Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Des écoles britanniques ont recours à des spywares pour surveiller les élèves
Et positionnent les enseignants en tant que Big Brother

Le , par Coriolan

0PARTAGES

8  0 
Les écoles britanniques ont recours à des logiciels de surveillance pour contrôler les activités des enfants. Selon un rapport de Big Brother Watch, ces logiciels ont été installés sur plus de 800 000 ordinateurs et téléphones mobiles appartenant aux écoles et 1 500 appareils appartenant à des élèves.

Ce programme aurait couté la modique somme de 2,5 millions de livres sterling. Cette technologie connue sous le nom “Classroom Management Software” permet de traquer l’usage des ordinateurs, incluant toute activité sur internet, l’historique de navigation et même les frappes sur les touches de clavier. Les logiciels en question permettent aux enseignants de surveiller de près tous les écrans de la classe depuis un seul poste et permettent même de surveiller l’activité des élèves en temps réel. Ces systèmes ont été conçus également pour signaler l’usage de mots inappropriés. Généralement, ils essaient de repérer les mauvais comportements et les signes d'extrémisme et de radicalisation.


Pour faire usage de ces systèmes, les écoles doivent émettre des politiques d’utilisation qui seront signées par les élèves ou leurs parents afin de confirmer qu’ils sont d’accord avec cette forme de surveillance. Cependant, Big Brother Watch a dit que seulement 15 % des 1 000 écoles qui ont répondu à l’étude ont fourni leur politique d’utilisation. De ces 150 écoles, seulement 10 % des politiques d’utilisation ont mentionné les logiciels qui seront utilisés, mais seulement en des termes très basiques comme “Je sais que l’école va surveiller à distance ce que je fais sur les ordinateurs”, parfois, un langage plus intimidant est utilisé avec au passage quelques avertissements aux élèves pour les prévenir qu’ils ne seront pas invisibles et qu’ils sont sous surveillance. « Ceci est inapproprié, mais dans la plupart des cas, les écoles n’adhèrent pas à la loi de protection des données », a précisé le rapport.

Cette situation devrait constituer un souci dans le futur avec l’arrivée dans l’Union européenne du prochain Règlement général sur la protection des données. « Avant mai 2018, toute organisation ayant des données doit informer les individus sur le motif qui la poussent à recueillir, utiliser, partager ou surveiller leurs données. Et c’est seulement de cette façon que l’individu peut être sûr d’avoir donné son consentement pour l’utilisation de ses données personnelles. »

Big Brother Watch a précisé dans son rapport que les écoles sont dans l’obligation d’installer ces systèmes pour répondre à la pression du gouvernement concernant la stratégie de prévention de l’extrémisme, ou encore les indications destinées à assurer la sécurité des enfants dans les écoles. Ces logiciels sont commercialisés en tant que « solutions destinées aux écoles pour les aider à tacler des problèmes comme l’intimidation sur Internet, le sexting, l'automutilation ou encore comme une façon d’identifier les élèves ayant une tendance suicidaire. Les mots tapés par les élèves peuvent ainsi être surveillés et comparés à une bibliothèque de mot-clés pour alerter en cas d’usage inapproprié. »

Big Borother Watch a noté qu’en plus des systèmes de surveillance, l’usage intensif des CCTV et les systèmes biométriques dans les écoles risquent d’habituer les enfants à la surveillance. Le groupe qui opère pour la promotion de la confidentialité a précisé que les enseignants dans ces conditions sont positionnés en tant que Big Brother, bien qu’ils cherchent avant tout à prévenir la radicalisation des enfants et adhérer aux programmes du gouvernement.

Un porte-parole de l’Association of School and College Leaders a précisé que le « logiciel de surveillance est utilisé par les écoles dans le but de protéger les enfants et les jeunes en s’assurant qu’ils ne sont pas exposés à des contenus nuisibles en ligne ». Il a ajouté que les écoles ne cachent pas cet usage et que les élèves en sont parfaitement conscients.

Source : tes

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de yapiti
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 10/11/2016 à 16:43
Même si c'est pas nouveau, j'aime beaucoup le :
Pour faire usage de ces systèmes, les écoles doivent émettre des politiques d’utilisation qui seront signées par les élèves ou leurs parents afin de confirmer qu’ils sont d’accord avec cette forme de surveillance.
Et si je suis pas d'accord ? Comme ils ne vont pas proposer des ordinateurs avec ou sans surveillance, l'enfant ne pourra pas accéder aux outils informatique et donc de suivre le cours.
Donc je fais quoi ? Je change d'école à mon enfant ? Et lorsque ce système sera déployé au niveau national, qu'il ne pourra suivre les cours nul-part, je le dé-scolarise ? Mais d'un autre coté l'école est obligatoire...

Bref j'appelle pas ça un choix, qu'ils s'assument et disent "oui, la surveillance est obligatoire"
8  0 
Avatar de Theta
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 10/11/2016 à 18:16
Le problème c'est qu'en enregistrant les touches clavier, on peut aller beaucoup plus loin que d'empêcher les enfants de glander en cours (pour ça à la limite, un pare feu suffit).
D'autant que je suppose que ces logiciels sont aussi sur les ordis en libre service.

Si c'est géré par les profs, cad des personnes sans formation en droit, toute sorte d'abus sont possible.
Si c'est géré par les services public, il faut faire confiance au gouvernement, et vu tous les dossier qui ressortent régulièrement, je suis pas chaud la dessus.
8  0 
Avatar de TallyHo
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 10/11/2016 à 18:15
En même temps quand tu n'es pas une tanche au niveau du réseau, tu mets en place un filtrage. Et pour les appareils personnels, ce n'est pas à l'école de gérer ça mais à la famille. Si on commence à entrer dans ce genre de concept où l'école ne sert plus à enseigner mais à "dresser" et/ou contrôler alors on se dirige droit vers les jeunesses xxx comme on a connu à une certaine époque... Encore une fois, on veut faire croire aux gens que la liberté et la sécurité sont antagonistes.

Citation Envoyé par Andarus Voir le message
Quelqu'un a déjà lu des études qui analyse l'impacte de l'informatique à l'école? J’avais vue un reportage montrant qu'au USA c'était une catastrophe...
Tu as des liens ? Ca m'intéresse et je pense que ça doit intéresser d'autres membres aussi.
6  0 
Avatar de Conan Lord
Membre expert https://www.developpez.com
Le 10/11/2016 à 20:06
Citation Envoyé par Theta Voir le message
Le problème c'est qu'en enregistrant les touches clavier, on peut aller beaucoup plus loin que d'empêcher les enfants de glander en cours (pour ça à la limite, un pare feu suffit).
C'est clair. La question n'est pas tant la surveillance que la collecte et l'utilisation des données. Pour moi, il faut absolument un cadre juridique autour. Même s'il est normal de mettre en œuvre des solutions pour interdire aux gamins d'aller sur des sites pornos, on pourrait imaginer que, par exemple, leur mode d'utilisation de l'ordinateur en CP puisse être consulté à des fins de sélection une fois qu'ils veulent entrer à l'université.
6  0 
Avatar de micka132
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 10/11/2016 à 15:55
Citation Envoyé par Coriolan Voir le message
Qu'en pensez-vous ?
Des 2006, au CDI du lycée, le documentaliste voyait en direct depuis son poste ceux qu'il voulait voir...C’était donc il y a 10 ans...Rien de neuf sur le controle direct !
Par contre pour l'analyse des mots c'est autre chose, et ca confirme ce que je pressens pour l'avenir : aujourd'hui il n'est pas possible de traiter les milliards et milliards d'infos récupérées à droite et à gauche, mais demain avec des nouveaux algorithmes et/ou explosion soudaine des capacités de traitements (ordinateur quantique?) on sera dans Minority Report, ou le délit (déviance toussa toussa...) sera intercepté avant d’être commis .
6  2 
Avatar de SkyZoThreaD
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 10/11/2016 à 17:44
Citation Envoyé par yapiti Voir le message
Et si je suis pas d'accord ? Comme ils ne vont pas proposer des ordinateurs avec ou sans surveillance, l'enfant ne pourra pas accéder aux outils informatique et donc de suivre le cours.
Donc je fais quoi ? Je change d'école à mon enfant ? Et lorsque ce système sera déployé au niveau national, qu'il ne pourra suivre les cours nul-part, je le dé-scolarise ? Mais d'un autre coté l'école est obligatoire...
En même temps c'est l'école.. il est normal de les surveiller quand ils sont sensés travailler sur des machines qui ne sont pas les leurs, non? Il est même normal des les surveiller tout court. Je veux pas jouer le réac' mais il ne s'agit pas d'une question de vie privée ici. Ils n'ont pas à faire du FB pendant les cours. Et pourquoi pas du youporn ? Les parents seraient les premiers à gueuler contre l'établissement je pense. Après, concernant les appareils personnels c'est une tout autre histoire...
4  0 
Avatar de captaindidou
Inactif https://www.developpez.com
Le 12/11/2016 à 11:38
Pour les excès, on peut toujours compter sur les anglo-saxons.

Pas vrai ?
3  0 
Avatar de Andarus
Membre averti https://www.developpez.com
Le 10/11/2016 à 16:55
Quelqu'un a déjà lu des études qui analyse l'impacte de l'informatique à l'école? J’avais vue un reportage montrant qu'au USA c'était une catastrophe...
2  0 
Avatar de TiranusKBX
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 13/11/2016 à 2:11
on parie que se sont les anglais qui mettrons un implant de traçage sur tous les individus de leur population en premier ?
2  0 
Avatar de JCD_31
Membre actif https://www.developpez.com
Le 14/11/2016 à 8:57
Citation Envoyé par yapiti Voir le message
[...] Mais d'un autre coté l'école est obligatoire...
Petit apparté : Raté, c'est pas l'école qui est obligatoire (en France tout du moins) mais l'éducation !
Par exemple, des amis ont choisi de faire l'éducation de leur fille à la maison et d'utiliser les loisirs pour le coté social. Résultat : J'ai très rarement vu de gamine aussi instruite et épanouie!

Comme quoi, l'école n'a pas que des bons cotés....
2  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web