Marché des PC : quels sont les problèmes qui freinent l'adoption de Linux ?
Partagez vos avis

Le , par Michael Guilloux

60PARTAGES

17  0 
Marché des PC : quels sont les problèmes qui freinent l'adoption de Linux ?
Dans le monde du développement, Linux est le plus grand projet communautaire. Autour du noyau, gravitent également de nombreux autres projets soutenus par des organisations et des développeurs dont une bonne partie apportent leur contribution de manière bénévole. Malgré la collaboration qu’il peut y avoir, dans le domaine des PC, Linux a beaucoup de retard sur ses concurrents Windows et macOS.

En termes de part de marché, Linux traine encore avec 2 % depuis fin juin, d’après les statistiques de Net Applications. Avec une telle part de marché, il faut encore indiquer que Linux est au mieux de sa forme, puisque le système n’avait jamais été au-dessus des 2 % sur au moins les deux dernières années, pour les statistiques de Net Applications que nous avons pu consulter. Mais pourquoi, alors que du côté des développeurs, Linux semble très apprécié ? Pour répondre à cette question, on pourrait parcourir la liste des problèmes qui freinent l'adoption de Linux chez les utilisateurs, et de manière non exhaustive, on peut citer les éléments suivants :

  • Constructeurs proposant des PC avec Linux préinstallé. Apple livre son macOS sur ses Mac. Microsoft, en plus de fabriquer ses propres PC maintenant, est lié par contrat à de nombreux constructeurs qui livrent des PC avec Windows préinstallé. Même Google, encore très jeune sur le marché des PC, a su trouver des partenaires pour préinstaller ses Chrome OS. Linux, de son côté, s'est longtemps positionné en tant que remplaçant sur des PC d'utilisateurs avertis qui ne veulent plus de Windows, ou de développeurs qui ont besoin de Linux pour un travail bien précis. Heureusement, il y a un nombre croissant de revendeurs qui proposent des ordinateurs avec Linux préinstallé, en général Ubuntu. Mais cela ne suffit pas pour propulser Linux étant donné que du côté des grands noms du PC, en dehors de Dell qui propose des PC Ubuntu, il n'existe peut-être pas de constructeurs qui fournissent des PC avec Linux préinstallé ;
  • Des applications de productivité modernes et riches en fonctionnalités. Un système, aussi performant et convivial soit-il, s’il n’est pas accompagné des applications qu’il faut, aura du mal à convaincre. Et l’un des problèmes de Linux, c’est qu’il n’y a pas assez de logiciels open source qui peuvent être des alternatives robustes aux logiciels propriétaires populaires, même si pour des fans du système, les alternatives open source disponibles peuvent déjà couvrir leurs besoins. On constate que les applications de productivité open source sont en retard sur les alternatives propriétaires et le fossé continue d’augmenter. On peut le remarquer en comparant par exemple Microsoft Office à LibreOffice. La suite bureautique libre est assez dépourvue de fonctionnalités par rapport à celle de Microsoft ;
  • Support des logiciels propriétaires. Cela va probablement déplaire aux grands fans de l’open source, mais en apportant les logiciels propriétaires populaires comme Microsoft Office et bien d’autres sur Linux, on augmente considérablement les chances de voir les utilisateurs passer à Linux. Des initiatives telles que celle de Microsoft pour apporter SQL Server sur Linux seront les bienvenues pour l'écosystème. C’est également une solution au problème précédent ;
  • Compatibilité avec les applications internes. En entreprise, l'un des principaux freins à la migration vers Linux est le poids des technologies propriétaires dans les développements spécifiques existants, par exemple, des applications internes qui reposent essentiellement sur Windows ou sur Internet Explorer. Le risque de voir ces applications ne plus fonctionner après migration est élevé. On peut encore penser aux macros Office développées pour l'entreprise qui ne fonctionnent plus ou pas correctement quand le document est ouvert sur LibreOffice ;
  • Interface et expérience utilisateur. Au niveau de l'interface et de l'expérience utilisateur, les distributions Linux ne sont en général pas le meilleur choix, offrant parfois des interfaces très basiques et une expérience utilisateur pas aussi riche que celle qu’on peut trouver sur Windows. Il faut toutefois noter des progrès significatifs au niveau de certaines distributions pour rendre Linux plus convivial ;
  • Écosystème trop fragmenté. Si la fragmentation peut avoir des avantages, il existe également des inconvénients. L’excès de fragmentation disperse les efforts de la communauté open source et limite les chances d’offrir des systèmes et applications robustes pour concurrencer les systèmes et applications des grands éditeurs. Ici, nous faisons aussi allusion à la quantité astronomique de distributions Linux qui est aussi rebutante pour l'utilisateur, même si la plupart d'entre elles ne lui sont pas destinées ;
  • Support des pilotes. Malgré les mises à jour de pilotes qui sont faites à chaque version du noyau, Linux a encore besoin d'un meilleur support de pilotes, surtout pour l'audio et la vidéo. Certains utilisateurs peuvent également noter des problèmes de pilote d’imprimantes, sans oublier les pilotes graphiques. Il faut toutefois préciser que si le support du matériel récent peut être un problème sous Linux, en revanche le problème s'inverse pour le matériel ancien, souvent mieux supporté par Linux que par les dernières versions de Windows ;
  • Habitudes et résistance au changement. Il s'agit également d'un frein à la croissance de Linux. Les utilisateurs ont déjà l'habitude des systèmes comme Windows, il est donc difficile de les faire changer. Cette résistance au changement ne concerne pas que Linux, mais également des systèmes et logiciels propriétaires, par exemple, passer de Microsoft Office 2003 à Office 2007. Ce genre de changement n'est pas facile à accepter pour les utilisateurs et même pour les entreprises, à moins qu'il y ait une pression comme la fin de support.


Ce n’est pas la liste exhaustive des problèmes qui empêchent Linux de gagner du terrain sur le marché des PC. Vous en avez peut-être expérimenté bien d’autres, si vous avez déjà utilisé Linux. Quels sont donc selon vous, ce qui manque à Linux et les problèmes qui rendent difficile pour le système de convaincre les utilisateurs de PC ?

Et vous ?

Qu’est-ce qu'il faut à Linux pour convaincre les utilisateurs de l’adopter comme principal OS de bureau ?

Voir aussi :

Le PDG de Red Hat : Linux est maintenant le choix par défaut du cloud, les entreprises se tournent de plus en plus vers l'open source
Linux s'est maintenu au-dessus des 2 % de part de marché durant les trois derniers mois, selon les chiffres de Net Applications
Marché des PC : Linux franchit la barre des 2 % d'après Net Applications, un exploit pour le système qui est un peu plus populaire chez les IT pros

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de 4sStylZ
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 07/11/2016 à 11:54
C’est fort en chocolat de dire que l’interface de Windows est un meilleur choix quand il éxiste Cinnamon, Gnome Shell et cætera…
Win 10 commence à peine à rattraper son retard sur les bureaux virtuels et les raccourcis d’alignement de clavier et c’est vraiment pas encore ça .

Aujourd’hui si je file un Cinamon à mon père il s’en sortira bien mieux que sur Windows 8 & Windows 10.
17  3 
Avatar de berceker united
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 07/11/2016 à 13:16
90% des utilisateurs d'ordinateur, que ça soit au travail ou personnel ne savent qui linux existe. Je vais en fâcher plus d'un mais il y fait une évidence. Si Linux était si bien que ça ou adapté aux simples utilisateur. -
Microsoft ne peut être le seul responsable de son taux de pénétration. Ils ont prit la place, là ou il y avait du vide, même Apple à gratter plus vite que Linux, grâce à l'Iphone/Ipad.
Microsoft va vers l'utilisateur. Linux, c'est l'utilisateur qui va vers cette Os en connaissance de cause, il y va rarement parce qu'il a vu de la lumière.
Maintenant, vous pouvez me haïr
13  2 
Avatar de UduDream
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 07/11/2016 à 12:01
Tout dépend du public visé. Pour le très grand public, c'est certainement l'ignorance, les idées reçu et la peur du changement.
Pourtant ceux pour qui l'utilisation du pc se limite à aller sur le net et faire de la bureautique de base, que tu leur collerai Linux à la place de Windows qui verrai pas la différence...

Sinon pour un public un peu plus averti, c'est souvent l’absence de certaines application sous linux (notamment les jeux pour les gamers).

Pour le monde pro, ça veut souvent dire changer d'écosystème, former les gens qui ont pas envie de changer leurs habitude, et payer la facture...
11  1 
Avatar de martopioche
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 07/11/2016 à 16:17
Citation Envoyé par Florian_PB Voir le message
Le problème de Linux qui rebute un certain nombre de personnes est l'incompatibilité avec les logiciels propriétaires et l'aura mystique qui l'entoure encore en 2016. Aujourd'hui Linux est encore réputé pour être uniquement dédié à des utilisateurs confirmés et non au commun des mortels. Lorsque l'on pourra correctement exécuter des .exe comme sur Windows là déjà il y aura plus de gens sur Linux (et me répondez pas WINE il est pas suffisamment stable pour plaire au commun des mortels ou faire tourner 100% des .exe)
Exactement, ce sera pareil pour les Smartphones, tant qu'on ne peut pas installer ses .exe comme sous Windows, ça ne marchera pas. Heu…
10  0 
Avatar de Vincent PETIT
Modérateur https://www.developpez.com
Le 08/11/2016 à 11:39
Bonjour à tout le groupe,
Je ramène ma fraise car :

- Je ne suis pas informaticien (je suis un utilisateur lambda ++)
- J'utilise uniquement Debian depuis 2 ans et sans dual boot.

Avant hier il m'est arrivé deux choses qui font que Linux ne percera pas (ça me coûte vraiment de dire ça).

J'étais sur Debian Wheezy depuis deux ans. J'ai voulu upgrader vers Jessie et bing le pilote graphique demande quelques ajustements pour fonctionner donc pas de lancement du serveur X. Rien que ça c'est catastrophique pour l'utilisateur classique.

Je suis passé sous Mint 18 car les logiciels sous Debian sont vraiment trop vieux (par contre ça ne plante pas). Tout c'est bien passé jusqu'à ce que m'a clé WiFi n'arrivait plus à se connecter. La raison est que le driver realtek 8192cu à un problème avec les kernels trop récent (4.4). J'ai du me résigner à changer de marque de dongle WiFi car même en mettant à jour le driver ça ne fonctionne pas. La c'est mort car personne ne tentera de recompiler un driver comme j'ai fait.

C'est ça qu'il faut régler en urgence ! Et je pense que si les efforts étaient concentrés sur moins de version alors ça irait mieux.
12  2 
Avatar de seikida
Membre actif https://www.developpez.com
Le 08/11/2016 à 2:40
Le probleme est simple :

1. Les constructeurs ne proposent pas de PC avec Linux préinstallé dessus.
Je parle d'une distribution de linux pre a l'emploi pour une personne normal: c'est a dire une personne ne s'y connaissant pas du tout en informatique ET NE S'Y INTERESSANT PAS (ex: ma grand mere, ma mere et ma copine).

2. Dans les magasins la ou les clients peuvent tester les ordinateurs, etc... Mettre des ordinateurs tournant sous linux afin que les clients puissent tester.
9  0 
Avatar de Zefling
Membre expert https://www.developpez.com
Le 07/11/2016 à 22:23
Citation Envoyé par sebastiano Voir le message
Le problème, pour ce qui est de l'adoption de Linux, n'est pas Linux lui-même (ou ses distributions). Il n'est pas compliqué à appréhender.

Il faut plus faire perdre les habitudes de Windows à l'utilisateur lambda.

Quand un lambda trop habitué à Windows débarque sur Linux, il s'attend au même paradigme : 1 click pour installer, je lance l'application et basta.

Certains softwares s'en rapprochent, mais ce n'est pas toujours aussi évident.
Le truc, c'est qu'avec les « stores » qui cache les gestionnaires de paquet, c'est limite encore plus simple. Perso, c'est rare que je fasse un apt-get install, je passe par les gestionnaires de logiciels de KDE. Il y a aussi des .sh qui se comporte exactement comme des « exe » pour les installations. En fait, faire comme Windows, ça devient juste compliqué quand l'outil qu'on veut n'existe pas, sinon c'est ni plus ni moins simple. Et la probabilité d'installé un truc vérolé est autrement plus basse. (Pour vu que ça dur. )

Personnellement j'ai lâché Windows il y a 3 ans, et c'est là que je me suis rendu compte au fur et à mesure du temps que Windows peut-être tout aussi compliqué que Linux quand on a un problème (voir pire quand il faut aller modifier d'obscures clefs de registre) et je suis bien content qu'il y ait le SI au boulot. J'ai de plus de plus de mal à revenir sous Windows, d'ailleurs on a limite « Linuxifié » notre environnement Windows avec des outils comme Gitbash. C'est presque le monde à l'envers, sous Linux y'en qui cherche à le Windowsifier, pour moi c'est le contraire.
7  0 
Avatar de jpbovee
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 12/11/2016 à 14:19
N'oublions pas ce grand principe sur lequel prospère tout écosystème techno: un produit de m* avec un marketing grandiose supplantera toujours un produit génial avec un marketing de m*

Linux ne fait rentrer, du moins au niveau OS de pc individuel, que très peu d'argent dans les caisses du business.
Il y a certes des grands comme Dell qui vendent des laptops sous Ubuntu: prix d'entrée à 1500 €. Autant dire que c'est totalement dissuasif pour l'utilisateur standard.

Depuis plus de dix ans j'ai perso installé de nombreuses versions de Linux (surtout Ubuntu) sur des PC (ou des mcbook) plus ou moins fatigués qui ont connu une seconde jeunesse et ainsi échappé à l'obsolescence programmée par le business. Dix ans après tous (même un HP NX6110) fonctionnent encore très bien, après trois ou quatre migrations (nettement plus faciles maintenant avec un portage des données aisé). Les propriétaires sont tout surpris de ne pas savoir ce qu'est un virus, de n'avoir rien à payer pour les éliminer, et de ne pas connaître de problème de ralentissement (moins vrai avec les dernières versions bien lourdes d'Ubuntu)

Il est tout à fait vrai que des barrières comme l’absence d'équivalents véritables d'applications telles Autocad, les outils collaboratifs (Skype, Sharepoint) ou autres soft professionnels est un frein très sérieux à l'adoption dans le domaine professionnel et c'est bien dommage: lorsque je vois le temps nécessaire au démarrage (même à partir du mode veille) de mon PC professionnel, il est clair que, multiplié par quelques dizaines de milliers de postes pour mon entreprise, cela fait pas mal d'heures perdues et de point de productivité stupidement gâchés (au bas mot, en se basant sur 5 minutes de démarrage, on aboutit à 280 jour.homme par jour, vu l'effectif de l'entreprise, à plus de 100 000, mais en ne prenant que 80 000 personnes derrière un PC pour rester fair).

Reste enfin le public des gammers: là, il faut le dire, le libre n'existe pratiquement pas par rapport aux standards du marché.

Un argument qui me semble fort: Linux sur PC est aussi un choix écologique (durabilité du HW), et il faut le dire hautement en ces temps où de plus en plus d'utilisateurs comprennent qu'on va avoir du mal à utiliser longtemps les ressources de plus d'une seule planète.

J'ai déjà testé cet argument en lieu et place de celui de la sécurité et de la confidentialité: curieusement il passe mieux. Question de prise de conscience, comme pour tout.
7  0 
Avatar de Zefling
Membre expert https://www.developpez.com
Le 13/11/2016 à 12:22
Citation Envoyé par mathieu_alain Voir le message
la pauvreté des interfaces Linux rend l'utilisation par la suite assez délicate et rebutante.
Désolé, mais quand je vois Win 10, je me dis que la pauvreté est plutôt de ce côté là. La personnalisation est en plus un vrai casse-tête où l'on ne peut au final pas faire grand-chose. La pire c'est quand j'ai voulu activer un truc pour avoir une interface sombre, j'ai du passer par l'éditeur de registre...
6  0 
Avatar de fabien29200
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 07/11/2016 à 16:33
Après ça dépend des usages.

Je pense qu'aujourd'hui, on passe de moins en moins de temps en dehors de son navigateur web.

Et quand on ne sort plus de son navigateur, on est complètement indépendant de l'OS.
Ce qu'à bien compris Google avec ChromeOS qui n'est qu'un Linux qui lance Chrome.

Après rien n'empêche d'avoir un laptop Linux pour du Web et un PC fixe plus puissant sous Windows pour jouer et faire de la vidéo/photo.
5  0 
Le code payé par les citoyens devrait être disponible pour les citoyens !
Libra : Facebook renonce à sa vision ambitieuse sur la cryptomonnaie
Rustls, une bibliothèque TLS écrite en Rust, surclasse les performances d'OpenSSL
Apprendre à gérer votre parc de machines virtuelles/conteneurs ou votre Datacenter avec PROXMOX
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web