillance ciblée des individus réputés dangereux sans pour autant être intrusifs pour la population. Il incite aussi à recourir aux appareils et logiciels chiffrés ou de protocoles comme Tor. Pour lui, la connaissance informatique est la clé de la liberté et permet aux citoyens de contrer cette surveillance. « Un vote ne sera jamais assez pour être citoyen », a dit le lanceur d’alerte.

Déjà, plusieurs firmes sont inquiètes des pouvoirs grandissants accordés aux services de renseignement et craignent que la surveillance de masse puisse mettre en péril les données de leurs clients. Pour cette raison, certaines firmes ont commencé à installer leurs serveurs et données en dehors des États-Unis afin de les protéger des mandats de recherche émis sur le territoire américain. « Les pouvoirs d’un gouvernement sont légués à un autre lors des élections suivantes », a dit Snowden. « Réformer ces pouvoirs est maintenant la plus grande responsabilité de ce président, depuis belle lurette. » Snowden fait référence ici au président Obama qui a encore quelques mois devant lui à la Maison-Blanche.

Malgré son ton calme et insouciant, cette élection de Trump ne sonne pas bien pour l’activiste américain. Le milliardaire est un ami de Vladimir Poutine et un grand partisan de la peine capitale pour les traitres. Il avait tweeté en 2014 que « Snowden a engendré de gros dégâts aux États-Unis. Un espion, à l'époque où notre pays était respecté et fort, il aurait été exécuté ». Il faudrait noter aussi que l’administration Obama avait décidé de poursuivre Edward Snowden en accordance avec l’Espionnage Act, une vieille loi fédérale qui date de 1917.

Snowden ne semblait pas inquiet pour son avenir et sa sécurité, il s’est même montré rassurant. « Je suis la partie la moins importante de ce qui se passe ! L'important, c'est nous, la société », a-t-il affirmé. « Le président [Poutine] a assuré que le peuple de Russie me considère comme un défenseur des droits de l'Homme, et il a affirmé que la Russie n'extrade pas les défenseurs des droits de l'Homme ». Toutefois, il n’a pas écarté la possibilité « que ce type [Donald Trump, NDLR], qui se présente comme un champion des accords, ne soit pas en train d'essayer de passer un accord » avec la Russie pour l’extrader aux États-Unis. « Imaginons qu'un accord soit passé, et que je sois extradé… Vous savez, si j'étais vraiment soucieux de ma propre sécurité et si mon avenir personnel était au centre de mes préoccupations, je serais toujours à Hawaï [lieu de sa dernière affectation pour la NSA, où il a décidé de dévoiler le système au monde] », a-t-il expliqué.

Snowden a fait savoir qu’il pense avoir agi dans le bon sens et qu’il est satisfait de sa façon d’agir jusqu’à aujourd’hui. Et pour conclure, il affirmé que les élections étaient « un moment obscur pour l’histoire des États-Unis, mais pas la fin de l’histoire ».



Source : The Guardian

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Shadow Brokers : un autre « Edward Snowden » serait-il à l'origine de la fuite ? la théorie d'un dénonciateur en interne semble plus plausible

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de micka132
Membre expert https://www.developpez.com
Le 12/11/2016 à 18:47
Citation Envoyé par The guardian
Malgré son ton calme et insouciant, cette élection de Trump ne sonne pas bien pour l’activiste américain. Le milliardaire est un ami Vladimir Poutine et un grand partisan de la peine capitale pour les traitres. Il avait tweeté en 2014 que « Snowden a engendré de gros dégâts aux États-Unis. Un espion, à l'époque où notre pays était respecté et fort, aurait été exécuté ».
Mais quand est-ce que la propagande s'arrête? Depuis quand Poutine et Trump sont amis?
Puis quand Snowden a balancé ce qu'il savait, était-il moins "insouciant" qu'aujourd'hui? Le gars donne de sa personne pour une cause bien plus grande que son confort et on trouve le moyen de retourner le truc sur l'ignoble Trump, alors que le message est justement le contraire : ce n'est pas lui LE gros problème.
Avatar de abriotde
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 12/11/2016 à 22:14
Trump est un instrument au mains de Poutine. Il a été soutenu par Poutine qui va pouvoir le manipuler. Le jour ou Trump réalisera le visage fourbe de Poutine, il sera trop tard pour réagir et pour les USA. Il va lui faire croire à un possible raprochement pour obtenir du soutiens (pour avoir une respectabilité (OTAN, ONU, OMC...)) et des territoire (en mer) mais toujours dans le même sens. Et le jour ou Poutine ira trop loin, Trump réagira et Poutine s'offusquera innocemmente et les tensions reprendront.
Avatar de TallyHo
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 12/11/2016 à 22:50
Je crois que tu n'as rien capté au sujet... Snowden surfe sur la vague anti-trump pour attirer l'attention sur la surveillance généralisée. Entre autres, il semble sous-entendre qu'il ne croit pas que le Président Trump puisse se priver d'un tel outil, tout comme ses prédécesseurs Obama et Bush.
Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 13/11/2016 à 11:55
code :
Code : Sélectionner tout
#define while (for (mtu < (hlen + sizeof (struct (frag_hdr ) + 8), goto fail_toobig, mtu -= hlen + sizeof( struct frag_hdr ))
Tiré du noyau linux, il s'agit de définir une sureté sur les connexions réseaux. Peut-être décliné pour "esquiver" les écoutes.
Avatar de rawsrc
Modérateur https://www.developpez.com
Le 13/11/2016 à 15:52
Citation Envoyé par abriotde Voir le message
Trump est un instrument au mains de Poutine. Il a été soutenu par Poutine qui va pouvoir le manipuler. Le jour ou Trump réalisera le visage fourbe de Poutine, il sera trop tard pour réagir et pour les USA.
Qu'est ce qu'il ne faut pas lire...
Tu crois qu'un gus comme Trump est un nouveau-né ? Tu crois que les pingouins de l'administration US en place et à venir sont tous tombés de la dernière averse ? Tu crois que tous les soutiens républicains sont des benêts oui-oui complètement idiots ?
Non mais faut arrêter : tous s'accordent à dire que Trump est un opportuniste pragmatique et à ce titre il peut être dans certains cas difficilement prévisible.
Le seul point positif (prévisible) c'est qu'en étant justement opportuniste, il ne devrait pas trop souvent s'entêter dans une voie sans issue quelque soit le dossier.

La devise de Trump c'est "US First" et après moi la fin du monde. Tu crois que cela fera bon ménage avec tous les dirigeants de la planète (y compris Poutine) ?
Poutine est bien trop proche de la Chine pour avoir une franche camaraderie avec Trump et puis l'Histoire ne plaide pas en faveur d'une relation "apaisée".

Bref, si l'autre forain à la maison blanche applique, ne serait-ce que le quart, de ses propositions, m'est d'avis qu'il va falloir faire des photos de sa vie d'avant
Je suis beaucoup plus méfiant vis-à-vis de son bras droit Mike Pence qui lui peut s'avérer autrement plus problématique que la tête de gondole.
Avatar de laerne
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 13/11/2016 à 22:24
Citation Envoyé par rawsrc Voir le message
La devise de Trump c'est "US First" et après moi la fin du monde.
Ou plus simplement la devise de Trump, c'est "Trump First".
Avatar de TallyHo
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 13/11/2016 à 23:35
Quel pays ne fait pas passer ses intérêts avant celui des autres ?
Avatar de hotcryx
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 14/11/2016 à 10:29
Trump, le bouc émissaire qui va se prendre toutes les m* du monde à des causes des autres, ensuite (ou avant) ils le tueront et mettront Hillary ou Obama au pouvoir.
Ce sera la bonne occasion de lancer la ww3 contre la Russie qui aura tué (false flag) le président.
Affaire classée défense.

L'affaire JFK ne vous rappelle rien?...
Avatar de hotcryx
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 14/11/2016 à 10:30
Citation Envoyé par TallyHo Voir le message
Quel pays ne fait pas passer ses intérêts avant celui des autres ?
La France! (suppo d'Israel et suppo des USA)
Avatar de Zirak
Inactif https://www.developpez.com
Le 14/11/2016 à 15:00
Citation Envoyé par hotcryx Voir le message
Trump, le bouc émissaire qui va se prendre toutes les m* du monde à des causes des autres, ensuite (ou avant) ils le tueront et mettront Hillary ou Obama au pouvoir.
Ce sera la bonne occasion de lancer la ww3 contre la Russie qui aura tué (false flag) le président.
Affaire classée défense.

L'affaire JFK ne vous rappelle rien?...
La vache, le mec n'a pas encore pris ses fonctions, que vous en êtes déjà à prévoir son assassinat par les illuminati / les franc-maçons et toute la clique ?

Et donc s'il se fait assassiner, cela sera forcément pour cacher la merde des autres, mais cela n'aura rien à voir avec la merde qu'il aura potentiellement pu mettre d'ici là ?

Y'a des soldes au rayon boule de cristal pour Noël ?

Y'a déjà des manifs de plusieurs millions de personnes qui se lancent aux USA contre son élection, si ça part trop en cacahuète, ça se trouve il sera remis en cause avant même d'avoir pris ses fonctions, donc calmez-vous un peu sur les prédictions. ^^
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web