Un groupe d'utilisateurs attaque Facebook en justice en raison de discrimination
Basée sur le profilage racial des utilisateurs

Le , par Coriolan

42PARTAGES

10  0 
Un groupe d’utilisateurs de Facebook a attaqué le réseau social en justice en raison de profilage racial. Le mois dernier, des journalistes de ProPublica ont montré que le réseau social permet de publier un post exclusivement auprès des utilisateurs ayant une “affinité ethnique”. Propublica a réussi à poster une publicité dans la catégorie de logement qui exclut toute personne afro-américaine, asiatique ou hispanique. John Relman, avocat pénaliste bien connu spécialisé dans la défense des droits humains, a décrit cette pratique comme étant horrifique et complètement illégale puisqu’elle enfreint le Fair Housing Act, une loi fédérale destinée notamment à protéger les acheteurs et les loueurs de tout acte de discrimination. Toute personne blessée par l’usage de cette pratique illégale pourrait poursuivre Facebook en justice et l’entité qui a publié l’annonce, a dit Relman — et ça peut concerner un grand nombre de personnes.


Facebook a fermement rejeté ces accusations en affirmant que le marketing multiculturel constitue une pratique assez courante dans l’industrie de la publicité et permet aux firmes de toucher des audiences avec des campagnes plus ciblées. Le réseau social a tenu à rappeler que sa politique interdit tout genre de discrimination et prend des mesures de sanction si jamais une publicité s’avère contraire aux règles.

Niklas Myhr, professeur de Marketing à Chapman University a pour sa part expliqué que la polémique découle du fait que les options d'exclusion proposées par Facebook concernent des affinités ethniques spécifiques et pas d’autres. Finalement, c’est le prix à payer lorsqu’on accepte volontiers de partager ses données privées avec Facebook, a noté M. Myhr. « Des gens sont encore surpris et contrariés par le fait que Facebook les catégorise en se basant sur leurs “j’aime” et les données démographiques qu’ils ont volontairement acceptées de partager lors de leur enregistrement. Tant que vous ne payez pas pour utiliser Facebook, vous êtes le produit que Facebook vend aux annonceurs. Et vous n’avez pas à être dans leur plateforme. »

Il est vrai qu’aujourd’hui, les markéteurs sont tentés de manquer à leurs obligations éthiques, prônées par le markéting du moins en théorie. En effet, les immenses possibilités offertes par les plateformes numériques comme Facebook et l’énormité des données sur les internautes qui en découle peuvent parfois les amener à franchir la ligne rouge.

Source : NBCNews - Affaire

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Royaume-Uni : Facebook accepte de suspendre l'utilisation des données de WhatsApp, d'après le Bureau du Commissaire à l'Information
Votre profil Facebook pourrait aider à baisser le prix de votre assurance, êtes-vous prêts à partager vos données personnelles avec votre assureur ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de seikida
Membre actif https://www.developpez.com
Le 09/11/2016 à 4:54
C'est moi ou les gens sont stupides ?

La faute n'est pas de Facebook mais de "Propublica" car c'est eux qui sont responsable de cette discrimination.
Facebook eu ne propose que des filtres afin de pouvoir cibler des personnes.
Cela permet par exemple "Si moi j'ai un salon de beaute pour les personnes afro americaines (car elles ont un style de cheveux differents des blanc, asiatique, etc.." de cree une annonce cible pour les afro americain"
Il n'y aucune discrimination de la part de Facebook.
Les fautifs sont les personnes et l'usages qui ont font.

Prenons le probleme a l'envers.
Si Facebook est responsable ... dans ce cas ca foudra dire que les filtre par sexe "Homme - Femme" c'est de la discrimination.
Idem pour les filtres par Pays.

Faut arreter 5 min.
Attaquez Propublica plutot.
Avatar de Conan Lord
Membre expert https://www.developpez.com
Le 09/11/2016 à 9:51
@seikida : Selon l'article, le problème c'est que les filtres proposés par Facebook ne sont pas les mêmes d'une catégorie éthnique à une autre. Ce n'est pas le ciblage en lui-même qui fait polémique. Si les options de filtrage proposées étaient différentes selon le sexe, ce serait pareil, si j'ai bien compris. Par exemple, si tu vends des fleurs et si tu ne peux cibler que les blancs, mais pas les noirs pour ta catégorie de produit, c'est discriminatoire. C'est donc bien Facebook qui est fautif.

De toute manière, c'est parfaitement hypocrite. Le ciblage publicitaire est discriminatoire par essence. Ou bien on interdit le ciblage publicitaire basé sur les informations personnelles (donc, on autorise uniquement le ciblage basé sur l'historique de navigation par exemple), ou bien on autorise la publicité discriminatoire. Je vois difficilement comment trouver un juste milieu.
Avatar de fredinkan
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 09/11/2016 à 16:10
Citation Envoyé par Conan Lord Voir le message
Ou bien on interdit le ciblage publicitaire basé sur les informations personnelles (donc, on autorise uniquement le ciblage basé sur l'historique de navigation par exemple), ou bien on autorise la publicité discriminatoire. Je vois difficilement comment trouver un juste milieu.
Ou alors on interdit purement et simplement le ciblage publicitaire ?
Avatar de ZenZiTone
Membre expert https://www.developpez.com
Le 09/11/2016 à 16:47
Citation Envoyé par seikida Voir le message
C'est moi ou les gens sont stupides ?
Je suppose que derrière cette attaque, l'idée est de se faire de l'argent. Attaquer un grand groupe qui brasse des millions pour une cause "à la mode" (la lutte contre la discrimination est devenue une cause louable au point de chercher tout ce qui pourrait-être discrimination). On peut s'attendre à ce que Facebook verse une petite somme pour que les attaquants les laissent tranquille.

Citation Envoyé par Conan Lord
Selon l'article, le problème c'est que les filtres proposés par Facebook ne sont pas les mêmes d'une catégorie éthnique à une autre.
Pour ma part ce que le lis c'est :

Citation Envoyé par La news
Le mois dernier, des journalistes de ProPublica ont montré que le réseau social permet de publier un post exclusivement auprès des utilisateurs ayant une “affinité ethnique”. Propublica a réussi à poster une publicité dans la catégorie de logement qui exclut toute personne afro-américaine, asiatique ou hispanique.
On ne parle pas de filtre, mais la possibilité d'exclure une catégorie ethnique. Et dans ce cas c'est plutôt ProPublica qui ferait l'objet de discrimination. Enfin c'est une question de point de vue... L'un permet de faire une filtre suivant différentes catégories, l'autre l'exploite pour faire de la discrimination (et je parle bien de réelle discrimination, c'était le but recherché).
Avatar de Conan Lord
Membre expert https://www.developpez.com
Le 09/11/2016 à 17:04
@ZenZiTone : Non, non, on parle bien de filtres d'exclusion. Après lecture de l'article source sur nbcnews, le problème vient d'une part de la possibilité d'appliquer des filtres d'exclusion sur critères ethniques dans le cas des logements, ce qui est apparemment contraire au Fair Housing Act, et d'autre part sur le fait qu'il n'existe pas de filtre d'exclusion pour les caucasiens, tandis qu'il en existe un pour les hispaniques.
ProPublica est une boîte de journalisme. Ils ont défini ce filtre dans le but de mettre en lumière le manquement.
Avatar de Zirak
Inactif https://www.developpez.com
Le 09/11/2016 à 17:17
Citation Envoyé par ZenZiTone Voir le message

Pour ma part ce que le lis c'est :

[...]

On ne parle pas de filtre, mais la possibilité d'exclure une catégorie ethnique. Et dans ce cas c'est plutôt ProPublica qui ferait l'objet de discrimination. Enfin c'est une question de point de vue... L'un permet de faire une filtre suivant différentes catégories, l'autre l'exploite pour faire de la discrimination (et je parle bien de réelle discrimination, c'était le but recherché).
Citation Envoyé par la news

Niklas Myhr, professeur de Marketing à Chapman University a pour sa part expliqué que la polémique découle du fait que les options d'exclusion proposées par Facebook concernent des affinités ethniques spécifiques et pas d’autres.
J'en comprends la même chose que Conan Lord.

Après pour moi, il y a tout de même 2 problèmes :

D'une part il y a effectivement la discrimination pour le logement, mais cela a été fait par une agence de journalisme pour mettre en lumière l'autre problème, je doute qu'elle ait véritablement un logement à placer, cette agence, donc on ne peut pas vraiment la poursuivre. En revanche, sur les annonces concernant les logements, en fonction de la localisation et des lois de chaque pays, il devrait être impossible d'ajouter un filtre ethnique pour cette annonce.

Deuxième problème (que soulève Conan Lord, ainsi que la phrase que j'ai mise en gras ci-dessus), c'est que ce filtre ethnique ne propose pas toutes les ethnies (que cela soit pour faire de la discrimination positive ou négative, peu importe), ce qui est déjà une sorte de discrimination en soit. ^^
Avatar de lvr
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 10/11/2016 à 12:27
Citation Envoyé par seikida Voir le message
Les fautifs sont les personnes et l'usages qui ont font.
C'est un grand débat. Entre celui qui fournit l'arme et celui qui l'utilise pour commettre un délit, est-ce que celui qui commet le délit toujours est l'unique responsable ?
Le vendeur n'a-t-il pas un comportement qui incite, qui provoque, qui facilite le délit ?
L'incitation à la haine raciale est punie.

Et dans ce cas-ci, en fournissant les moyens de faire l'usage contrevenant, Facebook incite à en faire usage.

La plainte ne me paraît pas abusive.
Avatar de ZenZiTone
Membre expert https://www.developpez.com
Le 10/11/2016 à 16:12
Citation Envoyé par lvr Voir le message
L'incitation à la haine raciale est punie.

Et dans ce cas-ci, en fournissant les moyens de faire l'usage contrevenant, Facebook incite à en faire usage.

La plainte ne me paraît pas abusive.
Il y a, selon moi, un énorme fossé entre la discrimination et la haine raciale.
Avatar de Olivier Famien
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 15/11/2016 à 4:30
Facebook s’apprêterait à abandonner ses outils utilisés pour cibler les groupes selon leur affinité ethnique,
lors des campagnes publicitaires sur sa plateforme

Facebook serait en train de faire marche arrière dans l’affaire concernant la catégorisation des utilisateurs américains selon leurs affinités ethniques. C’est le quotidien américain USA Today qui s’est fait le relais des propos du réseau social Facebook à ce sujet.

Pour ceux qui n’ont pas suivi de bout en bout les différents épisodes de cette affaire, il faut savoir que le mois dernier, l’organisation à but non lucratif Pro Publica a publié une analyse montrant que Facebook a intégré sur sa plateforme des fonctionnalités qui permettent aux annonceurs de définir les personnes qui sont en mesure de consulter leurs annonces selon leur affinité ethnique (Hispanique, Afro-Américain, Américains d’origine asiatique) ou d’exclure certains selon ces mêmes critères. Un des faits étranges dans ces fonctionnalités est qu’il n’existe aucune option les « ;Américains blancs ou caucasiens ;» de la cible de l’audience.


En plus d’avoir attiré l’attention des utilisateurs sur ce fait, l’action de Pro Publica a incité un groupe d’utilisateurs à former un recours collectif contre Facebook, estimant que le réseau social violerait la loi fédérale anti-discrimination pour le logement et l’emploi. Cette loi dénommée Fair Housing Act stipule qu’il est « ;illégal… de faire, imprimer, publier ou faire faire, imprimer ou publier un avis, un énoncé ou une publicité concernant la vente ou la location d’un logement qui indique une préférence, une limitation ou une discrimination fondée sur la race, la couleur, la religion, le sexe, etc... le statut familial ou l’origine nationale, ou l’intention de faire une telle préférence, limitation ou discrimination ;».

La firme s’en défend et souligne que « ;ce que nous entendons dans ces groupes d’affinité n’est pas leur composition génétique, mais leur affinité avec les cultures qui les intéressent ;». Cela sous-entend que la firme ne catégorise pas réellement de fait les utilisateurs selon leur origine ethnique, mais plutôt selon leurs liens avec ces groupes. Toutefois, ces raisons n’ont pas suffi à calmer les utilisateurs de la plateforme qui ne voient pas autre chose que de la discrimination en utilisant ces fonctionnalités d’exclusion ou d’intégration de groupes ethniques.

Aussi, vu la vague de mécontentement et les risques auxquels le réseau social s’expose, l’entreprise s’apprêterait par la voix d’Erin Egan, le vice-président de Facebook pour la politique publique américaine, à faire volte-face dans cette affaire et aurait confié ceci au quotidien USA Today : « ;nous allons désactiver, en fait interdire, l’utilisation du marketing d’affinité ethnique pour les annonces que nous identifions comme offrant le logement, l’emploi et le crédit ;».

En plus de cette annonce, précise le quotidien USA Today, le vice-président aurait ajouté que Facebook exigera également que les annonceurs affirment qu’ils ne placeront pas d’annonces discriminatoires sur Facebook et offrira du matériel pédagogique pour aider les annonceurs à comprendre leurs obligations.

Les plaintes des minorités raciales de la plateforme Facebook ainsi que celles des autres utilisateurs auraient donc eu raison des nouvelles fonctionnalités mises en œuvre par le réseau pour cibler une audience particulière en fonction de ses liens avec un groupe ethnique particulier.

Source : USA Today

Et vous ?

Que pensez-vous de cette nouvelle décision ;?

Voir aussi

Belgique : Facebook remporte le Big Brother Award 2016, un prix visant à attirer l'attention des gens sur les violations de la vie privée

Forum Actualités, Wiki Developpez.com, Débats Best of, FAQ Developpez.com
Avatar de Bousk
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 15/11/2016 à 12:41
Si l'on ne veut pas que Facebook aie cette information, il convient de ne pas la lui donner.
Indiquer dans son profil une origine hispanique puis se plaindre que Facebook aie l'information et puisse l'utiliser euh..
Ou alors il aurait fallu se plaindre dès le début que ce genre d'information puisse être donné et stocké sur leurs serveurs plutôt.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web