Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Edward Snowden : l'élection de Trump n'est pas notre premier souci
C'est la surveillance de masse qu'il faudrait remettre en cause

Le , par Coriolan

40PARTAGES

10  0 
Edward Snowden, le lanceur d’alerte réfugié en Russie depuis 2013 s’est exprimé jeudi soir dans une vidéoconférence organisée par le moteur de recherche néerlandais StartPage. Durant la conférence, il s’est montré particulièrement tranquille surtout que l’on sait que c’est sa première sortie depuis la victoire de Donald Trump élu président des États-Unis face à sa rivale démocrate Hillary Clinton. Pour Snowden, cette élection est « un moment sombre dans l'histoire de la nation » américaine, mais « ce n'est pas la fin de l'histoire ». « Si nous travaillons ensemble, nous pouvons construire quelque chose de meilleur, et profiter d'une société plus libre au bénéfice de tous ». Il faut rappeler qu’en 2013, il avait déclaré qu’une société dystopique était « à une élection » des États-Unis.


Edward Snowden

L’ancien sous-traitant de la NSA a rappelé que le président Barack Obama n’a pas tenu ses promesses sur la fin de la surveillance massive, la fermeture de Guantánamo, les frappes de drones et les exécutions extrajudiciaires. « C'était un moment où nous avons tous cru, moi y compris, que l'arrivée de la bonne personne au pouvoir allait tout changer, mais cela n'a pas été le cas », a-t-il regretté. C’est pourquoi le lanceur d’alerte ne semblait pas trop perturbé par la victoire de Trump, bien que son élection soit venue à sa grande surprise. « Nous ne pouvons rien espérer d'un Obama, et nous ne devrions pas craindre un Donald Trump : nous devrions plutôt construire par nous-mêmes. »

Snowden a rappelé que les administrations Bush et Obama ont été derrière la mise en place d’un système de surveillance généralisée extrêmement performant et dont va hériter Trump durant son prochain mandat. Snowden est particulièrement familier avec ce système puisqu’il avait révélé en 2013 des informations classées top-secrètes de la NSA concernant la captation des métadonnées des appels téléphoniques aux États-Unis, ainsi que les systèmes d’écoute sur internet des programmes de surveillance PRISM, XKeyscore, Boundless Informant et Bullrun du gouvernement américain et les programmes de surveillance Tempora, Muscular et Optic Nerve du gouvernement britannique. Pour justifier ses révélations, il a indiqué que son « seul objectif est de dire au public ce qui est fait en son nom et ce qui est fait contre lui. » De tels programmes pourraient permettre au prochain président de rester éternellement au pouvoir. En France également, les attaques terroristes récentes ont été suivies par l’accord de nouveaux pouvoirs de surveillance aux forces de sécurité, ce qui fait qu’elles pourraient être utilisées abusivement dans le futur. « La surveillance massive n'a jamais apporté de résultat concret dans le contre-terrorisme », a dit Snowden. « La surveillance massive n'a rien à voir avec l'antiterrorisme, c'est plutôt une question de pouvoir », a-t-il expliqué.

Snowden a jugé que l’importance excessive accordée à ces élections est une erreur grave, pour lui, le véritable pouvoir réside dans le pouvoir social et civique qui peuvent être exploités pour introduire des changements importants. L’ancien sous-traitant de la NSA a cité plusieurs cas où de nouvelles lois de surveillance de masse ont été imposées au Royaume-Uni et en Chine, sans oublier le récent scandale de Yahoo. Snowden propose de mettre en place des dispositifs qui permettent une surveillance ciblée des individus réputés dangereux sans pour autant être intrusifs pour la population. Il incite aussi à recourir aux appareils et logiciels chiffrés ou de protocoles comme Tor. Pour lui, la connaissance informatique est la clé de la liberté et permet aux citoyens de contrer cette surveillance. « Un vote ne sera jamais assez pour être citoyen », a dit le lanceur d’alerte.

Déjà, plusieurs firmes sont inquiètes des pouvoirs grandissants accordés aux services de renseignement et craignent que la surveillance de masse puisse mettre en péril les données de leurs clients. Pour cette raison, certaines firmes ont commencé à installer leurs serveurs et données en dehors des États-Unis afin de les protéger des mandats de recherche émis sur le territoire américain. « Les pouvoirs d’un gouvernement sont légués à un autre lors des élections suivantes », a dit Snowden. « Réformer ces pouvoirs est maintenant la plus grande responsabilité de ce président, depuis belle lurette. » Snowden fait référence ici au président Obama qui a encore quelques mois devant lui à la Maison-Blanche.

Malgré son ton calme et insouciant, cette élection de Trump ne sonne pas bien pour l’activiste américain. Le milliardaire est un ami de Vladimir Poutine et un grand partisan de la peine capitale pour les traitres. Il avait tweeté en 2014 que « Snowden a engendré de gros dégâts aux États-Unis. Un espion, à l'époque où notre pays était respecté et fort, il aurait été exécuté ». Il faudrait noter aussi que l’administration Obama avait décidé de poursuivre Edward Snowden en accordance avec l’Espionnage Act, une vieille loi fédérale qui date de 1917.

Snowden ne semblait pas inquiet pour son avenir et sa sécurité, il s’est même montré rassurant. « Je suis la partie la moins importante de ce qui se passe ! L'important, c'est nous, la société », a-t-il affirmé. « Le président [Poutine] a assuré que le peuple de Russie me considère comme un défenseur des droits de l'Homme, et il a affirmé que la Russie n'extrade pas les défenseurs des droits de l'Homme ». Toutefois, il n’a pas écarté la possibilité « que ce type [Donald Trump, NDLR], qui se présente comme un champion des accords, ne soit pas en train d'essayer de passer un accord » avec la Russie pour l’extrader aux États-Unis. « Imaginons qu'un accord soit passé, et que je sois extradé… Vous savez, si j'étais vraiment soucieux de ma propre sécurité et si mon avenir personnel était au centre de mes préoccupations, je serais toujours à Hawaï [lieu de sa dernière affectation pour la NSA, où il a décidé de dévoiler le système au monde] », a-t-il expliqué.

Snowden a fait savoir qu’il pense avoir agi dans le bon sens et qu’il est satisfait de sa façon d’agir jusqu’à aujourd’hui. Et pour conclure, il affirmé que les élections étaient « un moment obscur pour l’histoire des États-Unis, mais pas la fin de l’histoire ».



Source : The Guardian

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Shadow Brokers : un autre « Edward Snowden » serait-il à l'origine de la fuite ? la théorie d'un dénonciateur en interne semble plus plausible

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de TallyHo
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 12/11/2016 à 22:50
Je crois que tu n'as rien capté au sujet... Snowden surfe sur la vague anti-trump pour attirer l'attention sur la surveillance généralisée. Entre autres, il semble sous-entendre qu'il ne croit pas que le Président Trump puisse se priver d'un tel outil, tout comme ses prédécesseurs Obama et Bush.
8  1 
Avatar de TallyHo
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 13/11/2016 à 23:35
Quel pays ne fait pas passer ses intérêts avant celui des autres ?
7  1 
Avatar de rawsrc
Modérateur https://www.developpez.com
Le 13/11/2016 à 15:52
Citation Envoyé par abriotde Voir le message
Trump est un instrument au mains de Poutine. Il a été soutenu par Poutine qui va pouvoir le manipuler. Le jour ou Trump réalisera le visage fourbe de Poutine, il sera trop tard pour réagir et pour les USA.
Qu'est ce qu'il ne faut pas lire...
Tu crois qu'un gus comme Trump est un nouveau-né ? Tu crois que les pingouins de l'administration US en place et à venir sont tous tombés de la dernière averse ? Tu crois que tous les soutiens républicains sont des benêts oui-oui complètement idiots ?
Non mais faut arrêter : tous s'accordent à dire que Trump est un opportuniste pragmatique et à ce titre il peut être dans certains cas difficilement prévisible.
Le seul point positif (prévisible) c'est qu'en étant justement opportuniste, il ne devrait pas trop souvent s'entêter dans une voie sans issue quelque soit le dossier.

La devise de Trump c'est "US First" et après moi la fin du monde. Tu crois que cela fera bon ménage avec tous les dirigeants de la planète (y compris Poutine) ?
Poutine est bien trop proche de la Chine pour avoir une franche camaraderie avec Trump et puis l'Histoire ne plaide pas en faveur d'une relation "apaisée".

Bref, si l'autre forain à la maison blanche applique, ne serait-ce que le quart, de ses propositions, m'est d'avis qu'il va falloir faire des photos de sa vie d'avant
Je suis beaucoup plus méfiant vis-à-vis de son bras droit Mike Pence qui lui peut s'avérer autrement plus problématique que la tête de gondole.
4  1 
Avatar de Zirak
Inactif https://www.developpez.com
Le 15/11/2016 à 14:14
Citation Envoyé par Grogro Voir le message
"pas de moindre mal entre Rotten Hillary et Nuts Trump".
D'ailleurs ça me fait penser, j'ai lu un commentaire qui m'a fait marrer ce week-end, car c'est vrai que c'était tout à fait ça :

dans une discussion où des gens (français hein) paniquaient à propos de Trump, quelqu'un a commencé à leur balancer quelques faits sur Hillary, pour bien montrer qu'elle était loin d'être toute blanche aussi, et la se pointe un gars, avec la référence à South Park :

"Ils ont eu le choix entre la poire à lavement et le sandwich au caca, et ils ont choisi le sandwich au caca..."

3  0 
Avatar de Grogro
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 18/11/2016 à 9:26
Snowden est un héros américain et un patriote qui a défendu les valeurs nationales de son pays au péril de sa vie. Quand l'Amérique sortira du fascisme dans laquelle Bush l'a emmenée, il aura la presidential medal of freedom
3  0 
Avatar de micka132
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 12/11/2016 à 18:47
Citation Envoyé par The guardian
Malgré son ton calme et insouciant, cette élection de Trump ne sonne pas bien pour l’activiste américain. Le milliardaire est un ami Vladimir Poutine et un grand partisan de la peine capitale pour les traitres. Il avait tweeté en 2014 que « Snowden a engendré de gros dégâts aux États-Unis. Un espion, à l'époque où notre pays était respecté et fort, aurait été exécuté ».
Mais quand est-ce que la propagande s'arrête? Depuis quand Poutine et Trump sont amis?
Puis quand Snowden a balancé ce qu'il savait, était-il moins "insouciant" qu'aujourd'hui? Le gars donne de sa personne pour une cause bien plus grande que son confort et on trouve le moyen de retourner le truc sur l'ignoble Trump, alors que le message est justement le contraire : ce n'est pas lui LE gros problème.
6  4 
Avatar de laerne
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 13/11/2016 à 22:24
Citation Envoyé par rawsrc Voir le message
La devise de Trump c'est "US First" et après moi la fin du monde.
Ou plus simplement la devise de Trump, c'est "Trump First".
3  1 
Avatar de laerne
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 15/11/2016 à 0:35
Citation Envoyé par Lyons  Voir le message
Sans vouloir rentrer dans le troll politique, c'est en train de devenir une constante dans les démocraties occodentales qu'un partie de l'électorat de gauche ('fin les démocrates sont pas tellement de gauche au sens européens du terme, mais par opposition à la droite conservatrice) refuse d'accepter le résultat d'un vote quand celui-ci ne leur convient pas.

C'est une partie minoritaire mais grandissante, qui n'est pas du à du fanatisme, mais plus à la faute à des gouvernements allant de plus en plus vers la droite néolibérale [sérieusement il y en a encore qui pense que le PS ou les démocrates US c'est vraiment de la « gauche » ?] et la réaction populaire qui fonctionne en allant encore plus vers la droite, autoritaire cette fois, tout en voulant résoudre leurs problèmes économique par de la gauche sociale. Ils ne sont pas représentés par les personnes au pouvoir.

Au état-unis, je ne pense pas que cette gauche aurait manifestés contre une Hillary élue, car par le principe du moindre mal ils auraient voté pour elle et ça pourrait se ressentir comme hypocrite de manifester juste après. Mais ce n'est pas sur et ils n'en serait pas moins opposé. Il y a un fossé énorme entre les supporters d'Hillary, plus néolibéraux, et ceux de Sanders, anti-establishment et socialistes (« progressistes », puisque « socialiste » est un mots tabou aux US).

Citation Envoyé par TallyHo  Voir le message
Alors qu'on en a rien à foutre du nombre de voix dans le système US et que le système leur va bien comme ça.

Ça ne leur va pas du tout bien comme ça. C'est un système foireux que personne n'a osé touché jusqu'à présent. Quand on a des gens qui se prive de la peine d'aller voter car “je vote bleu dans un état rouge sûr” ou l'inverse, c'est un système qui ne les représentent pas.
[video=youtube;G3wLQz-LgrM]https://www.youtube.com/watch?v=7wC42HgLA4k"]video de 2011[/URL] ayant déjà ciblé combien c'était foireux. [URL="https://www.youtube.com/watch?v=G3wLQz-LgrM[/video] de maintenant.
Par contre, je pense que le moment pour changer ça, c'est de le faire au beau milieu de deux élections, sinon c'est ignoré comme du « c'est une excuse parce qu'ils ont perdus ».

Citation Envoyé par TallyHo  Voir le message
La mafia médiatico-politique se rattrape aux branches et ça fonctionne, tout du moins dans notre pays... Navrant...

Alors envoie-les mourir et arrête de les lire. D'une part c'est, comme tu l'as compris, un véhicule de ceux au pouvoir, mais d'autre part, en bon opportunistes, les Trumps et cie utilise ces médias pour faire passer des messages volontairement scandaleux de sorte à avoir de la pub gratuite tout en ayant des positions creuses et sans substance. Et quand ce sera lui au pouvoir, les « merdias » américains le trouveront soudainement « normal » et ce sera rebelote. Trump n'est pas la réponse à ce système foireux, c'est juste une peau neuve.

Depuis quelques années, je lis un journal anglais en ligne tant je me suis rendu compte que c'était en effet bien des « merdias ». Au revoir la « neutralité », merci les convictions et l'honnêteté des convictions. C'est de gauche « progressiste » comme dit en haut, mais il y a même des auteurs qui écrivent des suites d'articles se répondant car ils ne sont pas d'accord entre eux. Du débat, c'est comme ça qu'est censé se passer la démocratie. J'ai pas regardé si entre-temps il y est apparu de vrais médias alternatifs en France, mais si ce n'est pas le cas, c'est à faire.
2  0 
Avatar de Zirak
Inactif https://www.developpez.com
Le 15/11/2016 à 8:34
@TallyHo et micka :

C'est dans votre tête que les américains sont contents de ce système, et ils doivent en être aussi content du leur que nous du notre, c'est juste que comme tout système politique ou d'élection, un truc qui se fait depuis X dizaines d'années, cela ne se change pas d'un claquement de doigt, surtout quand ceux qui vivent de ce système et le dirige, n'ont pas envie d'en changer.

Mais il y a tout autant de voix qui s'élèvent contre ce mode de scrutin la-bas, que de gens qui gueulent chez nous sur notre système, voir même plus, faut arrêter de lire les merdias et commencer à aller vous balader sur des sources étrangères...

En gros là, c'est comme si vous disiez que les gens qui réclament une remise en cause de notre système, ne sont pas contents juste car leur parti n'a pas été élu, et qu'ils devraient fermer leur gueule, c'est exactement pareil. (dédicace à l'UPR et autres partis qui ne sont jamais élus)

Les manifestations "not my president" dénoncent justement ce système d'élection, pas seulement la victoire de Trump (celle-ci n'est plutôt qu'une excuse pour montrer les limites de ce système justement, même si bien évidemment, il doit y avoir des personnes dans le tas, qui manifestent aussi contre Trump), mais bon, c'est plus facile de cracher sur tout le monde, que de prendre 5mn pour se renseigner, surtout quand on pense tout mieux savoir que les autres.

Et surtout, je vous trouve super bien renseignés pour être si certains que ces manifestations ne comprennent que des démocrates, après tout c'est vrai que 100% des républicains sont derrière Trump car ils l'adorent tous... (Et c'est sans même parler pour tous ceux qui ont voté pour un autre partie / un autre candidat).
3  1 
Avatar de Grogro
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 15/11/2016 à 13:55
Citation Envoyé par Zirak Voir le message
Non toujours pas, je ne remets pas en cause son élection, je remettais en cause les dires de thierrybenji comme quoi le peuple était majoritairement pour lui, ça fait juste 3 fois que je le dis mais bon...
C'est pas compliqué, la majorité, la vraie, c'est l'abstention. Ce qui veut tout dire entre "j'm'en bats les couilles avec un tractopelle" et "pas de moindre mal entre Rotten Hillary et Nuts Trump".
2  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web